• Le Christ descendu de la croix


    Suite aux nombreuses interrogations des résidents de La Sauvetat du Dropt, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau tient à préciser que si le Christ n’est plus visible à la sortie du bourg, à l’intersection des routes de Duras et Ste Foy-la-Grande, ce n’est que temporaire. Juste le temps de faire tailler de nouveaux bois pour la croix qui menaçait de tomber car son socle était endommagé. Les employés municipaux en profiteront pour réaménager proprement cet espace, notamment en redressant les pierres qui encadraient le socle.

  • Histoire de la gare, les circulations sur la ligne jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale – Recherches de Monsieur Éric Comont

    Nous venons de recevoir l’Épisode 2 relatant l’Histoire de la gare de La Sauvetat du Dropt.
    Monsieur Comont, passionné de chemins de fer, bénévole au sein de l’Association CFV, poursuit ses recherches …

    Voici le préambule mis à jour et l’épisode 2 en suivant.

    La gare de La Sauvetat-du-Dropt, ou l’histoire d’une rencontre improbable et mouvementée avec une voiture de luxe (wagon pullman n°4150) de la Compagnie des Wagons-Lits en juin 1944

    Début juillet 2017, le Chemin de Fer de la Vendée (CFV) réceptionnait après quelques péripéties, le wagon pullman n°4150. Ce wagon inscrit aux monuments historiques avait été confié par l’armée au CFV, et avant son arrivée, un travail historique nécessaire à sa restauration avait été entamé, lequel n’a pas cessé depuis. Très vite, l’histoire de ce véhicule prestigieux s’est révélée passionnante, avec des épisodes singuliers, qui vont me conduire avec d’autres personnes, dont un membre de l’association, aux confins de la Dordogne et du Lot et Garonne, et de la gare de la Sauvetat-du-Dropt en particulier.
    C’est à la fois les contacts avec la commune de La Sauvetat, et les informations accumulées qui ont fait germer l’idée de retracer l’histoire de la gare, et « l’irruption » du 4150 dans celle-ci en juin 1944.

    L’objectif de ces épisodes est double : retracer les faits historiques importants relatifs à la gare de la Sauvetat-du-Dropt, afin de comprendre les raisons qui ont poussé la Compagnie des Wagons-Lits à placer du matériel dans cette gare et d’autres, aux limites de la Dordogne et du Lot-et-Garonne. Une remarque, la notion de gare renvoie à un espace dans lequel on va trouver différentes installations, plus ou moins développées, cela désigne également le bâtiment destiné aux voyageurs, avec un guichet, une salle d’attente et un espace bagages. Le terme sera utilisé dans ces deux sens.
    Cela a nécessité de revenir sur l’histoire locale, où l’arrivée du Chemin de Fer à la fin du XIXème siècle, a eu un impact économique et social important, et ce à l’image de beaucoup d’autres régions rurales françaises, et quasi oublié depuis. On est aussi dans le présent et le futur, avec cette voiture qui fait le lien entre l’histoire locale de la gare de La Sauvetat, et la vie actuelle du CFV. C’est aussi une forme de contribution à cette histoire, et l’objectif au final, est de la partager en toute simplicité.

    Outre l’histoire de la gare, chaque épisode comprendra un point travaux sur la restauration du pullman 4150. Ces épisodes sont construits à partir des informations disponibles à la date de rédaction, et peuvent être modifiées en fonction de mises à jour. Les informations sont parfois limitées, et certaines demanderaient un gros travail de recherche qui n’est pas possible en l’état, ou tout au moins à court terme. Evidemment, tous les témoignages relatifs à ces épisodes sont les bienvenus, et seront intégrés dans cet historique.

    Un aspect important, c’est de respecter les propriétaires actuels des bâtiments de l’ancienne gare, et la tranquillité des lieux.

    Bonne lecture à tous,

    Eric COMONT, membre du Chemin de Fer de la Vendée

    A découvrir – Épisode 2 : La gare de la Sauvetat-du-Dropt : Les circulations sur les lignes et en gare jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale

  • Un périple dans une carriole tractée par deux ânesses … le vrai voyage d’Olivier

    Nombreuses photos en couleurs de Alain Requier, Constance Tenot, Sylvie Pujol et Isabelle. Les photos en noir et blanc du village sont celles d’Olivier le voyageur.

    Une rencontre qui débute sur la page « F’ânes d’ânes »

    Marie Requier, connue dans le village de La Sauvetat du Dropt pour être une bénévole active au sein du Comité des Fêtes avec son mari Alain, a rencontré puis invité Olivier, Vénus et Pénélope via la page F’ânes des Ânes sur Facebook.

    Olivier, c’est le boss comme il s’amuse à le dire. Vénus et Pénélope sont ses deux valeureuses ânesses qui tractent une petite carriole orangée ne passant pas inaperçue sur les petites routes de campagne.

    Passer de métro-boulot-dodo au véritable voyage !

    Olivier avait une vie bien rangée et chronométrée avec un travail qui le faisait partir tôt et rentrer tard de son petit village de l’Orne où ils ne connaissaient personne. Et puis, à l’âge de 42 ans, un gros problème de santé le fait réfléchir sur le bilan de sa vie. Mais quelle vie ?
    A partir de là, il prend conscience du temps qui passe et décide de vivre autrement. Il a des animaux dont ces deux ânesses, mère et fille, qu’il commence à entraîner à la marche régulièrement. Elles sont suivies par une clinique vétérinaire équine au cours de ces 7 dernières années. La vétérinaire, au courant du projet, donne le feu vert après un check up de santé complet et voilà Olivier et son attelage sur les routes. C’est lui aussi qui a fabriqué la carriole en optimisant chaque longueur de fer pour ne pas gaspiller, en récupérant la bâche orange pour être bien visible, en imaginant un compartiment stockage-douche et en installant un mini poêle à bois dans l’habitacle. Tout a été minutieusement préparé et les voilà partis depuis le 5 juin 2020.

    9 mois d’itinérance et pas encore au bout de l’Aventure

    Olivier, qui marche à côté de son attelage pour ne pas alourdir le poids tiré par ses animaux, est parti de Normandie en direction du Mont St Michel qu’il voulait visiter, puis en Bretagne où l’accueil a été tellement chaleureux qu’il y est resté plus que prévu. La route n’est pas droite. Il n’est pas question de demander aux ânesses de monter des côtes de plus de 10%. Et de toute façon, rien ne presse. Il arrive que l’attelage fasse un crochet de 20 km pour éviter les collines et atteindre le but initialement prévu. Pas de points d’arrêts précis, sauf si la magie du bouche-à-oreille opère comme ce fut le cas en Vendée puis dans les Charentes. En Dordogne, par contre, c’est décevant mais l’accueil n’a pas été partout chaleureux. Il aura même dû payer l’eau pour abreuver ses animaux ! Parce que l’eau est un souci. C’est l’hiver. Les points d’accès communaux ou ceux des cimetières sont fermés en raison du gel. Il faut donc demander. Demander aussi l’autorisation de se poser pour la nuit dans un champ où Vénus et Pénélope sont parquées sur un petit espace grâce à quelques piquets de clôtures embarqués pour le périple.

    L’arrivée à La Sauvetat du Dropt

    Et puis enfin, puisque Marie et Alain l’ont invité, Olivier a choisi un itinéraire le faisant arriver dans notre village. En raison des fortes pluies des semaines précédentes, Marie n’a pu le garder sur son terrain argileux gorgé d’eau mais a demandé au Maire Jean-Luc Gardeau l’autorisation de l’installer sur l’aire de camping-car. Les animaux ont pu se reposer et paître dans le pré du Maire qui jouxte l’aire.
    L’équipage est arrivé samedi 20 février en tout début d’après-midi. Quelques visites, celles du premier édile et de deux sauvetatoises charmées par l’aventure, celles de Marie et Alain qui lui ont offert le couvert et la machine à laver avec en bonus une visite du village, celles d’autres sauvetatoises au moment du départ le mercredi suivant.

