• Olivier Cain et Julien Le Naour sur la Dordogne Intégrale

    La 12e édition de la Dordogne Intégrale, une course de 130 km sur un des plus beaux cours d’eau du pays, s’est tenue samedi 11 septembre entre Argentat (19) et Castelnaud-la-Chapelle (24). L’événement, organisé par l’Argentat Dordogne CK, était cette année support des premiers championnats de France Ultra.

    Initialement prévue en mai, la Dordogne Intégrale a été repoussée de quatre mois en raison du contexte sanitaire du printemps dernier. Samedi 11 septembre, ils étaient 282 participants dont un bon tiers sur des Stand Up Paddle, et les autres en canoë, kayak et pirogue. Plusieurs spécialistes de la (très) longue distance étaient sur la ligne de départ samedi aux aurores à Argentat. Ainsi qu’un grand nombre d’amoureux venus en prendre plein les yeux, et les bras.

    Le parcours a traversé les 3 départements de la Corrèze, le Lot, et la Dordogne sur 130 km linéaires de rivière, sans aucun portage. Avec dans le menu : gorges sauvages, falaises calcaires, châteaux médiévaux, villages haut-perchés…

    Parmi les sportifs connus, Olivier Cain et Julien Le Naour en stand up paddle

    Olivier Cain, président du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt termine 16ème sur 52 à l’arrivée en 11h41. Julien Le Naour, ex président du Canoë Kayak Club Vallée du Dropt, avec le dossard 189, réalise une belle performance malgré sa déception et termine 4ème au championnat de France paddle longue distance en 10h25. Il raconte cette course qu’il a déjà expérimentée :

    « Encore une sacrée expérience sur les 130 km de la Dordogne Intégrale cette année !

    C’était l’année ou jamais, alors j’ai tenté ma chance. J’ai joué et je n’ai pas gagné. Pour la première fois, j’ai voulu accrocher un résultat en plus de la performance de finisher (qui reste une satisfaction personnelle). Les premiers 70 km se sont plutôt bien passés malgré 6 chutes (rien que ça…),le seigneur de l’épreuve 🤴 Dode Florent 🥇m’a même laissé faire quelques petits kilomètres devant lui en début de parcours… Et puis j’ai traversé le désert, en paddle, pendant 50 km environ. Un long moment d’introspection… A partir du km 90, j’ai cédé la 2° place puis la 3° sans trouver les ressources de batailler. J’ai enfin retrouvé de l’énergie sur les 10 derniers km mais les jeux étaient faits… Je termine 4ème à 20 secondes du troisième après 10h25 de rame.

    J’en retiens une expérience différente avec toujours le même plaisir de la mise en route silencieuse du matin🌃 et surtout le partage avec ce petit milieu d’initiés🍷.

    J’ai une pensée particulière pour mon père (qui a passé 24h à me faire l’assistance), mes 2 clubs dont les présidents/amis ont particulièrement participé au partage du plaisir Olivier Cain et Christophe Mora et à ma petite famille😘 ! »

  • Le Christ en croix retrouvera très bientôt son socle au carrefour Duras – Ste-Foy-la-Grande

    A La Sauvetat du Dropt, les secrétaires de mairie reçoivent régulièrement des appels téléphoniques d’administrés qui s’inquiètent de la disparition de la croix de chemin dans le village, au carrefour de Duras et Ste Foy-la-Grande.

    Rassurez-vous, le Christ a été descendu par les employés municipaux Jean-Marc et Aurélien, en raison du mauvais état de la croix, le bois, très fragilisé par les ans, devant être remplacé. Jean-Marc a profité de cette restauration pour repeindre le Christ et la nouvelle croix vient d’être livrée par l’entreprise eymétoise Janssen Ian Charpente. Elle est en chêne et pèse un bon poids. Voici la preuve en images. D’autres suivront lors de la pose sur le socle.

  • URBEX 3 est en ligne … tourné dans l’ancienne maison de retraite de Miramont de Guyenne …

    Photo de la journaliste Carine Caussieu pour le journal Sud-Ouest du 28 août 2021.

    Cet épisode URBEX 3 est très justement baptisé EHPAD

    Toujours dans le but de réhabiliter des lieux désaffectés,  JARH – Aurélien Jollis, employé municipal à La Sauvetat du Dropt – et son beau-frère JAS nous entraînent cette fois-ci dans l’ancienne maison de retraite de Miramont de Guyenne dont l’intérieur est en cours de démolition…  Lits médicalisés alignés et abandonnés, couloirs interminables, minables et vides, balcons démolis … imaginer que nos anciens vivaient dans cet établissement encore il y a peu donne des frissons !

    Interrogés fin août par la journaliste Carine Caussieu venue en reportage pour le journal Sud-Ouest, nos rappeurs ont expliqué rechercher des endroits glauques pour leur redonner vie grâce à la musique. Et bien, c’est une fois de plus gagné avec ce troisième URBEX ! Nous attendons impatiemment la sortie de l’URBEX 4 dont le tournage est prévu dans « la maison de l’horreur » !…

     

  • Info Mairie : merci de préserver la tranquillité des camping-caristes !

    C’est un dimanche matin au petit jour que Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau constatait la présence d’un véhicule garée entre deux camping-cars ! Une fois de plus, il vit en s’approchant que ce véhicule appartenait à un pêcheur venu se garer au plus près de la rivière !

    La municipalité rappelle donc que l’aire de camping-car est réservée aux seuls camping-caristes. Mais que les pêcheurs peuvent profiter de la prairie en amont pour garer leur véhicule et s’adonner à leur loisir sans perturber la quiétude des touristes de passage.

  • Info Mairie : mon emploi, ma formation en Nouvelle Aquitaine

    Que vous soyez à la recherche d’un emploi ou en situation d’évolution professionnelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, en lien étroit avec l’Etat et leurs partenaires vous accompagnent dans votre choix de formation. Du 6 au 30 septembre 2021, participez aux manifestations – en présentiel ou en ligne – pour découvrir 50 000 formations rémunérées pour des emplois qualifiés.

    Découvrez les différentes manifestations sur la formation et l’emploi – en présentiel ou en ligne – dans tous les territoires de Nouvelle-Aquitaine :

    Pour en savoir plus, consultez la page Mon emploi, ma formation de la Région Nouvelle Aquitaine.

  • Fermeture de la boulangerie Demadrille, Francis et Yolaine prennent une retraite méritée

    Pour Francis, une retraite bien méritée depuis 52 ans dans le métier

    Voilà, le rideau est tiré, la Boulangerie-Pâtisserie Demadrille vient de fermer ses portes après 26 ans de bons et loyaux services.

    C’est en 1969, alors âgé de 14 ans que Francis Demadrille, fils et petit-fils de boulangers, a commencé son apprentissage à Sainghin-en-Weppes (59), dans la boulangerie de ses parents. Puis il a travaillé dans une pâtisserie avant d’arriver en Lot-et-Garonne en 1995 pour reprendre la boulangerie Biason dans notre village de La Sauvetat du Dropt.

    Francis est le père de 3 enfants, Mikael gendarme mobile à Drancy qui a un garçon de 15 ans; Candide, coiffeuse en Illinois aux Usa, elle a 5 enfants et Irwin, boulanger lui aussi qui a un bébé de 1 mois.
    Francis a connu Yolaine en 2001. Elle est réunionnaise et a 2 filles, Virginie qui travaille chez Georgelin habite Agnac et a 1 enfant et Karine, mère au foyer vivant à La Sauvetat du Dropt qui a 4 garçons. A eux deux, ils comptabilisent maintenant 12 petits-enfants.

    Une délégation de la commune tenait à remercier les boulangers

    Mardi 31 août en matinée, pour marquer ce départ en retraite qui va laisser un vide dans l’Avenue de Grammont, Francis recevait la visite de clients, venus offrir une imposante composition florale, ainsi que du Maire Jean-Luc Gardeau accompagné de 2 adjoints et d’une conseillère municipale. Chargés d’un panier garni commandé au PROXI P’tit Panier du Dropt et d’un bouquet pour Yolaine, absente puisqu’elle faisait sa dernière tournée, les représentants de la commune souhaitaient remercier le couple Demadrille pour leur présence indéfectible. Tout particulièrement Francis pour les longues heures de nuit à pétrir le pain durant ces 26 années. Ils lui souhaitent un repos largement mérité, de prendre soin de sa santé et de profiter de toute sa petite famille.
    Ils espèrent le retrouver très prochainement les pieds en éventail dans le beau jardin de son épouse ou rêvassant devant une canne à pêche au bord du Dropt.

