• Spectacle de canadairs au Lac de l’Escourou

    Mardi 20 et mercredi 21 avril, quelques chanceux, avertis par des pompiers amis semble-t-il, ont pu voir le spectacle de 5 canadairs venus s’entraîner sur le Lac de l’Escourou.

    Merci à nos fidèles photographes. Marie Coutable dont le cheval n’a pas semblé perturbé par l’apparition intempestive de ce gros bolide jaune et Francis Secco dont vous pouvez admirer l’ensemble des photos sur son site Regards-Aquitaine-Piwigo.

    13082685_10206401760945452_3341165542572540082_n 13007337_10206406944835046_3972686623191285748_n
    canadair cheval trio de canadairs
  • Sortie au Lac de l’Escourou, zone humide à protéger

    Photos et commentaires sur la sortie de Marie Coutable, membre du Photo Club Sauvetatois. Explication des Zones Humides sur le site Ramsar. Énumération des oiseaux observés de Francis Secco.

    Chaque année aux alentours du 2 février, a lieu la Journée Mondiale des Zones Humides. Pour la seconde année, l’Office de Tourisme du Pays d’Eymet proposait une matinée découverte de la Zone Humide du Lac de l’Escourou au niveau de la commune de St Sulpice d’Eymet où se situe le sentier d’interprétation ornithologique.

    Qu’est-ce qu’une Zone Humide?

    La Journée mondiale des zones humides commémore la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville Iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne. La Convention a pour mission:

    «La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier».

    Les zones humides sont parmi les écosystèmes les plus divers et les plus productifs. Elles fournissent des services essentiels et toute notre eau douce. Toutefois, elles continuent d’être dégradées et transformées pour d’autres usages.

    La Convention a adopté une large définition des zones humides comprenant tous les lacs et cours d’eau tel que le Lac de l’Escourou, les aquifères souterrains, les marécages et marais, les prairies humides, les tourbières, les oasis, les estuaires, les deltas et étendues intertidales, les mangroves et autres zones côtières, les récifs coralliens et tous les sites artificiels tels que les étangs de pisciculture, les rizières, les retenues et les marais salés.

    Le Lac de l’Escourou, répertorié Zone Humide, est riche de sa faune et de sa flore

    Vaste étendue d’eau destinée à l’irrigation, l’Escourou est séparé en deux par la route. La partie nord, plus petite et la plus sauvage, est la queue du lac. La partie sud offre cependant d’excellentes conditions d’observation en automne lors de la migration des oiseaux. Les niveaux d’eau étant alors très bas, on pourra observer tous les limicoles de la région, avec ponctuellement quelques espèces rares comme le bécasseau rousset ou le chevalier stagnatile. Balbuzard pêcheur et guifettes y sont aussi de passage régulier. L’hiver venu, de beaux regroupements de canards de surface et plongeurs peuvent être observés, quand les niveaux d’eau remontent. On pourra ainsi observer plongeons imbrin, harles piette lors de grands froids ou macreuse brune.

    Observation du dimanche 24 janvier 2016 – Reportage de Marie Coutable

    Cette année, la présence de plusieurs spécialistes ornithologues de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux), bien équipés en longue vues, a permis à chacun d’approcher visuellement les oiseaux.

    Une belle participation pour cette sortie annuelle découverte nature avec quatre ornithologues passionnés et dans un lieu propice à l’observation des oiseaux : le lac de l’Escourou.

    Deux botanistes étaient également présents, des spécialistes qui ont partagé avec enthousiasme leurs connaissances de ces zones humides où nichent de nombreux oiseaux et qui fourmillent de vie.

    Un rendez-vous placé sous le soleil, dans une ambiance très conviviale.

    DSC_0032 DSC_0053
    DSC_0054 DSC_0056
  • Possibilité d’un championnat de jet-ski sur le Lac de l’Escourou

    2196434_651_11827396_800x400Article et photo de Guy Brunetaud, paru sur le Sud-Ouest du mercredi 25 novembre 2015. Votre correspondant guybrunetaud@aol.com ou 06.70.25.44.42

    Chaque année au mois de juin, le lac de l’Escourou – à cheval sur les départements de la Dordogne et du Lot-et-Garonne – accueille durant un week-end, des démonstrations de sports de glisse, sous la houlette du Ski-Club Périgord Vert, qui attire un nombreux public. Des activités sont proposées pour les plus petits et notamment la glisse sur bouée.

    Lors de ces rencontres, le président du club Vincent Cazcarra, en discutant avec le maire du village, avait émis l’idée de l’organisation d’un championnat de jet-ski sur ce plan d’eau. Bernard Patissou s’était alors réjoui de cette proposition qui pourrait apporter un plus au site de l’Escourou et aux communes environnantes, dont Soumensac et Eymet en Dordogne. Encore faut-il envisager une étude de faisabilité permettant la mise en place de ce projet sportif.

    Objectif : mai 2016

    [Lire la suite..]

  • Endurance équestre de passage au Lac de l’Escourou

    Article de Guy Brunetaud, correspondant du Sud-Ouest; Photos de Guy Brunetaud et Marie Coutable.

    Samedi 13 et dimanche 14 juin, de nombreux cavaliers ont découvert le territoire Duraquois. Organisé par l’association Les Cavaliers des Trois vignobles, ce raid d’endurance équestre a accueilli sur ces deux journées, 180 cavaliers (clubs amateurs et professionnels) venus de l’Aquitaine, de Midi-Pyrénées et du Limousin.

    Plusieurs circuits empruntant chemins et champs, allant de 10 km à 80 km ont été balisés par les bénévoles de l’association. Samedi, les jeunes chevaux (4/6 ans) et leurs cavaliers se sont élancés sur un circuit de 20 km à allure imposée. Dimanche ont eu lieu des courses régionales sur plusieurs distances, à allure libre et imposée selon les critères définis par l’organisation. À noter que l’épreuve reine Amateur 1 Grand prix (soit 80 km à vitesse libre) s’est gagnée à la vitesse de 17,088 km/h.

    Les bénévoles remerciés

    Ce cinquième raid équestre a été une réussite grâce à une organisation hors pair, notamment due aux bénévoles qui ont dégagé des chemins encombrés par des arbres suite à l’orage de la veille, ainsi qu’aux divers partenaires, notamment ceux de la viticulture du Duraquois qui ont donné de nombreuses dotations pour les podiums.

    1953986_143_9960884_800x400 DSC_0098_R.
    DSC_0092.R 1920578_918184308254582_5034765743487815330_n
  • Canadairs au Lac de l’Escourou

    canadair 0 Comme chaque année, deux canadairs sont venus réaliser des tests d’écopage et de largage sur le Lac de l’Escourou. C’était mercredi 17 juin et comme d’habitude, les usagers de la route ou des chemins qui passaient par là par hasard, se sont arrêtés pour observer et prendre des photos avec les moyens du bord.
    canadair 4 canadair 1
    canadair 3 canadair 2
  • Le Lac de l’Escourou, une « zone humide » à protéger

    Photos: Bob Munoz, Marie Coutable et Isabelle.

    CEN_Affiche_JMZH2015_bandeauOKDimanche 1er février, l’office de tourisme du Pays d’Eymet s’est impliqué pour la toute première fois dans la Journée mondiale des zones humides, en proposant une sortie nature matinale au lac de l’Escourou, à Saint-Sulpice-d’Eymet.
    « Chaque année, aux alentours du 2 février, cette journée commémore la signature de la convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville de Ramsar, en Iran. D’où les appellations utilisées : convention Ramsar, site Ramsar…
    Les zones humides sont des terres débordantes de vie, d’histoires et de cultures… Elles sont des terres productives et, donc, sources de développement économique pour de très nombreux peuples sur la planète. La baie du Mont-Saint-Michel, le Marais poitevin, la Camargue, les marais de Kaw en Guyane française, les Everglades aux États-Unis, le Pantanal au Brésil, la Mésopotamie, les grands lacs africains, etc., autant de lieux d’une richesse incomparable. Les intérêts à les protéger sont nombreux, évidents et urgents. »

    C’est donc dans le but de découvrir la richesse ornithologique des rives du Lac de l’Escourou qu’une cinquantaine d’amoureux de la nature se sont présentés chaudement vêtus et chaussés pour affronter la température hivernale malgré un ciel bleu bien dégagé et un beau soleil.

    Gérard Lallemant, président de l’Office du Tourisme du Pays d’Eymet expliquait en préambule l’intérêt des zones humides qui hébergent de nombreux oiseaux dont certains rares sur cette partie du lac. Il était accompagné de nombreux ornithologues du secteur dont Jacques Chèvre, Michel Hoare et Claude Soubiran de la LPO (Ligue Protectrice des Oiseaux) et Serge Fagette de la SEPANSO.

    Le plan d’eau dispose en effet, à l’embouchure de l’Escourou (le ruisseau), d’une zone humide de qualité et d’une jolie roselière, lieu d’hébergement privilégié pour nombre d’oiseaux, reptiles et mammifères, sans oublier les arbres, arbustes et plantes spécifiques.

    Durant la matinée, les promeneurs se scindaient en plusieurs groupes accompagnés chacun par un des ornithologues devenu guide. Malgré le remue-ménage, il fut possible de voir de nombreux hérons, des cormorans, des colverts, des canettes, des sarcelles aux multiples couleurs et des grèbes. Les ornithologues, qui viennent régulièrement sur ce lac faire des relevés, confirment la présence de nombreuses espèces, dont certaines assez rares, plutôt visibles lors des migrations du printemps et de l’automne (ci-dessous la photo dune grande aigrette prise l’automne dernier).

    Cette balade, autour du lac, fut aussi l’occasion de découvrir l’état d’avancement des travaux d’aménagement d’un nouveau parcours d’interprétation. Trois pontons ont été construit sur les rives dont deux sous forme de bulles permettant de se positionner pour observer les oiseaux. Ils ne sont pas tout à fait finis puisqu’ils seront bientôt recouverts de brande pour que les observateurs soient le plus invisibles possible.

    Concluons en disant que les milieux humides sont indispensables pour maintenir une biodiversité exceptionnelle puisqu’ils accueillent de nombreuses espèces animales et végétales. Ils jouent un rôle primordial dans la régulation de la ressource en eau, l’épuration et la prévention des crues. Le Lac de l’Escourou illustre bien ce rôle. Nous vous invitons à venir le découvrir.

    zones humides Lescourou 2 DSC_0034
     DSC_0030  zones humides Lescourou 3
    zones humides Lescourou 4 zones humides Lescourou 5
    zones humides Lescourou 6 zones humides Lescourou 7
    zones humides Lescourou 8 zones humides Lescourou 9
    zones humides Lescourou 10 zones humides Lescourou 11
    zones humides Lescourou 12 zones humides Lescourou 13
    DSC_0054 DSC_0043
    zones humides Lescourou 14 zones humides Lescourou 15
    zones humides Lescourou 16 zones humides Lescourou 1
    H-1 H-2
    zones humides Lescourou 17 zones humides Lescourou 18

    Précision des éditeurs: vous avez pu remarquer que l’orthographe du Lac de l’Escourou différait d’un panneau signalétique à l’autre, d’un journal ou d’un site web à un autre. En concertation avec le président de l’office du Tourisme du Pays d’Eymet, Gérard Lallemant, et après de nombreuses recherches, nous avons adopté ensemble l’orthographe des cartes IGN qui indiquent LAC DE L’ESCOUROU.

    Etymologiquement, le mot ESCOUROU signifie courant, rigole, conduite d’eau, désignant la caractéristique de la propriété.