Contes et musique kurde aux Fées Gourmandises

Une invitation dans le cadre des Fées Gourmandises

Ce samedi 29 février, le Bar-Tabac-Restaurant des Fées Gourmandises de La Sauvetat du Dropt accueillait des visiteurs pour une soirée organisée par Martine Brosse et Anne Lesimple, sauvetatoises et conseillères municipales. Installée devant un bon feu de cheminée, l’assistance put écouter Chantal Constant, conteuse, lire des extraits de son livre « Hozan Rêber, le chant d’un kurde en exil »  ainsi que des contes kurdes tandis que Hozan Rêber, exilé politique, chantait et jouait du saz et de la bilur. Un grand moment d’émotions, de rires aussi et la découverte d’une musique poignante venue de l’Orient.

« Hozan Rêber, le chant d’un kurde en exil

Ce livre est un récit. C’est l’histoire humble et pourtant héroïque qu’un immigré kurde partage avec sa voisine française. Ils ne parlent pas la même langue, et en apparence tout les oppose. Mais dans cette improbable rencontre résonnent bientôt un passé commun et les défis du monde actuel. Dans leurs voix s’entendent la difficile conciliation des cultures, la violence et l’incompréhension des peuples qui, de l’Orient à l’Occident d’aujourd’hui, ne parviennent plus à absorber les récents bouleversements.
Peu à peu, la poésie, l’amour du chant et les mythes hérités de l’Antiquité réunissent ces deux êtres, leur permettant parfois de retrouver des chemins perdus. »

Après les contes et la musique kurde, tandis que Chantal et son ami Hozan Rêber dédicaçaient le livre, les invités installaient les tables afin que Martine et Anne servent une délicieuse soupe de légumes et des gâteaux maison. Un temps de partage qui permit de faire de nouvelles rencontres car dans cet espace convivial se sont côtoyés des gens du village dont Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau, des gens des villages voisins, des canadiens, des anglais, un norvégien, une irlandaise, un néerlandais, une venezuelienne elle-même exilé, en attente d’un droit d’asile, un monsieur de couleur natif du Congo dont nous n’avons osé demander l’histoire et qui sait, peut-être d’autres spectateurs aux origines étrangères qui seront restés anonymes par pudeur mais qui emporteront avec eux le sentiment que malgré toutes les violences et les injustices dont les hommes sont capables, la vie vaut la peine d’être vécue !

  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés