• Une fin d’année gastronomique pour le cyclo club

    Résumé de cette longue journée de festoiement du secrétaire Paulo Labattut, photos de Georgette Morancho, Paulo et Germain Sauron.

    Fin d’année gastronomique pour clôturer l’année 2019, la majorité des membres avait décidé de revenir à la formule repas à domicile dans la salle de la maison des loisirs, prêtée généreusement par le conseil municipal de La Sauvetat, que nous remercions chaleureusement. Salle comble avec les trente six participants autour de la table.

    Les amuse bouches de l’apéritif ont été préparés par Mylène et Régine, le repas confectionné et servi par le traiteur Bouchillou de Castillonnès, Mireille et Louise nous ont régalés une fois de plus avec leurs merveilles.

    Nous avons eu le bonheur d’accueillir deux nouveaux cyclistes parmi nous, en effet Jean-Claude et Paul qui ont participé à plusieurs entraînements cette saison, nous ont rejoints avec leurs épouses respectives, ils ont tellement appréciés l’ambiance de notre petit club, qu’ils ont décidé de prendre leur licence à l’USS pour la saison prochaine.

    La rétrospective de la saison écoulée, animée par un diaporama, faisait peu à peu monter l’ambiance, ponctuée de commentaires plus ou moins objectifs mais toujours amplifiés par de grands éclats de rires. Journée festive, où l’on se retrouve avec les moins jeunes qui ont fait la gloire et la renommée de l’USS bien avant nous, occasion aussi d’honorer un des leurs. Car contre toute attente (pour lui en tout cas), c’est YVES qui a fait les frais de l’opération. Nous savons tous qu’il a eu plusieurs fois vingt ans cette année et qu’il a été dans l’obligation de mettre un terme à sa grande passion, après cent soixante dix huit milles huit cent quatre vingt dix kilomètres (178890 !… chez Yves on ne transige pas avec les chiffres !) sur les routes de France, premièrement pour raison médicale, mais aussi pour Annette qui appréhendait sérieusement les sorties après ses trois chutes.
    Jacqueline et Alain lui ont remis en récompense, une bonne bouteille à son effigie ainsi qu’un abécédaire retraçant les différents caractères de sa personnalité. Moment émouvant, suivi d’une après midi récréative. Les plus courageux ont fait une marche sur le magnifique pont romain réhabilité depuis peu, les plus frileux se sont contentés avec une partie de belote et de dominos.

    Et après tout ça, que faisons nous des restes? Dans un élan de courage collectif, nous nous sommes remis à table, il fallait bien finir les merveilles!

    Après souper, chacun y allant de son enthousiasme, en moins d’une demi heure, la salle fut débarrassée et nettoyée. Mais où sont passés Annette et Yves ? Il reste encore quelques merveilles ! La tentation est trop forte, nous voici réunis chez Régine et Hervé pour préparer un tourin. La soirée ne pouvait mieux se terminer, Annette levée la première nous ouvre prudemment sa
    porte, suivie de Yves dans ses charentaises. Le tourin était délicieux, le chabrol aussi, le cognac n’en parlons pas. Trois heures du matin, finalement nous avons terminé vachement tôt !!!

  • Régine a suivi le club sur son vélo électrique

    Compte-rendu et photos de Paulo Labattut, secrétaire de l’USS Cyclo Club.

    L’USS Cyclo Club, de La Sauvetat du Dropt à Rocamadour

    Deux jours de pur bonheur pour cette virée automnale de nos valeureux cyclistes.

    Première journée purement sportive. Le samedi 28 octobre, départ de LA SAUVETAT dès 7h45, puisque nous savions que le trajet serait long pour atteindre ALVIGNAC. Hervé, Germain, Alain, Alphonse et Paulo, habillés en fluo car le jour se lève à peine, enfourchent prudemment leurs vélos, bien déterminés pour avaler les 160 kms prévus, encadrés par la voiture des anciens, un peu moins souples mais toujours aussi volontaires pour assurer la logistique, avec Régine prête à nous épater, nous allons le constater un peu plus loin.

    10 heures, pause petit déjeuner à Cadouin, thé chocolat ou café, tandis que Max lorgne déjà la liqueur de châtaigne, difficile de résister à l’appel du Périgord ! A peine quelques kms plus loin, Régine se joint à nous avec son vélo, pour ne plus nous lâcher jusqu’à l’arrivée, soit plus de 100 kms consécutifs à son compteur. Chapeau bas madame, car l’assistance électrique aide mais ne fait pas tout, en plus bel exemple à méditer pour les dames qui hésitent encore.
    Midi, déjeuner à côté de Beynac, puis le charme du Périgord par La Roque Gageac et la vallée de la Dordogne jusqu’à Souillac. S’en suivit un peu plus de difficulté de Lacave jusqu’à Rocamadour en passant par la forêt des singes et le Pech de Courbières.