    Au revoir Monsieur et Madame Demadrille. Merci pour les services rendus durant toutes ces années et à très bientôt dans le village.

     

     

  • Chez Jolibert, de père en fils, on se passionne pour les chevaux

    Intrigués par les nombreuses photos de chevaux entrevus sur le portable de notre amie Régine, nous avons contacté son fils Pascal pour en savoir plus.

    Est-il utile de vous présenter Régine Jolibert ? Avec son mari Jean-Pierre, ils tenaient la boucherie de La Sauvetat du Dropt, en plein centre de l’Avenue de Grammont, presque en face de l’église. A la retraite depuis quelques années, Régine est très active au sein des associations du village, notamment celle des Amis de la Sauveté.

    Depuis quelques temps, elle montre souvent des photos de son fils Pascal et de son petit-fils Paul, souriants, posant fièrement près de magnifiques chevaux racés. Nous connaissons maintenant le fin mot de l’histoire. Pascal nous raconte :

     » J’ai toujours été en contact avec les chevaux de mon père à la maison, chevaux qu’il avait en copropriété avec Jean-Pierre Menini d’Agnac. Ma mère a toujours été l’actrice de notre passion. Certains plaisantins ont même réussi à lui faire fermer la boucherie un 1er avril en lui faisant croire que les chevaux, s’était échappés !

    Aujourd’hui, j’habite entre Paris et Chantilly, à Fosses, dans le Val-d’Oise avec ma femme Ilda, mon fils Paul et ma fille Margaux.
    J’ai commencé par acheter une jument percheronne puis d’autres ont suivi pour finalement acquérir, en cadeau d’anniversaire avec mon fils Paul, une poulinière pur-sang arabe de l’élevage de Cathy Le Bihan de St Jean de Duras. Cette poulinière a eu deux poulains avec lesquels j’ai commencé à faire les concours d’élevage « allure et beauté ».

    Ce qui nous a conduits à la finale du championnat de France du pur-sang arabe à Vichy avec un mâle de 1 an qui s’appelle Amyr Al iinqadh (Al iinqadh est la traduction de  » La sauvetat « en arabe). Avec lui, nous avons fini 3ème au scratch et 1er de la catégorie pur-sang arabe. Finale à laquelle mes parents, Régine et Jean-Pierre, ainsi que ma femme Ilda et mon fils Paul sont venus assister.

    J’ai actuellement 4 chevaux : 3 Arabes et une Quater horse. 2 naissances sont prévues pour l’année prochaine. »

    Voilà donc l’explication très compréhensible de la fierté d’une mère ! Toutes nos félicitations à Pascal et Paul pour la beauté de ces chevaux. Quant à toi, Régine, continues de nous donner des nouvelles de ta progéniture et de son champion dont le nom traduit celui de notre village.

  • Journée détente du Conseil Municipal

    Photos de Martine, Agnès, Jean-Luc, Jean-Pierre et Isabelle. D’autres sont disponibles sur la page Facebook du village.

    Pour la bonne cohésion du groupe et permettre aux nouveaux élus de découvrir la commune et les biens communaux, il est de tradition d’organiser une rencontre du Conseil Municipal nouvellement élu. Mais bien sûr, l’épisode COVID venant perturber le programme des manifestations, aucun événement de ce genre ne s’était fait depuis les élections municipales de mars et juin 2020.

    C’est donc avec l’idée de faire passer un agréable moment à son groupe municipal et leur conjoint que Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt, organisait une journée détente le dimanche 29 août.

    La matinée, fraîche mais très ensoleillée, commençait par une agréable randonnée autour du Lac de l’Escourou. Dans le groupe, Tati Sauvette qui, même sans son costume de scène, n’a pas oublié de remplir une poche de déchets glanés le long du parcours. Suivie la découverte du village, et pour certains de leur maison, depuis le haut du clocher où l’on monte avec prudence et contorsions ! Rassemblement ensuite sur la Prairie des Croquants pour l’apéritif et un repas paëlla avant de poursuivre la journée par un mini circuit allant du pont roman aux rues et ruelles. Un arrêt plus prolongé dans l’espace autour des maisons Brugère récemment acquises par le biais de l’Établissement Public Foncier (EPF) permit à Monsieur le Maire de développer l’objectif municipal de création d’un habitat partagé de type béguinage. Un habitat adapté aux seniors qui pourront apprécier le bien vivre ensemble tout en gardant leur autonomie dans un appartement indépendant.

