6. Vestiges du mur d’enceinte, ancienne Porte de Duras

Quelques vestiges du mur d’enceinte

Vestige Porte de Duras

De nos jours

Vestige mur Maison des Loisirs

Mur d’enceinte sur la Prairie des Croquants

Vous arrivez sur l’Avenue de Grammont. Avant de la traverser pour aller à la rencontre des Croquants, vous remarquerez sur votre droite un souvenir de l’épais mur d’enceinte qui protégeait notre ville, juste au dessus de la plaque de rue. Ici se trouvait la Porte de Duras. Il faut imaginer un profond fossé creusé à l’extérieur de cette fortification dans lequel coulait les eaux de la rivière faisant de la ville une île au milieu du Dropt.

Ces vestiges de murailles fortifiées de notre village sont les seuls conservés sur les deux enceintes fortifiées d’origine qui assurent la défense de la ville à partir du XIIIe siècle. La position géographique de la ville ne lui permet pas de soutenir un long siège. Ses murailles n’offrent d’ailleurs que peu de résistance. Les consuls de la ville ont, semble-t-il, conscience de cette faiblesse, puisqu’ils cèdent toujours assez rapidement à l’assiégeant, que ce soit pendant la guerre de Cent Ans ou les guerres de Religion.

2 enceintes fortifiées

La première enceinte, construite au Moyen Âge, enserre le prieuré et l’église. Elle est équipée d’archères, de meurtrières et de poternes à claveaux. Non loin, se trouve un souterrain qui doit servir pour la fuite ou le ravitaillement en cas de siège.

De la seconde enceinte fortifiée, bâtie au XVe siècle, il subsiste quelques vestiges, comme celui de l’ancienne Porte de Duras, englobés dans des constructions plus récentes. La plupart des murailles sont généralement bâties en simples galets et briques. Mais, la Sauvetat dispose alors d’une carrière de pierre qui peut être utilisée pour la construction des remparts. D’après les calculs des historiens, la muraille mesure à l’origine 850 mètres de long, soit le double de l’enceinte primitive. Elle est démontée en partie dès 1586. Les pierres furent jetées dans le fossé inondable qui ceinture la ville.
En 1830, la Porte de Duras, où vous vous trouvez, est également démolie. Les pierres furent utilisées pour réparer la grange du presbytère.

En poursuivant la visite, d’autres vestiges de ce mur sont visibles, notamment le mur de la Maison des Loisirs que vous allez longer maintenant ainsi que le mur qui sépare l’esplanade de l’église de la Prairie des Croquants.


L’Avenue de Grammont

Un mot sur les origines de ce nom.

L’Avenue de Grammont fait référence au Général Jacques Delmas de Grammont né à La Sauvetat du Dropt le 23 juillet 1796 dans une maison située côté ouest de l’église, près du clocher. Vous y verrez la plaque commémorative.
Élu député sous Napoléon III, il fut le premier à faire adopter le 2 juillet 1850 une loi dite « Loi Grammont » sur la protection des animaux et fonde la ligue française de protection du cheval. Jacques Delmas de Grammont mourut le 14 juin 1862 à Miramont de Guyenne.

Sources: Conseil Régional d’Aquitaine et « La Sauvetat du Dropt d’hier à aujourd’hui » de Jean Guilherm (1990).

→ Point 7 → Vos pas vous mènent maintenant vers la Prairie des Croquants où vous sera contée La Révolte des Croquants, terrible et célèbre bataille de notre région qui signa malheureusement le déclin de notre village.

RAPPEL DES DIFFÉRENTS POINTS DE VISITE

1. Le village aujourd’hui
2. Le village au fil des siècles
3. Hospice et maisons à pans de bois
4. Le Temple et ancienne Rue des Faures
5. Maison de la Tour et Monviel
6. Vestiges du mur d’enceinte, ancienne Porte de Duras
7. Révolte des Croquants
8. Place du Prieuré, origine du village
9. Église St Germain
10. Maison renaissance et écusson
11. Moulin et crues mémorables
12. Pont Roman et Navigation sur le Dropt 

  •  
  •  
  •  
  •