• CCPL 47, résultats du Concours Contes et Nouvelles

    Photos de Élodie Privat, responsable du site web de la Communauté de Communes du Pays de Lauzun.

    La Communauté des Communes du Pays de Lauzun organisait vendredi 8 octobre, la 18ème cérémonie du Concours de Contes et Nouvelles à la salle des fêtes de Saint Colomb de Lauzun, en présence du Président de la CCPL 47, Émilien Roso, et de Cécile Richard, adjointe à la Mairie de Miramont de Guyenne et vice-présidente intercommunale de la commission culture.

    Monsieur Thierry GIANELLO, Conseiller Pédagogique de circonscription à l’Inspection Académique de Lot-et-Garonne, connu et reconnu pour son implication associative et ses réalisations artistiques (théâtre, musique…) a fait l’honneur d’être le « Conteur » pour cette manifestation qui se veut être chaque année une fête populaire de l’écriture et de l’expression.

    Le thème choisi était l’arbre. Dès l’âge de 7 ans, il était possible de participer à ce concours ouvert aux primaires, collégiens, lycéens et adultes qui ont pu imaginer leur récit entre les mois de mars et de juin.

    Les noms des lauréats ayant remportés Le Lauzun d’or, d’argent ou de bronze sont à consulter en cliquant sur CLASSEMENT FINAL DU CONCOURS DE CONTES ET NOUVELLES 2021

  • DROPT’ART, visite des deux ateliers de peintres sauvetatois, Audrey Bastard et Manu Henrion

    Samedi 25 septembre, avec Jean-Luc Gardeau et son épouse, je pars visiter les ateliers des peintres sauvetatois prenant part à l’itinérance artistique de la semaine DROPT’ART.
    Ces deux artistes, Audrey Bastard et Manu Henrion, ne se connaissaient pas avant de s’implanter dans le village de La Sauvetat du Dropt, au lieu-dit Peyronnette. Maintenant voisins, c’est tout naturellement qu’ils ont échangé sur leur travail d’artiste et que Manu incitait Audrey à faire découvrir son travail au cours des dix jours de balades en Pays du Dropt.

    AUDREY BASTARD

    Le premier atelier visité fut celui de AUDREY BASTARD. Déjà en pleine conversation avec un amateur de peinture, Audrey, au regard bleu azur, nous recevait en jeans, blouse et boucles d’oreilles aussi colorées et gaies que ses tableaux. Très peu de figuratif, surtout de l’abstraction, et libre aux visiteurs d’y découvrir des personnages ou des paysages, car la fluidité de l’encre suggère à chacun de s’imaginer une histoire derrière la libre expression d’Audrey. Suivant le grain, plus ou moins fin, ou suivant la texture du support plus ou moins absorbante, son travail est à la fois technique et ludique.

    Bien qu’elle ait commencé sa carrière d’artiste par la sculpture, Audrey, victime de grave maladie, a dû abandonner les volumes pour s’adonner à la peinture et au dessin. Une évidence lorsque dans son coma, elle avouera plus tard avoir littéralement intégré, “comme si elle avait été inondée de chaque œuvre”, les grands maîtres peintres et photographes qu’elle avait étudiés et aimés depuis l’enfance.

    Il en résulte dès le début de son difficile réveil, un attrait immédiat pour la couleur avec la réalisation de petites peintures carrées, aujourd’hui marouflées sur Médium (mdf). Puis durant les épreuves de sa longue convalescence, elle développe en parallèle deux petites pratiques, faciles à mettre en œuvre quelles que soient ses conditions de santé.

    S’ensuit un travail en noir et blanc où l’encre de Chine intensifie les contrastes et les gestes du dessin au pinceau, puis un travail d’expressions et techniques libres dans un journal de bord.
    Il en découle une très grande diversité de graphismes, une foisonnante liberté, une énergie follement colorée et un goût certain pour les encres de toutes sortes avec lesquelles elle peint et joue aujourd’hui. Quelles que soient les épreuves, Audrey cherche à les sublimer au travers de sa peinture.

    Une rencontre riche en émotions. Le partage d’une expérience douloureuse pour comprendre le chemin parcouru et ce besoin d’expression visible dans ces belles créations que vous pourrez découvrir à votre tour si vous contactez Audrey via labomarto@audreybastard.fr

    Photos des journaux de bord de la collection personnelle de l’artiste.

    MANU HENRION

    Second atelier, de l’autre côté de la route, dans une maison cubique d’allure ultra moderne bâtie autour de l’atelier de l’artiste, nous étions reçus chez MANU HENRION. Ce Belge installé avec son épouse dans le village depuis quelques années est toujours resté discret quant à ses activités artistiques avant d’accepter de participer à l’itinérance DROPT’ART.
    Nous entrons dans sa maison par l’entrée où sont accrochées de grandes toiles, là aussi, colorées. Sur la plupart des tableaux, une couleur domine et se décline en nuances subtiles. Des gris infinis, des bleus turquoise, des verts prairies de printemps … le style est abstrait bien que l’on y devine de vastes paysages ou des étendues d’eau aux reflets changeant, aux mouvements menaçants, surplombées de ciels chargés au travers desquels percent des rayons de lumière. Le fil conducteur en est toujours une ligne horizontale posée sur le premier tiers de l’œuvre et aussi, souvent, une touche de rouge flamboyant qui rappelle l’œil malicieux et pétillant du peintre.

    Dans cet univers cubique, nous empruntons un escalier rond en colimaçon pour parvenir à ce qui est véritablement l’atelier de l’artiste. Atelier où de grandes baies vitrées font jouer la lumière sur de nombreuses œuvres exposées aux murs et sur des tables. Des peintures acryliques et des pastels. Tout en discutant à bâton rompu, Manu Henrion propose une démonstration de pastel. Sur un petit papier carré au grain prononcé provenant des papeteries du Moulin de Larroque en Dordogne, la main est sûre et le geste précis. D’autant plus que ce travail, qu’il va offrir à Madame Gardeau, raconte, avec tout l’humour qui le caractérise, leur première rencontre dans le village. Contact mouvementé pour ne pas dire houleux au sujet d’une place de parking ! Histoire retranscrite au pastel qu’elle ne pourra pas oublier !
    Pour moi, un ancien grément toutes voiles gonflées prend le large. Au centre de la ligne horizontale de départ, une virgule rouge vermillon qui signale, au choix, le point d’ancrage quitté, le pompon du marin ou peut-être un avertissement à ne pas se fier au calme apparent de la mer qui semble, là, apaisée …

    Bien que Manu Henrion ait reçu une petite centaine de personnes au cours de ces 10 jours DROPT’ART, nous sommes seuls à ce moment-là et avons le privilège de partager un verre au comptoir de sa cuisine. Un autre espace de la maison où l’on prend conscience de l’échange permanent de l’artiste avec la nature. A travers une large baie vitrée se déploie un immense parc de verdure. Quelques arbres et posée au sol, une sculpture de métal rouillée que l’on dirait représenter un château fort aux murailles crénelées.

    Un grand merci pour cette intrusion dans votre univers d’artiste. La porte de l’atelier de Manu Henrion reste ouverte à qui le souhaite. Il suffit de prendre rendez-vous sur la page ad hoc de son site. Vous pouvez également suivre l’actualité de ses expositions sur sa page Instagram.

    Photos des tableaux seuls de H-uman.

     

  • DROPT’ART, visites d’ateliers d’artistes en Pays du Dropt

    Photo de l’affiche DROPT’ART créée par Manu Henrion, artiste peintre de La Sauvetat du Dropt.

    Dix jours de balades en pays du Dropt, sur nos routes de campagne, au cœur de 13 villages et bastides, du 17 au 26 septembre au rythme de 14 ateliers d’artistes et 7 lieux d’expositions, vous y rencontrerez les 56 artistes et découvrirez leurs œuvres, leurs techniques, leur univers.

    Pour la troisième année, les artistes du pays du Dropt : peintres, sculpteurs, photographes, tisserande, dessinateurs, plasticiens vous invitent à découvrir leurs lieux de créations, leurs différentes démarches artistiques, leurs invités en ouvrant leurs portes et en s’associant à des lieux de culture et du patrimoine.

    Le florilège vous permet de rencontrer une œuvre de chaque artiste du parcours sur trois jours dans le village de Monteton.

    Vendredi 17 septembre : Ouverture du Dropt’Art avec le vernissage du florilège à 18h30 au Bourg de Monteton.
    Samedi 18 et dimanche 19 septembre : Florilège de 10h00 à 19h00 au Bourg de Monteton.
    Du samedi 18 au dimanche 26 septembre : Ouverture des ateliers d’artistes et des lieux d’expositions, tous les jours de 10h00 à 19h00. Entrée libre et gratuite.

    Des vernissages, des rencontres, des ateliers découvertes (adultes et enfants) et des concerts sont programmés sur les différents sites tout au long de la manifestation (voir dépliant ou site).

    Contact : dropt.art.ateliers@gmail.com – 06 49 11 50 32 / 06 74 54 54 03
    https://droptartateliers.wixsite.com/artistes/ ou https://www.facebook.com/visitesdateliersdartistes

    Parmi les 56 artistes qui ouvrent leur atelier, deux sauvetatois

    Manu HENRION et Audrey BASTARD sont tous deux sauvetatois et se sont rencontrés parce qu’ils sont voisins. Leur maison respective se situent au lieu-dit Peyronnette, sur les hauteurs du village. Ils ouvriront tous deux leur atelier lors de ces journées DROPT’ART. Entrée libre.

    MANU HENRION, peintre pastelliste abstrait, il ouvrira son atelier et travaillera le pastel en direct.

    Naissance en 1951. Études en arts graphiques I.A.T.A. Namur , Belgique. Cours de dessin, croquis et peinture à l’Académie Constantin Meunier à Etterbeek (Bruxelles) en 1980 et 1981. Diplômé de l’ Académie des Beaux Arts à Namur : Cours de peinture de et avec Jean-Pierre Gonthier de 1987 à 1988 et de 1998 à 2004. Stages avec Sébastien Delire en 2003 et 2004.​

    AUDREY BASTARD, graphiste en art contemporain.

    Née à Marseille en 1975. Elle entre successivement aux Beaux-arts de Rueil-Malmaison, Amiens et Paris dont elle obtient les diplômes. C’est au cours de cette période intensive d’étude, qu’elle voyage en Grande-Bretagne, Chine, Thaïlande, Australie, Norvège, Italie, et développe sa maturité, sa sensibilité et l’assurance d’un travail artistique précis et “abrasif”.

    Après avoir travaillé 10 ans en région parisienne, Audrey Bastard se retire dans le sud-ouest de la France afin de poursuivre sereinement son travail. Ses sculptures, dessins et installations interrogent et revendiquent le monde contemporain en y convoquant les liens physiques et émotionnels qui le relie au passé ; « ce qui fait que le monde est ce qu’il est : difficilement palpable au présent et dans lequel une mise en ordre des choses finit par nous échapper… »

    DROPT’ART, les ateliers d’artistes, l’agenda et les temps forts
  • OCTOBRE ROSE : participation à un challenge de danse en vous filmant sur Jerusalema

    Cette année, le CRCDC (Centre Régional de Coordination de dépistages des cancers) – Site territorial du Lot-et-Garonne – s’associe à Action Cancer 47 & L’Orange bleue pour vous proposer un challenge de danse à l’occasion d’Octobre Rose : le Jerusalema Dance Challenge.

    Pour participer : c’est très simple !
    D’autres actions sur le territoire

    Notamment à Miramont de Guyenne où l’on retrouve Les As du Mic à l’origine de Voca Son Association de lutte contre le cancer pour un concert le samedi 16 octobre.

  • Gagnant du prix Canson Aquarelle, Jean-Louis Giron offre son œuvre à la Mairie


    Ce vendredi 27 août, suite à sa seconde participation au concours des peintres dans la rue organisé par l’Association Couleurs d’Aquitaine et Les Amis de la Sauveté, Jean-Louis Giron, qui partage son temps entre Soumensac et la région parisienne, vient d’offrir à la municipalité son tableau intitulé « Le passé réuni« .

    Autour de lui pour recevoir son œuvre, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau, les responsables des Amis de la Sauveté avec Jacques Foglia et Francine Pandolfo respectivement président et vice-présidente de l’association, Martine Brosse, trésorière et coordinatrice du concours ainsi qu’un des membres du jury, sauvetatois d’origine belge et peintre pastelliste Manu Henrion.

    Avant d’être encadrée et de trouver sa place à la Mairie, cette aquarelle sera très certainement utilisé en support de document touristique puisqu’elle réunit le Pont Roman, la Maison de la Tour, une belle fenêtre à meneaux de la Rue du Temple et la petite porte menant aux parking de la Rue de l’Hospice.

    La Municipalité remercie chaleureusement Monsieur Giron pour ce don apprécié.

  • Journée colorée avec les peintres de Couleurs d’Aquitaine

    Nombreuses photos de Francis Secco, Alain Bartolo et Yves Pénicaud.

    Grâce à l’Association Couleurs d’Aquitaine basée à Pessac en Gironde, les Amis de la Sauveté accueillaient samedi 7 août, pour une seconde édition, le concours de peinture et de dessin dans les rues du village et dans le cadre de la Fête Votive du Comité des Fêtes.

    Ce concours gratuit invite les artistes de tout âge et tout niveau à sortir de leur atelier et à venir peindre en extérieur. Ces journées sont l’occasion de découvrir ou de redécouvrir notre patrimoine et de rendre hommage, aux bâtisseurs de monuments et d’habitations.

    Ils étaient 20 adultes, ados et enfants à participer. Les membres du jury appelés par Les Amis de la Sauveté étaient Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau et deux sauvetatois : Anaëlle Meyer, étudiante en photographie et Manu Henrion, artiste peintre.

    Résultat du concours 2021 par catégorie

    Enfant de 7 à 9 ans : Victoire Fleury pour « Mon arbre »
    Enfant de 10 à 12 ans : Shelly Ziegler pour « L’église »
    Adolescent de 13 à 15 ans : Loup de Casamayor pour « Le Dropt »
    Adolescente de 16 à 18 ans : Mila Adam pour « Voyage à La Saivetat »
    Adulte débutant : Marie Serre
    Adulte confirmé aquarelle / lavis : Jean-François Kotarski pour « Vue sur La Sauvetat »
    Pastel sec, craie, crayon de couleur, dessin à la pointe : Annie Dufour pour « Reflets du port »
    Adulte confirmé technique mixte : Sandra Labeau pour « La Salvetat-du-Dropt »
    Prix Sennelier « interprétation singulière du paysage » : Eddy Bonnot pour « En direction du pont »
    Prix le géant des beaux-arts « coup de cœur » : Jean-François Kotarski pour « Vue sur La Sauvetat »
    Prix canson aquarelle : Jean-Louis Giron pour « Le passé réuni »

  • Partage intergénérationnel autour de jeux de société et de jeux anciens …

    Invités par l’Association des Amis de la Sauveté, la jeune boutique Accordons-nous et l’Association Estaminets Jadis on Jouet ont investi une petite partie de la salle des sports de La Sauvetat du Dropt ce samedi 19 juin après-midi avec de nombreux jeux de société et des jeux anciens en bois.

    Accordons-nous, boutique sauvetatoise, est gérée par la famille Noël. Pour cet après-midi ludique, Stéphanie accueillait les visiteurs devant une table bien garnie de jeux de société et présentait les caractéristiques des titres proposés. Hugues, quant à lui, expliquait la règle du jeu choisi à ceux qui le désiraient. Leurs 4 enfants, aussi joueurs et sympathiques que leurs parents, multipliaient les parties avec les autres enfants présents ou testaient les jeux anciens en bois nouveaux pour eux.

    Certains visiteurs étaient des familles habituées à louer ou à acheter des jeux chez Accordons-nous, soit à la boutique, soit sur les marchés du secteur. D’autres joueurs, attirés par la publicité mise en ligne, profitaient également des jeux de société et des jeux en bois mis à disposition. Stéphanie et Hugues Noël expliquent qu’il y a en ce moment un réel engouement autour du jeu. Les confinements successifs y sont certainement pour quelque chose…

    Quant à l’association Estaminets Jadis on Jouet, elle est basée à Lévignac de Guyenne chez Monsieur Tramcourt et propose gratuitement ses services sur les manifestations du territoire. Les origines dans le temps et l’évolution jusqu’à nos jours des jeux d’adresse ou jeux de réflexion sont expliquées par les bénévoles de l’association.

