• La bibliothèque invite une romancière en ses murs

    La bibliothèque de La Sauvetat du Dropt invite Lorraine Rountree, romancière

    Parce qu’elle suit et participe à la vie sauvetatoise à travers sa page facebook et qu’elle vient régulièrement dans sa maison secondaire de Pardaillan, Lorraine Rountree, parisienne originaire de Bretagne, consultante en communication et écrivain était invitée à venir parler de son œuvre en cours d’écriture, une saga intitulée « Sans héritage » (6 tomes déjà parus et 2 à venir prochainement).
    La rencontre est ici résumée par Stéphanie Lespineux Noël, maman sauvetatoise d’origine Belge qui instruit ses enfants elle-même à la maison. Les photos sont de Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté.

    « Les parties de scrabble, la gaieté des habitués et l’entrain du personnel rythment habituellement les rencontres du mercredi après-midi à la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt.
    Ce 25 avril, la visite de la romancière Lorraine Rountree, habitante de Pardaillan, a donné une autre dimension à ce rendez-vous hebdomadaire.
    Venue pour présenter le nouveau volume de sa saga familiale et historique ‘SANS Héritage’, l’auteure a captivé mais surtout ému les Sauvetatois venus à sa rencontre.
    Difficile, il est vrai, de rester insensible à la passion qui anime Lorraine et à l’univers du petit Lucien Louis Marie, héros de la saga, présenté avec tant d’élan et de tendresse.
    La romancière a également partagé, avec beaucoup de générosité, son remarquable travail de documentation. Il faut dire que l’histoire de la saga s’étend de 1913 à 1983! Donc, afin de coller à la réalité de l’époque, l’écrivaine effectue des recherches minutieuses dans les archives tels les horaires des lignes de train ou encore le prix des billets… Ces recherches lui permettent de nous rapporter de nombreuses anecdotes du terroir. Les aventures du héros prennent, en effet, racine dans la région.
    Cette présentation des premiers volumes est si captivante qu’elle invite à la découverte des personnages et nous promet de fabuleuses heures de lecture à venir. »

    Cette saga – dont les 2 premiers volumes ont été généreusement offerts par l’auteure elle-même – vous attend à la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt située dans la Maison des Loisirs chaque mercredi de 14h à 18h30 et le 1er samedi de chaque mois dès ce samedi 5 mai aux mêmes horaires. Françoise et Arlette sont là pour vous accueillir.

    Lorraine Rountree fait don de livres anglophones

    Enchantée par l’accueil qui lui fut réservé, Lorraine Rountree décidait de faire don de livres anglophones à la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt. D’auteurs anglais, irlandais ou américains et composé de romans et de polars, ce don vient enrichir les étagères de livres mis à la disposition des lecteurs de lanque anglaise. Lorraine fut chaleureusement remerciée par Françoise Ivars, responsable de la bibliothèque.

    Les photos de cette seconde visite sont de Francis Secco, sauvetatois, membre du club photo Objectif Duras.

  • Le Jimboura des Amis de La Sauveté

    Ferventes conservatrices du patrimoine culinaire local, les dames des Amis de La Sauveté, menées par leur présidente Francine Pandolfo, proposaient un repas Jimboura samedi 3 mars en soirée. Comme son nom ne l’indique pas, ce repas était en majorité composé de cochon. A commencer par la soupe dont les légumes étaient cuits dans l’eau de cuisson du boudin, soupe appelée Jimboura.

    Parmi les convives, des Sauvetatois dont certains comptent pour la commune tels que Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau, une délégation du Comité des Fêtes venue en amis parmi lesquels le nouveau président Peter Cain, une belle tablée de l’association cycliste avec leur président Jean-Pierre Meyrat, des Sauvetatois d’adoption curieux de goûter à ce plat dont ils n’avaient jamais entendu parler dans leur région de l’Orléanais et la table des amies de Régine, toutes ferventes adeptes de patchwork dans une association de St Pardoux-Isaac, ici accompagnées de leur mari.

    La grande information de la soirée, non divulguée puisqu’elle ne concernait que les cuisinières, était le bon fonctionnement du four de la cuisine communale. Problème d’organisation interne penserez-vous mais grand soulagement pour ces dames qui composaient avec ce four défectueux depuis presque … 10 ans! Information qui réjouira toutes les associations du village ainsi que les particuliers qui louent cette salle à l’occasion.

