• Habitat Partagé Seniors, présentation et concertation

    Personnalités présentes

    Jeudi 14 avril, c’est en présence d’une quarantaine de personnes parmi lesquelles il faut citer le Député Alexandre Freschi et sa collaboratrice parlementaire Sarah El-Kaïd, le Conseiller Départemental Alain Picard, la Présidente de l’UNA Guyenne 47 Françoise Marescq, la Chargée Départementale pour le Développement de l’Habitat Partagé Isabelle Sans, Maeva Lejoubioux de l’Assistance Technique 47, la Présidente du Pôle de Santé Lévignac-Miramont-Duras Carole Mothes, le Responsable du Secours Catholique de Miramont de Guyenne Philippe Léon, la Cheffe de Projet « Petite Ville de Demain » de la CCPL Aloïs Touton, le Représentant de la FNACA de Miramont de Guyenne Yves Peillet et plusieurs Maires des Pays de Lauzun et de Duras que Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau de La Sauvetat du Dropt parlait du projet de l’Habitat Partagé Seniors des Maisons Brugère en compagnie de Anne Lesimple, conseillère municipale et infirmière libérale ainsi que des architectes du cabinet Besson/Bolze venues présenter une première élaboration des plans de l’ensemble.

    Aux origines du projet

    C’est en sachant que l’îlot des Maisons Brugère situé à l’entrée du bourg comprenant deux maisons d’habitation et un grand terrain étaient à vendre que 3 conseillères municipales échafaudaient le projet d’un habitat partagé à destination des seniors. La réflexion se poursuivait alors en conseil municipal avec le constat que la première opération en faveur des seniors, l’ouverture de la cantine à nos aînés depuis janvier 2018, était un franc succès. Nous avons tous compris que cet échange intergénérationnel était tout autant bénéfique pour les aînés que pour les enfants. De là à imaginer la transformation des Maisons Brugères situées en face de l’école en habitat partagé seniors, il n’y avait qu’un pas !
    C’est donc à l’unanimité que l’ensemble du conseil municipal envisageait l’achat de cet îlot par l’intermédiaire de l’EPF (Établissement Public Foncier) dans un premier temps. Le premier contact date de février 2020, l’achat était concrétisé en juillet 2021.

    Rompre l’isolement, aider à mieux vieillir

    Comme l’expliquait Anne Lesimple, vieillir n’est pas subir.

    « Il faut … continuer à vivre, se sentir utile, avoir des projets, garder une bonne image de soi- même. L’homme n’est pas fait pour vivre seul… au cours de notre vie nous aimons, créons une famille… mais à l’autre bout de la vie, quand les enfants sont partis, si nous avons perdu un conjoint, nous rejoignons pour nos vieux jours, les 26 % de personnes en lot et Garonne de 65 ans à 79 ans et les 40 % de plus de 80 ans qui vivent seules. »

    Quel type d’habitat partagé, dans quel but ?

    Jean-Luc Gardeau reprenait la parole pour expliquer le choix de la municipalité en faveur d’un habitat inclusif. Un logement ordinaire adapté aux besoins des personnes, même si elles sont à mobilité réduite. Dans un environnement partagé et aménagé pour permettre la vie individuelle de chacun tout en ayant des espaces communs pour le bien vivre ensemble.

    « Notre souhait est de proposer une alternative à la maison de retraite, de sortir de l’isolement ou de la solitude, de répondre à la baisse du pouvoir d’achat, de se sentir utile en restant disponible pour le village et pour les autres, d’avoir un logement indépendant tout confort tout en profitant au gré de chacun d’espaces partagés – cuisine et grand séjour, buanderie, potager, poulailler … – d’avoir la possibilité de participer à des activités, ateliers, sorties ou animations, de rassurer la famille. »

    Présentation du cabinet d’architecture Besson/Bolze

    Clémence Besson et Léa Bolze dont le cabinet d’architecture est situé à Bordeaux présentaient alors la maquette du projet en expliquant que rien n’était définitif mais qu’au contraire la discussion était ouverte pour modifier les plans en fonction des désirs ou des besoins des personnes susceptibles de vivre un jour dans cet habitat partagé.