    D’autres dates de journées ou soirées jeux sont prévues sur le territoire du Pays de Lauzun prochainement. Nous ne manquerons pas de vous en informer le moment venu. En attendant, vous retrouverez la boutique itinérante de Stéphanie et Hugues Noël sur les marchés : Cancon, Duras ou Miramont-de-Guyenne le lundi, Sauveterre-de-Guyenne ou Castillonnès le mardi, Créon le mercredi, Eymet le jeudi, Monségur le vendredi et Ste Foy-la-Grande le samedi ou encore chez eux au lieu-dit Biraval à La Sauvetat du Dropt le mardi et le jeudi après-midi.

    Les Amis de la Sauveté remercient Accordons-nous et Estaminets Jadis on Jouet d’avoir choisi leur village pour s’installer et espèrent les accueillir à nouveau, peut-être dans le cadre de manifestations existantes… La réflexion est en cours …

     

     

     

     

     

     

     

  • L’Office de Tourisme du Pays de Lauzun lance la saison touristique en vidéo

    A année exceptionnelle, lancement de saison exceptionnel ! dixit l’OTPL

    Grâce à Radio Cool Direct, l’équipe dynamique de l’Office de Tourisme du Pays de Lauzun lance la saison touristique de façon virtuelle à l’aide d’une vidéo. Chacun y présente ses missions ou ses coups de cœur.
    Parmi les nombreuses animations citées, retrouvez les Soirées Gourmandes de La Sauvetat du Dropt présentées par Germain Sauron, à la fois 1er adjoint de la commune, membre du Comité des Fêtes et trésorier de l’OTPL.

    En bonus, la présentation des raconteurs en Pays de Lauzun avec Françoise pour les Fresques d’Allemans du Dropt, Monique et Jean-Paul pour respectivement le village et le château de Lauzun.

    Un lancement virtuel dans l’air du temps pour souhaiter un bel été à tous !

  • Inscrivez-vous à la Journée du Patrimoine de Pays pour faire découvrir l’arbre

    Les inscriptions aux Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins sont ouvertes ! Cette 23e édition, parrainée par Jean-Pierre Pernaut, portera le thème « L’arbre, vie et usages !« 

    Associations, collectivités, artisans, architectes, propriétaires, offices de tourisme… faites découvrir votre patrimoine de proximité, vos savoir-faire et vos paysages lors de cette manifestation nationale !
    Nous vous invitons à proposer une animation ou plusieurs pour les samedi 26 et/ou dimanche 27 juin 2021 et à vous inscrire avant le 15 avril 2021.

    L’arbre, élément de biodiversité et ressource naturelle, est aussi un marqueur important de nos paysages de villes et campagnes. Il peut être remarquable, spirituel, utile à la faune, nourrir l’homme… Il peut border les canaux, les biefs, couper du vent… Le bois, matériau renouvelable et durable est utilisé et travaillé depuis des siècles. Il est un élément indispensable dans la construction de bâtiments, de navires, d’outils, d’instruments de musique…
    A travers cette diversité, la richesse de ce thème sera au cœur des 1000 animations proposées partout en France les 26 et 27 juin 2021. Rejoignez la programmation et inscrivez-vous avant le 15 avril !

    Comme toujours, vous pouvez proposer des animations sur le patrimoine rural :

    • Circuit de découverte de l’architecture vernaculaire,
    • Démonstration de savoir-faire artisanaux,
    • Présentation de collections dédiées au monde rural et de savoir-faire de la vie quotidienne,
    • Découverte du moulin et présentation du travail du meunier,
    • Spectacle vivant, théâtre, reconstitution, danse,
    • Portes ouvertes de lieux habituellement fermés au public,
    • Découverte de chantiers de restauration,
    • Foire, marché, fête…

    Les organisateurs d’animations et le comité organisateur des JPPM ont en commun la volonté de faire connaitre le patrimoine rural, témoin de la vie quotidienne d’autrefois et d’encourager une prise de conscience permettant de le protéger et de le transmettre aux générations futures. Le secrétariat de la manifestation vous apporte : un relai presse, une visibilité sur internet et les réseaux sociaux ainsi qu’un kit de communication papier (10 affiches A3 par animation enregistrée).

    Idées d’animations, fiches techniques sur l’inscription et l’organisation d’une animation et pistes de réflexions.

    Nous espérons votre participation les 26 et 27 juin 2021, pour faire de ces journées, un week-end festif de découverte culturelle et de plaisir partagé !  Pour s’inscrire, c’est ICI le clic !

  • Concours Rap, Slam et Chant … avec Jarh et Royal Rimeur


    Annoncé sur la page Facebook de l’Association de lutte contre le cancer Voca’Son fondée par Aurélien Jollis, employé municipal de La Sauvetat du Dropt la semaine et rappeur les week-ends et jours fériés, ce concours est ouvert à tous les artistes amateurs de rap, de slam ou de chant. Alors, lancez-vous, saisissez votre chance.

    Avis à tous les musikos ! Voici le fameux concours musical édition 2021.
    Inscris-toi. On te donne 7 mots que tu intègres dans ton texte. Interprète ce texte en vidéo, envoie tout ça à l’asso. Le 20 mars le jury de Voca’son donne son verdict. Le vote sera ouvert au public pendant une semaine et sera ajouté à celui du jury.
    A gagner, comme l’année dernière, une session d’enregistrement chez Home Studio ADM.
    Nouveau cette année, 2 antennes radios attendent le gagnant.
    A toi de jouer, c’est gratuit donc il n’y a rien à perdre.

    Rendez-vous sur la page Facebook Voca’Son ou contactez Jarh et Royal Rimeur via voca.son.asso@gmail.com

  • Éco-geste de janvier : je dépote, tu popotes, il compote … nous compostons !

    Compostons et nous préservons notre environnement !

    Après avoir supprimé les emballages cadeau de notre poubelle noire, nous allons la priver de tous nos déchets de cuisine et de jardin ! COMPOSTER, c’est donc réduire le poids de nos poubelles, réduire la pollution liée au traitement de nos déchets et fertiliser nos jardins et nos plantes avec un engrais naturel.

    Pour tous ceux qui ont un espace extérieur, c’est facile de s’y mettre. Pour les autres, le lombricompostage (technique utilisant le pouvoir des vers de terre) peut vous intéresser, sinon soyez attentifs, et répondez à l’enquête qui sera distribuée avec le bulletin municipal prochainement. Elle va permettre à la municipalité de vous proposer la solution la plus adaptée à vos attentes. Votre participation à cette consultation est primordiale. Voici quelques informations, et n’hésitez pas à consulter le site de la CCPL47.fr Inscrivez-vous à leur formation. Dès que le contexte sanitaire le permettra, les formations au compostage seront proposées.

    Que composter : tous les déchets organiques à différents degrés …

    • DÉCHETS de CUISINE : épluchures, fruits et légumes abîmés, fanes de légumes, marc de café avec filtre (très bons aussi en engrais dans vos plantes vertes), sachets de thé, coquilles d’œufs, restes de repas, pain, laitages, croûtes de fromage et céréales.
      Bien les enfouir en les plaçant au centre du tas de compost.
    • DÉCHETS du JARDIN : s’ils ne peuvent être utilisés en paillage dans votre jardin d’agrément ou jardin potager, alors, ils vont dans le compost. Ce sont : tontes de gazon, sciure, feuilles mortes, branchages broyés ou taillés fins, fleurs fanées, tailles de haies, paille, déchets du jardin potager.
      A exclure : terre, cendre, sable (à mettre directement dans le jardin), végétaux malades ou en graines, rhizomes (racines de plantes) et bois traités.
    • DÉCHETS de MAISON : papier journal, papier carton non sali par des polluants, mouchoir en papier, essuie tout, cendre de bois, sciure, copeaux bien mélangés.
      A exclure : couche de bébé, protection périodique et litière d’animaux carnivores.

    NB : quelques déchets se dégradent plus difficilement et demandent quelques précautions. Les déchets ligneux ou durs (tailles, branches, os, coquilles …) qu’il vaut mieux broyer avant. Les plantes en graine et pieds de légumes qui peuvent germer (tomates, potirons, mauvaises herbes …). Les coquilles d’œufs et les coquillages ne se décomposent pas mais leur usure apporte des éléments minéraux et leur structure facilite l’aération.

    Comment composter ?