    Grosse surprise en arrivant, routes barrées, une foule immense, le ciel chargé de montgolfières, week-end de leur festivité annuelle ! Les cyclistes ont été autorisés à traverser cette manifestation, quant aux voitures des accompagnants, elles ont du suivre les déviations.

    Nous voici installés, répartis dans les quatre pavillons du club Bélambra, mettant ainsi un terme à cette journée sportive, certes fatigués mais très heureux du bon déroulement sans incident.
    Et maintenant, place aux réjouissances. Dès le soir, souper au casino d’Alvignac, repas sympa pour tous, animé par un duo de chanteurs qui nous a émerveillés par leurs interprétations de chansons françaises.
    Dimanche matin, rapide bain de foule parmi les festivités des Montgolfiades, puis direction Martel pour une excursion ferroviaire d’une autre époque après le déjeuner de midi.

    Nous voilà replongés au début du siècle, sur une ancienne voie ferrée du haut Quercy entre Martel et St Denis, tronçon de voie qui surplombe la vallée de la Dordogne, sur l’ancienne ligne Bordeaux-Sarlat-Aurillac, entretenue par une poignée de passionnés qui restaurent les vestiges de la SNCF, locomotive à vapeur avec ce que cela comporte comme authenticité !!! Vitesse au pas, sifflet à vapeur et en prime, fumée à volonté.
    Après midi récréative, à conseiller aux amoureux du passé, dans une région voisine riche de grottes, châteaux, remontant jusqu’à la préhistoire.

    Ainsi se termine la sortie d’automne de l’USS CYCLOTOURISME de LA SAUVETAT DU DROPT.

  • 1976 – 2016, les 40 ANS de l’USS CYCLO CLUB SAUVETATOIS

    Carnet de route de Jean-Claude Labattut, secrétaire du Cyclo Sauvetatois, plus connu sous le nom de Paulo. Photos de Gisèle, Régine, Sylvie et Paulo.

    Sortie exceptionnelle pour commémorer cet événement exceptionnel, pour la première fois, nous voici partis pour 4 jours consécutifs.

    Première frayeur avant le départ, GERMAIN n’est pas au rendez-vous, la sonnerie du téléphone de
    PAULO retentit, il a percé la roue avant en franchissant le pont du Dropt, occasion de tester l’efficacité de
    JEAN-PIERRE et MAX nos assistants. A peine dix minutes plus tard, GERMAIN descend de la voiture se
    faisant généreusement chambrer pendant que nous remplaçons la chambre à air!

    13h20, 15 membres sont là pour la photo de départ, devant la maison des loisirs, entourés par JEAN-LUC
    GARDEAU maire de LA SAUVETAT, lui-même membre du cyclo club, et de PATRICK CROUZET délégué aux sports de la communauté des communes du Pays de Lauzun.

    Oh bien sur, tous ne feront pas le trajet en vélo jusqu’à St LARY, mais tous les membres disponibles sont
    là, en première ligne: YVES PEILLET, JEAN-PIERRE MEYRAT, MICHEL TESTUT et SIMON BRUGERE, nos ainés, fondateurs du cyclo-club. ALAIN HEYRAUD, adhérent de la première heure, nous accompagne jusqu’à TONNEINS, ensuite c’est
    EDOUARD, à l’origine de l’itinéraire qu’il connaît parfaitement, qui nous ouvre la route jusqu’à CONDOM.

    CONDOM, étape au relais de ST JACQUES, 98 km effectués, les dames nous y attendent déjà, merci à elles qui sont venues en voiture avec les bagages. Après avoir pris possession des chambres et une petite douche réparatrice, nous nous dirigeons vers le centre ville, pour la première restauration de ce long weekend, à la pizzeria DA- FULVIO qui ressembla plus à un festin qu’à un dîner de cyclistes!

    Samedi 8h, à son grand regret, EDOUARD pour raison personnelle, reprend la route seul vers MIRAMONT, tandis que nous continuons le périple vers la prochaine étape prévue à GALAN pour la restauration de midi. En chemin, pause café à MIRAMONT D’ASTARAC au croisement avec la N 21.

    Les dames qui ont profité de la matinée pour faire du tourisme, sont au rendez-vous, pendant le repas, les 185 km déjà parcourus alimentent les discussions.

    Allez courage, le soleil brille, ce n’est pas encore la canicule, dernière étape pour atteindre les PYRÉNÉES,la côte de LANNEMEZAN rougit les visages, mais la vue et l’air de la montagne décuplent nos forces, et nous voila vers ARREAU. Nous savons que les accompagnatrices sont sur place à GUCHAN. ANNETTE nous prévient par téléphone que la dernière côte, pour atteindre le gîte, sera impossible à monter en vélo, et bien sur en serrant fort les dents nous l’avons contredite. 242 km au compteur nous sommes sur place.