    Les plans actuels montrent 4 appartements dans chacune des habitations. On compte 6 appartements avec 1 chambre (T2) et 2 appartements avec 2 chambres (T3). Pour chacun des bâtiments, l’étage sera accessible soit par un escalier, soit à l’aide d’un monte-charge. Chaque logement bénéficie d’un espace extérieur, soit jardinet pour ceux du rez-de-chaussée, soit galerie pour ceux de l’étage.
    Les espaces communs sont prévus dans l’atelier municipal actuel idéalement enclavé dans le jardin de l’îlot. Ils comprendraient une cuisine et une pièce de vie, une buanderie et des sanitaires. Une belle ouverture donnant sur une terrasse est prévue côté jardin.

    Les architectes ont pour habitude de travailler avec des matériaux de construction écologique. Elles tiennent à respecter le cachet des bâtiments existants. La maison d’aspect moderne serait doublée par l’extérieur puis enduite. A contrario, l’ancienne serait doublée par l’intérieur pour garder son aspect visuel actuel.
    Pour répondre aux questions des gens présents dans la salle, la climatisation n’est pas prévue puisque l’accent sera mis sur une bonne isolation des combles, un apport d’ombre dans les pièces de vie tournées vers le sud grâce à une coursive qui prendra place le long des bâtiments et à l’aide de fenêtres de ventilation qui permettront la circulation et le renouvellement naturel de l’air. Idem quant à l’isolation acoustique entre les différents appartements. Ils sont en grande partie séparés par les espaces de circulation communs. Les quelques murs mitoyens seront correctement isolés toujours à l’aide de matériaux naturels de type laine de mouton ou panneaux de chanvre.

    Cependant, rien n’est encore figé et si les souhaits des personnes participant aux ateliers de concertation se recoupent, les plans seront modifiés en fonction. Voilà bien le but de ces rencontres avec la population.

    Visite de l’espace extérieur des Maisons Brugère

    L’après-midi se terminait par une visite très appréciée de l’espace extérieur des maisons Brugère. La découverte du grand jardin vert moucheté de pâquerettes sous un beau soleil de printemps clôturait ces premiers échanges sur une note très optimiste. Là encore, Clémence Besson et Léa Bolze pouvaient expliquer l’ensemble du projet au groupe de seniors sauvetatois très attentifs. De son côté, Monsieur le Maire faisait de même avec Monsieur le Député.

    Retenez la date du prochain atelier de concertation

    Que vous soyez senior ou pas;
    Que vous soyez sauvetatois(e) ou pas …

    Vous êtes cordialement invités au prochain atelier de concertation qui aura lieu dans la salle des animations (près de la salle des sports) le jeudi 5 mai à 14h. Les jeunes architectes du cabinet Besson/Bolze seront présentes.

    N’hésitez pas à consulter les plans avant la prochaine rencontre. Ils vous permettront de mieux comprendre la disposition des appartements et des espaces partagés pour pouvoir ensuite donner votre point de vue.

    Plans pour concertation publique

     

  • Conséquences Covid, plus de seniors à la cantine !

    Article de Marie-Pierre Caris, journaliste du Républicain, paru le 5 avril 2018.

    En raison de la reprise de l’épidémie de Covid, c’est à contre-cœur que la Municipalité a pris la décision de ne plus accueillir les seniors à la cantine scolaire de La Sauvetat du Dropt dès ce lundi 6 décembre.