    En milieu d’après-midi, le retour sur la Prairie des Croquants fut l’occasion de sortir les boules de pétanque pour terminer la journée par de franches rigolades.

    Nul doute, le but du premier édile de la commune est atteint grâce à cette journée conviviale d’échanges et de partage. Septembre vient de commencer et avec lui la reprise des affaires communales. Les membres du Conseil Municipal sont maintenant prêts à remettre le pied à l’étrier.

  • Cantine de La Sauvetat du Dropt – Menu de Septembre

    logo

    Jeudi 2 Septembre, rentrée scolaire – Menu de la cantine.

    Hélène fait part du menu de la cantine scolaire de La Sauvetat du Dropt avec, en couleur, le menu végétarien hebdomadaire imposé par le gouvernement.

    + le calendrier des vacances scolaires et le découpage des zones pour l’année 2021/2022.

    Quid des seniors à la cantine ?

    En raison de l’épidémie de COVID-19, toujours d’actualité, et pour suivre les mesures sanitaires imposées par le gouvernement, la Mairie a le regret d’informer les seniors qu’ils ne peuvent pas prendre leur repas à la cantine avec les enfants comme ils l’ont fait jusqu’au mois de mars 2020. Ils seront informés de la reprise dès que ce sera possible.

    Ces informations sont à retrouver sur la page « Écoles » de votre site.

  • Gagnant du prix Canson Aquarelle, Jean-Louis Giron offre son œuvre à la Mairie


    Ce vendredi 27 août, suite à sa seconde participation au concours des peintres dans la rue organisé par l’Association Couleurs d’Aquitaine et Les Amis de la Sauveté, Jean-Louis Giron, qui partage son temps entre Soumensac et la région parisienne, vient d’offrir à la municipalité son tableau intitulé « Le passé réuni« .

    Autour de lui pour recevoir son œuvre, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau, les responsables des Amis de la Sauveté avec Jacques Foglia et Francine Pandolfo respectivement président et vice-présidente de l’association, Martine Brosse, trésorière et coordinatrice du concours ainsi qu’un des membres du jury, sauvetatois d’origine belge et peintre pastelliste Manu Henrion.

    Avant d’être encadrée et de trouver sa place à la Mairie, cette aquarelle sera très certainement utilisé en support de document touristique puisqu’elle réunit le Pont Roman, la Maison de la Tour, une belle fenêtre à meneaux de la Rue du Temple et la petite porte menant aux parking de la Rue de l’Hospice.

    La Municipalité remercie chaleureusement Monsieur Giron pour ce don apprécié.

  • Mardi 31 Août, la boulangerie fermera définitivement ses portes pour cause de départ à la retraite


    Après de nombreuses années de bons et loyaux services, le boulanger de La Sauvetat du Dropt, Francis Demadrille, et son épouse Yolaine fermeront définitivement les portes de la boulangerie-pâtisserie de l’Avenue de Grammont mardi 31 août au soir.

    Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau et l’ensemble du Conseil Municipal leurs souhaitent de profiter pleinement de cette retraite bien méritée.

     

     

  • Première tranche des travaux de création d’un parking Place du Prieuré

    Photos du Maire Jean-Luc Gardeau.

    Temps idéal pour la première tranche des travaux d’aménagement de la Place du Prieuré. Terrassement, empierrement et créations des emplacement de parkings effectués par les services techniques de la Communauté de Communes du Pays de Lauzun (CCPL 47). La partie canalisation des eaux pluviales est faîte en régie par Jean-Marc, un des employés municipaux de la commune.

    Bien que cette Place du Prieuré jouxtant un pigeonnier autrefois inclus dans un ensemble de bâtiments qui constituait un Prieuré remontant aux origines du village (VIème siècle), les engins de terrassement n’ont pas découvert de trésors. Seulement de nombreuses pierres provenant d’anciennes bâtisses et des traces d’incendie lors de l’ouverture des tranchées. Un rappel de la terrible révolte des Croquants qui fit presque disparaître le village en 1637.

    L’aménagement paysager imaginé par la conseillère municipale et créatrice de jardins Maëlle Valdevit (vidéo à voir en suivant) ainsi que le revêtement final sont programmés pour l’année prochaine, mais le parking pourra cependant être utilisé.