• Info Mairie : inscription au transport scolaire pour l’année 2021-2022

    Le Service des Transports vous informe que la Région Nouvelle-Aquitaine et les transporteurs mettent tout en œuvre afin d’organiser les transports scolaires des enfants dans des conditions sanitaires optimales et préparent la prochaine rentrée. Il s’agira d’adapter le service aux conditions du moment, en faisant preuve de réactivité et de pragmatisme.

    Aussi, nous vous informons que la campagne d’inscriptions pour la rentrée scolaire 2021-2022 débutera le mardi 1er juin 2021

    Par conséquent, vous trouverez ci-dessous un flyer retraçant les principales informations concernant les inscriptions au transport scolaire (modalités, tarification, extrait du règlement…) à destination des familles pour les établissements scolaires desservis par le réseau régional. Sachez que les frais de dossier sont offerts jusqu’au 20 juillet 2021. Passée cette date, 15 € de frais de dossier vous seront facturés.

    Pour rappel, vous trouverez ci-dessous le Règlement de transport scolaire amendé en décembre 2019 qui sera également appliqué pour la prochaine année scolaire.

    Pour toutes questions, un numéro unique est spécialement dédié aux familles 0 970 870 870 (appel non surtaxé).

    Visuels des documents ci-dessous. A télécharger pour avoir toutes les explications et la possibilité d’inscriptions immédiates et en ligne : Inscription en ligne au transport scolaire en CAR ou TER
    + Règlement au Transport Scolaire

  • Lin oléagineux, une culture bleue nouvelle sur la commune

    Photos Isabelle et Agnès

    Si vos balades dominicales vous entraînent vers le Lac de l’Escourou, vous serez surpris et charmés de voir un champ aux belles nuances de vert et de bleu qui oscille au vent de mai.
    Cette culture observée sur une exploitation bio de La Sauvetat du Dropt est du lin. Non le lin qui servira à faire des textiles mais du lin oléagineux que vous pourrez consommer sous forme d’huile ou de graines alimentaires. Semé en début de printemps, sa croissance est rapide, ses racines nombreuses et puissantes améliorent la structure du sol. Il sera récolté en fin d’été.

    Pour admirer la finesse de cette plante et la délicatesse de la fleur, sachez qu’il faudra programmer votre sortie le matin car la floraison du lin est aussi éphémère que celle des coquelicots. Ses fleurs se fanent en milieu de journée, flétries par le soleil brûlant ou emportées par le vent. Une brièveté compensée par un renouvellement en continu sur plusieurs semaines.

  • Info Mairie : retour à la normale des horaires d’ouverture

  • A La Sauvetat du Dropt, Tom lutte contre la maladie de Lyme

    Comprendre la maladie de Lyme et soutenir l’Association Enfance Lyme & Co

    Anne Lesimple, infirmière, raconte aujourd’hui le quotidien d’une famille sauvetatoise dont un des enfants, adolescent maintenant, est atteint de la maladie de Lyme contractée à la suite d’une piqûre de tique. La famille ne souhaitant pas se dévoiler, les prénoms des enfants ont été modifiés.

    Suivront une explication sur la maladie et des conseils de prévention ainsi que l’affiche que vous retrouverez dans les commerces de La Sauvetat du Dropt pour soutenir l’association Enfance Lyme & Co.

    Anne témoigne

    « Ça a recommencé ! Mon corps s’est éteint … ».

    Tom, 14 ans, est un de mes jeunes patients. Ce jour-là, il rentre d’une sélection moto. Chrono, départ, le trou noir : réveil à terre rêves envolés … et ce n’est pas la première fois ! Mais cette fois-ci, l’enjeu était de taille. Son malaise l’oblige à renoncer à son rêve !

    « Si toute ma vie doit ressembler à ça, ce n’est pas la peine ! » Immense déception, immense désarroi : « J’ai l’impression de devenir fou dans ma tête ! » …

    Je connais son parcours de combattant. Enfant fragile, il est hospitalisé pour une hyperthermie en 2017. Grâce à la ténacité de ses parents et parce qu’aucun examen ne permettait de mettre un diagnostic sur ses troubles, ils demandent un test de la maladie de Lyme (parce qu’un autotest fait « en cachette » s’était révélé positif).

    Tom a de la chance dans cette histoire … beaucoup d’enfants ne sont pas pris au sérieux, passent pour des « bricoleurs », des enfants dans la lune et paresseux qui jouent la comédie du malaise et de la douleur pour se rendre intéressants. Mais ses parents l’ont cru et depuis, se battent pour lui.

    La vie de la famille est chamboulée ! Tout s’organise autour de la maladie de Tom. Son petit frère Paul, en bonne santé, lui, souffre de cette situation. Il aimerait tant pouvoir aider son grand frère, si souvent faible ou tordu de douleurs et sa maman aussi, si triste parfois.

    Car la réalité est très dure … Pour Tom, les symptômes se répètent : chutes de tension, fatigue chronique, fortes douleurs musculaires et articulaires, fièvre, convulsions, douleurs abdominales, déséquilibre de la thyroïde … autant de manifestations de la maladie qui impactent sa présence au collège par des absences fréquentes, notamment en raison de cette fatigue insoutenable qui est devenue chronique.  A la maison, il en résulte des chutes de vélo inexpliquées et récemment une chute de moto … « Comme si on avait débranché la prise !» dit-il.

    Et la ronde des spécialistes recommence : cardiologue, neurologue, endocrinologue … avec toujours la difficulté d’être pris au sérieux, l’impression de ne pas être comme les autres, l’obligation d’affronter le scepticisme voire les moqueries de certains médecins …

    Chaque famille se débrouille comme elle peut. Car d’autres enfants, et des adultes aussi, de plus en plus nombreux souffrent de cette maladie. Certains vont même à l’étranger pour consulter un médecin spécialiste Lyme (Allemagne, Suisse, Belgique, USA). Travail de fourmi pour une entreprise titanesque. Le parcours est long et pénible. Rien n’est gagné d’avance. Chaque avancée est une victoire même si elle est parfois de courte durée.

    C’est en cherchant encore et par eux-mêmes que les parents de Tom ont trouvé les coordonnées de l’association Enfance Lyme & Co. Grâce à cette association, ils ont pu trouver un médecin et partager leurs inquiétudes avec d’autres parents.

    Aujourd’hui, Tom et ses parents participent à la campagne de prévention pour faire connaître les risques liés aux piqûres de tiques et peut-être éviter à d’autres enfants d’être malades à leur tour.

    Ce vendredi 21 mai 2021, l’association Enfance Lyme & Co fait étape à La Sauvetat du Dropt en Lot-et-Garonne.

    UNE PANDÉMIE CHASSE L’AUTRE : L’ASSOCIATION ENFANCE LYME & CO SORT DE L’OUBLI LES ENFANTS ATTEINTS DE LA MALADIE DE LYME EN LANÇANT UNE CAMPAGNE DE PRÉVENTION A TRAVERS UN TOUR DE FRANCE VIRTUEL EN AQUARELLES (facebook.com/enfancelymeandco)

    C’est pourquoi ce vendredi 21 mai 2021, l’association Enfance Lyme & Co fait étape à La Sauvetat du Dropt en Lot-et-Garonne.

    Partie le 1er Mai de Dieppe en Seine-Maritime, cette campagne, après avoir traversé de nombreux départements, arrive en Lot-et-Garonne. Elle veut sensibiliser la population à la maladie de Lyme, maladie vectorielle à tique, qui reste à ce jour un terrible fléau, particulièrement chez les enfants.

    Aujourd’hui, pas de tests fiables en France, ni de traitements adaptés pour les formes persistantes, laissant des patients et des familles dans le désarroi et l’errance médicale … Pourtant, près de 120 000 nouveaux cas ont été déclarés officiellement dans notre pays au cours de ces deux dernières années par le réseau Sentinelle et Santé Publique France.

    On sait que les tiques sont présentes sur tout le territoire, que 47% des morsures déclarées au printemps dernier ont eu lieu dans des jardins privés. On trouve leur présence dans les forêts, les hautes herbes et même en altitude ou aux abords des plages. Un grand nombre d’entres elles sont infectées, porteuses de parasites ou de virus tel les borrélies responsable de la maladie de Lyme.

    Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir, l’Association Enfance Lyme & Co invite chacun d’entre nous à adopter les bons gestes et les bons réflexes de façon précoce.

    Parlez-en autour de vous !


    Téléchargez les documents : Maladie de Lyme – Prévention des piqures de tiques et Tactique anti tique

  • 19 mai tant attendu ! Enfin du monde en terrasse aux Fées Gourmandises …

  • US Cyclo, entraînement d’un vétéran pour le Tour de France 2021

    Un comité de pilotage « Les éclaireurs du tour 2021 » lance une campagne auprès des maisons de retraite qui a pour thème « RE-SANTÉ VOUS ». L’EHPAD de la Madeleine à Bergerac y participe. Un des résidents est un sauvetatois bien connu pour sa passion du vélo et ses exploits cyclistes. C’est ce que nous explique le secrétaire de l’USS Cyclo Club Paulo Labattut qui a rendu visite à Simon Brugère.

    « Pour cette nouvelle édition des « Éclaireurs du Tour de France 2021 », des vélos spécifiques sont à la disposition des résidents volontaires pour effectuer quelques tours de pédale. Cependant, notre vétéran Simon BRUGERE, co-fondateur de l’USS CYCLO, considère que c’est pour « les vieux » alors que lui, fort de ses 94 printemps, enfourche allègrement son vélo fixé sur home trainer pour son quart d’heure d’entrainement quotidien !

    A son actif, rappelons que jeune retraité, il n’hésitait pas à grimper régulièrement le Pech De Berre à Aiguillon, avant d’aller affronter les différents cols pyrénéens depuis sa résidence secondaire à Argelès Gazost. Sans oublier son palmarès encore réalisé la veille de son entrée à l’EHPAD : parcourir annuellement la distance du tour de France soit 3500 kms !

    La participation à cette épreuve va avoir lieu entre le 26 MAI et le 25 JUIN, pour un périple partagé de 3383 kms. Prochainement, le compte rendu de ce chalenge audacieux. »

    En savoir plus sur « Les éclaireurs du Tour de France » – Une édition 2021 extraordinaire !

    Le projet : course virtuelle de vélo inter établissements qui reprend le parcours intégral du Tour de France 2021 soit 3383 kms à parcourir sur vélo indoor un mois avant le départ officiel.

    Les participants :

    • référents vélo formés dans chaque structure pour que le projet roule
    • résidents et professionnels

    Le challenge sportif :

    • les 9 établissements associent leur effort et leur motivation pour parcourir à eux tous 3383 kms entre le 26 mai et le 26 juin 2021. Soit 380 km chacun.
    • il serait important que chaque équipe puisse partager chaque jours la distance parcourue pour qu’ensemble le défi soit relevé.

    Le challenge animation : réaliser des projets culturels inclusifs autour des villes traversées en s’appuyant sur l’histoire de vie des résidents.

    Le Bonus Vivons Vélos : 1 km parcouru = 1 € versé à une association par AG2R La Mondiale. Vous pouvez rouler 3383 kms mais aller jusqu’à 5000 kms pour faire bénéficier l’association d’un chèque de 5000 € (Institut Curie ou Astrée en cours de sélection).

  • Info CCPL : la Mairie de Lachapelle recherche un chauffeur pour le minibus scolaire

    La Maire de Lachapelle, Marie Corbel, dont la commune fait partie des 20 communes de la Communauté de Communes du Pays de Lauzun, recherche un adjoint technique à partir du 1er septembre 2021.

    Missions du poste

    – Assurer le transport des élèves à l’école de Seyches (maternelle et primaire)
    – Assurer le petit entretien du minibus (pneus, niveaux d’huile, lave-vitre, …)
    – Nettoyage du minibus intérieur/extérieur

    Activités et tâches principales du poste (et %)

    – Assurer le transport des élèves à l’école de Seyches (maternelle et primaire) 80%
    – Assurer le petit entretien du minibus (pneus, niveaux d’huile, lave-vitre, …) 10%
    – Nettoyage du minibus intérieur/extérieur 10%

    Exigences requises

    – Adaptabilité de son poste en toutes circonstances
    – Contraintes météorologiques
    – Bonne conduite du véhicule
    – Autonomie face aux difficultés du poste
    – Avoir une bonne communication

    Conditions et contraintes d’exercice

    Poste à 7.30 h hebdomadaires soit 30h/Mois

    Coordonnées Mairie

    Mairie de Lachapelle – 1 Place de la Mairie, 47350 Lachapelle
    secrétariat ouvert le Mercredi de 8h30-15h30 – Tel : 05.53.83.67.66

  • Enfin la réouverture du Bar-Tabac Les Fées Gourmandises !

    Les mesures gouvernementales autorisant la réouverture des terrasses, Céline, du Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises annonce la reprise du bureau de tabac, lundi 17 mai et celle du bar, mercredi 19 mai, en terrasse uniquement. Enfin un peu plus d’animation et de convivialité dans la Rue de Grammont !

     

  • Faune et flore de notre campagne admirées en cours de balades

    Les randonneuses du village nous offrent de belles photos de la faune et de la flore de la campagne prises en ce joli mois de mai. Fleurs aux couleurs éclatantes et aux formes variées, oiseau tout juste sorti du nid ou chevaux curieux au passage de marcheuses dans un chemin creux, les photographes se prénomment Martine, Agnès et Isabelle…

  • Info Mairie : distribution des numéros de maison et déclaration de votre nouvelle adresse directement en ligne

    Distribution des numéros de maisons, appartements ou locaux professionnels

    Suite à la réception d’un courrier de votre Mairie intitulé « Modification d’adresse« , les habitants de la commune de La Sauvetat du Dropt sont invités à venir retirer leur numéro de maison, appartement ou locaux professionnels :

    le samedi 15 mai 2021 à la Salle d’Animation :
    de 9 heures à 12 heures pour les administrés dont le nom débute par la lettre A jusqu’à la lettre G;
    de 14 heures à 17 heures pour les administrés dont le nom débute par la lettre H jusqu’à la lettre Z ;

    En cas d’indisponibilité, vous pourrez récupérer votre numéro à la Mairie en téléphonant l’après-midi pour prendre rendez-vous avant de vous déplacer.

    Déclaration de votre nouvelle adresse directement en ligne

    Il est possible de déclarer votre nouvelle adresse directement en ligne via ce lien dédié changement d’adresse en ligne. Service public de l’administration française disponible à partir de lundi 17 mai.

    Cette démarche vous permettra d’informer plusieurs organismes publics et privés simultanément :

    • Caisses de sécurité sociale et de retraite (Agirc-Arrco, Camieg, CGSS, MSA, Cnaf, Cnav, CNMSS, CNRACL, CPAM, Cram, Crav, Enim, FSPOEIE, Ircantec, Mines, RAFP, SASPA)
    • Énergie (EDF, Engie)
    • Pôle emploi
    • Service des impôts
    • Services en charge des cartes grises (SIV)

    Renseignements auprès du secrétariat de Mairie au 05 53 83 03 27 ou mairie.sauvetatdudropt@orange.fr

  • RUBRIQUE DE TATI SAUVETTE N°6 – MAI 2021

    Compte-rendu de réunion CCPL et réflexions de la conseillère municipale sauvetatoise Isabelle René alias Tati Sauvette ! Rubriques à retrouver dans la page dédié de votre site.

    ACTUALITÉ ENVIRONNEMENT
    Compte-rendu réunion de la commission environnement de la CCPL47 du 18 mars 2021

    Le budget de la CCPL 47 est à l’équilibre, pour le moment pas de déficit, mais de grosses dépenses nouvelles sont à prévoir pour permettre :

    – le ramassage généralisé en porte-à-porte des OM (Ordures Ménagères) ;
    – la mise en place de la TEOMI (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères Incitative) ;
    – la mise en œuvre du tri à la source des bio déchets des foyers, avec toujours la problématique des centres bourgs.

    La gestion des déchets va impliquer des coûts supplémentaires qui pourraient impacter notre taxe d’enlèvement des ordures ménagères, d’où la nécessité de réduire leur volume.

    Enjeux : faire baisser le tonnage des Ordures Ménagères et effectuer un meilleur tri.

    Dépenses essentielles prévues sur l’année 2021

    – plus d’1/4 des foyers à doter en bacs avec le passage en porte-à-porte (PAP) généralisé d’ici l’année prochaine ;
    – achat d’un logiciel et fichier des foyers à constituer ;
    – camions à moderniser avec technologie embarquée pour réaliser l’application de la taxe incitative. Réflexion sur les choix à faire vu l’importance des coûts;
    – recrutement de 2 personnes : 1 personne pour généraliser le compostage, sensibiliser et animer les usagers. 1 autre chargée principalement de la constitution du fichier d’usagers en vue de la mise en œuvre de la tarification incitative.

    Problématique financement composteurs

    ValOrizon arrête de financer une partie du coût des composteurs. De ce fait, La CCPL ne peut plus offrir les composteurs à ceux qui suivent la formation.
    1200 composteurs ont déjà été distribués par la CCPL. Reste à doter 2200 foyers sur 3 ans. Un achat de 500 composteurs de 400 L est prévu en 2021 puis 700 chaque année jusqu’en 2023.
    2 choix de composteurs à proposer : avis de la commission, le prix à facturer à l’usager (avec ou sans formation) est fixé à 35 € pour le composteur bois et 25 € pour le modèle en plastique.

    Centres-bourgs/résidences : gestion tri à la source des bio déchets et solutions ordures ménagères/tri sélectif.

    Pour les Ordures Ménagères et le Tri des déchets recyclables, le choix du porte-à-porte a été fait. Mais ceci pose problème en centres-bourgs, notamment pour les communes de Miramont de Guyenne, La Sauvetat du Dropt (24 foyers concernés), Lauzun et Allemans du Dropt du fait de l’étroitesse des rues.
    Des solutions sont étudiées pour offrir aux foyers concernés un service de ramassage des ordures ménagères compatible avec la TEOMI (tarification incitative) : sacs poubelles prépayés, bacs à clé …

    Tri à la source des bio déchets – Extension des consignes de TRI

    Pour les déchets recyclables, l’extension des consignes de tri concernant les plastiques est reportée à juin 2022. Le centre de tri de Nicole étant vétuste, il ne peut absorber ce supplément de charge. La CCPL doit s’orienter vers un centre de tri sous contrat avec ValOrizon (Illats dans le 33 ou DRIMM dans le 82) en attendant que celui de Damazan soit opérationnel.
    Pour les bio déchets, un partenariat avec des associations de réinsertion est étudié pour apporter des solutions aux foyers ne pouvant mettre en place un compostage individuel ou collectif.

    Organisation

    Dans la nouvelle organisation de collecte des déchets il est prévu la levée des containers tous les 15 jours. Le compostage et l’extension de la consigne de tri pour les déchets recyclables diminueront le volume des OM. Ceci permettra de diminuer l’impact financier du ramassage.

    L’ECO-GESTE DU MOIS DE TATI SAUVETTE

    Nous voilà au cœur de ce joli mois de MAI au cour duquel s’activent les jardiniers. Illustration

    HALTE AU BRÛLAGE ! VIVE LE PAILLAGE !

    Lorsque l’on pratique le jardinage, il faut aussi penser prévention des déchets. Cette activité permet de recycler utilement les déchets qu’elle génère, que cela soit pour un jardin potager d’ornement, un verger ou nos pelouses. Nous avons tous compris les bienfaits du compostage.

    Le paillage est une solution idéale pour valoriser les déchets verts du jardin. Il est aussi plus facile à mettre en œuvre que le compostage. Le paillage est une technique qui consiste à recouvrir le sol de matières organiques pour le nourrir et le protéger. Vous pouvez appliquer cette technique partout dans votre jardin : au pied de vos haies, de vos arbres et arbustes, de vos massifs de plantes, autour des fruits et légumes du potager, dans vos plantes en pot ou en jardinières …

    Pourquoi pailler ?

    Le paillage présente de nombreux avantages. Il permet de :

    – garder la fraîcheur et maintenir l’humidité en été ;
    – protéger vos plantes des fortes gelées en hiver ;
    – empêcher les adventices (herbes indésirables) de pousser ;
    – améliorer la qualité de votre sol car votre paillage va se décomposer au fur et à mesure en humus, l’enrichir de nutriments et le rendre plus fertile. Le paillage va permettre de nourrir les plantations, de protéger votre sol du dessèchement ou du ruissellement et il permet de limiter les désherbages, dont le désherbage chimique, tout en vous évitant de l’achat d’engrais (déchets verts riche en azote).

    La technique est toute simple. Il suffit d’étaler le paillage en couche d’environ 5 cm. Directement sur le sol plutôt humide et préalablement désherbé (et enrichi en compost si vous en avez), lorsque le sol s’est réchauffé aux premières chaleurs printanières.
    N’oubliez pas de désherber avant de pailler et d’arroser avant et après avoir paillé autour de vos plantes, arbustes, arbres … Le paillis se décompose plus ou moins rapidement. Pensez à compléter régulièrement avec du nouveau paillis …

    Pour pailler, vous pouvez utiliser les feuilles mortes, les résidus de tonte, du broyat, vos déchets de cuisine (épluchures … ). L’idéal pour réaliser un paillis avec vos déchets de jardin, c’est de les broyer à l’aide d’un broyeur de végétaux. Si vous n’en avez pas, vous pouvez passer la tondeuse sur vos déchets séchés préalablement étalés, vous obtiendrez un très bon paillis !

    Recommandations : ne jamais enfouir le paillis et préférez du paillage sec. Sachez que les tontes fraiches attireraient les nuisibles comme les limaces. Limitez l’épaisseur pour éviter d’offrir un abri aux rongeurs.
    Les tailles de cyprès et thuyas sont toxiques. Utilisez-les dans les allées et réservez les aiguilles de pin pour les plantes de terre de bruyère.

    Pour aller plus loin : réduisez vos déchets de jardin en privilégiant des végétaux à croissance lente pour vos haies. Laissez une partie de vos espaces verts naturels en jachère pour favoriser la biodiversité. Installez des hôtels à insectes. Laissez en place des fagots de branchages pour offrir l’abri à une faune locale.

    Vous l’avez compris le paillage et le compostage sont des alternatives au brulage !

    LE BRULAGE EST INTERDIT CIRCULAIRE 18-11-2011

    Et oui ! Dans nos campagnes, il est difficile de comprendre cette interdiction parce que nous avons de l’espace et de l’air pur ! Comment imaginer que nos petits feux de jardin puissent être polluants et donc interdits ! Aussi voyons-nous souvent des volutes de fumées s’élever dans les airs tels des signaux qu’enverraient des indiens d’Amérique réfugiés dans nos régions !!!

    Voici quelques photos prises récemment autour de chez nous pour exposer le problème.

    Alors que faire de nos déchets de taille ou autre gros déchets verts ?

    direction déchetterie ! Facile pour ceux qui ont voiture et remorque ou facile pour ceux qui peuvent se payer un jardinier qui évacue ces déchets. Pour les autres … peut-être faire appel à la solidarité du voisinage ou de la famille. Restons positifs !
    – Limiter la production des déchets en prenant le temps de les réduire en broyat qui sera utilisé pour composter puis pailler.

    La CCPL et votre municipalité réfléchissent à plusieurs pistes dont celle d’un broyeur itinérant à l’échelle de la communauté des communes, ou pour notre commune celle d’un service à la carte de ramassage en porte-à-porte communal. Tout est à inventer, à étudier …

    A BIENTÔT ! ET N’OUBLIEZ PAS … LE MEILLEUR DÉCHET EST CELUI QUE NOUS NE PRODUISONS PAS !!!

  • Info CCPL : réduisons, trions et recyclons !

    Article repris intégralement sur la page de la Commission Environnement et Agriculture de la Communauté de Communes du Pays de Lauzun.

    Entre les ordures ménagères, les conteneurs de tri et les déchèteries, un Lot-et-Garonnais produit chaque année 638 kg de déchets*. C’est beaucoup ! Alors, comment mettre nos poubelles au régime ?

    *la moyenne nationale est de 568 kg et la moyenne régionale à 674 kg

    Solution n° 1 : Faire le tri dans ce qu’on achète

    Quand on fait les courses, on n’oublie plus d’emporter des sacs réutilisables.
    On laisse de côté les produits très emballés et jetables (lingettes, vaisselle à usage unique, serviettes en papier…).
    On préfère les produits en gros conditionnement ou en vrac, au détail ou à la coupe, les recharges plutôt que les nouveaux bidons pour la lessive par exemple…

    Pour limiter encore plus les emballages, plusieurs magasins proposent même à leurs clients d’apporter ses propres contenants pour acheter des produits en vrac. Excellente solution pour viser le zéro déchet !

    Du côté du mobilier, de l’électroménager ou des équipements multimédia, l’objectif est d’acheter pour faire durer. Autrement dit, d’opter pour des produits fiables et réparables, porteurs de labels environnementaux.

    D’ailleurs pourquoi tout acheter neuf quand on peut trouver beaucoup d’objets (vêtements, jouets, multimédia…) d’occasion sur le web ou dans un dépôt vente ?

    Enfin, pas besoin de tout acheter. La tendance est au DIY (Do It Yourself). En fabriquant vous-même certains produits, vous évitez de jeter bien des emballages en plastique notamment.

    Et pour le ménage, privilégiez des ingrédients d’origine naturelle (vinaigre banc, citron, savon noir, bicarbonate de soude) pour ne plus avoir à acheter autant de produits ménagers souvent vendus dans des contenants en plastique.

    Télécharger les infographies « Comment reprendre la main sur nos consommations » et « Comment garder nos objets plus longtemps »

    Solution n°2 : Ne rien gaspiller

    Fini le gaspillage alimentaire qui alourdit les poubelles. On jette un peu d’aliments tous les jours et au final cela représente 30 kg par personne et par an !
    Respectez les doses de produits ménagers, c’est moins de déchets (et de pollution !) à la clé. Sachez qu’utiliser trop de lessive ne lave pas mieux le linge mais encrasse plus vite le lave-linge.

    Utilisez le papier avec modération en imprimant recto-verso.

    Solution n°3 : Faire durer

    Beaucoup d’objets sont jetés alors qu’ils pourraient encore servir. Certains pourraient être réparés sans grands frais.

    Il existe de nombreux tutos sur Internet pour vous aider à réparer vous-même. Vous pouvez aussi participer à des ateliers de co-réparation (comme les Repair Café ou le Repair Tour) avec des professionnels qui vous guident et vous conseillent gratuitement.

    Retrouvez toutes les adresses utiles sur longuevieauxobjets.gouv.fr. Et n’oubliez pas que tout objet neuf ou d’occasion bénéficie d’un garantie légale.

    Télécharger l’infographie « Électroménager : comment éviter les pannes ? » – PDF – 150 Ko

    Solution n°4 : Avant de jeter, penser réemploi

    Le réemploi, ce sont toutes ces solutions qui permettent de donner une seconde vie aux objets dont on veut se débarrasser :

    • réutiliser : les tee-shirts usagés pour faire des chiffons, les bocaux pour les confitures, les boîtes à chaussures pour le rangement…
    • donner : si un objet ne vous sert vraiment plus, il peut encore faire des heureux ! Vêtements, meubles, électroménager, ordinateurs, téléphones, jouets… Apportés à une association caritative, ils seront rénovés et réparés pour servir à d’autres personnes ;
    • revendre : comme l’achat d’occasion, c’est un bon moyen de faire durer les objets. En plus, c’est bon pour le porte-monnaie !
      Découvrez toutes les adresses pour donner et vendre vos objets sur longuevieauxobjets.gouv.fr

    Solution n°5 : Valoriser tout ce qu’on peut

    Actuellement, plus de 3/4 des déchets dans nos poubelles d’ordures ménagères n’y ont pas leur place. Ils pourraient être valorisés en étant mieux triés, compostés ou apportés aux bons endroits.

    Les papiers et emballages : dans les bacs de recyclage !

    Cellulose, plastique, métaux, verre… ces matières peuvent être recyclées pour fabriquer de nouveaux produits. À condition de bien trier les emballages. C’est encore plus simple dans les secteurs où tous les plastiques se trient, y compris les pots de yaourt, les barquettes, les films et sacs… Lisez bien les consignes communiquées par votre mairie.

    Les déchets de cuisine et de jardin : au compostage ou dans les bacs de biodéchets.

    Le premier réflexe est bien sûr de ne pas jeter systématiquement des aliments encore consommables (fonds de casserole, fruits abîmés…). Tout ce qui reste (épluchures, parties abîmées, déchets verts…) peut ensuite être valorisé en fabriquant du compost, un engrais 100 % naturel et gratuit. Et pas besoin d’avoir un jardin ! Lombricomposteur, composteur collectif en pied d’immeuble ou dans son quartier : il y a toujours une solution, même en ville. Parallèlement, la collecte des biodéchets se développe, pour une valorisation sous forme de compost ou de biogaz. Peut-être est-ce déjà le cas chez vous ?

    Solution n° 6 : Déchets spécifiques : à chacun sa filière

    Après des travaux, un gros rangement ou une panne d’appareil, on se retrouve avec des déchets encombrants et pour certains dangereux pour la santé et l’environnement. La bonne nouvelle, c’est que la plupart disposent de filières spécifiques pour être traités et recyclés dans les meilleures conditions. Il suffit de les rapporter au bon endroit.

    • Les déchèteries pour déposer toutes sortes de déchets : les déchets encombrants (électroménager, meubles, gravats, pneus, cartons…), les déchets dangereux (piles, batteries, peinture…), les déchets verts (tontes, tailles de haies) ou encore des objets en métal.
    • Le service d’enlèvement des encombrants à domicile pour se débarrasser d’appareils électroménagers ou de meuble, sur demande, à jour fixe ou sur des points de regroupement, selon les communes.
    • Les dispositifs de collecte en magasin pour les piles, cartouches d’encre d’imprimantes, LED, lampes basse consommation et tube néon, appareils électriques et électroniques… À l’achat d’un appareil neuf, les magasins ont aussi l’obligation de récupérer l’ancien.
    • Les bornes textiles d’apport volontaire sur tout le territoire pour déposer les vêtements, le linge de maison, les chaussures usagées et la maroquinerie.
    • Les pharmacies pour rapporter les médicaments périmés ou les radiographies. Un doute ? Rendez-vous sur quefairedemesdechets.fr ! Plus de 850 types de déchets y sont référencés, ainsi que 50 000 points de collecte pour les valoriser.

    Pour aller plus loin

    Infographie : Ces objets qui pèsent lourd dans notre quotidien

    Comment réduire les pertes et gaspillages alimentaires ? Découvrez les solutions dans cette animation

    Réseau Compost Citoyen Nouvelle-Aquitaine – Réseau Compost Citoyen (reseaucompost.org)

    CF PDF : Guide pour aménager mon jardin zéro déchet

    infographie-manger-mieux-sans-dépenser-plus

    infographie-economie-circulaire-comment-ca-marche

    Campagne de communication réalisée par Valorizon