    Ces repas, que les seniors partageaient avec les enfants depuis janvier 2018, ont déjà cessé de mars 2020 à septembre 2021. Le coupable en est le Covid bien sûr !
    Finis les échanges intergénérationnels que seniors et enfants découvraient avec grand plaisir. Il faudra de nouveau attendre des jours meilleurs…

  • Les seniors sont de nouveau bienvenus à la cantine scolaire

    L’opération des seniors à la cantine démarrée en janvier 2018 avait dû s’arrêter net à l’arrivée de l’épisode COVID. Pour cette rentrée scolaire, le secrétariat de mairie de La Sauvetat du Dropt s’est renseigné auprès des autorités compétentes pour savoir s’il était possible d’accueillir les seniors de nouveau. De son côté, le Maire Jean-Luc Gardeau a contacté son homologue de Bioule, Monsieur Serra, précurseur en la matière. Voilà donc que ces échanges intergénérationnels peuvent reprendre et ce dès lundi 27 septembre.

    Rappelons que la cantine est ouverte aux seniors à partir de 70 ans, les lundis, mardis, jeudis et vendredis et seulement en période scolaire, qu’il faut se présenter à midi devant le portail et présenter le PASS SANITAIRE et que le masque est obligatoire jusqu’à la table. Les inscriptions sont obligatoires auprès de la Mairie puisque les places sont limitées à 5 seniors par repas. Comme cela s’est pratiqué fin 2019, les seniors des communes voisines peuvent bénéficier d’un parrainage des seniors de la commune.

    Les seniors seront à la cantine mais plus à la table des enfants

    Le règlement intérieur imposait que les seniors s’installent chacun à une table d’enfants afin de favoriser les échanges intergénérationnels. Cela ne sera plus le cas, on s’en doute, pour garder une certaine distanciation. Les échanges pourront néanmoins se faire avant et après le repas lorsque les masques auront été remis.

    Renseignements et inscriptions à la Mairie

     

  • Conséquences des mesures sanitaires COVID-19

    Énumération des conséquences dues aux mesures sanitaires imposées par le gouvernement suite à la pandémie du COVID-19 pour la commune de La Sauvetat du Dropt
    • L’interdiction d’ouverture de l’aire de jeux située près de l’école en dehors du temps scolaire.
    • L’impossibilité d’accueillir des adultes à la cantine. Triste décision pour les seniors qui avaient pris l’habitude de rejoindre les enfants à l’école pour prendre leur repas de midi depuis plus de deux ans.
    • La fermeture de la Cabane-Info située à l’entrée de l’aire de camping-car.

    Il est impossible de savoir si les choses reprendront le cours normal « du monde d’avant » ou s’il faudra s’adapter encore plus pour inventer un « monde d’après » respectueux des hommes et de l’environnement. Ce qui manque le plus dans notre village, ce sont surtout ces échanges intergénérationnels qui enrichissaient autant les seniors que les enfants. Une belle expérience qui aura porté ses fruits dès la mise en place en janvier 2018 et que nous espérons vraiment reprendre dès que l’autorisation en sera donnée.   .

  • Noël des Seniors à la cantine

    Pour clôturer l’année des Seniors à la cantine, la municipalité de La Sauvetat du Dropt invitait les habitués à se joindre au repas de Noël des écoliers. Ils étaient 10 à attendre sagement devant la porte de la cantine que la jeunesse franchisse le seuil, profitant de l’intervalle pour lancer un petit bonjour, un grand sourire ou un clin d’œil de connivence avant de saluer l’arrivée de Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau.

    Pour ce repas de fête et parce que les employés municipaux de la commune étaient présents également, les adultes se retrouvèrent à partager seuls une table en compagnie des professeurs des écoles dont Stéphanie Ledoux. Au cours de l’année, les seniors ne peuvent être qu’au nombre de 6 pour un même repas et ils sont invités à partager la table des élèves.

    L’expérience, récente encore, prouve que jeunes et moins jeunes apprécient ces échanges intergénérationnels. Les petits apprennent les subtilités d’un monde moderne qu’ils pensaient acquis par leurs aînés. Lesquels ripostent en racontant les histoires de leurs années d’école passées sur des bancs de bois dans une classe où l’on devait allumer le poêle l’hiver et où on venait à pied depuis la campagne avec, pour certains, les sabots de bois. Et puis, il y a Enza, Italienne mariée à un Britannique et vivant en France. Les enfants sont stupéfaits de l’entendre parler plusieurs langues suivant à qui elle s’adresse. Une belle façon de réfléchir à l’importance des langues au cours de leurs études.

    Ces liens, qui se sont tissés au cours de cette première année, confirment, s’il en était besoin, l’importance d’une telle action. Les petits sont plus attentifs, les anciens ressortent plein d’une énergie nouvelle. Pour des enfants éloignés de leurs grands-parents comme pour des grands-parents éloignés de leurs petits enfants, ces repas pris en commun sont primordiaux. Ils permettent de rester jeune et dans le vent. Demandez donc à Jean-Pierre, ce grand enfant qui vient chaque jour partager son repas avec les petits. Ils permettent aussi de rompre la solitude des repas pris avec pour seule compagnie un écran de télévision et des informations qui, pour la plupart, n’incitent pas à la gaieté.

    Quant aux cuisinières que sont Hélène, Isabelle et Marine la jeune stagiaire, l’habitude est prise et c’est avec le sourire qu’elles accueillent ce groupe élargi. Il paraît même que les anciens ont droit au café en fin de repas avant de reprendre la route vers leur domicile.

    Il ne fait aucun doute que cette action qui a débuté en janvier 2018 sera reconduite et même encouragée dans les villages alentours. Demandez donc conseil à Monsieur le Maire. Il se fera un plaisir de vous répondre et de vous montrer les photos qu’il a prise avant de prendre place à sa table.

  • Seniors et enfants en vedette sur le journal local

    Marie-Pierre Caris, journaliste à Marmande pour le compte du Journal Le Républicain, s’est déplacée fin mars dans notre petit village de La Sauvetat du Dropt, curieuse de constater, de visu, le succès de l’opération des Seniors à la cantine. Conquise par la convivialité du lieu, Marie-Pierre restait tout le temps du repas pour discuter avec seniors et enfants et même avec Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau venu l’accueillir.

    Ci-contre l’article paru le 5 avril. Ou plus lisible ici DES SENIORS A LA CANTINE.
    Ce jeudi 22 mars, les seniors présents étaient Régine et Francine, inscrites occasionnellement et Jean-Pierre, inscrit pour l’année et sans regret si l’on en croit le sourire qu’il affiche sur la photo de la journaliste. Comme le dit Jean-Luc Gardeau, le succès est tel que « la municipalité envisage de l’ouvrir aux seniors d’autres communes par parrainage. Une manière chaleureuse de rompre l’isolement des personnes âgées en faisant de l’intergénérationnel« . Il eut été vraiment dommage de ne pas tenter l’expérience!

  • Les mamans se font l’écho de leurs enfants

    Il est toujours question des SENIORS A LA CANTINE. L’article a été posté sur la page facebook de La Sauvetat du Dropt générant une série de commentaires de la part des mamans ayant leurs enfants à l’école du village. Commentaires qui sont ceux de leurs enfants, de leurs impressions après cette première semaine d’échange intergénérationnel. Vraiment, il eut été dommage de ne pas tenter l’expérience.

  • Les enfants ont accepté les seniors à la cantine

    Voilà lancée l’expérience des Seniors à la Cantine de La Sauvetat du Dropt.

    Pour ce premier repas, 4 seniors étaient inscrits. Des têtes connues dans le monde associatif du village pour ce début puisque vous reconnaîtrez sur les photos Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté et sa très active bénévole Régine Jolibert ainsi que Jean-Pierre Meyrat, président de l’US Cyclo club.

    La quatrième inscrite est venue à pied depuis les hauteurs de la commune. Elle se prénomme Enza, est Italienne mais parle très bien français puisqu’elle a passé la plus grande partie de sa jeunesse en France avant de partir vivre en Angleterre pendant plus de 50 ans avec son époux britannique. Elle a rejoint son fils Ian Graham depuis quelques temps et a décidé de vivre l’expérience des seniors à la cantine après avoir visionné une émission britannique qui faisait part d’une expérience similaire. Enza avait été interpellée par les interviews des enfants et des seniors ayant participés. Aussi a-t-elle répondu très rapidement et favorablement au courrier reçu de la mairie l’invitant à vivre cette même expérience de partage et d’échange avec les enfants de son village d’adoption.

    Quelques réactions d’enfants

    Suite à ce premier repas, nous avons interrogé certains parents qui ont aussitôt répondu. Leurs enfants étaient très excités en rentrant de l’école. Ils avaient énormément de choses à raconter. Cassandra était à la table de Régine. Elle a apprécié de partager ce repas avec une mamie et avec ses amis, ils ont même appris à jouer à pigeon vole.

    Quand à Gemma, petite anglaise vivant à La Sauvetat depuis quelques années, le hasard fait bien les choses puisqu’elle a été ravie de partager ce repas avec Enza. Julie, sa maman, raconte qu’elle a été très impressionnée que cette grand-mère lui parle anglais et poursuive la conversation en français avec ses petits camarades de table. Enza leur a raconté qu’elle était venue à pied et que ça faisait un long trajet pour venir jusqu’à l’école et repartir mais qu’elle aimerait revenir et s’asseoir à la même table avec les mêmes enfants.

    Gemma’s mother comment: When Gemma left school yesterday she was so excited to discuss the lunchtime.
    She was very impressed to have Enza sitting at her table, who did speak English to her and French to everyone on her table.
    Gemma said she was really nice and Gemma really enjoyed having lunch with her. Enza said it was a long way for her to walk to the school and back but would love to come back and sit at the same table with the same children.
    Et celles des adultes

    Quant aux seniors, retours très favorables. Régine était à la table de Cassandra, Zoé, Cléa et Enzo. Après les présentations en tout début de repas, les enfants ont tenu à ce qu’elle se serve en premier de tous les plats. Elle leur a dit qu’elle mangeait des cordons bleus pour la première fois. Au moment du dessert, ils ont joué à pigeon vole et ont essayé de faire des bateaux avec leur serviette. Et à la fin du repas, « le comble avec des enfants apparemment assez dissipés », dit-elle, sa table a été élue table la plus sage! Elle en est très fière et a répondu par l’affirmative sans hésiter à la question « tu reviens la semaine prochaine »?

    Francine avait à sa table 3 garçons et 1 fille dont elle ne se rappelle pas encore les prénoms. Voilà un bon exercice pour la mémoire, n’est-ce pas? Ils ont tous beaucoup parlé et souvent en même temps. Elle a eu un peu de mal à les comprendre. Ils ont été très polis puisqu’un de ces enfants l’a servie. Ils ont parlé des cadeaux de Noël et Francine leur a raconté le temps, il y a longtemps, où elle allait à l’école de La Sauvetat. Qu’il n’y avait pas de cantine et qu’elle n’y mangeait que quand il faisait mauvais temps. Sa maman lui préparait alors une omelette entre 2 morceaux de pain et une petite bouteille d’eau. Elle adorait ça et surtout de rester manger avec les copains et les copines. Elle leur a aussi expliqué qu’autrefois, l’école était dans le bâtiment de la mairie actuellement et que ce pique-nique se prenait dans le couloir où étaient installés des tables et des bancs. Pour elle, c’était la fête.
    Pour les enfants de sa table, ces histoires d’avant sont une nouveauté dans leur quotidien scolaire.

    Et Monsieur le Maire qui était là pour ce premier repas des seniors à la cantine est revenu lui aussi enchanté. A sa table, 3 enfants qui se sont adaptés très vite à sa présence et qui ont lancé la conversation après quelques questions banales. Ils ont abordé des sujets très sérieux, la question de l’homosexualité et de savoir comment ils pouvaient faire des enfants! Une réflexion sur le suicide et la disparition de leur grand-mère ou grand-père. Son petit voisin de table, Thomas, lui a dit qu’il connaissait par cœur le règlement de la cantine. Parce qu’il l’avait copié 100 fois!