    Tout d’abord choisir le bon endroit : pas trop loin de la maison, pas trop près des voisins, exposition mi ombre à l’abri du vent et pas dans un creux.
    Pour débuter : préparer un lit de matière brune (feuilles mortes, petits branchages pour drainer et aérer votre futur compost).
    Puis choisir la méthode : soit en tas au fond du jardin comme l’ont fait nos ancêtres depuis la nuit des temps ou presque ! Soit dans un bac pour mieux gérer votre compost. Construire le bac ou l’acheter : ce bac, vous pouvez le construire vous-même avec des matériaux de récupération (palettes…). Sinon, ils sont en vente dans les jardineries ou, rapprochez vous de votre CCPL qui peut vous le fournir pour 25 €.

    Composter, 4 règles d’or !

    • ALTERNER
      Mélanger les déchets entre eux :
      – les déchets azotés plutôt humides et verts qui se dégradent facilement et qui ont tendance à pourrir avec les déchets carbonés plutôt secs qui se compostent lentement;
      – les déchets fins comme les tontes qui asphyxient le compost avec des déchets plus grossiers comme les brindilles.
    • AÉRER
      Brasser, décompacter le compost pour apporter l’oxygène nécessaire aux micro-organismes qui sont utiles au compostage.
    • GÉRER L’HUMIDITÉ
      Compost trop humide : trop d’humidité empêche la bonne aération du compost, le processus est freiné. Pour y remédier, apporter des matières sèches, aérer le compost pour l’aider à sécher, protéger des pluies;
      Compost trop sec : les micro-organismes meurent et le processus s’arrête. Il faut arroser le compost, réduire les déchets trop gros, apporter des déchets verts.
    • SURVEILLER
      L ‘apparition de moucherons, de mauvaises odeurs, de moisissures sont autant de signes qui doivent vous alerter. Consultez le guide du compostage pour trouver les solutions. Souvent, il suffit d’équilibrer le compost et de l’aérer.

    Bibliographie : ADEME « le compostage et le paillage » septembre 2020-12-25, « prévention/gestion de proximité des bio déchets » octobre 2015, « faire son compost » janvier 2012 et « Pourquoi composter » de L. Brisset de la CC des Bastides en Haut Agenais Périgord.


    Avec Tati Sauvette, la COMPOST MANIA gagne du terrain

    Encouragée par Tati Sauvette, Jeannette, sauvetatoise, installe un composteur dans son petit jardin alors que jusqu’à présent, ses déchets de cuisine étaient mis dans le sac noir. Merci Jeannette ! Vidéo à découvrir en suivant.
    Et au Point Lecture de La Sauvetat, Tati Sauvette met à votre disposition le livre « Famille presque zéro déchet« . Un livre pour vous aider à découvrir comment limiter les déchets et mettre en pratique l’écocitoyenneté.

    Et n’oubliez pas, le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas !

    Tati Sauvette vous souhaite une Bonne Année Ecocitoyenne  et vous dit à bientôt pour un nouvel épisode.

    Et la vidéo …

  • Les As du Mic rééditent un clip, un remix Kery James

    Les frangins Jollis : Damien « Royal Rimeur » et Aurélien « Jarh » des As Du Mic.

    Remix de « 47, c’est le Barça » !

    Après le confinement, les frères Jollis dont Aurélien, employé municipal de La Sauvetat du Dropt, ont tourné un clip reprenant le titre « 47, c’est le Barça ». Aurélien, alias Jarh au sein de son groupe « Les As Du Mic » explique l’origine de ce morceau.

    La base instrumentale est déjà utilisée par le rappeur français Kery James qu’il dit être un des plus grands. Cet artiste, originaire de La Guadeloupe, est considéré par la presse spécialisé et le public comme une figure de proue du rap politique. Reconnu comme un grand poète du rap français, il chante même en duo avec Charles Aznavour en 2008 au cours d’une émission de Michel Drucker.
    Il y a quelques années, Kery James a organisé un concours et proposé à tous les rappeurs de reprendre la base instrumentale de son morceau « 94, c’est le Barça« . Les rappeurs connus comme les amateurs. Le but étant de mettre le numéro de son département et ses propres paroles.
    Début juin, les As Du Mic, Jarh et Royal Rimeur ont remixé le morceau qui lie la musique et le foot. L’enregistrement et le mixage ont été réalisé par eux dans leur propre studio ADM situé à Lavergne.

    Bientôt le Freestyle annuel

    Aurélien annonce que la publication de ce morceau sera suivi du Freestyle annuel version 2020 écrit et enregistré pendant le confinement. Le montage est en cours dans leur studio.