Nature & Progrès attribue sa mention à un maraîcher de la Sauvetat du Dropt.

Photos du jardin de Biraval de Benjamin Bergeon et de sa compagne Faustine.

Le jardin de Biraval acquiert la mention Nature & Progrès

Benjamin Bergeon, au lieu-dit Biraval de La Sauvetat-du-Dropt, produit des paniers hebdomadaires de légumes de saison. L’agriculture paysanne pratiquée dans ce jardin-maraîcher à taille humaine remplie les critères des cahiers des charges de Nature & Progrès, garantissant ainsi un mode de production sans produits chimiques de synthèse ni OGM, s’attachant à respecter et à préserver l’environnement, la biodiversité, les sols, et à pourvoir aux consommateurs des légumes sains et de qualité.

S’engager chez Nature & Progrès est réellement un acte militant. Les professionnels sous seule mention Nature & Progrès ne bénéficient pas de subventions publiques et la certification participative est réalisée collectivement par des professionnels et des consommateurs adhérents Nature & Progrès, proposant ainsi un système agricole et alimentaire alternatif où l’humain et l’écologie prévalent sur l’économie.

Des abonnements aux paniers hebdomadaires encore disponibles

L’installation de la ferme de Benjamin, à Biraval, est progressive.
Les cultures s’agrandissent, se diversifient et les légumes issus de semences paysannes abondent.
Les récoltes effectuées le vendredi remplissent les paniers récupérés par les « mangeurs » en fin de journée.

Avec l’augmentation des surfaces de cultures, les récoltes suivent et ainsi lui permettent d’accepter de nouveaux clients.

Pour en savoir plus sur les paniers de légumes, merci de contacter directement Benjamin sur son mobile : 06 07 10 84 87 ou par mail : biraval47800@gmail.com

Pour comprendre l’éthique de Nature & Progrès, voir l’explication de Benjamin après les photos …
Nature & Progrès, une association pionnière, garante de l’agriculture biologique et paysanne

Créée en 1964, l’association Nature & Progrès met en lumière le rôle des équilibres biologiques et écologiques ainsi que les dangers que fait courir l’usage des pesticides et des intrants de synthèse pour l’environnement et l’alimentation humaine.
A l’origine de l’IFOAM (International Fédération of Organic Agriculture Movements), Nature & Progrès élabore les premiers cahiers des charges de l’agriculture biologique en 1972.
La certification participative de Nature et Progrès encore en place aujourd’hui démarre en 1978, et c’est en 1986 que les pouvoirs publics français adoptent le cahier des charges de Nature et Progrès comme cahier des charges officiel de l’agriculture biologique.
En 1991, l’adoption du premier règlement européen de l’Agriculture Biologique va renverser les rôles. Le contrôle et la certification par des organismes certificateurs agrées deviennent obligatoires, ce qui va détourner l’agriculture biologique de la gestion associative qui l’avait portée jusqu’à présent.
En 1993, la marque AB est créée, et devient la propriété du ministère français en charge de l’agriculture.

Nature et Progrès se détache de la certification par tiers et de la Bio officielle. Elle refuse que l’agriculture biologique soit dépendante d’une attache commerciale, les organismes certificateurs. Elle devient une marque associative et collective indépendante.
Deux courants se séparent alors, celui de la bio officielle qui voit l’agriculture biologique comme un mode de production voire une niche de marché (approche technique et économique), et une approche plus globale qui conçoit l’agriculture biologique comme un projet de société.

Si l’Agriculture Biologique officielle offre une garantie de pratiques respectueuses de l’environnement, la mention Nature et Progrès, défend une vision globale qui intègre des aspects sociaux et économiques. Au fil du temps, le règlement bio national, devenu européen, s’est assoupli. Nature et Progrès, dans ses cahiers des charges, a toujours maintenu un niveau d’exigences élevé.

La bio industrielle se développe dans tous les groupes agro-alimentaires et les GMS (grandes et moyennes surfaces). Mais les consommateurs ne sont pas dupes et recherchent une alimentation saine, locale et éthique. Nature et Progrès, depuis sa création, répond aux besoins fondamentaux des citoyens : accéder à une alimentation saine, produite localement, de manière éthique et respectueuse de l’environnement.
De plus, elle invite les consommateurs citoyens à s’impliquer dans la certification participative : les Systèmes Participatifs de Garantie (SPG).

Pour en savoir plus sur le SPG, pour connaître les différences entre le label AB et la mention Nature & Progrès, rendez-vous sur le site www.natureetprogres.org. Le site déborde d’informations pour mieux comprendre le fonctionnement de cette association pionnière.

  •  
  •  
  •  

Les commentaires sont fermés