Éco-geste de janvier : je dépote, tu popotes, il compote … nous compostons !

Compostons et nous préservons notre environnement !

Après avoir supprimé les emballages cadeau de notre poubelle noire, nous allons la priver de tous nos déchets de cuisine et de jardin ! COMPOSTER, c’est donc réduire le poids de nos poubelles, réduire la pollution liée au traitement de nos déchets et fertiliser nos jardins et nos plantes avec un engrais naturel.

Pour tous ceux qui ont un espace extérieur, c’est facile de s’y mettre. Pour les autres, le lombricompostage (technique utilisant le pouvoir des vers de terre) peut vous intéresser, sinon soyez attentifs, et répondez à l’enquête qui sera distribuée avec le bulletin municipal prochainement. Elle va permettre à la municipalité de vous proposer la solution la plus adaptée à vos attentes. Votre participation à cette consultation est primordiale. Voici quelques informations, et n’hésitez pas à consulter le site de la CCPL47.fr Inscrivez-vous à leur formation. Dès que le contexte sanitaire le permettra, les formations au compostage seront proposées.

Que composter : tous les déchets organiques à différents degrés …

  • DÉCHETS de CUISINE : épluchures, fruits et légumes abîmés, fanes de légumes, marc de café avec filtre (très bons aussi en engrais dans vos plantes vertes), sachets de thé, coquilles d’œufs, restes de repas, pain, laitages, croûtes de fromage et céréales.
    Bien les enfouir en les plaçant au centre du tas de compost.
  • DÉCHETS du JARDIN : s’ils ne peuvent être utilisés en paillage dans votre jardin d’agrément ou jardin potager, alors, ils vont dans le compost. Ce sont : tontes de gazon, sciure, feuilles mortes, branchages broyés ou taillés fins, fleurs fanées, tailles de haies, paille, déchets du jardin potager.
    A exclure : terre, cendre, sable (à mettre directement dans le jardin), végétaux malades ou en graines, rhizomes (racines de plantes) et bois traités.
  • DÉCHETS de MAISON : papier journal, papier carton non sali par des polluants, mouchoir en papier, essuie tout, cendre de bois, sciure, copeaux bien mélangés.
    A exclure : couche de bébé, protection périodique et litière d’animaux carnivores.

NB : quelques déchets se dégradent plus difficilement et demandent quelques précautions. Les déchets ligneux ou durs (tailles, branches, os, coquilles …) qu’il vaut mieux broyer avant. Les plantes en graine et pieds de légumes qui peuvent germer (tomates, potirons, mauvaises herbes …). Les coquilles d’œufs et les coquillages ne se décomposent pas mais leur usure apporte des éléments minéraux et leur structure facilite l’aération.

Comment composter ?

Tout d’abord choisir le bon endroit : pas trop loin de la maison, pas trop près des voisins, exposition mi ombre à l’abri du vent et pas dans un creux.
Pour débuter : préparer un lit de matière brune (feuilles mortes, petits branchages pour drainer et aérer votre futur compost).
Puis choisir la méthode : soit en tas au fond du jardin comme l’ont fait nos ancêtres depuis la nuit des temps ou presque ! Soit dans un bac pour mieux gérer votre compost. Construire le bac ou l’acheter : ce bac, vous pouvez le construire vous-même avec des matériaux de récupération (palettes…). Sinon, ils sont en vente dans les jardineries ou, rapprochez vous de votre CCPL qui peut vous le fournir pour 25 €.

Composter, 4 règles d’or !

  • ALTERNER
    Mélanger les déchets entre eux :
    – les déchets azotés plutôt humides et verts qui se dégradent facilement et qui ont tendance à pourrir avec les déchets carbonés plutôt secs qui se compostent lentement;
    – les déchets fins comme les tontes qui asphyxient le compost avec des déchets plus grossiers comme les brindilles.
  • AÉRER
    Brasser, décompacter le compost pour apporter l’oxygène nécessaire aux micro-organismes qui sont utiles au compostage.
  • GÉRER L’HUMIDITÉ
    Compost trop humide : trop d’humidité empêche la bonne aération du compost, le processus est freiné. Pour y remédier, apporter des matières sèches, aérer le compost pour l’aider à sécher, protéger des pluies;
    Compost trop sec : les micro-organismes meurent et le processus s’arrête. Il faut arroser le compost, réduire les déchets trop gros, apporter des déchets verts.
  • SURVEILLER
    L ‘apparition de moucherons, de mauvaises odeurs, de moisissures sont autant de signes qui doivent vous alerter. Consultez le guide du compostage pour trouver les solutions. Souvent, il suffit d’équilibrer le compost et de l’aérer.

Bibliographie : ADEME « le compostage et le paillage » septembre 2020-12-25, « prévention/gestion de proximité des bio déchets » octobre 2015, « faire son compost » janvier 2012 et « Pourquoi composter » de L. Brisset de la CC des Bastides en Haut Agenais Périgord.


Avec Tati Sauvette, la COMPOST MANIA gagne du terrain

Encouragée par Tati Sauvette, Jeannette, sauvetatoise, installe un composteur dans son petit jardin alors que jusqu’à présent, ses déchets de cuisine étaient mis dans le sac noir. Merci Jeannette ! Vidéo à découvrir en suivant.
Et au Point Lecture de La Sauvetat, Tati Sauvette met à votre disposition le livre « Famille presque zéro déchet« . Un livre pour vous aider à découvrir comment limiter les déchets et mettre en pratique l’écocitoyenneté.

Et n’oubliez pas, le meilleur déchet est celui que nous ne produisons pas !

Tati Sauvette vous souhaite une Bonne Année Ecocitoyenne  et vous dit à bientôt pour un nouvel épisode.

Et la vidéo …

  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés