Ils ont bougé pour prévenir le suicide !

La municipalité de La Sauvetat du Dropt accueillait la Journée Mondiale de Prévention du Suicide le samedi 21 septembre. Cette manifestation était mise en place par la SAFED, Solincité, le Centre Hospitalier Vauclaire et le Groupement Interprofessionnel de Prévention 24/47.

Comme l’explique Stella Darrouzes, responsable du programme départemental de prévention de la crise suicidaire au sein de la SAFED :

« Plusieurs objectifs à cette journée : parler ouvertement de la prévention du suicide, de la souffrance qu’il engendre et lutter contre les discriminations liées à la souffrance psychique en proposant des actions pour le bien-être. Dans ce but, un village de prévention et de promotion en santé mentale était installé sur la Prairie des Croquants.

Le suicide et la santé mentale ne sont pas des gros mots. Nous voulons permettre la discussion et permettre à chacun de s’exprimer, quel que soit son origine, sa sexualité, sa souffrance. Et enfin et surtout, faire apparaître le mot suicide dans l’espace public. »

Peu de monde … les discussions abordant les problèmes de santé mentale sont-elles tabous?

Les visiteurs, peu nombreux malgré une information diffusée largement, ont pu circuler dans le village de prévention pour s’initier à la Zumba ou au pilates, apprendre à tricoter ou profiter d’une exposition de tableaux et d’objets fabriqués artisanalement au son de la Batukasol de Solincité.
Au stand de « la caravane des folies ordinaires », il était possible d’acheter du Préjugix … un médicament anti-préjugés pour combattre les idées reçus au sujet du handicap physique, du handicap mental, de la dépression, des familles de malades psychiques, des seniors, des jeunes, des violences conjugales, de l’homosexualité, ou de la reconversion professionnelle sous la forme de notices incitatives mais ludiques invitant à s’interroger et à réagir lorsque s’insinuent les idées noires.

Une petite douzaine de participants, marcheurs ou coureurs, prirent le sentier de randonnée de 10 km balisé en direction du Lac de l’Escourou par les membres du Groupement Interprofessionnel Prévention 24/47. Le retour se fit sous les applaudissements tandis que le dancefloor du Comité des Fêtes était dans le même temps investi par les adeptes de la zumba.
L’après-midi se terminait par un repas pris au food truck installé pour l’occasion et un concert avec le William Delanay Barry Band.

Cette manifestation, malgré une faible fréquentation, aura peut-être atteint son but. La reconnaissance de l’autre dans sa différence, le respect de la singularité, la reconnaissance des potentialités qui existent chez toute personne et comprendre que le vivre ensemble est indispensable à la cohésion d’une société.

  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés