5. Maison de la Tour et Monviel

Maison-Tour dite de Monviel

Antérieure à 1250, cette maison-tour, dite maison de Monviel, constitue l’un des vestiges de la cité médiévale fortifiée de la Sauvetat-du-Dropt. Tour quadrangulaire massive, elle est construite comme un véritable bâtiment militaire. Certains écrits la dise ancienne commanderie des Templiers d’autres comme le vestige d’un château depuis longtemps disparu.

La tour compte quatre étages, bien qu’à l’origine, elle en compte trois, et ce, malgré son dérasement au XIVe siècle. La construction est édifiée à l’aide d’un moyen appareil de blocs dont les assises sont régulières bien que les faces ne soient pas parfaitement dressées. Les encadrements, en pierre de taille, sont réalisés de manière plus soignée.

Par ailleurs, sur la face nord, au premier niveau, on remarque une porte ogivale murée, avec à sa gauche deux baies couvertes de linteaux droits. Entre ces deux baies se trouve une porte en plein cintre murée également, de construction plus tardive.

Au second niveau, prend place une grande fenêtre ogivale sous une archivolte saillante. À sa gauche se trouve une petite baie murée tandis qu’à droite on peut voir une grande fenêtre à croisées du XVe siècle.

La face ouest est quant à elle occupée au second niveau par la loge saillante des latrines. De l’autre côté se trouve une fenêtre à traverse du XVe siècle. Entre ces deux éléments, se situe une langue de maçonnerie placée plus tardivement, qui peut correspondre à la cheminée. Sur la face est, tous les percements semblent également dater du XVe siècle. Enfin, du côté sud, prennent place deux baies ogivales. L’imposant donjon domine encore le village aujourd’hui.

Les écrits de Monsieur Aloy, Maire du village au XIXe siècle

« La maison de la Tour, construction remarquable par son ancienneté et par son importance, située au milieu de la ville, fut saisie en 1792 à Monsieur de Sansac, seigneur du château d’Allemans. Elle était destinée à un magasin de subsistance et à un dépôt de salpêtre.

Cet édifice dut être autrefois une commanderie des chevaliers du Temple, son architecture militaire et ogivale, ses fortes murailles et sa ressemblance avec les autres édifices qui ont appartenu à cet ordre religieux, le font du moins supposer. Il est regrettable qu’une partie de ce château ait été démolie, mais le donjon qui est encore debout donne une grande idée de ce que fut son importance première. »

Légende ou réalité?

Tous les habitants du village connaissent l’existence d’un souterrain qui démarre depuis la Tour de Monviel. Il était bien visible encore il y a peu. Mais la légende veut que ce souterrain, qui servait à échapper à l’ennemi, ressorte sur l’autre rive du Dropt. Personne n’a pu vérifier. Le souterrain était effondré quelques mètres après l’entrée. Le mystère reste entier …

Sources: Conseil Régional d’Aquitaine, « La Sauvetat du Dropt d’hier à aujourd’hui » de Jean Guilherm (1990) et. »Notice sur la ville et juridiction de La Sauvetat de Caumont » de Antoine Aloy (1880).

→ Point 6 → Vous vous dirigez vers les vestiges du mur d’enceinte, ancienne Porte de Duras

RAPPEL DES DIFFÉRENTS POINTS DE VISITE

1. Le village aujourd’hui
2. Le village au fil des siècles
3. Hospice et maisons à pans de bois
4. Le Temple et ancienne Rue des Faures
5. Maison de la Tour et Monviel
6. Vestiges du mur d’enceinte, ancienne Porte de Duras
7. Révolte des Croquants
8. Place du Prieuré, origine du village
9. Église St Germain
10. Maison renaissance et écusson
11. Moulin et crues mémorables
12. Pont Roman et Navigation sur le Dropt 

  •  
  •  
  •  
  •