• Objectif Duras, mémoire visuelle de notre territoire

    L’Association Objectif Duras a été créée par des résidents du Pays de Duras « amoureux de leur pays et passionnés par la photo ».

    C’est ainsi que nous sommes riches d’une banque de photos libres de droit, retraçant le passé et le présent, mettant en valeur le patrimoine historique et culturel, le monde agricole, la faune, la flore, les paysages de nos campagnes au fil des saisons et la convivialité de nos petits villages en relatant, par l’image, les rencontres sportives et les très nombreuses manifestations de notre territoire. Ils sont la mémoire visuelle qui prouve que rien n’est figé, que la vie est trépidante et captivante. Une mémoire que les générations futures pourront consulter pour comprendre ce qui fait la force et la richesse d’un pays.

    La municipalité de La Sauvetat du Dropt souhaite remercier les photographes d’Objectif Duras pour leur travail sur notre commune puisque nous bénéficions de leur passion bien que faisant parti du Pays de Lauzun. Plusieurs sauvetatois ont d’ailleurs intégré leur équipe et contribuent à alimenter en images le site du village: Martine, Patricia, Michèle et Francis …

    Le dernier reportage concerne l’avant-après de notre beau pont roman. Les photos sont de Michel Michelot et le résumé historique de Dany Blanc. Vous le découvrirez en suivant ce lien Rencontre-photographique-avec-le-passe-les-travaux-et-le-present-du-pont-de-la-sauvetat- 

  • Jouer avec les couleurs du Pont Roman


    Une application pour jouer avec les couleurs du Pont Roman

    Illuminé depuis 2016 grâce à une application créée par Sébastien Dreux de la municipalité de Duras, le Pont Roman, comme le Château de Duras, change de couleurs au gré de vos envies. Il suffit de télécharger chateau.duras.mobi

  • Inauguration du pont roman qui rassemble nos communes

    Nombreuses photos de Martine, Françoise, Isabelle, Francis, Michel et André.

    Soleil radieux pour une inauguration attendue

    Samedi 26 octobre, le pont roman des communes d’Agnac et La Sauvetat du Dropt, dont la restauration est enfin achevée, était inauguré sous un soleil radieux en présence de nombreux élus et d’une large assemblée. Le groupe folklorique Oc’Renovenca de Roumagne animait la cérémonie par des danses traditionnelles au son des accordéons tandis que les élèves de l’école de pagaie du Canoë Kayak Club menés par Olivier Cain évoluaient dans la rivière au pied du pont.

    Après avoir coupé le ruban tricolore, les élus prenaient la parole tour à tour. Denis Murer, Maire d’Agnac et Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt évoquaient ces longues années de réflexion entre Armand Béraud alors Maire d’Agnac et son homologue de La Sauvetat Gilbert Grannereau. C’est en 1992 et sous leur impulsion que le pont roman, qui commençait à souffrir de longues années sans entretien, fut classé aux Monuments Historiques. Puis que fut décidée la restauration partagée entre les deux communes avec une durée de 23 ans de travaux, de 1996 à 2019 !

    Travaux subventionnés à hauteur de 80 % grâce à la DRAC, au Conseil Régional, au Conseil Départemental et à la CCPL, les 20% restants ayant été partagés entre Agnac et La Sauvetat. Travaux réalisés par des entreprises spécialisées en restauration de monuments historiques et dont il faut reconnaître l’excellent travail avec une mention spéciale pour la reprise des arches effectuée par les Compagnons Réunis.

    La tumultueuse histoire du Pont Roman

    Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt, faisait un long résumé de la riche histoire de ce pont. Les 11 arches romanes furent construites en même temps que les premières fortifications de la ville au XII° siècle, agrandi de 12 arches gothiques en raison des crues qui modifièrent le cours de la rivière au XIII° siècle faisant de ce pont un ouvrage de 176 m de long. Témoin des invasions anglaises au XV° puis des guerres de religion au XVI°. Emprunté par les troupes du Duc de La Valette venu mater la rébellion des Croquants en 1637, épisode sanglant qui fit presque disparaître le village mais pas le pont ! Ouvrage amputé d’une arche au XIX° lorsque le député Lakanal rend le Dropt navigable, 26 ans seulement en raison de la construction de la voie ferrée. En 1800, le pont est en mauvais état et en 1806, un premier devis est demandé pour une réfection qui ne se fera pas. En 1843, une crue exceptionnelle l’endommage fortement. Les élus de l’époque auraient pu ne plus s’en occuper mais la partie gothique garde un grand intérêt puisque les chutes alimentent le moulin. Moulin à farine dans un premier temps, puis fabrique de cagettes et enfin scierie mue grâce à la force hydraulique. En 1990, les arches de la partie romane s’écroulent. Il était vraiment temps de prendre une décision.

    Un pont, lien entre deux communes et deux pays

    Jean-Luc Gardeau poursuit en faisant part du plaisir éprouvé devant le résultat qu’il souhaite partager avec tous ceux qui ont œuvré à ces travaux, les maires qui ont précédés – avec une pensée pour Gilbert Grannereau hospitalisé – et les conseillers municipaux. Investissement qui a permis de sauver un patrimoine d’exception. Il tenait à souligner la participation indéfectible de la commune d’Agnac alors que ce pont est situé à l’entrée de La Sauvetat. Une coopération jamais remise en cause et des charges partagées à 50 %.

    Il concluait par ces mots : « Ce pont, cordon ombilical entre nos deux communes, n’a jamais été celui de la discorde, ni celui de la rivière Kwaï, peut-être parfois celui des soupirs. Aujourd’hui, il est bien le pont de la conciliation et de l’harmonie de deux communes fières de leur patrimoine, fières de leurs racines. Vive Agnac, vive La Sauvetat ! ».

    Le discours suivant fut celui de Jean-Marie Constantin en tant que vice-président de la CCPL. Pour lui, le pont est une passerelle entre les Pays de Lauzun et de Duras puisqu’il est à égale distance de ces deux pôles communautaires. Un monument qui rapproche les entités. Idée reprise par Pierre Camani et Francis Bianchi qui évoquaient l’intérêt touristique d’un tel monument, une richesse patrimoniale qui met en valeur l’ensemble du pays en soulignant l’importance des aides obtenues des instances nationales, régionales et départementales.

    Un apéritif offert dans l’ancienne scierie du moulin

    Denis Murer et Jean-Luc Gardeau invitaient ensuite l’ensemble de l’assistance à parcourir le pont pour en apprécier la restauration avant de se rendre dans le bâtiment de l’ancienne scierie aimablement prêter pour l’occasion par la famille Barreau. Un vaste espace aux murs de pierres et à la charpente apparente où un apéritif dînatoire attendait les convives. Pour préparer ce buffet, les municipalités d’Agnac et de La Sauvetat avaient fait appel au Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises pour les toasts et petits fours, à la Boulangerie Demadrille pour les quiches et pizzas, à l’entreprise Fruit Gourmet pour les plateaux de fruits mœlleux, au multiservice PROXI P’tit Panier du Dropt pour les boissons sans alcools et au Domaine des Allegrets pour les vins des Côtes de Duras avec une étiquette personnalisée pour l’événement.

     

  • Pont Roman, achèvement des derniers travaux

    Beaucoup d’effervescence autour du pont roman cette semaine puisque la main courante vient d’être posée sur la partie gothique et que le batardeau ainsi que l’amas de vase qui avait été dégagée au pied du pont sont en cours d’enlèvement. Les entreprises qui œuvrent pour ces finitions sont la SARL Dubouilh de Casteljaloux spécialisée en installation de structures métalliques et l’entreprise de travaux publics Estardier de St Léon sur Vézère.

    Il va de soi que ces mouvements autour du pont attirent des visiteurs curieux de constater de visu la réussite de ce dernier gros chantier. Les différents artisans ont fait un travail remarquable, notamment l’entreprise des Compagnons Réunis qui ont fait preuve de tout leur savoir-faire pour la restauration des arches. Les communes de La Sauvetat du Dropt et d’Agnac qui se partagent ce monument peuvent être fières d’avoir sauvé ce joyau du patrimoine.

  • Photo shoot sur le Pont Roman

    Le Pont Roman situé sur la commune de La Sauvetat du Dropt mais propriété pour moitié de la commune d’Agnac est souvent investi pour des séances photos. C’est le cas ici avec Michel Michelot, ancien président et toujours membre incontournable du club Objectif Duras, venu avec son petit fils Alban qui s’est volontiers prêté au jeu. Au cours du shooting, Michel et Alban ont croisé des résidents permanents du lieu …

     

  • Visite guidée pour pans d’Histoire à élucider

    Dans le cadre des Visites Croisées instaurées par Benoît Boucard, historien et écrivain vivant à Soumensac, un petit groupe visitait notre commune de La Sauvetat du Dropt ce samedi 22 juin en soirée.

