• Rubrique Fêtes et Manifestations et Infos commerces

    Pour vos sorties en famille ou entre amis. A La Sauvetat du Dropt ou dans les communes voisines.
    ⇒   ASSOCIATIONS OU COMMERCES DE PROXIMITÉ DE LA SAUVETAT DU DROPT  et TERRITOIRE des PAYS de LAUZUN, DURAS et EYMET  ⇐
  • La vie de l’US Cyclo en période de confinement

    En ces temps troublés, la vie des associations tourne au ralenti. L’US Cyclo Club poursuit néanmoins ses entraînements comme nous l’explique ici le secrétaire Paulo Labattut que vous pouvez contacter au 06 59 49 45 89 ou via Mail labattut.jeanclaude@bbox.fr si vous souhaitez rejoindre ce groupe sympathique et découvrir la région en vélo.

    « Tout en respectant les restrictions gouvernementales ainsi que le règlement spécifique à notre sport, nous poursuivons nos entrainements bi-hebdomadaires.

    Avec le printemps qui arrive, les jambes fourmillent, le beau temps aidant, difficile de résister à la promenade.
    Ainsi ce samedi, neuf cyclistes étaient présents devant la maison des loisirs à LA SAUVETAT. Jean-Pierre Meyrat, notre président, était sur place pour les recommandations d’usage en cette période particulière.
    Nous voici donc organisés en deux groupes distinct inférieur à 6 personnes pour sillonner les petites routes dans un rayon de 10kms.

    Ce confinement aura au moins eu le mérite de nous faire découvrir les diverses routes environnantes avec leurs raidillons caractéristiques. »

  • Les Amis de la Sauveté reportent la randonnée du 30 avril


    En raison des mesures sanitaires, l’Association des Amis de la Sauveté a décidé de reporter la randonnée pédestre prévue le vendredi 30 avril. La date de ce report sera communiquée en fonction de l’évolution des mesures gouvernementales. Merci pour votre compréhension.

  • Joie de vivre pour les pensionnaires de l’Écurie Karine Dercourt

    Vu sur une page Facebook cette semaine, cette vidéo qui amène le sourire et la bonne humeur. On y voit deux des chevaux de l’Écurie Karine Dercourt manifester une certaine joie de vivre. Karine accepte de la partager.

    L’écurie de Karine Dercourt est située au lieu-dit Peyronnette à La Sauvetat du Dropt et vous propose différentes prestations de qualité pour vous et votre cheval: enseignement à domicile ou aux écuries, travail du cheval, débourrage, pension, tonte, passage de galop, gardiennage … Si le confinement vous pèse et si vous souhaitez débuter en équitation, n’hésitez pas à la contacter. Ses coordonnées : dercourtkarine@gmail.com / 0686045163 ou page Facebook Karine Dercourt.

  • Histoire de la gare, les circulations sur la ligne jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale – Recherches de Monsieur Éric Comont

    Nous venons de recevoir l’Épisode 2 relatant l’Histoire de la gare de La Sauvetat du Dropt.
    Monsieur Comont, passionné de chemins de fer, bénévole au sein de l’Association CFV, poursuit ses recherches …

    Voici le préambule mis à jour et l’épisode 2 en suivant.

    La gare de La Sauvetat-du-Dropt, ou l’histoire d’une rencontre improbable et mouvementée avec une voiture de luxe (wagon pullman n°4150) de la Compagnie des Wagons-Lits en juin 1944

    Début juillet 2017, le Chemin de Fer de la Vendée (CFV) réceptionnait après quelques péripéties, le wagon pullman n°4150. Ce wagon inscrit aux monuments historiques avait été confié par l’armée au CFV, et avant son arrivée, un travail historique nécessaire à sa restauration avait été entamé, lequel n’a pas cessé depuis. Très vite, l’histoire de ce véhicule prestigieux s’est révélée passionnante, avec des épisodes singuliers, qui vont me conduire avec d’autres personnes, dont un membre de l’association, aux confins de la Dordogne et du Lot et Garonne, et de la gare de la Sauvetat-du-Dropt en particulier.
    C’est à la fois les contacts avec la commune de La Sauvetat, et les informations accumulées qui ont fait germer l’idée de retracer l’histoire de la gare, et « l’irruption » du 4150 dans celle-ci en juin 1944.

    L’objectif de ces épisodes est double : retracer les faits historiques importants relatifs à la gare de la Sauvetat-du-Dropt, afin de comprendre les raisons qui ont poussé la Compagnie des Wagons-Lits à placer du matériel dans cette gare et d’autres, aux limites de la Dordogne et du Lot-et-Garonne. Une remarque, la notion de gare renvoie à un espace dans lequel on va trouver différentes installations, plus ou moins développées, cela désigne également le bâtiment destiné aux voyageurs, avec un guichet, une salle d’attente et un espace bagages. Le terme sera utilisé dans ces deux sens.
    Cela a nécessité de revenir sur l’histoire locale, où l’arrivée du Chemin de Fer à la fin du XIXème siècle, a eu un impact économique et social important, et ce à l’image de beaucoup d’autres régions rurales françaises, et quasi oublié depuis. On est aussi dans le présent et le futur, avec cette voiture qui fait le lien entre l’histoire locale de la gare de La Sauvetat, et la vie actuelle du CFV. C’est aussi une forme de contribution à cette histoire, et l’objectif au final, est de la partager en toute simplicité.

    Outre l’histoire de la gare, chaque épisode comprendra un point travaux sur la restauration du pullman 4150. Ces épisodes sont construits à partir des informations disponibles à la date de rédaction, et peuvent être modifiées en fonction de mises à jour. Les informations sont parfois limitées, et certaines demanderaient un gros travail de recherche qui n’est pas possible en l’état, ou tout au moins à court terme. Evidemment, tous les témoignages relatifs à ces épisodes sont les bienvenus, et seront intégrés dans cet historique.

    Un aspect important, c’est de respecter les propriétaires actuels des bâtiments de l’ancienne gare, et la tranquillité des lieux.

    Bonne lecture à tous,

    Eric COMONT, membre du Chemin de Fer de la Vendée

    A découvrir – Épisode 2 : La gare de la Sauvetat-du-Dropt : Les circulations sur les lignes et en gare jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale

  • Un sauvetatois et deux amis ouvrent un snack à Lauzun

    Snack Le Grand Duck, commandez et emportez, c’est à Lauzun !

    Ce n’est peut-être pas la période idéale mais ces trois jeunes entrepreneurs se sont associés pour ouvrir leur Snack Le Grand Duck à Lauzun ! En cuisine, la chef derrière les fourneaux s’appelle Tyffanie. Elle vous concoctera le canard de ces messieurs sous toutes ses formes puisque vous pourrez même déguster un burger au foie gras.

    Les associés sont deux agriculteurs éleveurs de canards, Mathieu Grannereau de La Sauvetat du Dropt et Sébastien Boury de Ségalas. Alexis Tardy, lui, travaille dans la communication à Montpellier. Un partage des compétences très utile pour leur affaire. Le projet qui doit suivre prochainement est un atelier de transformation pour faire le lien entre leur élevage respectif et l’assiette des clients du snack.

    Situé dans la Rue principale Eugène Mazelie, face au Café des Sports, Le Grand Duck, bâtiment communal joliment restauré, est ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 13h30 et de 17h30 à 19h. Ainsi que le dimanche de 11h30 à 13h30. Bien sûr, en attendant des jours meilleurs et l’installation de tables dans la salle et en terrasse, la vente est uniquement à emporter. Il est préférable de commander à l’avance au 06 60 42 91 51.

     

     

  • De nouveaux bateaux pour les kayakistes du CKC Vallée du Dropt

    Article de Dominique Empociello paru sur Le Républicain du 19 mars 2021. Une interview avec Alexis Coat, dirigeant du club.

    Le Canoë-Kayak club de la Vallée du Dropt renouvelle sa flotte, par l’acquisition de 18 kayaks neufs. Le Conseil départemental lui a alloué une subvention de 7 500 €.

    En bénéficiant d’une subvention de 7 500 € du Conseil départemental, le Canoë-Kayak Club de la Vallée du Dropt a passé commande de 18 kayaks.
    « Nous renouvelons notre parc bateaux. Par cycle, tous les 5 ans, on peut prétendre à cette aide pour l’acquisition de matériel sportif. C’est une excellente chose qu’elle soit reconduite en 2021. Ainsi, le club met entre les mains de ses licenciés un équipement au top », indique M. Coat, dirigeant.
    En fait, le club met tout autant de sa poche. La facture totale s’élève donc à 15 000 euros.

    L’animation estivale a bien marché
    Il est vrai que lors de la saison 2020, le club de la Vallée du Dropt a fait – malgré lui – de grosses économies. La pandémie du coronavirus a coulé toutes les compétitions.
    «Par exemple, les frais de carburant se sont limités à deux pleins. Alors qu’en temps normal, les sorties représentent entre 20 et 25 000 kilomètres.»
    En outre, entre deux confinements, l’animation estivale, tournée en direction des vacanciers, des touristes, a bien marché durant l’été 2020, sur la base nautique d’Allemans. «La location de matériels est la première ressource (80%) dans notre trésorerie.»
    Voilà un motif pour réinvestir, montrer que le club va toujours de l’avant.

    Anticiper la prochaine saison
    Depuis deux ans, les kayakistes – ils sont une cinquantaine de membres – languissent.
    « Il est grand temps de retrouver l’ambiance des épreuves. Cette acquisition de kayaks permet justement d’anticiper sur la prochaine saison, sur laquelle nous nous projetons», rajoute M. Coat.
    Ces nouveaux bateaux – en coque de carbone – sont importés de la République Tchèque.

  • Reprise des écoles de pagaie du CKC Vallée du Dropt

    Photo de Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt.

    Olivier Cain, réélu récemment et à l’unanimité président du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt se félicite de la reprise des écoles de pagaies le mercredi et le samedi après-midi. Les adultes qui se retrouvaient le soir après le travail se sont repliés sur le dimanche après-midi en raison du confinement. Malheureusement, toutes les compétitions sont toujours suspendues depuis début 2021 au moins jusqu’au 18 avril.
    Le club continue de vivre doucement en s’adaptant à la situation actuelle.

  • Votez pour le plus beau marché du Lot-et-Garonne

    TF1 et « Sud Ouest » s’associent de nouveau pour désigner le plus beau marché de la région, avant un vote national. Le vote pour désigner le marché qui représentera votre département s’achèvera le 21 mars.

    Cette année pour le Lot-et-Garonne, Miramont de Guyenne entre dans la compétition parmi les 10 marchés choisis. Les autres communes sont Nérac, Tonneins, Casteljaloux, Agen Pin, Duras, Monsempron Libos, Sainte-Livrade, Villeneuve et Bon-Encontre.

    Cliquez sur la photo pour accéder au vote proposé par le Journal Sud-Ouest.

  • Un périple dans une carriole tractée par deux ânesses … le vrai voyage d’Olivier

    Nombreuses photos en couleurs de Alain Requier, Constance Tenot, Sylvie Pujol et Isabelle. Les photos en noir et blanc du village sont celles d’Olivier le voyageur.

    Une rencontre qui débute sur la page « F’ânes d’ânes »

    Marie Requier, connue dans le village de La Sauvetat du Dropt pour être une bénévole active au sein du Comité des Fêtes avec son mari Alain, a rencontré puis invité Olivier, Vénus et Pénélope via la page F’ânes des Ânes sur Facebook.

    Olivier, c’est le boss comme il s’amuse à le dire. Vénus et Pénélope sont ses deux valeureuses ânesses qui tractent une petite carriole orangée ne passant pas inaperçue sur les petites routes de campagne.

    Passer de métro-boulot-dodo au véritable voyage !

    Olivier avait une vie bien rangée et chronométrée avec un travail qui le faisait partir tôt et rentrer tard de son petit village de l’Orne où ils ne connaissaient personne. Et puis, à l’âge de 42 ans, un gros problème de santé le fait réfléchir sur le bilan de sa vie. Mais quelle vie ?
    A partir de là, il prend conscience du temps qui passe et décide de vivre autrement. Il a des animaux dont ces deux ânesses, mère et fille, qu’il commence à entraîner à la marche régulièrement. Elles sont suivies par une clinique vétérinaire équine au cours de ces 7 dernières années. La vétérinaire, au courant du projet, donne le feu vert après un check up de santé complet et voilà Olivier et son attelage sur les routes. C’est lui aussi qui a fabriqué la carriole en optimisant chaque longueur de fer pour ne pas gaspiller, en récupérant la bâche orange pour être bien visible, en imaginant un compartiment stockage-douche et en installant un mini poêle à bois dans l’habitacle. Tout a été minutieusement préparé et les voilà partis depuis le 5 juin 2020.

    9 mois d’itinérance et pas encore au bout de l’Aventure

    Olivier, qui marche à côté de son attelage pour ne pas alourdir le poids tiré par ses animaux, est parti de Normandie en direction du Mont St Michel qu’il voulait visiter, puis en Bretagne où l’accueil a été tellement chaleureux qu’il y est resté plus que prévu. La route n’est pas droite. Il n’est pas question de demander aux ânesses de monter des côtes de plus de 10%. Et de toute façon, rien ne presse. Il arrive que l’attelage fasse un crochet de 20 km pour éviter les collines et atteindre le but initialement prévu. Pas de points d’arrêts précis, sauf si la magie du bouche-à-oreille opère comme ce fut le cas en Vendée puis dans les Charentes. En Dordogne, par contre, c’est décevant mais l’accueil n’a pas été partout chaleureux. Il aura même dû payer l’eau pour abreuver ses animaux ! Parce que l’eau est un souci. C’est l’hiver. Les points d’accès communaux ou ceux des cimetières sont fermés en raison du gel. Il faut donc demander. Demander aussi l’autorisation de se poser pour la nuit dans un champ où Vénus et Pénélope sont parquées sur un petit espace grâce à quelques piquets de clôtures embarqués pour le périple.

    L’arrivée à La Sauvetat du Dropt

    Et puis enfin, puisque Marie et Alain l’ont invité, Olivier a choisi un itinéraire le faisant arriver dans notre village. En raison des fortes pluies des semaines précédentes, Marie n’a pu le garder sur son terrain argileux gorgé d’eau mais a demandé au Maire Jean-Luc Gardeau l’autorisation de l’installer sur l’aire de camping-car. Les animaux ont pu se reposer et paître dans le pré du Maire qui jouxte l’aire.
    L’équipage est arrivé samedi 20 février en tout début d’après-midi. Quelques visites, celles du premier édile et de deux sauvetatoises charmées par l’aventure, celles de Marie et Alain qui lui ont offert le couvert et la machine à laver avec en bonus une visite du village, celles d’autres sauvetatoises au moment du départ le mercredi suivant.

    Le but de cette aventure minutieusement préparée ? Aucun ! Juste celui de prendre le temps de voyager, de découvrir des paysages, des odeurs, des couleurs. De s’enrichir d’échanges et de rencontres. De faire partager sa vision de la vie. Mais tout ça en gardant permanent à l’esprit le bien-être de ses deux ânesses. Si l’une d’entres elles montre des signes de faiblesse, ils rentreront à la maison. En attendant, les arrêts sont fréquents et même si elles gardent le harnais sur le cou, Vénus et Pénélope sont dételées toutes les 2h pour se restaurer avant de reprendre la route.