    Et maintenant place au tourisme, direction Espagne par le tunnel de BIELSA, JACQUELINE en vacances à ST LARY s’est jointe à nous. Le matin, petite marche découverte à TELLA à la croisée du GR 15 et du GR 17, à midi restaurant au FONDA CARRERA à LUBUERDA. Là, vous n’avez déjà plus faim avant même d’attaquer le menu commandé, il parait que c’est normal, ils appellent ça la mise en bouche. Puis, visite de la cave avant de partir. Vraiment une adresse à garder!

    Après midi découverte du canyon d’ANISCLO creusé naturellement par le RIO BELLOS dans la roche calcaire à 1000 mètres de profondeur par endroits. Un endroit magique qui a servi de décors à plusieurs films, les amateurs de western apprécieront.

    Soirée tapas dans la ville fortifiée de AINSA, voila un dimanche bien rempli. Mais n’allez pas croire que nous n’étions là que pour manger! Avec tous ces sommets et cols qui vous entourent, il fallait bien se tester, surtout qu’on était venu pour ça. Donc lundi matin!!! Après un copieux petit déjeuner, JEAN-PAUL, HERVE, GERMAIN, PAULO et ALPHONSE, quittent le gîte en vélo, direction ARREAU, objectif, l’ascension du col d’ASPIN 1489m, la montée est
    rude sous le soleil qui brille, mais nos 5 participants atteignent le sommet sous les applaudissements de leurs compagnes venues les encourager. Premier signe avant coureur, HERVE nous dépose au sprint en franchissant la ligne!!!

    Après les photos d’usage pour immortaliser l’exploit, nous attaquons la descente vers PAYOLLE, crispé sur ses freins, PAULO perd sa pompe et le peu de force qu’il lui reste. En bas nous sommes accueillis par les ponts et chaussées qui gravillonnent copieusement la route en vue du prochain passage du TOUR DE France, s’ils avaient su que nous allions passer, ils nous l’aurait surement balayée!!! Ce n’est pas interdit de rêver.

    Et c’est là que les affaires sérieuses commencent, il faut remonter le col de HOURQUETTE ANSIZAN 1564m, pendant que ALPHONSE avec ses 10 ans et ses 10 kg de moins que la moyenne d’entre nous, continue de grimper les mains dans les poches, JEAN-PAUL, GERMAIN et PAULO mettent pied à terre et montent dans les voitures suiveuses, quand à HERVE, il ne comprend pas, pour lui tout va bien, l’homme qui a débuté le vélo depuis à peine 5 ans, qui n’arrivait pas à monter SOUMENSAC, se révèle être le meilleur grimpeur de l’USS. Bravo!!!

    Au sommet nous sommes là avec les ânes, les vrais, pas ceux qui portent un casque, Qu’à cela ne tienne, même pas peur de faire la dernière photo avec les 2 vrais grimpeurs du jour, et nous enfourchons à nouveau nos montures pour la descente jusqu’à ANCIZAN avant de rejoindre l’hôtel. Et puis rien de tel qu’une bonne séance de balnéothérapie pour remodeler les muscles meurtris.

    Déjà le dernier jour, la météo est clémente, nous partons avec le pique-nique préparé par notre logeur et nous voila à la découverte de la réserve naturelle du NEOUVIELLE avec ses lacs d’altitude CAP DE LONG, OREDON, LAQUETTES, AUBERT, AUMAR, nous n’avons pas eu le temps de tous les visiter, désormais nous n’avons pas résisté à la bagarre de boules de neige, original pour des gens de la plaine comme nous, avant de faire honneur au repas froid.

    Et puis comme toute histoire, il y a une fin, pour nous le retour vers le gîte pour récupérer les bagages et les vélos, avant de reprendre la route vers nos domiciles respectifs.

    Notre dernière pensée pour remercier JEAN-LUC GARDEAU maire de LA SAUVETAT et LUC MACOUIN président de la communauté des communes du pays de Lauzun pour leur aide financière. Un grand coup de chapeau à JEAN-PAUL DUPOUX, secondé par PAULO, pour son organisation sans faille, clé de réussite de cette épopée, nous imaginons les heures passées aux réservations et divers plannings.

    Un périple digne des 40 ans de notre club qui restera à jamais gravé dans nos mémoires.

    depart 1 depart 2
    depart 3 depart 4
    st lary 1 espagne 1
    40 ans 1 40 ans 14
    40 ans 15 40 ans 16
    40 ans 2 40 ans 3
    40 ans 4 40 ans 5
    40 ans 6 40 ans 7
    40 ans 8 40 ans 9
    40 ans 10 40 ans 11
    40 ans 12 40 ans 13
    40 ans 17 40 ans 18
    40 ans 19 40 ans 20
    40 ans 21 40 ans 22
    40 ans 23 40 ans 24
    40 ans 25 40 ans 26
    40 ans 27 40 ans 28