    Groupe d’une petite vingtaine de personnes qui purent à loisirs poser des questions pour approfondir l’Histoire racontée par la présidente de l’Association des Amis de la Sauveté, Francine Pandolfo. Parmi les gens présents, le guide officiel de la bastide d’Eymet visitée précédemment, Stéphane Dusseau. Historien amateur passionné et toujours en recherche d’archives, il profitait des propos de la guide pour soulever plusieurs questions actuellement sans réponse. Notamment au sujet de l’emplacement des 2 murs d’enceintes dont nous ne connaissons pas précisément les tracés mais dont certaines pierres sises au milieu du bâti ici et là dans les ruelles semblent bien appartenir. Autre question restée sans réponse, celle de la date gravée dans un des piliers proche du chœur de l’église, 1569. Jusque là et d’après de nombreux documents d’archives consultés, nous tenions pour acquis que cette date gravée dans la pierre indiquait une des nombreuses restaurations de l’édifice. Mais comme le dit très justement Stéphane, l’année 1569 se trouve être en pleine guerre de religion. Cette église est alors utilisée en Temple par les Protestants, pourquoi auraient-ils eu l’idée de mentionner ces travaux dans un bâtiment où ils officiaient provisoirement?… L’enquête est ouverte et les recherches déjà en cours !

    Du Pont Roman actuellement en cours de restauration mais toujours ouvert à la visite à l’Église St Germain dotée d’un beau portail roman aux sculptures finement ciselées en passant par le Temple ou la Prairie des Croquants en souvenir de la terrible bataille qui détruisit le village, la visite s’achevait autour d’une table bien garnie par Les Amis de la Sauveté dans la cour de l’ancien restaurant « Ma Maison » où le groupe était accueilli par Louise et Didier, ses propriétaires.


    La prochaine et dernière visite croisée vous est proposée à Soumensac samedi 29 juin avec Benoît Boucard comme guide. Ne manquez pas ce dernier rendez-vous dans ce joli village perché. Vous aurez l’honneur d’emprunter un morceau du chemin de ronde des remparts tout spécialement restauré par Benoît puisqu’il est situé dans son jardin. Rendez-vous à 18h devant l’église.

  • Roger découvre une date lors des travaux du Pont Roman

    Il habite le moulin et bien sûr, suit les travaux de près

    Très concerné par la restauration du Pont Roman de La Sauvetat du Dropt puisqu’il habite le moulin, Roger a eu la surprise de découvrir deux plaques de béton en surépaisseur mises à jour lors du décapage effectué par les ouvriers. Puisque les travaux devaient se poursuivre par l’enlèvement de la couche de crépis et donc des plaques en béton, Roger a longuement observé ce qui semblait être une date avant d’aller quérir un photographe pour immortaliser cette découverte.

    Effectivement, et Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau le confirme également, il s’agissait bien d’une date apposée de chaque côté du premier bec du pont. Si l’année se lit facilement, 1937, l’autre inscription est quasi illisible. Mais par le truchement du zoom et de la couleur lors de la retouche photo, on peut y deviner le jour et le mois avancés par Roger, le 24 juin.

    Nous supposons qu’il s’agit là des derniers travaux du pont bien que les recherches dans les archives des comptes-rendus de conseils municipaux du début du xx° siècle n’aient pas encore confirmé cette supposition. Ce que l’on sait, c’est qu’en cette année 1937, Monsieur Terrien, alors 1er adjoint, devient Maire de la commune suite au décès brutal de Monsieur Champeval. L’enquête est ouverte, il faudra passer du temps à compulser les documents de cette époque archivés à la mairie pour en apprendre davantage.

  • Pont Roman ouvert à la visite malgré les travaux

    Les travaux sur le Pont Roman de La Sauvetat du Dropt-Agnac avancent doucement mais sûrement. Depuis quelques semaines, les ouvriers reprennent la base des arches de style gothique proches du moulin côté aval du pont. Le travail est bien visible actuellement puisque la rivière a été déviée vers l’ancienne écluse permettant aux passants d’appréhender l’importance de cette restauration.

    Malgré un échafaudage imposant enjambant l’édifice, la déambulation est toujours possible sur le pont ajoutant à la curiosité de la visite. Pour en connaître l’histoire médiévale et les anecdotes relevées au fil des années, il suffit de consulter la page dédiée de votre blog/site Pont Roman et navigation sur le Dropt.

  • Lumière d’automne sur les travaux du pont roman

    Merci au Club Objectif Duras et plus particulièrement à Michel Michelot pour ces nouvelles photos du Pont Roman de La Sauvetat du Dropt en cours de travaux. Son parcours l’a conduit d’un pont à l’autre en empruntant le petit chemin de verdure entre Dropt et jardins familiaux.
    Bravo pour le réflexe du photographe à la vue de cet imposant chargement de bois transitant par le pont neuf…

    On aime la lumière d’automne qui enflamme le paysage et la langueur de la rivière qui bute sur le batardeau. Les arches semblent comme endormies dans l’attente d’un renouveau. A l’extrémité du pont, le village, imposant par ces maisons de pierre, garde un œil bienveillant au bon déroulement de la restauration.

  • Même en travaux, le Pont Roman est bien visité

    Depuis qu’il est en travaux, le Pont Roman de La Sauvetat du Dropt, fréquemment visité, l’est toujours autant et nous fait bénéficier de nombreuses photos prises depuis le lit du Dropt asséché.

    Cette semaine, les visiteurs étaient Christophe et Laurence, domiciliés à Rueil Malmaison (92). S’il vous semble inconnu, Christophe est précieux à la commune de La Sauvetat du Dropt puisqu’il est le webmaster de votre blog/site. Celui qui agit dans l’ombre et bénévolement au moindre problème technique lorsqu’il est appelé au secours par les rédacteurs.
    Pour la petite histoire et pour mieux situer ce couple qui se partage entre la région parisienne et Auriac sur Dropt où ils ont un pied-à-terre, apprenez que Laurence est originaire de Montignac de Lauzun.

    Merci pour le temps passé à la maintenance de notre moyen de communication et pour ces photos qui enrichissent la bibliothèque de photos du village.

  • Zoom sur une arche gothique


    Photos de Anne Lesimple, conseillère municipale de La Sauvetat du Dropt.

    Les travaux sur le Pont Roman se poursuivent et attirent nombre de visiteurs. Une chance pour le village qui enrichit sa photothèque. La preuve avec cette photo d’une arche mise en valeur par la lumière d’automne. Ces pierres ont tant à raconter… Assemblées là dès le XIII° siècle par les Seigneurs de Caumont, elles ont supporté de nombreux chevaliers, de nombreux manants poussant leur carriole et tant de pèlerins en route pour St Jacques. Ont vu de sanglants combats parmi lesquels la révolte des Croquants au XVII° siècle …

    Une invitation à se cacher au creux de la muraille pour oublier le tumulte extérieur et imaginer l’Histoire d’autrefois. Merci Anne.

  • Sauvetage piscicole avant les travaux du Pont Roman

    Reportage photo et explications de Yves Pénicaud venu en voisin puisqu’il est l’époux de Christine, gérante du PROXI P’tit Panier du Dropt.

    Suite à la construction du batardeau qui a permis d’assécher le Dropt au niveau du Pont Roman en prévision de la nouvelle tranche de travaux de restauration (voir l’article), la société de pêche départementale envoyait une équipe pour sauver les poissons éventuellement pris au piège du trou d’eau laissé volontairement par le conducteur de la pelle.

    Il fallut dans un premier temps installer des pompes utilisées pour envoyer l’eau de l’autre côté du pont. Opération un peu longue en raison d’un amorçage difficile. Puis, à l’aide d’épuisettes, sortir les poissons prisonniers. La pêche ne fut pas miraculeuse mais permit de remettre à l’eau quelques écrevisses, deux poissons d’une dizaine de centimètres, plusieurs de moins de 2 cm, une belle anguille et trois plus petites.

    Les riverains retraités étaient venus en curieux. Roger et Jean-Pierre, respectivement propriétaires du moulin et de l’ancienne maison de l’éclusier. Une animation qui failli bien coûter la vie du chapeau de Roger tombé aux pieds des pêcheurs tandis qu’il se penchait un peu trop au dessus du parapet. Une anecdote qui aura égayé la journée!