    Le but de cette aventure minutieusement préparée ? Aucun ! Juste celui de prendre le temps de voyager, de découvrir des paysages, des odeurs, des couleurs. De s’enrichir d’échanges et de rencontres. De faire partager sa vision de la vie. Mais tout ça en gardant permanent à l’esprit le bien-être de ses deux ânesses. Si l’une d’entres elles montre des signes de faiblesse, ils rentreront à la maison. En attendant, les arrêts sont fréquents et même si elles gardent le harnais sur le cou, Vénus et Pénélope sont dételées toutes les 2h pour se restaurer avant de reprendre la route.

    Laissez-vous conter l’histoire du vrai voyage

    Le bout du trajet se trouve près de Montauban où Olivier souhaite proposer ses services pour quelques temps dans une association qui sauve des ânes. Puis il refera le chemin inverse avec l’assurance d’être accueilli soit chez des gens qui l’ont rencontré à l’aller, soit chez d’autres personnes qui auront eu vent de l’aventure et qui ouvriront leurs portes avec plaisir. Quoiqu’il en soit, lorsque vous croiserez ou parviendrez à la hauteur de cet équipage aux grandes oreilles, ralentissez et prenez le temps de vous laisser conter l’histoire du vrai voyage

    L’arrivée et l’installation au village samedi 20 février

    Le départ mercredi 24 février

    Les photos d’Olivier lors de sa visite dans le village

     

  • L’histoire de la gare de La Sauvetat du Dropt contée par Monsieur Eric Comont

    Novembre 2019, un appel téléphonique qui concerne notre gare et ses voitures fait découvrir l’Association « Chemin de Fer de Vendée » (CFV), restauratrice du patrimoine ferroviaire

    Tout commence le 15 novembre 2019 lorsque Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt, reçoit un appel téléphonique de Monsieur Comont, membre de l’Association « Chemin de Fer de Vendée » basée à Mortagne sur Sèvre (85). Dans leurs ateliers en cours de restauration actuellement, une luxueuse Voiture Salon Pullman, la n°4150, classée aux Monuments Historiques depuis 2003 dont l’histoire est liée à l’ancienne gare de notre village, étrangement située sur la commune d’Agnac.

    Après plusieurs échanges téléphoniques, l’idée d’un récit détaillé sur l’Histoire de la gare est né visant à enrichir les pages du site du village mais aussi à interpeller les amoureux de l’histoire passée, comme l’est Monsieur Comont, pour que chacun puisse partager des éléments écrits ou oraux qu’il aurait en sa possession.

    Pour l’anecdote, il faut savoir que des dates de rencontres ont été fixées à La Sauvetat du Dropt entre Eric Comont et Jean-Luc Gardeau auxquelles été invité Stéphane Dusseau, responsable du Comité Archéologique d’Eymet. Deux dates prévues en mars puis en novembre mais reportées en raison des arrêtés de confinements ! Les échanges se poursuivent malgré tout, par téléphone ou par mail permettant de mettre en ligne aujourd’hui le préambule de l’Histoire de la gare …

    La gare de La Sauvetat-du-Dropt, ou l’histoire d’une rencontre improbable et mouvementée avec une voiture de luxe (wagon pullman n°4150) de la Compagnie des Wagons-Lits en juin 1944
    Préambule

    Début juillet 2017, le Chemin de Fer de la Vendée (CFV) réceptionnait après quelques péripéties, le wagon pullman n°4150. Ce wagon inscrit aux monuments historiques avait été confié par l’armée au CFV, et avant son arrivée, un travail historique nécessaire à sa restauration avait été entamé, lequel n’a pas cessé depuis. Très vite, l’histoire de ce véhicule prestigieux s’est révélée passionnante, avec des épisodes singuliers, qui vont me conduire avec d’autres personnes, dont un membre de l’association, aux confins de la Dordogne et du Lot et Garonne, et de la gare de la Sauvetat-du-Dropt en particulier. C’est à la fois les contacts avec la commune de La Sauvetat, et les informations accumulées qui ont fait germer l’idée de retracer l’histoire de la gare, et « l’irruption » du 4150 dans cette gare en juin 1944.

    L’objectif de ces épisodes est double : Retracer les faits historiques importants relatifs à la gare de la Sauvetat-du-Dropt, afin de comprendre les raisons qui ont poussé la Compagnie des Wagons-Lits à placer du matériel dans cette gare et d’autres, aux limites de la Dordogne et du Lot-et-Garonne. Une remarque, la notion de gare renvoie à un espace dans lequel on va trouver différentes installations, plus ou moins développées, cela désigne également le bâtiment destiné aux voyageurs, avec un guichet, une salle d’attente et un espace bagages. Le terme sera utilisé dans ces deux sens.

    Cela a nécessité de revenir sur l’histoire locale, où l’arrivée du Chemin de Fer à la fin du XIXème siècle, a eu un impact économique et social important, et ce à l’image de beaucoup d’autres régions rurales françaises, et quasi oublié depuis. On est aussi dans le présent et le futur, avec cette voiture qui fait le lien entre l’histoire locale de la gare de La Sauvetat, et la vie actuelle du CFV. C’est aussi une forme de contribution à cette histoire, et l’objectif au final, est de la partager en toute simplicité.

    Outre l’histoire de la gare, chaque épisode comprendra un point travaux sur la restauration du pullman 4150. Ces épisodes sont construits à partir des informations disponibles à la date de rédaction, et peuvent être modifiés en fonction de mises à jour. Les informations sont parfois limitées, et certaines demanderaient un gros travail de recherche qui n’est pas possible en l’état, ou tout au moins à court terme. Evidemment, toutes les questions et tous les témoignages relatifs à ces épisodes sont les bienvenus, et pour ces derniers, ils seront intégrés dans cet historique.

    Un aspect important, c’est de respecter les propriétaires actuels des bâtiments de l’ancienne gare, et la tranquillité des lieux.

    Bonne lecture à tous

    Eric COMONT, membre du Chemin de Fer de la Vendée, octobre 2020

    Histoire à retrouver sur la page dédiée La gare et ses voitures de luxe et en version originale Préambule.

  • Survol du village en montgolfière, merci La Castagnère !

    C’est lors de leurs vacances dans un des gîtes de La Castagnère, que des touristes ont pu survoler notre village de La Sauvetat du Dropt par un beau matin ensoleillé de l’été. La montgolfière est bien connue dans le secteur puisqu’elle est basée au Domaine de Durand à St Jean de Duras et qu’elle survole notre territoire au gré du vent régulièrement tôt le matin à la belle saison.

    Profitons de ce vol grâce aux photos partagées par Jacqueline et Jean-Pol Poulet propriétaires de La Castagnère. Le soleil levant illumine la toile gonflée par le brûleur qu’actionne Michel Fonvielhe tandis que l’on découvre, vue du ciel, les arches du Pont Roman et l’imposante Église St Germain confirmant qu’elle est une des plus grandes du département ! Puis, plus loin, l’étendue du Lac de l’Escourou que se partagent les communes de Soumensac et d’Eymet voisines …

  • Affaires des équidés mutilés, propriétaires, soyez vigilants !

    Les enquêtes sont ouvertes à la suite de plusieurs cas d’équidés retrouvés mutilés dans leur champ. Dans un article de ce jeudi 3 septembre, le journal Libération en recense 36 depuis le début de l’année 2020 et pourtant, il ne mentionne pas les cas relevés en Dordogne et en Lot-et-Garonne.

    Derniers cas constatés en Lot-et-Garonne – Propriétaires, soyez vigilants !

    C’est sur Instagram qu’une publication annonce la découverte d’alpagas attaqués en Lot-et-Garonne. L’un d’entre eux est décédé suite à d’étranges blessures, la peau de la tête a été enlevée jusqu’à l’os et l’oreille droite a été découpée ! Aucun doute, c’est bien une intervention humaine comme les cas recensés dans toute la France !

    Nous demandons aux propriétaires d’équidés de rester vigilants et de signaler toute activité suspecte aux abords des prairies où sont les animaux.

     

  • Spectacle son et lumière au Château de Duras

    Spectacle son et lumière monumental de 40 minutes unique en Nouvelle-Aquitaine

    Venez admirer ces fresques lumineuses et grandioses en 4D au Château de Duras ! Avec, en 2020, une version remaniée qui émerveillera petits et grands !

    Oserez-vous pénétrer dans la grande cour d’honneur, vous plonger dans l’histoire du château ? Il vous faudra ensuite rassembler votre courage, traverser les entrailles du château et atteindre le jardin de la fée, afin de vous laisser emporter dans l’univers légendaire et fantastique de ce lieu.

    Tous les mardis, jeudis et dimanches à 22h30 du 2 juillet au 30 août 2020
    Tarifs : 4€ par personne / gratuit pour les – de 7 ans
    Port du masque obligatoire (possibilité d’achat sur place 0.4 €)

    En attendant cet événement inoubliable, profitez de votre venue à Duras pour visiter le Château.

    Les soirs de spectacles, le Château de Duras sera exceptionnellement ouvert à la visite jusqu’à 21h30 (tarif habituel, dernière entrée à 20h30).

    Vidéo à découvrir sur la page Facebook du château https://www.facebook.com/chateau.de.duras/videos/574933030097110/

     

  • Une équipe des Amis de la Sauveté balaient l’Église


    C’est avec le sourire qu’une petite équipe des Amis de la Sauveté s’est réunie dans l’Église St Germain avant la saison estivale pour faire le ménage. Invités par Régine qui s’occupe d’ouvrir l’édifice le week-end et jours fériés lorsque les employés municipaux ne sont pas en service, Josette, Marcelle et Jacques, rejoints par Francine en fin de chantier ont manié balais et chiffons.
    N’hésitez pas à aller apprécier le travail sur place, surtout si vous ne connaissez pas l’imposante Église St Germain. Elle vaut le détour.

  • La cloche Marie-Joseph ne sonne plus

    Plus de sonneries de cloches !

    Depuis plus d’un mois, la vie du village de La Sauvetat du Dropt n’est plus rythmée par le son des cloches en raison d’une panne de marteau sur la cloche principale. Ce silence a perturbé certains des administrés qui attendaient chaque jour la sonnerie de midi pour quitter leur boulot !

    Le marteau de Marie-Joseph sera réparé prochainement par l’entreprise Bodet qui fait l’entretien du système campanaire.

    Un peu d’histoire

    D’un poids de 817 kg, la grande cloche se prénomme Marie-Joseph du nom de son parrain Joseph Raymond Mercat et de sa marraine Marie Elizabeth Caroline Bousquet. Elle est encadrée de deux autres cloches. La moyenne pèse 412 kg et s’appelle Sacré Cœur. Son parrain est Jean Dunis et sa marraine Marguerite Marie Dunis (sa fille). La troisième cloche, la petite, pèse 235 kg et s’appelle St Germain. Son parrain est Germain Antoine Marie Gal et sa marraine Marie Amélie Gal (sa fille).

    Elles ont été placées dans le clocher au cours de la construction de celui-ci entre 1898 et 1899, date de sa finition. Le clocher a été inauguré en juin 1900.

    Pour en savoir plus sur l’histoire de l’Église St Germain, rendez-vous sur la page de la visite numérique. Ces informations proviennent des écrits de Monsieur Aloy, Maire de 1878 à 1912, repris par Jean Guillerm, adjoint au Maire de 1983 à 1994.

  • Le tourisme en Pays de Lauzun a le vent en poupe !

    Suite aux conséquences de l’épidémie de Coronavirus, il est avéré que le tourisme génère des revenus importants dans de nombreux secteurs d’activités. Il est primordial que la saison estivale fasse le plein de visiteurs et dans ce but, la communication joue un rôle essentiel.
    C’est ainsi que Lauzun s’affiche fièrement avec une page complète du Sud-Ouest dans son hors-série sur le patrimoine régional intitulé « 100 villages de la région ». Il est vrai que le fief de notre petit pays vaut le détour.
    Ou que le Sud-Ouest, toujours, mette en avant l’équipe souriante et dynamique de l’OTPL (Office de Tourisme du Pays de Lauzun).
    Ces informations ont été relayées sur facebook par Jean-Paul Trilles, Raconteur de Pays pour le Château de Lauzun dont la réouverture est annoncée pour le 5 juillet et sur la page Pays de Lauzun où l’on peut visionner une vidéo incitant à la découverte de notre territoire…

     

  • Information touristique sur demande, conséquence du COVID-19

    Fermeture de la Cabane-Info

    Bien que les mesures gouvernementales s’assouplissent, l’épisode sanitaire inédit de ces derniers mois a pour conséquence la fermeture de la Cabane-Info de La Sauvetat du Dropt. Située à l’entrée de l’aire de camping-car, cette Cabane-Info permet, en temps normal, de mettre à la disposition des touristes l’information touristique du département et des départements voisins.

    Information touristique à la demande dans deux commerces du village

    Dans l’attente de nouvelles mesures moins strictes, puisqu’il n’est pas possible de laisser cette information en libre-service, l’Association des Amis de la Sauveté, avec l’accord de la municipalité et de l’Office de Tourisme du Pays de Lauzun, a demandé à deux des commerces du village de distribuer guides et cartes touristiques à la demande. Ces commerces sont le PROXI P’tit Panier du Dropt et le Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises. Par manque de place et pour faciliter la gestion, cette information reste très locale et concerne les Pays de Lauzun, de Duras et d’Eymet.

    QR Codes pour une offre tourisme directe et moderne

    Pour ceux qui le souhaitent ou en dehors des heures d’ouverture des commerces, des affiches avec QR Codes permettent de visionner directement l’offre tourisme du Pays de Lauzun. Il est aussi possible de découvrir le village de La Sauvetat du Dropt, toujours en flashant les QR Codes de 12 panneaux installés dans les rues et ruelles concernées par l’histoire d’hier et d’aujourd’hui.

  • Ponts au petit matin et remerciements pour l’aire de camping-car

    Patrimoine d’hier, installation d’aujourd’hui

    A l’heure où le village est encore endormi, Martine et son bâton de pèlerine, partent en balade aux abords du bourg. En ce petit matin de juin, le soleil se lève sur le majestueux Pont Roman. Il fait face au pont dit neuf, le récent, l’usité, celui de 1880.

    Entre les deux, bénéficiant de ce paisible environnement bien qu’aux portes du village, l’aire de camping-car, prise d’assaut depuis le déconfinement. Aire de stationnement prisée des camping-caristes qui l’expriment par des messages laissés à la Mairie.
    Le dernier date de fin mai. Il est signé A. et Ch. Bouvelle :

    Bonjour,
    Juste un petit mot pour remercier l’équipe municipale de la Sauvetat de mettre gracieusement à disposition des camping-caristes ce que j’appelle un « petit paradis » .
    Votre village est superbe.
    Encore merci.
    Deux Lot-et-Garonnais en vadrouille.