Témoignage de némouriens suite aux inondations de juin 2016

Nicole Lebert vivait avec sa famille à La Sauvetat du Dropt dans les années 60. Ils sont, avec son mari Gérard, de fidèles lecteurs de notre blog/site et envoient régulièrement de sympathiques messages. Ils vivent à Nemours, une commune de Seine-et-Marne (77) durement touchée par les terribles inondations de juin 2016.

Nous échangeons des mails sur la vie de nos communes respectives et souhaitons aujourd’hui partager leur désarroi de l’après inondation. Les faits divers sont relatés sur l’instant puis tombent dans l’oubli bien que les conséquences soient encore visibles et souvent dramatiques.

Rappel des faits

Extrait d’un article de Delphine de Mallevoüe paru sur Le Figaro Premium du 2 juin 2016.

« Des rues changées en fleuves, des voitures immergées jusqu’au toit, l’église noyée dans un mètre cinquante d’eau, des canots qui voguent au secours de la population… Dans le centre de Nemours, jeudi, les riverains se sont réveillés hagards, épouvantés par la métamorphose de leur ville depuis deux jours. En sortant de son lit, le Loing a chassé du leur des milliers d’habitants de cette commune de Seine-et-Marne – un des départements les plus touchés de France, qui restait jeudi encore en alerte rouge – contraints pour beaucoup de s’abriter dans le gymnase de la ville. »

Presque un an après, le triste constat de Nicole et Gérard

« Depuis les terribles inondations de juin 2016, notre petite ville a bien du mal à remonter la pente. Les magasins se font rares alors que le bourg était très vivant. Nous avons perdu le centre de radiologie. Les médecins n’ont plus de cabinet médical. De nombreuses familles ont tout perdu et ont du mal à s’en remettre. C’est le cas de certains de nos voisins.
Il y avait un Parc Animalier à quelques kms de chez nous avec bouc, moutons, ânes, chevaux … 4m d’eau dans le parc! Les pauvres bêtes ont subi ces inondations accrochées au grillage. Tous les vétérinaires de la région se sont mobilisés pour les euthanasier.

Les personnes âgées de plus de 80 ans n’avaient jamais vu ça. Nous avons appris qu’une brèche de 30 mètres dans un canal proche avait certainement ajouté à l’ampleur des dégâts. Il n’y avait pas eu réparation! Pour faire des économies! Nous pensons que la vie ne sera plus comme avant. Et pourtant, nous aimons beaucoup cette région et Nemours. Merci de partager notre histoire. »

Centre ville de Nemours aux beaux jours.

Centre ville le 2 juin 2016.

  •  
  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés