• 130 km en stand up paddle, bravo Olivier!

    Information et photo reprises sur la page facebook du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt. Olivier Cain est en bleu sur un stand up paddle rouge.

    Le CKC Argentat Beaulieu organisait la 8ème édition de la Dordogne Intégrale ce dimanche 27 mai 2017. Cette épreuve, c’est 130 km en 1 journée entre Argentat (19) et Castelnaud La Chapelle (24).
    Cette course de canoë-kayak et stand-up paddle «longue distance» est unique en France et demeure l’un des rares rendez-vous de ce type en Europe. De nombreux pays, comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et la République Tchèque y sont représentés aux côtés d’athlètes français de très haut-niveau classés parmi les 10 meilleurs de l’Hexagone.

    Parmi ces participants se trouvait le président du CKC Vallée du Dropt, Olivier Cain, qui a pris le départ en « stand up paddle », au milieu de quelques 350 inscrits, athlètes ou amateurs.

    Nous n’avons pas les résultats du classement mais voici ce que l’on peut lire sur la page facebook du CKC.

    « Un énorme BIG UP pour notre président Olivier Cain dit Caincoin qui a vaincu « Dordogne Intégrale ». 130 km debout sur son paddle en à peine plus de 13h.
    Un exploit majuscule et une entrée en très bonne place dans notre classement des grandes performances de la VDD. »

    Bravo pour cet exploit monsieur le président!

  • Le Pays de Duras s’enrichit d’un accrobranche

    Information de l’Office de Tourisme du Pays de Duras.

    « C’était en projet depuis quelques temps ! La famille CHATAING l’a fait !

    Nous ne pouvions pas attendre plus longtemps ! Des-chênes-toi Aventure ouvrira le dimanche 11 juin !
    Alors, suivez les dernières consignes sur accrobranche47.com pour une bonne pratique de l’activité et rendez-vous lieu-dit les couronneaux à Sainte Colombe de Duras à partir du dimanche 11 juin.
    Ouvert week-ends et vacances scolaires, jours fériés d’avril à juin et septembre de 13h à 18h et en Juillet-août tous les jours de 10h à 19h. Enfants dès 3 ans.

    Éclatez-vous ! Et bravo à eux et nous souhaitant une excellent réussite à cette nouvelle activité sur notre territoire! »

  • Finale régionale jeune pour 3 kayakistes du CKC

    Information de Olivier Cain, pésident du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt.

    Jeudi 25 et vendredi 26 mai se déroule la finale régionale jeune (Nouvelle Aquitaine). Trois jeunes du CKC Vallée du Dropt font partis de l’équipe du Lot et Garonne: Dune et Malo Girardi et Xavier Pelisser. Ils seront encadrés, entres autres, par Cindy et Alexis Coat.

    Autre événement samedi 27 mai, Olivier Cain participe à une compétition internationale de très longue distance appelée la « Dordogne Intégrale ». Elle couvre 130km d’Argentat en Corrèze à Castelnaud La Chapelle en Dordogne. Olivier prendra le départ en « stand up paddle », au milieu de quelques 350 participants.

    Le club et le village de La Sauvetat du Dropt leur souhaitent bonne chance!

    Quant aux actualités pour le mois de juin. Il sera question de la préparation de la saison estivale. Et mi-juin, seront connus les sélectionnés pour les championnats de France catégories kayak homme junior et senior, kayak dame senior et canoë dame senior.

  • L’Atelier Terre de Grès reste sur Eymet

    On se souvient de l’appel lancé en février concernant la recherche d’un local pour Sabine Camps et ses poteries. Bien que plusieurs sauvetatois se soient manifestés, aucun des locaux proposés ne convenaient pour une telle activité.

    Nous pourrions regretter de ne pas avoir ce bel atelier dans notre village mais approuvons la décision de la municipalité d’Eymet qui a finalement renouvelé le bail. L’Atelier Terre de Grès, que nous vous invitons à découvrir, est installé dans un local à l’entrée du château. Sabine expose également ses poteries sur de nombreux salons de la région ou chaque jeudi matin sur le marché.

  • L’école des sorciers ouvre cette semaine!

    Photo du film Harry Potter de la page facebook de Mimbulus Mimbletonia. Vidéo du journal Sud-Ouest le Mag de mai 2017.

    L’École des Sorciers ouvre du 25 au 28 mai à Bourgougnague

    « Durant quatre jours, du jeudi 25 mai 2017 après-midi au dimanche 28 mai 2017 après-midi, une centaine d’élèves pourront se réunir au Château Jolibert, à la MFR de Bourgougnague, pour assister à des cours de Potions, Métamorphose, Botanique, etc., et participer à des clubs et d’autres activités !
    À la fin du séjour, il y aura un examen noté portant sur ce qui aura été vu en cours. Des points seront donnés ou retirés aux élèves en fonction de leur comportement et de leurs connaissances personnelles. La maison ayant récolté le plus de points fera gagner sa maison !
    Les élèves pourront également découvrir un sport de sorcier et s’affronteront lors d’un tournois.
    Vous serez nourris et logés au sein de l’école.
    Tout comme les professeurs, vous n’incarnerez pas un personnage, mais vous viendrez en tant que vous-même, c’est à dire un élève sorcier. Vous pourrez venir avec des costumes ou accessoires de votre choix tant que l’on n’identifie pas un personnage en particulier. »

    Explications à retrouver sur le site de l’association Mimbulus Mimbletonia, ou sur la page des sorciers de facebook.

    A l'école des sorciers

    Avez-vous déjà posé le pied dans le petit village de Bourgougnague, en Lot-et-Garonne ? Là-bas, le château de Jolibert abrite une Maison familiale et rurale depuis 1937. C’est ici qu’un groupe de jeunes gens a créé l'association Mimbulus Mimbletonia pour lancer… une école de magie et de sorcellerie! « Sud Ouest Mag » est allé à sa rencontre et a découvert ce lieu étonnant qui accueillera des stages dès le mois de mai pour apprendre à manier la baguette magique, entre autres trucs de sorcières. Un reportage à découvrir samedi 11 mars avec votre journal Sud Ouest!

    Publié par Sud Ouest – Le Mag sur vendredi 10 mars 2017

  • Canoë Kayak, les médailles du Championnat d’Europe

    Cindy Coat en équipe de France aux Championnats d’Europe de canoë

    Faisons un premier bilan. Les courses et les remises de médailles se sont terminées à Skopje en Macédoine.
    Ce sont des résultats très encourageants pour Cindy lors de ces courses internationales. Elle rentre en terre Sauvetatoise avec 3 médailles sur 4 possibles :

    – médaille de bronze en C2 dame Classique avec sa coéquipière Manon Durand du club de Dormans
    – médaille d’argent en C2 dame Sprint avec sa coéquipière Manon Durand
    – médaille de bronze en C1 dame Sprint

    L’or ne lui sourit pas encore. Il y a des pistes de travail sur la navigation en monoplace et en biplace, mais aussi sur l’investissement !
    Il faudra être prête pour les fameux Championnats du monde à Pau. En attendant, elle revient à ses études et se tourne vers les partiels qui l’attendent dès mardi 16 mai. Puis, vers les coupes du monde qui arrivent vite.

    La municipalité se joint au club du CKC Vallée du Dropt pour la féliciter ainsi que tous les athlètes français pour leurs résultats sur cette première échéance international 2017.

    Rappel du programme des coupes et championnats du monde

    – Championnat d’Europe à Skopje (Macédoine) du 6 au 15 Mai —> Passé. Résultats ci-dessus.
    – Coupe du monde n°1 à Muotathal (Suisse) du 29 au 5 Juin
    – Coupe du monde n°2 à Augsburg (Allemagne) du 6 au 12 Juin
    – Championnat du monde – 23 ans à Murau (Autriche) du 23 au 30 Juillet
    – Championnat du monde senior à Pau du 23 au 31 Septembre

  • Nouvelle vidéo pour Aurélien et les As du Mic.

    Aurélien alias JARH, employé communal de La Sauvetat du Dropt, est aussi rappeur durant ses heures de loisirs. On se souvient de la prestation de son groupe Les As du Mic lors de la soirée gourmande de septembre 2016 spécialement dédiée aux bénévoles ainsi que de l’émouvant hommage rendue à sa mère partie après une longue lutte contre le cancer.

    Voici leur toute dernière vidéo. Le freestyle 2017 que l’on vous invite à partager sans modération. Enregistrée dans leur studio ADM.

  • Témoignage de némouriens suite aux inondations de juin 2016

    Nicole Lebert vivait avec sa famille à La Sauvetat du Dropt dans les années 60. Ils sont, avec son mari Gérard, de fidèles lecteurs de notre blog/site et envoient régulièrement de sympathiques messages. Ils vivent à Nemours, une commune de Seine-et-Marne (77) durement touchée par les terribles inondations de juin 2016.

    Nous échangeons des mails sur la vie de nos communes respectives et souhaitons aujourd’hui partager leur désarroi de l’après inondation. Les faits divers sont relatés sur l’instant puis tombent dans l’oubli bien que les conséquences soient encore visibles et souvent dramatiques.

    Rappel des faits

    Extrait d’un article de Delphine de Mallevoüe paru sur Le Figaro Premium du 2 juin 2016.

    « Des rues changées en fleuves, des voitures immergées jusqu’au toit, l’église noyée dans un mètre cinquante d’eau, des canots qui voguent au secours de la population… Dans le centre de Nemours, jeudi, les riverains se sont réveillés hagards, épouvantés par la métamorphose de leur ville depuis deux jours. En sortant de son lit, le Loing a chassé du leur des milliers d’habitants de cette commune de Seine-et-Marne – un des départements les plus touchés de France, qui restait jeudi encore en alerte rouge – contraints pour beaucoup de s’abriter dans le gymnase de la ville. »

    Presque un an après, le triste constat de Nicole et Gérard

    « Depuis les terribles inondations de juin 2016, notre petite ville a bien du mal à remonter la pente. Les magasins se font rares alors que le bourg était très vivant. Nous avons perdu le centre de radiologie. Les médecins n’ont plus de cabinet médical. De nombreuses familles ont tout perdu et ont du mal à s’en remettre. C’est le cas de certains de nos voisins.
    Il y avait un Parc Animalier à quelques kms de chez nous avec bouc, moutons, ânes, chevaux … 4m d’eau dans le parc! Les pauvres bêtes ont subi ces inondations accrochées au grillage. Tous les vétérinaires de la région se sont mobilisés pour les euthanasier.

    Les personnes âgées de plus de 80 ans n’avaient jamais vu ça. Nous avons appris qu’une brèche de 30 mètres dans un canal proche avait certainement ajouté à l’ampleur des dégâts. Il n’y avait pas eu réparation! Pour faire des économies! Nous pensons que la vie ne sera plus comme avant. Et pourtant, nous aimons beaucoup cette région et Nemours. Merci de partager notre histoire. »

    Centre ville de Nemours aux beaux jours.

    Centre ville le 2 juin 2016.

  • Un parc et jardin dans l’annuaire


    L’annuaire sauvetatois s’enrichit d’un nouveau professionnel sur la commune. Brandon Hottelet domicilié au lieu-dit Flouret propose ses services d’élagage, d’abattage, de taille de haie ou de nettoyage des déchets. Paiement en CESU possible. Tél. : 06.74.82.75.71 ou brandon47@live.fr

    Information à retrouver sur l’ANNUAIRE de votre site disponible dans le menu.

  • 3 kayakistes du CKC aux 1000 pagaies à Seix

    Vu sur la page facebook du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt… Photos de Maurice Pubert.

    « Le week-end des 7 et 8 mai, 3 kayakistes du CKC Vallée du Dropt ont décidé de se faire plaisir.
    Olivier Cain (président du club), Hugues Lesimple et Gaétan Coat sont allés sur la concentration haute rivière des 1000 pagaies à Seix (Ariège).

    Au programme : course par équipe, course individuelle sprint et concerts tous les soirs.
    Un vrai week-end de bonne humeur, de rigolades et surtout de pures rivières.
    Une courte vidéo ci-dessous de leur passage en équipe.
    Pour une première, on ne parlera pas de classement 😜 »

    Publié par Jeremy Mallo sur samedi 6 mai 2017

  • Un sauvetatois veut lancer un abattoir mobile

    Journal Sud-Ouest du samedi 6 mai. Article et photo de Camille de Lapoyade, correspondante pour le journal Sud-Ouest.

    Innovation: Laurent Allanou, sauvetatois, directeur des Ateliers de la Queille à Tonneins, entend à la fois lutter contre la souffrance animale et redynamiser les campagnes.

    L’idée fait son chemin au niveau national. Elle devrait même être expérimentée au deuxième semestre 2017, en Côtes-d’Or. Cette idée, c’est un abattoir mobile qui se déplacera de ferme en ferme pour tuer les bêtes sur place et leur éviter ainsi le stress du transport. Mais à Tonneins, Laurent Allanou, directeur des Ateliers de la Queille, entreprise spécialisée dans le matériel destiné à l’industrie agro-alimentaire, veut embrasser une logique qui met aussi l’humain au cœur du débat.

    « L’idée est venue de ces abattoirs provisoires installés pour la fête de l’Aïd el-Kébir, dans le respect des normes d’abattage et d’hygiène. Et nous avons fait un autre constat: il y a de moins en moins d’abattoirs en France (Villeneuve sur Lot est l’unique abattoir du 47). Les éleveurs doivent parfois faire des heures de routes pour y conduire leurs bêtes. Il y a un réel problème de bien-être animal. »

    Au delà de cette souffrance animale, Laurent Allanou teinte son idée d’une couleur éminemment politique: « Les métropoles absorbent et appauvrissent tout. Avec ces aménagements de territoire où tout est concentré, il y a aujourd’hui des zones isolées de tout. » Une réalité qui n’épargne pas le département.

    En lien étroit avec le collectif « Quand l’abattoir vient à la ferme » auquel adhèrent plusieurs centaines d’éleveurs, Laurent Allanou a aussi été sensibilisé par ces agriculteurs qui demandent le « bien vivre et mourir » de leurs bêtes. Et veulent mieux gérer leurs circuits de distribution. « Il faut tout faire en France pour soutenir l’élevage, notamment la filière bovine qui est une filière d’excellence », défend-il.

    En attente d’un feu vert national

    Le chef d’entreprise a donc entamé une démarche de recherche et développement pour pouvoir proposer ses abattoirs mobiles. Les plans sont prêts. La Région, elle aussi, semble très réceptive. Il ne manque qu’une dérogation du ministère de l’Agriculture. Parce qu’actuellement, tuer ses animaux chez soi, hormis pour sa consommation personnelle, est interdit et passible de fortes amendes et de peines de prison. Mais « on est prêt! » assure Laurent Allanou.

    Concrètement, un camion entièrement équipé se rendra chez l’éleveur. Avec deux options. Soit les animaux seront tués sur place, avec des normes sanitaires identiques aux abattoirs classiques et conduits ensuite vers la structure la plus proche pour la préparation et la découpe de la viande. Mais il faudra alors que l’exploitation ne se trouve pas trop loin de l’abattoir, puisque le délai entre les deux étapes est de moins d’une heure. Soit le processus se fera sur place de A à Z, de l’abattage à la préparation en quartiers.

    Ce modèle d’abattoir ne pourra en revanche pas tenir de lourdes cadences comme le modèle suédois. Tout au plus, cinq ou six bêtes seront tuées par jour. Pour la gestion du véhicule, Laurent Allanou pense, entres autres, le vendre à des regroupements d’agriculteurs tels que les Cuma ou les Gaec.

    Et surtout, le maître mot de l’entrepreneur, c’est la proximité. Lui-même l’appliquera pour la fabrication de son abattoir voyageur qui devrait coûter dans les  600 000 euros. Les pièces professionnelles seront fabriquées dans son atelier, et tout le reste ira entre les mains d’une carrosserie marmandaise. L’économie circulaire en résumé.

  • Commémoration du 8 mai 1945

    Photos de Martine Brosse, conseillère municipale à La Sauvetat du Dropt. Informations de Jean-Luc Gardeau, Maire du village.

    Seconde Guerre mondiale de 1939-1945

    L’invasion de la Pologne par Hitler en septembre 1939 déclenche la Seconde Guerre mondiale. Le conflit, principalement européen à l’origine, s’élargit à l’échelle mondiale avec l’intervention japonaise contre Pearl Harbor et l’entrée en guerre des Etats-Unis. Cette « guerre totale » mobilise l’ensemble des ressources économiques des différents belligérants et fait 50 millions de morts, majoritairement des civils.

    Elle se termine officiellement en Europe le 8 mai 1945 au lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie, signée le 7 mai à Reims en laissant un bilan sans équivalent dans l’Histoire avec plus de cinquante millions de morts militaires et majoritairement civils (400.000 Américains, autant de Britanniques, 600.000 Français, 50 000 Canadiens, huit millions d’Allemands, dix à vingt millions de Soviétiques etc).

    Commémoration sauvetatoise et pertinentes réflexions d’enfants

    La cérémonie du 8 mai commémorant l’armistice de la seconde guerre mondiale s’est déroulé à La Sauvetat du Dropt en petit comité. Parmi l’assistance, un ancien combattant et porte drapeau ainsi que le Colonel Stéphane, venu en voisin. Après le discours prononcé solennellement par le Colonel Stéphane vînt le temps du recueillement lors du dépôt de la gerbe conjointement avec Monsieur le Maire devant le monument aux morts.

    Un vin d’honneur fut servi à l’issue de la cérémonie. Jean-Luc Gardeau, Maire, en profita pour parler avec ses administrés, notamment avec cette jeune maman sauvetatoise d’origine belge, accompagnée de trois de ses enfants. Discussion amusante mais enrichissante lorsque Léandre, l’aîné des enfants, lui demanda pourquoi il n’y avait pas un monument aux morts pour chacune des guerres et lorsqu’il affirma qu’il fallait changer la photo du président de la salle du conseil où tous étaient réunis!

    En cette année électorale, nous retiendrons que le devoir de mémoire fut respecté comme il se doit puis commenté par l’implacable logique enfantine.