    En sortant de table, les enfants ont voulu savoir quand les dames reviendraient et ont dit qu’ils se mettraient à la même table. « Plutôt bon signe » conclut le Maire. Pour terminer le repas, lorsque tout ce petit monde fut dans la cour de récréation, seniors et Maire firent un petit débriefing en buvant le café avec Aurélien, employé municipal, et Hélène, notre cantinière que ce travail supplémentaire n’a pas perturbé. Premier repas très positif. Opération concluante à poursuivre sans modération!

    D’ailleurs, Jean-Pierre est inscrit pour chaque jour de la semaine et Francine, Régine et Enza ont décidé de se retrouver chaque lundi midi à la cantine. Un bon début. Il reste des places, tout senior de 70 ans et plus vivant à La Sauvetat du Dropt, français ou étranger, est le bienvenu.

  • Déjà des inscriptions pour les Seniors à la cantine

    Arrivée des seniors et des enfants à la cantine de Bioule … dès le 15 janvier à La Sauvetat.

    Bientôt l’expérience des Seniors à la Cantine

    Suite à la distribution du courrier annonçant la possibilité pour les Seniors à partir de 70 ans de prendre leur repas de midi à la cantine scolaire, la Mairie de La Sauvetat du Dropt enregistrait 6 inscriptions. L’échange intergénérationnel débutera dès lundi 15 janvier.

    Rappelons qu’il y a cinq places disponibles et qu’il sera possible de prendre son repas à la cantine les lundi, mardi, jeudi et vendredi des périodes scolaires. Un règlement intérieur est en cours d’élaboration. Il est demandé, entre autres, de s’inscrire une semaine avant, d’être résident de la commune, d’être à midi devant le portail de l’école et de prendre son repas au milieu des enfants afin qu’un échange se crée. Ce règlement sera donné à chaque participant.

    En attendant de voir des photos de ces premiers seniors tentant l’expérience, voici les courriers qui ont été distribués. En français mais aussi en anglais pour ne pas oublier nos administrés anglophones. Merci à Lesley Walker pour la traduction et pour ses encouragements puisqu’elle trouve cette initiative très intéressante. Elle espère que ses compatriotes répondront favorablement. Un bon moyen, dit-elle aussi, de pratiquer le français.


    Courrier seniors à la cantine et Document for senior’s lunches

    Ci-contre, à partir du 15 janvier, vos menus concoctés par Hélène pour vous permettre de choisir les jours de repas à la cantine. N’oubliez pas de vous inscrire à la mairie 1 semaine avant.

  • Monsieur le Maire et ses adjoints en visite à Bioule

    Où se trouve Bioule et pourquoi cette visite?

    Bioule est une commune du Tarn-et-Garonne qui compte 1097 habitants. Elle est située à 20 km à l’est de Montauban. Son nom commence à être connue en raison de sa cantine intergénérationnelle mise en place voilà six ans. Cette expérience, dont nous avons entendu parler au cours de journaux télévisés et via les réseaux sociaux, intéresse beaucoup la municipalité de La Sauvetat du Dropt. De ce fait, vendredi 17 novembre, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau a fait le déplacement avec deux de ses adjoints, Jean-Pierre Tenot et Isabelle Janssen, invités par le Maire de Bioule, Monsieur Gabriel Serra.

    A l’origine de la cantine intergénérationnelle

    Le petit groupe de Sauvetatois a reçu un accueil très chaleureux. Monsieur Serra, habitué à répondre aux journalistes, a très simplement parlé de ce projet né d’une boutade lors de la construction de la cantine il y a six ans. Les travaux étaient assidûment suivis et commentés par un dénommé Pierrot, retraité du village. Un peu agacé par la présence permanente et l’excès de zèle de son administré, Monsieur le Maire prît la mouche et finît par lui dire: « Mais tu finiras aussi par manger à la cantine, non? ».

    Cette petite phrase qui se voulait ironique ne tomba pas dans l’oreille d’un sourd et Pierrot répondit aussitôt: « Mais pourquoi pas? ».
    Bien sûr, durant toute la poursuite des travaux, il remit souvent l’idée sur le tapis tant et si bien, que le Conseil Municipal mis le sujet à l’ordre du jour et que naquit le projet des « Seniors à la cantine »!

    Pierrot le meneur eut tôt fait de rameuter le quartier et cette aventure, devenue un succès, dure depuis six ans. Dans les faits, lorsque la cloche de l’église sonne midi, on voit arriver les retraités avec leur canne ou déambulateur très vite rejoint par les enfants qui ont à traverser la petite place depuis le château classé où se trouvent les salles de classe.

    Un règlement intérieur à respecter

    Tout a été fait dans les règles à commencer par une déclaration en Préfecture. Puis l’étude d’un tarif, ici 6 €, qui ne porte pas préjudice aux restaurants de la commune ou au service du portage de repas à domicile. Un nombre de places limitées. La cantine ayant une capacité de 132 personnes et comptant 120 élèves, il était possible d’accueillir 12 retraités. Un âge minimum fixé à 75 ans et un règlement stipulant qu’il faut être résident de la commune, s’inscrire une semaine avant, être correctement vêtu, ne pas prendre de médicaments au cours du repas, manger le repas du jour et s’installer au milieu des enfants.

    Dans les faits, il s’avère que les inscriptions sont inutiles et que les cantinières font d’elles-mêmes quelques extras en confectionnant une pâtisserie à l’occasion d’un anniversaire par exemple. Il est intéressant aussi de savoir que durant les vacances scolaires, ces personnes se retrouvent au restaurant du village tous les midis.

    Un succès maintes fois récompensé

    Cette cantine intergénérationnelle est un véritable succès. Les cinq personnes âgées que nous avons rencontrées ce jour-là avaient entre 87 et 93 ans. Et, on peut vous l’assurer, l’œil pétillant de malice! Denise parlait de You Tube et de Facebook, René parlait de ses échanges avec les petits notamment au sujet du point qu’il lui manquait pour le brevet d’étude, Pierrot, de son ancien métier … Quant aux enfants, nous avons très vite compris que la présence de ces papys et mamies étaient très naturelle. Les bises fusent à l’entrée de la cantine et un tour de rôle s’organise pour prendre place à table et que l’échange ne profite pas toujours aux mêmes.
    Bien sûr, depuis le commencement, certaines de ces personnes âgées ont disparût. Mais la mort c’est la vie et les enfants l’ont compris.

    Quant aux diverses récompenses, elles ne sont pas anodines. Outre les nombreux articles sur les journaux dont Le Monde, il y a le prix Nestlé de 5000 € qui a permis d’équiper la cantine. La Mairie de Bioule a remporté cette année le prix des Assises Nationales des étudiants et du Développement Durable remis par Nicolas Hulot. En 2016, les enfants accompagnés de leurs parents ont été invités par Frédéric Lopez pour l’émission « Mille et une vie rêvées ». Et cette année, la Mairie est nominée pour aller à Vienne en Autriche. Un vrai beau succès.

    Et alors, à quand cet échange à La Sauvetat du Dropt?

    Le sujet a été débattu en conseil municipal et adopté à l’unanimité. Hélène, notre cantinière, est partante bien sûr. Stéphanie Ledoux, maîtresse des écoles, a hâte de voir le résultat. Le courrier est prêt et sera bientôt remis aux personnes à partir de 70 ans avec une explication quant au déroulement. Il y a cinq places disponibles dans la cantine et il sera possible de venir les lundi, mardi, jeudi et vendredi des périodes scolaires et cela dès le 15 janvier 2018. Il faudra aussi s’inscrire une semaine avant et être résident de la commune.

    Nous espérons que vous serez nombreux à tenter l’expérience « dans la limite des places disponibles ». Nous pourrons alors inviter Monsieur Serra et ses conseillers qui le souhaiteront à venir partager le repas en votre compagnie pour le remercier de son si chaleureux accueil.