    L’Association des Amis de La Sauveté invite ses membres et tous ceux qui souhaitent les rejoindre à son Assemblée Générale qui se tiendra le vendredi 16 mars à 20h30 à la Maison des Loisirs. Le programme culinaire et culturel, appétissant, chargé et varié, sera donné en détail après lecture des rapports moral et financier.

  • La bibliothèque ouvre le premier samedi du mois

    Information de Françoise Ivars, responsable bénévole de la bibliothèque, et Arlette, bénévole assistante assidue.

    Françoise et Arlette, qui vous accueillent le mercredi à la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt sise dans un local aménagé de La Maison des Loisirs de 14h à 18h30, vous recevront aussi chaque premier samedi du mois dès le mois de mai. Rendez-vous donc les samedis 5 mai, 2 juin, 7 juillet, 4 août et 1er septembre.

    Elles espèrent ainsi répondre aux souhaits des personnes pour qui le jour et les horaires ne conviennent pas.

    Le bureau des Amis de La Sauveté, dont la bibliothèque est une section, ainsi que Monsieur le Maire, se félicitent d’une telle initiative.

  • Peintres dans les rues aux Couleurs d’Aquitaine

    Les Amis de La Sauveté vont accueillir Couleurs d’Aquitaine

    Couleurs d’Aquitaine est une association qui dessine le patrimoine en invitant peintres amateurs ou confirmés à un concours de peinture qui se déroule sur une journée. Charmés par l’idée, Francine Pandolfo et les membres des Amis de La Sauveté ont rencontré les responsables de l’association, Jean-Paul LAURENT et Annick BOUCHU en début de semaine.

    La visite débutait par un rapide tour du village pour que le couple découvre le patrimoine sauvetatois. Les vestiges de notre passé historique ne sont pas les seuls pouvant intéresser l’œil aiguisé d’artistes. Le détail d’une pierre, la couleur défraîchie d’une porte, la perspective d’une rue ou l’évocation d’un événement passé peuvent éveiller la curiosité et mettre en mouvement pinceaux d’aquarellistes ou autres crayons pastels.

    Samedi 4 août 2018

    Le groupe terminait la visite dans la bibliothèque pour mettre les détails au point. La date retenue de part et d’autre est celle du Samedi 4 Août. Ce Concours de Peinture intégrera le programme de la Fête Votive du Comité des Fêtes.

    Cette manifestation se veut populaire et invite des peintres confirmés aux côtés d’artistes en herbe, adultes ou enfants dès le très jeune âge. L’inscription est gratuite. Chaque participant laisse libre cours à son inspiration et compose une œuvre dans la technique picturale de son choix. En fin d’après-midi, un jury local décerne les prix selon les catégories d’âges et de techniques. Une exposition et un pot de l’amitié clôturent la journée.

    Les précisions utiles seront données au début de l’été. Mais gardez bien en tête la date du 4 août si l’expérience de dessiner dans la rue vous séduit, et n’hésitez pas à en parler autour de vous. De son côté, l’association des Amis de La Sauveté prépare une affiche spéciale à destination des écoles pour inciter les plus jeunes à venir participer.

  • Nouveaux romans et livres régionaux à la bibliothèque

    Françoise Ivars, responsable de la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt, section des Amis de La Sauveté, vous fait part de l’arrivée de nouveautés sur ses rayons. Des livres d’auteurs régionaux pour la plupart, pour connaître l’histoire de notre région ou se détendre à la lecture d’un roman.

    Pour rappel, la bibliothèque est ouverte le mercredi après-midi de 14h30 à 17h. C’est aussi un lieu où se retrouvent les amateurs de scrabbles ou de rummikub. N’hésitez pas à venir pousser la porte pour un premier contact.

    « Au fil du Dropt » de Jacques Reix originaire de Port-Ste-Foy (24).

    De Capdrot à Caudrot, voici une invitation à une balade au fil du Dropt, jadis navigable… de villages en moulins, de châteaux en bastides. Laissez-vous porter par le charme de cette rivière aux soixante-six moulins dont l’auteur nous conte l’histoire, de la batellerie au chemin de fer, de la période gallo-romaine à l’époque contemporaine.

    Ce livre met en lumière le grand et le petit patrimoine qui constituent tous les éléments de cette « machine à rêver » qu’évoque si bien l’auteur. Conscients du passé mouvementé et laborieux de ces lieux de vie et de leurs liens sociaux, rêvons avec lui d’un avenir radieux fait d’échanges et de partages tout au long de la « Trame Bleue » de nos rivières (Jacques Constantin, raconteur de pays du Moulin de Cocussotte).

    « Chronique du patrimoine ferroviaire en Lot-et-Garonne » de Damien Follet, agriculteur à Lévignac de Guyenne.

    Saviez-vous que douze lignes de chemin de fer ont jadis sillonné les paysages du Lot-et-Garonne ? Le couloir de la Garonne a servi de colonne vertébrale à un réseau qui se développa en arête de poisson sur les rives droite et gauche du fleuve. Chaque chef-lieu de canton voulait son train et sa gare ! Pourtant, dans sa plus grande extension, vers 1930, le réseau ferré, qui semblait bien quadriller le territoire, ne comptait que 530 kilomètres de rails ! Dans les faits, la conception et la construction de ces lignes fut compliquée, et cela pour une durée de vie souvent abrégée à cause de leur faible rentabilité… Entre la fin du XIXe siècle et la seconde guerre mondiale, elles rendirent pourtant des services inégaux mais irremplaçables ! C’est sans doute le souvenir des dernières locomotives à vapeur ou celui du sifflement des turbines diesels, à la charnière des années 1960-1970, qui ont forgé la passion de Damien Follet pour l’histoire du rail. Après de longues années de recherches et des centaines de kilomètres parcourus, il nous livre une étude approfondie sur « l’épopée du rail » en Lot-et-Garonne. Au fil des pages et des images, nous prenons conscience de l’investissement humain, matériel et financier que la construction du chemin de fer a demandé. Il est important aujourd’hui de témoigner sur ce patrimoine disparu ou abandonné.

    « La liseuse » de Yvonne Robert du Mas d’Agenais que nous avons accueilli à l’occasion du Marché de Noël de 2017.

    Ninon, veuve et grand-mère encore jeune, est biographe dans une maison d’édition.
    Un jour, un vieux monsieur fait appel à leurs services pour la rédaction de sa biographie. Son récit en forme d’aveux va bouleverser Ninon qui se sent concernée.
    Qu’a-t-il bien pu divulguer pour l’affecter aussi douloureusement? Malheureusement il décède avant d’avoir tout dévoilé et de nombreuses questions restent posées. Elle ne peut en rester là. Elle doit savoir. Elle doit comprendre… Il lui semble évident que sa naissance et la vie de sa famille sont impliquées.
    D’Agen où elle réside, c’est dans le petit village du Mas-d’Agenais que vont l’amener ses investigations pour lesquelles elle va bouleverser ses habitudes de vie. Dans son esprit tourmenté elle espère faire entrer la lumière à travers les souvenirs d’une attachante vieille dame.
    Trouvera-t-elle des réponses? de l’affection? et, pourquoi pas, de l’amour?

    « Un Juif pour l’exemple » de Jacques Chessex

    1942 : l’Europe est à feu et à sang, la Suisse est travaillée de sombres influences. À Payerne, ville de charcutiers « confite dans la vanité et le saindoux », le chômage aiguise les rancoeurs et la haine ancestrale du Juif. Autour d’un « gauleiter » local, le garagiste Fernand Ischi, et du pasteur Lugrin, proche de la légation nazie à Berne, s’organise un complot de revanchards au front bas, d’oisifs que fascine la virilité germanique. Ils veulent du sang. Une victime expiatoire. Ce sera Arthur Bloch, marchand de bestiaux. À la suite du Vampire de Ropraz, c’est un autre roman, splendide d’exactitude, à l’atmosphère lourde, que nous donne Jacques Chessex. Les assassins sont dans la ville.

  • Un Maire confiant dans le dynamisme de sa commune

    La tradition et la bienséance veulent qu’une municipalité invite ses administrés à l’occasion des vœux de la nouvelle année. A La Sauvetat du Dropt, le rassemblement avait lieu samedi 13 janvier dans la salle des animations. Une partie de la population s’était déplacée dont plusieurs couples d’anglophones venant là pour apprendre à connaître les us et coutumes du village qu’ils ont adopté.

    Dans son bilan de fin d’année, Mr le Maire Jean-Luc Gardeau faisait le tour de l’état civil. 6 décès pour 2 naissances rattrapés par 5 mariages. Il souhaitait la bienvenue aux nouveaux arrivants, 8 familles en 2017, qui seront invités à la Mairie pour une réception d’accueil au cours du printemps. L’occasion de leur faire découvrir le village et son histoire.

    Puis venait un point sur la politique actuelle. Le constat alarmant de l’écart flagrant entre l’urbain et le rural. La suppression des contrats aidés alors que ceux-ci étaient fortement encouragés voilà deux ans, renvoyant les jeunes à la case chômage et laissant les collectivités en pénurie de personnel, des enfants, des seniors et des associations sans encadrement. « Malgré cela, bien que tout devienne compliqué, nous courberons l’échine mais continuerons ».

    Point sur les travaux effectués et ceux à venir

    – L’année 2017 aura vu la fin des travaux sur la partie romane du Pont Roman, la mise en place d’une nouvelle passerelle et la restauration de l’arche découverte en 2016. Ces travaux se poursuivront en 2018 sur la partie gothique avec la restauration des arches et de la calade.
    – Les travaux sur les bâtiments communaux ont permis de remettre en état le logement situé au dessus du multiservices Proxi et de créer un porche au logement du presbytère. Actuellement, les employés municipaux réhabilitent le petit logement autrefois ancien gîte.
    – Une aire de stationnement en épi a été tracée et un massif fleuri créé Rue du Puits.
    – Les arbres de la Place du Moulin ont été remplacés par des mûrier en raison d’une maladie sur les prunus et les peupliers près du Chemin de Ronde ont été coupés mais plusieurs essences d’arbres seront replantées cette année suivi dans les années futures par une aire de jeux pour les enfants.
    – Une place handicapée est maintenant disponible devant la mairie. Le programme accessibilité se poursuivra sur les salles communales en 2018.
    – La signalétique des habitations est presque terminée celle des lieux-dits et de l’aire de camping-car est en cours tout comme celle des routes.
    – Une borne de propreté canine a été installée Place du Moulin.
    – La modification des collectes des ordures ménagères.
    – La restauration des vitraux de l’Église St Germain prévue pour 2017 est repoussée en 2018.

    La plupart de ces travaux ont été faits en régie par les employés municipaux que Monsieur le Maire remerciait.

    Pour les rencontres cultures, le concert Staccato comme chaque année en partenariat avec la CCPL de même que l’exposition photo et la journée Trésors de Guyenne accueillis pour une visite et le pique-nique de midi. L’Atelier Mémoire supporté par Les Amis de La Sauveté fut un grand succès. Et nous devons remercier Madame Levesque pour le beau tableau du Pont Roman offert et aujourd’hui exposé au secrétariat de la mairie.

    Les commerces et l’école

    Que dire des commerces. Un grand plaisir cette année a été la réouverture du salon de coiffure. Baptisé ManiHair, le défi d’Amandine est ambitieux mais elle est à la hauteur de la situation et les Sauvetatois, entre autres, ne sont pas étrangers à la fréquentation du salon. « Ce commerce est le second ouvert durant notre mandat et ce n’est pas le fruit du hasard. C’est le résultat de notre travail commun, qui fait de notre village une commune attractive ». Le multiservices ouvert depuis juillet 2015 vient d’embaucher une salariée prouvant ainsi sa réussite et justifiant la création de ce service de proximité.
    Le discours poursuivait en regrettant la fermeture du restaurant Ma Maison et du Golf de Boissec bien que ce soit dans l’ordre des choses, la retraite de ces propriétaires étant méritée. Ils ont eux aussi contribué à la bonne image du village.

    Côté scolaire, les effectifs se maintiennent avec 110 élèves pour le RPI Vallée du Dropt. Le rythme scolaire est revenu à la semaine à 4 jours suite au vote des parents d’élèves. Décision bienvenue puisqu’elle allège l’organisation et les charges financières de la commune. Courant 2018, les mesures de sécurité imposées devront être mises en place.

    Les associations, le blog/site du village

    Pour remercier tous ceux qui œuvrent tout au long de l’année, Monsieur le Maire choisissait de rendre compte des réflexions élogieuses entendues lors des réunions de la CCPL dans l’une ou l’autre commune pour conclure que l’ensemble des bénévoles de son village représentait une mine d’or. De même que le blog/site mis en place depuis 2010 par un ami informaticien rattaché par le cœur au Lot-et-Garonne ici nommé, Christophe Lesur. Succès confirmé par les plus de 30 000 visiteurs enregistrés en 2017.

    Pour affirmer que malgré les difficultés, grâce à sa volonté et à son dynamisme La Sauvetat du Dropt irait toujours de l’avant, le discours finissait par une comparaison amusante et positive: « La vie, c’est comme une boite de chocolats, faut pas laisser les autres vous la manger! ».

    Jean-Luc Gardeau invitait alors les présidents d’associations à venir présenter leurs activités. Prirent la parole tour à tour Jean-Paul Mothes pour le Comité des Fêtes, Francine Pandolfo pour Les Amis de La Sauveté, Françoise Ivars pour la bibliothèque, Mathieu Grannereau pour Le Chasseur Sauvetatois, Germain Sauron pour l’US cyclo, Serge Garnaud pour l’ASSA Football Club, Valérie Rousseau pour le Canoë Kayak Club Vallée du Dropt et Patrick Dupoux, tout nouveau président de l’Espoir Piscicole DEMS. Odette Sure, présidente du Club du Pont Romain était excusée.

    La soirée se terminait convivialement par des échanges autour d’un apéritif préparé par le Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises et la Boulangerie-Pâtisserie Demadrille.

     

  • Goûter-lecture de Noël pour les enfants de l’école

    Photos de Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté dont fait partie la bibliothèque.

    Goûter et conte de Noël à la bibliothèque

    Comme chaque année, l’Association des Amis de La Sauveté avait invité les enfants de l’école de La Sauvetat du Dropt à un goûter de Noël. C’est donc ce vendredi 22 décembre que Stéphanie Ledoux a conduit sa classe de CE2-CM1, comme chaque 3ème vendredi du mois, jour d’échange de livres, auprès de Françoise Ivars, responsable de la bibliothèque et d’Arlette Peloso toujours prête pour aider à la tâche.

    Les enfants se sont séparés en deux groupes. Le premier avec Françoise et Arlette pour ramener et choisir un nouveau livre. Le second avec Stéphanie pour écouter attentivement l’histoire choisie du jour.

    Puis la table du goûter était installée dans la Maison des Loisirs et les jeunes lecteurs-auditeurs ont pu se restaurer avant de regagner leur classe. L’activité bibliothèque reprendra bien sûr dès le 3ème vendredi de janvier.

    Fonctionnement de la bibliothèque hors créneau scolaire

    Quant à l’horaire d’ouverture hors accueil des scolaires, il est toujours de 14h30 à 17h30 le mercredi. Françoise et Arlette accueillent les adultes et les enfants accompagnés d’un adulte responsable. Outre le choix des livres, il est possible de rester pour jouer, dessiner, peindre ou faire des puzzles. Le choix est vaste sur place et vous pouvez porter vos propres jeux. Un goûter est généreusement offert par les scrabbleuses en fin d’après-midi. Le sens de la convivialité dans nos petits villages n’est pas une légende!

  • Jean Massias, paysan poète de la Vallée du Dropt

    Né à La Sauvetat du Dropt en 1901, Jean Massias vivait à La Castagnère. S’il reste peu d’anciens pour se souvenir de lui, nous sommes nombreux à avoir connu Philippe, son fils, conseiller municipal sur la commune dans les années 80. Agriculteur, il travaillera toute sa vie sur la propriété familiale. Passionné de livres, il dispose dès l’adolescence d’un accès illimité à une excellente culture. Il commence à écrire de la poésie vers l’âge de 17 ans. Ses premiers vers seront lus par Georges Duhamel qui l’encourage à persévérer. Il entretiendra une correspondance avec des destinataires de choix (écrivains, médecins, hommes politiques). De son vivant, il ne publiera que quelques poèmes en revue. A sa mort en 1972, l’essentiel de son œuvre était encore inédite. Une sélection de ces poèmes a été réalisée par son fils Philippe et son petit-fils Bernard Deson pour constituer l’anthologie « Une vie en attendant » qui sera publiée en 1999.

    Aujourd’hui, ce même Bernard Deson, écrivain, vient de reprendre les poèmes de son grand-père dans un livre intitulé « Les travaux et les jours ». Voici ce qu’il écrit en préambule:

    « Jean Massias était mon grand-père maternel. Je l’ai peu connu de son vivant. J’ignorais même qu’il écrivait. Les rares séjours que j’ai effectués chez lui m’ont laissé le souvenir d’un homme distant avec ses petits-enfants, vite agacé par leurs turbulences. Il était interdit d’aller fouillé dans sa bibliothèque. Quand il est mort j’avais tout juste treize ans. Je commençais à peine le long apprentissage du métier d’écrivain en rédigeant de courtes nouvelles et des esquisses de romans. Lui n’en a jamais rien su. Lorsque mon oncle m’a confié ses poèmes et ses carnets, j’ai senti que j’avais un devoir de mémoire envers ce poète qui, malgré la rudesse d’une vie de paysan, sut garder intacte sa passion pour la littérature…

    Une journée d’hommage lui a été consacrée le 21 août 1999 à La Castagnère grâce à la gentillesse des nouveaux propriétaires Jacqueline et Jean-Pol Poulet. Cet hommage qui rassembla près de 200 personnes l’aurait profondément touché, lui qui se croyait banni et rejeté par sa communauté. »

    Le livre de Bernard Deson « Les travaux et les jours » est en vente au PROXI P’tit Panier du Dropt. Il regroupe les poèmes et la correspondance de Jean Massias de 1935 à 1972 ainsi que ses archives. Un demi-siècle d’écrits dans le canton de Duras restitués par son petit fils.

  • La bibliothèque accueille aussi les scrabbleuses!

    A La Sauvetat du Dropt, la bibliothèque, section des Amis de la Sauveté qui fait partie du Biblio-Résô de la Communauté des Communes du Pays de Lauzun, est aussi un espace convivial où les adhérentes se retrouvent pour des jeux de société.

    Sur ces photos, Francine, présidente des Amis de la Sauveté est juste de passage. Tandis que Françoise, à ses côtés, responsable de la bibliothèque, partage en ce mercredi après-midi un jeu de scrabble en compagnie d’Arlette, de Lyliane et de Odette. La partie s’est terminée tard dans l’après-midi. Ces dames se sont quittées en emportant les livres qu’elles avaient choisis pour la semaine.

    Rappelons que la bibliothèque est ouverte chaque mercredi après-midi de 14h30 à 17h. Informations au 06 11 77 88 81.

  • Rayon histoire locale à la bibliothèque

    Françoise Ivars, responsable de la bibliothèque de La Sauvetat du Dropt et nouvellement secrétaire des Amis de la Sauveté, vient d’acquérir plusieurs ouvrages sur l’histoire de notre petite région. Ces livres viennent de la maison Moreau et ont généreusement été donnés par la famille. On se rappelle que Jacques Moreau, architecte de la maison renaissance du centre bourg, a pris une part active dans la création du premier syndicat d’initiative.

    Voilà donc un choix plus large pour ceux qui désireraient faire des recherches historiques. Entres autres ouvrages, celui de Antoine Aloy (original paru en 1880), de Georges Boulin ou de Jean Guilherm.

    Françoise précise qu’un rayon est consacré à la littérature britannique, que les enfants, accompagnés de leurs parents ou grand-parents, sont les bienvenus et qu’un espace jeux et coloriage leur est réservé. Un don de différents magazines est également à disposition. Les rencontres du mercredi après-midi sont aussi l’occasion d’échanger sur les lectures de chacun et de jouer au scrabble ou autre jeu de société.

    La bibliothèque fait partie du Biblio-Résô de la CCPL permettant un large choix d’ouvrages. Elle est ouverte le mercredi de 14h30 à 17h. Pour des renseignements, Françoise est disponible au 06 11 77 88 81.

  • Bienvenue aux Amis de la Sauveté

    Une Assemblée Générale Extraordinaire pour changer de nom

    C’est officiel depuis l’Assemblée Générale Extraordinaire du vendredi 17 mars, le Syndicat d’Initiative a prononcé sa dissolution pour changer de nom afin de se mettre en règle avec la loi NOTRe qui stipule dans son article 68 que la règle générale du transfert de la compétence tourisme des communes aux intercommunalités se traduit par la création d’un nouvel et unique Office de Tourisme communautaire, pour notre territoire, l’Office de Tourisme du Pays de Lauzun.

    C’est donc d’entrée de réunion que ce nouveau nom a été voté. L’association loi 1901 s’appelle désormais LES AMIS DE LA SAUVETÉ.

    Les amis parce que la convivialité n’est pas un vain mot lors des rencontres. Qu’elles se passent autour d’un bon repas, lors d’une randonnée ou pour la mise en place et la bonne marche des festivités organisées en partenariat avec d’autres associations.
    Et La Sauveté. Clin d’œil historique qui nous ramène à la fin du XIe siècle, lorsque notre village, sous l’impulsion des Abbés Prieurs est devenu une Sauveté. C’est à dire une ville refuge, dans laquelle les habitants ou même les étrangers se trouvaient à l’abri des poursuites de la justice.
    Remis au goût du jour pour mettre en avant le bien-vivre de notre commune et les réjouissances festives qu’elle organise.

    Bilan moral de l’année écoulée et projets en cours

    La présidente, Francine Pandolfo, faisait un bilan moral des festivités organisées au cours de l’année 2016. Nombreuses et variées, elles ont mis en avant le patrimoine culinaire: jimboura, soubernade, repas citrouille; généré des rencontres lors de dates nationales: les jeux de la Chandeleur ou le Feu de la St Jean ou permis de découvrir les alentours du village avec des randonnées pédestres.
    Les Amis de La Sauveté se félicitent du bon déroulement des sections annexes que sont le photo club, ayant proposé une exposition lors du Marché de Noël, la bibliothèque, qui voit une augmentation du nombre de ses adhérents, et le club informatique qui répond chaque semaine aux interrogations d’apprentis internautes.

    Les projets pour 2017

    Les manifestations citées précédemment seront bien sûr reconduites. Mais 2017 verra d’autres projets aboutir. Ils sont sportifs et culturels.

    Visite guidée numérique
    Au niveau des actions de plus grande envergure, l’association a validé, en 2016, la mise en place d’un circuit fléché pour permettre aux touristes de découvrir l’histoire de notre petite commune. Grâce au travail de Paulane Buisson, graphiste sauvetatoise, des plaques seront très prochainement installées en 12 points stratégiques du village. Un QR code permettra aux connectés de télécharger l’histoire de chaque centre d’intérêt. Pour ceux qui préféreraient la version papier, un dépliant explicatif succinct sera disponible dans la Cabane Info Tourisme. Ce parcours sera mis en place avant l’été 2017.

    Parcours VTT en partenariat avec le CREPS de Bordeaux
    Après avoir mis en place un sentier pédestre balisé et répertorié au niveau du département, Les Amis de la Sauveté souhaitent proposer un parcours VTT. Grâce au concours de Michel Barjou, formateur d’éducateurs sportifs au CREPS de Bordeaux, ce parcours sera balisé et inauguré dès le mois de juin 2017.

    Concert dans l’église
    Parce que le chef de chœur de cette chorale de Gradignan vit en partie à La Sauvetat du Dropt, un concert est programmé pour le samedi 17 juin dans l’église St Germain. Les choristes de Gérard Deswazière seront reçus dès le matin pour une visite commentée du village. Le concert aura lieu en fin d’après-midi.

    Atelier mémoire
    Une autre opportunité s’offre aux Amis de la Sauveté avec le soutien du club photo Objectif Duras, la projection de photos anciennes permettant de se remémorer la vie du village autrefois. Programmée le 21 octobre 2017, cette soirée devrait attirer les sauvetatois de longues dates mais également les nouveaux arrivants, désireux de voir le village et ses habitants d’une manière différente.

    Exposition photo de la CCPL
    Le Photo Club s’associe cette année avec la commission culture de la CCPL pour exposer avec de nombreux photographes amateurs dans la salle des sports de La Sauvetat. Cette exposition aura lieu du 22 septembre au 9 octobre.

    Chasse au Trésor abandonnée
    Parmi les projets cités en début d’année, celui de la Chasse au Trésor est abandonné sur notre commune, ce que regrettait la présidente des Amis de la Sauveté. En effet, suite à la visite de la coordinatrice de Terra Aventura, il s’est avéré que le parcours, pourtant validé dans un premiers temps, ne présentait pas suffisamment de points d’intérêts. Ce parcours sera finalement mis en place à Allemans du Dropt. Positivons puisqu’une chasse au trésor sera finalement possible sur le territoire du Pays de Lauzun.

    Votes Conseil d’Administration et Bureau
    Après avoir voté le nouveau nom, venait le temps des votes. Pas de changement au niveau du Conseil d’Administration, et un seul poste modifié au niveau du bureau qui se compose comme suit:
    Présidente: Francine Pandolfo; Vice-présidentes: Régine Jolibert et Marcelle Chaumès; Trésorière: Martine Brosse; Trésorière adjointe: Josette Vincent; Secrétaire: Françoise Ivars; Secrétaire adjointe: Isabelle Janssen; Responsable du Photo Club: Robert Munoz; Responsable de la bibliothèque: Françoise Ivars; Responsable des randonnées: Dino Valent.

    La soirée se terminait comme il se doit par le verre de l’amitié. Le prochain rendez-vous est donné pour le samedi 29 avril à l’occasion de la Randonnée de Printemps.

  • Jimboura, boudin et autres cochonnailles

    Le patrimoine culinaire sauvegardé

    Dans notre petit coin du Lot-et-Garonne et tout particulièrement à La Sauvetat du Dropt, on met un point d’honneur à sauvegarder le patrimoine culinaire. C’est à dire que nous avons la chance d’avoir, parmi les membres des Amis de la Sauveté, un groupe de mamies qui ont en mémoire les recettes de leurs grand-mères. Richesse inestimable pour les amoureux de bonne chère et ils furent nombreux en cette soirée du samedi 4 mars.

    Au menu, jimboura, soupe de légumes préparée dans l’eau de cuisson du boudin, ce dernier servi en suivant froid ou grillé au barbecue et enfin, rôti de porc accompagné et suivi de bonnes tartes aux fruits. A noter que les victuailles provenaient des commerces du village que sont le PROXI P’tit Panier du Dropt et la boulangerie Demadrille.

    Du beau monde à nos tables

    Attablés, de nombreux sauvetatois venus avec des amis, notamment Monsieur le Maire, Jean-Luc Gardeau, ainsi qu’une petite communauté britannique dont certains du village mais aussi du département voisin. Pour la petite histoire, une de nos résidentes d’outre-Manche, Lesley, fidèle traductrice, expliquait être à l’origine de la venue de 6 couples dans les environs. Initialement reçus pour des vacances champêtres, ses amis ont tellement apprécié notre région qu’ils s’y sont installés.

    Plus loin, habitant depuis peu à La Sauvetat mais ami de longues dates des joyeux drilles du village, Roland, au nom de famille compliqué dont nous avons appris, ce soir-là, qu’il était bel et bien un descendant du Maréchal Ney (1769-1815). Remercions google qui aura permis de découvrir que ce maréchal fut commandant durant les guerres de la Révolution et de l’Empire et qu’il était surnommé « le brave des braves » par l’Empereur Napoléon 1er. Quel honneur d’avoir parmi nous un descendant de cette lignée!

    Après la fête, les choses sérieuses

    Voilà une nouvelle manifestation conviviale achevée. La prochaine date de rencontre sera plus sérieuse puisqu’il s’agit d’une Assemblée Générale Extraordinaire où il sera question de la dissolution du Syndicat d’Initiative. Elle aura lieu le vendredi 17 mars à 20h30 dans la salle des animations. La porte est ouverte à tout sympathisant ayant l’envie de s’investir car la dissolution n’est qu’une formalité administrative qui donnera naissance à une autre association de même nature.