    Laissez-vous conter l’histoire du vrai voyage

    Le bout du trajet se trouve près de Montauban où Olivier souhaite proposer ses services pour quelques temps dans une association qui sauve des ânes. Puis il refera le chemin inverse avec l’assurance d’être accueilli soit chez des gens qui l’ont rencontré à l’aller, soit chez d’autres personnes qui auront eu vent de l’aventure et qui ouvriront leurs portes avec plaisir. Quoiqu’il en soit, lorsque vous croiserez ou parviendrez à la hauteur de cet équipage aux grandes oreilles, ralentissez et prenez le temps de vous laisser conter l’histoire du vrai voyage

    L’arrivée et l’installation au village samedi 20 février

    Le départ mercredi 24 février

    Les photos d’Olivier lors de sa visite dans le village

     

  • Une envie d’évasion avec Châteaux en Fête !

    Rendez-vous du 10 avril au 2 mai, en Périgord et en Lot-et-Garonne

    Pendant les vacances de Printemps, on vous convie à vivre la magie de la vie de château en Périgord et en Lot-et-Garonne.
    Poussez les portes des plus belles demeures… connues et méconnues !

    Le concept

    Autour d’une sélection des 1001 Châteaux du Périgord et du Lot-et-Garonne, cet événement incontournable vous offre l’opportunité unique de vivre en famille ou entre amis des expériences exclusives, festives, ludiques, culturelles, pédagogiques, sportives ou encore gastronomiques…

    3 semaines durant, de somptueux châteaux, manoirs, gentilhommières… vous ouvrent leurs univers et vous proposent des animations exceptionnelles, des événements et des festivités autour de leur monument !

    Alors n’hésitez pas, constituez votre programme et votre itinéraire personnalisé et venez faire de nombreuses découvertes grâce aux idées séjours proposées autour des expositions, spectacles, sons et lumière, concerts, banquets, dîners aux chandelles, visites guidées par le propriétaire, conférences…

    Le programme

    Découvrez-le sur le site CHÂTEAUX EN FETE.

    Notez qu’en Pays de Lauzun, vous pourrez découvrir le Château de Lauquerie. Situé Route d’Eymet à Lauzun, ce château qui propose gîtes et chambres d’hôtes peut accueillir jusqu’à 44 personnes. C’est aussi un monument chargé d’histoire puisque sa construction date du XIV° siècle avec des restaurations datant des XVI° et XVIII°. Ce rendez-vous Châteaux en Fête vous permettra de le découvrir.

  • Les Pyrénées à Soumensac, quel beau spectacle de la nature !

    En ces temps de restrictions sanitaires où salles de spectacles, théâtres et cinémas sont interdits, où les manifestations de nos petits villages sont annulées depuis bientôt 10 mois, nous sommes heureux de vous faire partager le beau spectacle de la nature. Depuis les promenades de Soumensac, en ce dimanche 27 décembre d’un petit matin gris et venteux où même le fameux méchant virus n’aurait pu survivre, se sont retrouvés des sauvetatois et eymétois pour admirer la chaîne des Pyrénées qui brillait de neige à quelques 200 km de là !

    Comment l’ont-ils su ? Par la magie du téléphone arabe ! Claude et Annie, qui ont balcon sur panorama, ont appelé Ian qui a relayé auprès de Mamie Francine, de ses parents, de son frangin et de son copain Bastien. Ce petit monde s’est donc retrouvé vers 9h tout là-haut, sur les promenades de Soumensac. La vue y est toujours grandiose mais ce matin là, vers l’ouest derrière le château d’eau de La Sauvetat du Dropt, s’étalait la majestueuse chaîne des Pyrénées ! Un phénomène pas si rare que ça que l’on peut observer en hiver. Il suffit juste d’être prévenu à temps. En tout cas, un spectacle qui a ravi les chanceux contemplateurs du jour !