• Centenaire de l’armistice de 2018

    Lundi 11 novembre 1918, 11h, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée… après 4 ans de combats, c’est la fin de la Première Guerre Mondiale qui laisse derrière elle 9 à 10 millions de mort et 6 millions de mutilés !

    Dimanche 11 novembre 2018, à 11h, les cloches de La Sauvetat du Dropt sonnent à la volée pour commémorer le 100ème anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre Mondiale. Le signal du départ est donné, le cortège placé devant la mairie se déroule vers le Monuments aux Morts avec deux anciens combattants à sa tête.

    Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau prend la parole pour prononcer un long discours en hommage à tous les morts tombés pour la France. L’assistance, nombreuse et recueillie, est composée d’habitants du village, de jeunes scolaires et de plusieurs familles anglophones. Suit la lecture des noms des morts pour la France puis le dépôt de la gerbe avec les enfants avant d’écouter la Marseillaise. Monsieur le Maire invite ensuite les enfants à déposer une bougie au pied du Monument aux Morts.

    La commémoration se termine autour du verre de l’amitié dans la salle du Conseil Municipal.

    Marseillaise interprétée a capella lors du Centenaire de l’Armistice de 1918 devant l’Arc de Triomphe à Paris.

  • Lumière d’automne sur les travaux du pont roman

    Merci au Club Objectif Duras et plus particulièrement à Michel Michelot pour ces nouvelles photos du Pont Roman de La Sauvetat du Dropt en cours de travaux. Son parcours l’a conduit d’un pont à l’autre en empruntant le petit chemin de verdure entre Dropt et jardins familiaux.
    Bravo pour le réflexe du photographe à la vue de cet imposant chargement de bois transitant par le pont neuf…

    On aime la lumière d’automne qui enflamme le paysage et la langueur de la rivière qui bute sur le batardeau. Les arches semblent comme endormies dans l’attente d’un renouveau. A l’extrémité du pont, le village, imposant par ces maisons de pierre, garde un œil bienveillant au bon déroulement de la restauration.

  • Bienvenue aux chambres d’hôtes Maison de la Tour

    Quel plaisir de vous annoncer qu’une des plus anciennes maisons du village revit aujourd’hui grâce à un couple de britanniques arrivés depuis peu à La Sauvetat du Dropt.

    Connue pour être la Maison Renaissance de l’Avenue de Grammont accolée à la Tour dîtes des Templiers, la Maison de la Tour est souvent photographiée et figure sur de nombreuses cartes postales. Jo et Doug Oliver y accueillent, depuis septembre, les touristes de passage dans leurs trois chambres d’hôtes agrémentées chacune d’une salle de bain. Deux autres chambres seront ouvertes dès l’été 2019. Les hôtes peuvent se prélasser ou prendre leur petit déjeuner dans la cour à l’ombre bienfaisante de la majestueuse tour qui semble avoir accueillit Henri IV au XVI° siècle ou profiter de la piscine intérieure.

    Voici les photos du lieu qui incitent à l’escapade. N’hésitez pas. Jo et Doug sont des gens charmants qui sauront vous recevoir et vous parler de la région et des nombreuses possibilités de découverte. Leurs coordonnées sont mentionnées dans l’annuaire à la rubrique « Gîtes et Chambres d’Hôtes« .

  • Ganivelles dans le chemin de l’écurie

    Réalisation et photos de notre employé communal Aurélien Jollis.

    Parce que le circuit numérique touristique permettant de découvrir le village de La Sauvetat du Dropt passe par ce chemin, la municipalité a décidé de le rendre plus attrayant. C’est pourquoi, Aurélien Jollis, employé communal, vient de poser des ganivelles sur la clôture du jardinet de l’ancien presbytère. Ce bâtiment, qui accueille deux logements communaux sur la droite de l’église, se trouve dans ce que l’on pourrait appeler le « Chemin de l’Écurie » puisqu’il jouxte un autre petit logement communal autrefois utilisé comme écurie par le prêtre de la paroisse.

    Cet embellissement se poursuivra au cours de l’hiver par la plantation de fleurs et d’arbustes à la demande de l’association des Amis de La Sauveté qui ont fait appel à Maëlle Valdevit, conseillère municipale ayant une formation de paysagiste. Le travail sera fait en régie et les frais partagés entre l’association et la mairie.

  • Mémoire du village en images

    Du rire et de l’émotion pour cette soirée de projection

    Pour cette deuxième séance, l’Atelier Mémoire des Amis de La Sauveté est à classer parmi les manifestations très appréciée. C’est sur une idée du club photo Objectif Duras, alors présidé par Michel Michelot, et le travail de montage de Francis Secco, membre du club et sauvetatois, qu’un premier rendez-vous avait réuni du monde en octobre 2017. Ce 20 octobre 2018, le diaporama retraçant une partie de l’histoire contemporaine du village a fait se déplacer des sauvetatois résidents ou qui le furent du temps de leur jeunesse.

    La présidente des Amis de La Sauveté, Francine Pandolfo, est aussi l’animatrice de ces soirées puisqu’elle est née dans le village voilà plus de sept décennies. Et bien qu’elle ne cédât point son micro, enthousiasmée par l’intérêt ressenti dans la salle, elle fut largement secondée par tout ceux qui se retrouvèrent sur les photos et qui, tant bien que mal, réussirent à nommer tous les élèves qui fréquentaient alors l’école. Parmi eux, mais nous parlons là d’une époque récente, Jean-Luc Gardeau, actuel Maire de La Sauvetat du Dropt que l’on retrouvait quelques photos plus tard en guitariste de rock dans un groupe au look très british.

    Au cours de la soirée, on vit se dérouler les fêtes du village où se rassemblaient beaucoup de monde. Le comice agricole, les concours de pêche à la ligne, la course aux canards dans le Dropt qui engendra les rires de l’assistance à la vue des jeunes gars en maillot, la fête des chars fleuris avec un hommage particulier à Jean Guillerm en présence de ses 3 enfants venus pour l’occasion, les landies en costume blanc … Les équipes de foot des débuts, les travaux dans l’Avenue de Grammont à la fin des années 90, de nombreuses photos du village autrefois, avant 1917 puisque l’église possédait ses clochetons puis après cette date puisqu’ils furent emportés par un ouragan, l’ancienne halle en bois remplacée par une halle en fer puis par un espace vert et un parking, La photo de Pascal Jolibert, en tablier blanc devant la boucherie familiale, la tragédie du moulin racontée avec émotion par Jean-Pierre Ménini qui avait 9 ans en 1952 et qui fut témoin du dramatique accident qui coûtât la vie du meunier de l’époque alors très actif pour la commune. Les commerces plus nombreux qu’aujourd’hui, le bar-restaurant de la Paix qui, s’il a changé de nom, n’en reste pas moins au même endroit, la gare et son restaurant situés sur la commune d’Agnac pourtant, le poste électrique imposant déjà… Plus de deux heures de souvenirs qui se poursuivirent autour d’un verre et de pâtisseries.

    L’association des Amis de La Sauveté tient à remercier Francis Secco et le club Objectif Duras pour leur aide précieuse. Ainsi que tous les acteurs improvisés de la soirée qui ont spontanément pris la parole pour faire part de leurs souvenirs. Une soirée qui pourrait se reproduire l’année prochaine si des photos encore cachées ici et là étaient prêtées à l’association le temps de les scanner. Pensez-y …

  • L’Église St Germain proposée aux Monuments Historiques

    Visite de la DRAC en avril 2018

    Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt, a été sollicité par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) pour un projet de protection au titre des monuments historiques de l’Église St Germain.

    Il a donc reçu Monsieur Gonzalès de la DRAC accompagné de M. l’Abbé Franck Taillade le 18 avril 2018. A la suite de cette visite où était évoquée la très belle qualité architecturale de l’église du centre bourg, un courrier était par la Mairie proposant une inscription de l’édifice aux Monuments Historiques.

    Elle y est décrite en ces termes:

    « Cette église romane a été fondée au XII° siècle, peut-être sur les traces d’un édifice plus ancien. L’église a été augmentée au XVI° siècle comme en témoigne la qualité du portail en pierre et les chapelles de cette époque. Enfin, le clocher que nous avons visité a été augmenté par une tour du XIX° siècle mais parfaitement composée avec le reste de l’église.

    Cet ensemble architectural et historique pourrait trouver un accès au statut de monument historique inscrit si la commune propriétaire en faisait la demande…. »

    Le Conseil Municipal vote pour une demande d’inscription aux Monuments Historiques

    Après concertation du Conseil Municipal le jeudi 27 septembre, c’est à l’unanimité que la décision est prise de faire la démarche pour prétendre à une inscription de l’église St Germain aux Monuments Historiques. Cette demande peut prendre un certain temps après avis de la Commission Régionale des Patrimoines et de l’Architecture (CRPA).

    Périmètre de protection des abords réduit

    Si, après avis des autorités compétentes, l’église St Germain devenait Monument Historique inscrit, un nouveau périmètre de protection des abords serait défini. La proposition de la DRAC, devant passer par les avis de la CRPA, le limiterait à l’Avenue du Plantier et à l’Avenue du Gué pour ne garder que le bourg ancien en ne retenant pas les extensions urbaines pavillonnaires du XX° siècle. Réduisant en cela le périmètre de protection actuel.

    La demande est faîtes. Il va de soi que la Mairie rendra publique la décision de cette inscription lorsqu’elle sera connue.

  • Fresques lumineuses du Château de Duras

    Information du Château de Duras parue sur sa page facebook.

    Unique en Nouvelle-Aquitaine, les fresques lumineuses, grandioses en 4D au Château de Duras !

    Ne manquez pas cette année encore les 40 minutes de spectacle, pour vous plonger dans l’histoire du château et de ses légendes. Après avoir traversé ses entrailles, vous accéderez au jardin de la fée pour être emporté dans son univers fantastique.

    A 22h30 du 28 juin au 30 août tous les mardis, jeudis et dimanches au Château (3€ par personne, gratuit pour les moins de 7 ans). Pour attendre cet événement unique en Nouvelle-Aquitaine, le Château sera exceptionnellement ouvert à la visite jusqu’à 21h45 au tarif habituel (fermeture de la billetterie à 20h30).

    Spectacle 4D, unique en Nouvelle-Aquitaine.

    Unique en Nouvelle-Aquitaine : fresques lumineuses, grandioses en 4D au Château de Duras !40 minutes de spectacle, pour vous plonger dans l’histoire du château et ses légendes, après avoir traversé les entrailles du château, vous accèderez au jardin de la fée, où elle vous emportera dans son univers fantastique.A 22h30 du 28 juin au 30 août tous les mardis, jeudis et dimanches au Château (3€ et gratuit pour le moins de 7 ans). Pour attendre cet événement inoubliable, le Château sera exceptionnellement ouvert à la visite jusqu'à 21h45 (tarif habituel, fermeture de la billetterie à 20h30)

    Publiée par Château de Duras sur Lundi 18 juin 2018

  • Tu vois là-bas, c’est mon village…


    Si nous devions faire un petit coup de pub pour faire connaître notre village de La Sauvetat du Dropt, nous pourrions sans hésitation utiliser cette photo aimablement donnée par notre 1er magistrat.
    Si parlante avec ces adorables bambins dans ce cadre champêtre et bucolique. Quant à la petite phrase qui l’accompagne et qui semble venir de l’un des deux enfants, elle est également signée de Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt.

    « Tu vois la bas c’est mon village, La Sauvetat. Il est super !« 

  • Trésors de Guyenne

    Trésors de Guyenne, 19 juillet sur le Pays de Lauzun

    Organisée pour la deuxième année par la Communauté de Communes du Pays de Lauzun, cette journée a pour objectif la valorisation économique du territoire par la découverte de ses entreprises, son patrimoine et ses savoir-faire.
    Elle s’adresse aux visiteurs, touristes, tout comme aux habitants du Pays et alentours.

  • Marc LESIMPLE nous a quitté

    Marc LESIMPLE

    Né le 15 janvier 1963 à Bagnols sur Cèze, c’est dans le sud de la France qu’il grandit jusqu’à l’âge de 6 ans. Il rejoint ensuite Le Havre avec ses parents et ses deux sœurs.

    Il rencontre Anne avec laquelle il se marie et ont un 1er enfant, Anaïs. Ils décident de partir vivre au soleil. C’est en Lot-et-Garonne qu’il devient instituteur. Ils auront alors deux autres enfants, Boris et Hugues.

    Touche-à-tout et créatif, Marc créé un club de ping-pong à Eymet, s’investit dans le théâtre à Allemans du Dropt et devient pendant 10 ans correspondant local du journal Sud-Ouest pour lequel il fera même la Une lors de la mort d’un sauvetatois tué par son tigre !

    Il joue au foot en section loisirs au club de l’ASSA où les dirigeants de l’époque, Max Delpy et Roger Peron, lui suggèrent de créer un club de kayak. C’est ainsi que né, en 1994, le maintenant reconnu Canoë Kayak Club de la Vallée du Dropt. Quelques années plus tard, l’association élargit son activité en proposant la location estivale qui fera naviguer sur le Dropt près de 200 personnes par été.
    Plusieurs centaines de jeunes sont ainsi formés au CKC Vallée du Dropt. Parmi eux, Cindy Coat qui deviendra vice-championne du monde en 2017.

    A 42 ans, Marc prend sa retraite de l’Éducation Nationale suite à une double hernie discale qui lui fait découvrir la chiropractie. Il décide alors de reprendre ses études à Paris pour une durée de 6 ans.

    Toujours inventif, il finance son projet en créant une école de danse et une entreprise de fabrication de crêpes qu’il fait et vend devant le client sur les marchés nocturnes locaux, notamment Eymet, Duras et Monségur.

    Fort de cette expérience, il propose au Comité des Fêtes de son village de La Sauvetat du Dropt de lancer des Soirées Gourmandes. C’est en juillet 2012 que débuteront ces soirées qui deviendront très rapidement un succès en réunissant chaque vendredi soir de l’été plusieurs centaines de personnes, locaux et touristes.

    Diplôme en poche, Marc devient Chiropracteur en 2011 et ouvre son 1er cabinet à Miramont de Guyenne avant de le déplacer à La Sauvetat. Puis il ouvre un second cabinet à Prigonrieux.

    Passionné par son métier, il explore différentes techniques qu’il apprend lors de nombreux séminaires et d’études personnelles par le biais de visioconférences se déroulant aux USA ou en Angleterre et qu’il suit depuis son bureau. Ces moyens modernes d’enseignement lui permettent notamment d’en savoir plus sur la maladie qui l’affecte au cours des dernières années de sa vie et contre laquelle il se battra avec une ténacité incroyable.

    Marc Lesimple s’est éteint le dimanche 1er juillet dans un hôpital de Toulouse. Ses obsèques seront célébrées jeudi 5 juillet à 16h à l’Église de La Sauvetat du Dropt.

  • Curieux visiteurs à La Sauvetat du Dropt

    Nombreuses photos à télécharger si vous le souhaitez. Elles sont de Michèle, Martine et Isabelle.

    Visites croisées, visites guidée, la dernière de la saison

    Troisième et dernière visite guidée ce vendredi 22 juin à La Sauvetat du Dropt dans le cadre des visites croisées de nos bourgs, à l’initiative des Amis de Soumensac et de son président Benoît Boucard-Mussini.

    Belle participation puisque plus de 50 visiteurs se sont retrouvés sur la Place du Moulin où les attendaient leurs guides, Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté pour la version française et Lesley Walker, sauvetatoise britannique, adoptée depuis plusieurs années, pour la version anglaise. Notons la présence de Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau, lui-même toujours en quête de découvertes quant au passé de sa commune.

    La visite guidée du village mêle à la fois l’histoire et la vie d’aujourd’hui entrecoupée d’anecdotes truculentes des années passées. Depuis les origines datant de l’installation d’abbés Prieurs au VI° siècle menant à la construction des murs d’enceintes, dont quelques vestiges subsistent, et du Pont Roman au cours des XII° et XIII° siècles dont une partie fut décidée par les Seigneurs de Caumont  en passant par les guerres de religion puis la quasi disparition du village en 1637 au cours de la Révolte des Croquants pour arriver au modeste mais dynamique village d’aujourd’hui.

    Le pont, en cours de restauration est inscrit aux monuments historiques. Joyau du village avec ses 11 arches de styles roman et 12 de style gothique, il est cependant sur le territoire de deux communes, celle de La Sauvetat du Dropt bien sûr mais aussi celle d’Agnac.

    Déambulant à travers rues et ruelles, les groupes ont pu découvrir le patrimoine bâti tel que les maisons à pans de bois joliment restaurées, la Maison de la Tour et Monviel dont on dit qu’elle fut propriété des Templiers, de belles portes aux linteaux romans, l’imposante église St Germain ou encore la maison renaissance.

    La visite se terminait par un apéritif convivial, pris, sur invitation des propriétaires, dans la cour de l’ancien Restaurant Ma Maison situé au cœur du village dans l’Avenue de Grammont. Cette belle bâtisse, il n’est pas interdit de divulguer l’information, attend un acquéreur.

    Conclusion de l’historien organisateur

    Pour clore cette série de 3 visites baptisées visites croisées, Benoît Boucard-Mussini prenait la parole pour remercier les organisateurs des 3 communes et se féliciter du succès semblant être un encouragement à recommencer dans les années futures. Il espère que d’autres communes se manifesteront pour participer à l’opération permettant ainsi de faire de nouvelles rencontres et de découvrir les trésors de nos petits villages de campagne.

    Découvrir La Sauvetat du Dropt

    Le parcours touristique de La Sauvetat du Dropt peut se faire à la demande en contactant la présidente des Amis de La Sauveté via le mail assos.sauvetat@gmail.com ou tout simplement en venant au village et en suivant les explications du dépliant que vous trouverez dans la Cabane-Info ou en scannant les qr-codes des plaques de couleur orange installées dans les rues et ruelles.
    Depuis chez vous, en consultant les pages du Circuit Touristique pour une version longue de l’histoire. Nous sommes bien sûr ouverts à tout complément d’information.

  • Un film sur la Vallée du Dropt

    Il n’est pas question ici de notre village de La Sauvetat pourtant bien situé au bord de cette belle rivière du Dropt. Peu importe, ce film met en valeur cette vallée que nous apprécions puisque nous y vivons. Un film de 34 minutes qui mène de la source en Dordogne à son embouchure en Gironde.

    De Capdrot à Caudrot serpente le Dropt

    La rivière du Dropt traverse 3 départements. Elle prend sa source en Dordogne à Capdrot et se jette dans la Garonne à Caudrot en Gironde en sillonnant le nord Lot-et-Garonne notamment le Pays de Duras.
    C’est une rivière sauvage et domptée à la fois. Ce film réalisé par Epidropt vous explique tous ses secrets. 6 épisodes pour découvrir les richesses de cette paisible et verte vallée jalonnée de moulins, de bastides et villages médiévaux, de cultures dont le prunier d’Ente, la vigne et, plus récents, les noisetiers.

    Epidropt

    EPIDROPT assure le portage de la planification de la politique de l’eau (SAGE Dropt) et la promotion de la vallée du Dropt située sur 3 départements: Dordogne, Lot et Garonne et Gironde. L’objectif du film est de promouvoir cette riche et belle vallée.