Le Château de Duras mis en valeur par le Mobilier National

Article de Charlotte Pelletier, correspondante du journal Le Petit Journal et de La Dépêche du Midi sur lequel cet article est paru mardi 8 mai. Vidéo de France 3 Nouvelle-Aquitaine mise en ligne le 4 mai.

Le Château de Duras est remeublé par le Mobilier national : un élément qui rajoute du cachet à la noble bâtisse et qui séduira de nombreux visiteurs.

«Si je n’avais Versailles, j’aurais aimé avoir Duras». Cette formule a été prononcée par Louis XIV… Qui aurait pu estimer qu’elle avait encore droit de cité lorsqu’il y a quarante-neuf ans, le 20 mars 1969, les représentants de la commune lot-et-garonnaise se rendaient à Paris pour acheter les ruines du château de Duras… Qu’est-ce que cet achat allait pouvoir rapporter à la commune ? Pour certains, une piscine municipale aurait été plus utile.

Puis les travaux de restauration ont commencé. Le département mais aussi la région et encore l’État ont aidé cette commune riche de 1 250 habitants à mener ce chantier à terme. Et le résultat est à la hauteur de l’investissement.

En cette matinée du 4 mai, les responsables du Mobilier national sont ainsi venus présenter les meubles qui ont désormais pris leurs quartiers dans les appartements de la duchesse de Duras. L’an prochain, les appartements du duc auront été restaurés et de nouveaux meubles y seront déposés.

Dix châteaux ont été remeublés par le Mobilier national, parmi lesquels : Chambord, Rambouillet, Azay-le-Rideau, Sully- sur-Loire. Le but du Mobilier national est d’une part de montrer comment on vivait au quotidien dans ces édifices, et ensuite de trouver une harmonie entre le domaine et certains de ses habitants. Il faut que cette harmonie soit perceptible pour le visiteur du XXIe siècle.

A Duras, il est évident que le mobilier va avoir pour mission d’expliquer comment pouvait vivre Claire de Kersaint, la dernière duchesse de Duras, celle qui avait été l’égérie de Châteaubriant. Pour arriver au mieux à remplir cette mission, on s’est aidé de l’inventaire qui avait été établi en 1789. On a mené des études archivistiques et archéologiques. Ainsi on a su comment était meublée chaque pièce.

Lorsque le maire de Duras Bernadette Dreux a contacté le Mobilier national, elle n’imaginait pas qu’un accord pourrait être trouvé entre cette administration et la petite commune… Ce mobilier est présenté à Duras pour trente ans. Certains éléments ne sont pas encore arrivés : par exemple le billard, sa place est prévue dans l’antichambre de la duchesse et il manque dans le décor…

«Si je n’avais Versailles, j’aurais aimé avoir Duras» à voir comme le château meublé a fière allure, on comprend pourquoi Louis XIV a prononcé cette phrase…

Infos pratiques, horaires de visite et tarifs à consulter sur le site du Château de Duras. Situé à 15 min de La Sauvetat du Dropt.

  •  
  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés