• « A place in the sun », les caméras de nouveau dans le village

    Pour la seconde fois, le village de La Sauvetat du Dropt recevait les caméras d’une équipe de tournage de « A place in the sun ». Une émission de télévision britannique qui suit les acheteurs de biens immobiliers à la recherche de leur maison idéale à l’étranger.
    Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau les a croisé lundi 15 novembre devant le Pont Roman et en a ramené ces photos.

  • Un bel attelage traverse le village

    Le passant du jour se trouvait être le 1er adjoint de la commune, Germain Sauron. Charmé par l’arrivée d’un attelage inhabituel, il nous envoie ces deux photos pour immortaliser l’instant. Le cocher, Jean-Pierre Ménini, bien connu dans le village et résidant à Agnac, a déjà été sollicité avec une autre de ses carrioles à cheval pour conduire le Père-Noël au cœur du Marché de Noël.

  • Poursuite des travaux entre le Dropt et l’Escourou … Lescourroux …

    Démarré depuis ce mois de septembre, le projet de remplissage hivernal du Lac de l’Escourou depuis le Dropt se poursuit. Les entreprises s’activent pour que le chantier soit terminé avant la pluie mais le travail est rendu difficile puisqu’à chaque creusement de fosses ou de tranchées, les cavités se remplissent d’eau ralentissant les travaux.

    Actuellement, les canalisations qui serviront à remonter l’eau du Dropt vers la retenue de l’Escourou sont en attente le long de la Route du Lac en direction de Soumensac. Travaux à suivre …

    L’Escourou ou Lescourroux

    Vaste débat à la lecture des nombreux articles consultables sur la toile qui traitent de ce lac situé sur les communes d’Eymet en Dordogne et de Soumensac en Lot-et-Garonne.
    Stéphane Jarleton, directeur du Syndicat Epidropt propriétaire du barrage de Lescourroux, tient à cette dernière orthographe et appuie son propos en disant qu’une demande est en cours dans ce sens auprès de l’IGN.

    Nous garderons pour quelques décennies encore l’orthographe sauvetatoise l’Escourou que nous retrouvons sur différents panneaux de signalisation et sur nombre de documents officiels consultables aux archives départementales comme sur de nombreux sites officiels en ligne. Comme sur tous ces supports, le site d’Epidropt ne fait pas exception à la règle et affiche plusieurs orthographes à ce nom de ruisseau devenu vaste retenue d’eau. Faut-il s’en offusquer et polémiquer ? Non, sûrement pas. Restons, chacun, libres de maintenir l’écriture que nous pensons correspondre à l’histoire de notre territoire.

  • Monsieur le Maire visite le wagon 4150 jadis stationné à la gare de La Sauvetat du Dropt

    A l’origine des relations entre le CFV et La Sauvetat du Dropt

    Depuis novembre 2019, la municipalité de La Sauvetat est en relation avec un membre de l’Association Chemin de Fer de Vendée, Monsieur Éric Comont. Cette association est basée en Vendée, à Mortagne-sur-Sèvre. Et cet appel concernait une luxueuse Voiture Salon Pullman, la n°4150, classée aux Monuments Historiques depuis 2003 et dont l’histoire est liée à l’ancienne gare de notre village, étrangement située sur la commune d’Agnac. Cette 4150 est toujours en cours de restauration dans leurs ateliers.

    Un cadeau pour découvrir le Chemin de Fer de Vendée et le privilège de visiter les ateliers de restauration

    En janvier 2020, pour fêter le départ en retraite du Maire Jean-Luc Gardeau, le Conseil Municipal et les employés communaux lui offraient une balade en train-restaurant à bord d’une voiture de l’Orient Express. COVID oblige, Monsieur le Maire et son épouse ont enfin pu faire cette sortie alors qu’elle était programmée en mai 2020.

    Revenus enchantés par cet escapade gastronomique en voiture de luxe, le couple Gardeau a eu le privilège, ensuite, d’être reçu par le responsable d’exploitation du site et le président de l’association qui, exceptionnellement, leurs ouvraient les portes des ateliers de restauration de ces prestigieuses machines. Visite rendue possible à la demande de Monsieur Comont qui reste en étroite collaboration avec un adjoint de notre commune pour enrichir petit à petit l’épisode historique de la gare de La Sauvetat et plus largement, celle du chemin de fer de notre région.

    Une épopée dont on se souvient … Jean-Luc Gardeau raconte

    « Parti sous un beau soleil vendéen, le train faisait un arrêt sur le plus haut viaduc du trajet, celui de Barbin (voir photo du CFV ci-dessous). Puis, la pluie se mit à tomber et les conséquences furent immédiates, la locomotive patinait dans la première montée. Après deux essais de départ en côte, le conducteur se résignait à reculer pour prendre de l’élan et nous repartions pour notre destination Gare des Herbiers, de nouveau accompagnés par le soleil.

    Après un très bon déjeuner dans cette luxueuse voiture dont on sait qu’elle était stationnée en gare de Moustier au cours de la seconde guerre mondiale, nous prenions le chemin du retour vers le terminus de la Gare de Mortagne-sur-Sèvre. Nous eûmes le privilège ensuite d’être reçus dans les ateliers situés à St Laurent-sur-Sèvre par Maxime Mathon, responsable du site, pour une visite où nous avons également rencontré Jean-Pierre Dupont, président de l’association CFV.

    Mon épouse se joint à moi pour remercier le conseil municipal et les employés communaux pour ce beau cadeau nostalgique et plein d’histoire. Et je remercie personnellement Monsieur Comont qui réside dans le nord de la France mais qui aurait souhaité se déplacer pour l’occasion s’il n’avait pas été empêché par un souci de santé. Nous espérons l’accueillir chez nous très prochainement.
    J’invite les amoureux de l’Histoire locale et plus particulièrement celle de la gare de La Sauvetat / Agnac à profiter du récit détaillé que ce passionné du chemin de fer envoie régulièrement par épisodes. Histoire retransmise sur le site de notre village à la page « La gare et ses voitures de luxe« .
    « 

  • Chez Jolibert, de père en fils, on se passionne pour les chevaux

    Intrigués par les nombreuses photos de chevaux entrevus sur le portable de notre amie Régine, nous avons contacté son fils Pascal pour en savoir plus.

    Est-il utile de vous présenter Régine Jolibert ? Avec son mari Jean-Pierre, ils tenaient la boucherie de La Sauvetat du Dropt, en plein centre de l’Avenue de Grammont, presque en face de l’église. A la retraite depuis quelques années, Régine est très active au sein des associations du village, notamment celle des Amis de la Sauveté.

    Depuis quelques temps, elle montre souvent des photos de son fils Pascal et de son petit-fils Paul, souriants, posant fièrement près de magnifiques chevaux racés. Nous connaissons maintenant le fin mot de l’histoire. Pascal nous raconte :

     » J’ai toujours été en contact avec les chevaux de mon père à la maison, chevaux qu’il avait en copropriété avec Jean-Pierre Menini d’Agnac. Ma mère a toujours été l’actrice de notre passion. Certains plaisantins ont même réussi à lui faire fermer la boucherie un 1er avril en lui faisant croire que les chevaux, s’était échappés !

    Aujourd’hui, j’habite entre Paris et Chantilly, à Fosses, dans le Val-d’Oise avec ma femme Ilda, mon fils Paul et ma fille Margaux.
    J’ai commencé par acheter une jument percheronne puis d’autres ont suivi pour finalement acquérir, en cadeau d’anniversaire avec mon fils Paul, une poulinière pur-sang arabe de l’élevage de Cathy Le Bihan de St Jean de Duras. Cette poulinière a eu deux poulains avec lesquels j’ai commencé à faire les concours d’élevage « allure et beauté ».

    Ce qui nous a conduits à la finale du championnat de France du pur-sang arabe à Vichy avec un mâle de 1 an qui s’appelle Amyr Al iinqadh (Al iinqadh est la traduction de  » La sauvetat « en arabe). Avec lui, nous avons fini 3ème au scratch et 1er de la catégorie pur-sang arabe. Finale à laquelle mes parents, Régine et Jean-Pierre, ainsi que ma femme Ilda et mon fils Paul sont venus assister.

    J’ai actuellement 4 chevaux : 3 Arabes et une Quater horse. 2 naissances sont prévues pour l’année prochaine. »

    Voilà donc l’explication très compréhensible de la fierté d’une mère ! Toutes nos félicitations à Pascal et Paul pour la beauté de ces chevaux. Quant à toi, Régine, continues de nous donner des nouvelles de ta progéniture et de son champion dont le nom traduit celui de notre village.

  • Un sheriff de Dallas fait le show à La Sauvetat du Dropt !


    Ce jeudi 26 août, le passant sauvetatois s’apprêtait à remonter dans sa voiture lorsqu’un étrange véhicule s’engageait sur la Place du Moulin. Une voiture de sheriff américaine de marque Chevrolet équipée d’une rangée de gyrophares à la Starsky et Hutch !

    Dallas, c’est le nom que le conducteur de cette voiture de collection s’est donné, en compagnie d’une charmante dame recherchait un endroit champêtre et ombragé pour pique-niquer. Accostés par Kiki du PROXI P’tit Panier du Dropt, la conversation s’engageait pour en savoir plus sur ce véhicule surprenant et ses propriétaires. Nous apprenions que cette acquisition était la conséquence « d’un rêve de gosse »  et que le couple vit à Agen. Ils s’octroyaient une journée de vacances et pensaient passer l’après-midi dans le village d’Eymet où « leur voiture ne manquerait pas d’attirer de nombreux anglophones ».

    Notre Kiki, oubliant de fermer sa boutique à 13h passées, ne résistait pas à l’envie de s’installer au volant pour admirer le tableau de bord et l’équipement intérieur de la Chevrolet. Vous pourrez lui en parler si vous passez par l’épicerie dans les jours qui viennent 😉

  • Mario Bros et Fifi Brindacier de passage dans le village !


    Aperçu dans le village de La Sauvetat du Dropt samedi 7 août à l’occasion de la Fête Votive enrichie d’un petit défilé inopiné de solex et autres mobylettes anciennes, le couple Pénicaud de l’épicerie P’tit Panier du Dropt en Fifi Brindacier et Mario Bros 😉

    On aime les mines réjouies de notre épicière et de son mari qui croquent la vie à pleine dent tout en étant très actifs dans ce petit, mais néanmoins très achalandé, commerce de proximité.

     

  • Les As du Mic et leurs potes ont embrasé le dancefloor de la Soirée Gourmande

    Une soirée gourmande avec animation musicale très locale

    Peter Cain et Alain Crossoir, responsables du Comité des Fêtes de La Sauvetat du Dropt, invitaient Aurélien, jeune employé municipal de la commune, à animer la Soirée Gourmande du vendredi 30 juillet avec son groupe de rap Les As du Mic et d’autres musiciens de leurs amis.

    Si la soirée commençait en douceur avec un chansonnier puis une guitariste, les rappeurs des As du Mic réveillaient le public dès 21h qui s’approchait près du dancefloor pour tendre l’oreille aux paroles scandées par Jarh et Royal Rimeur. Finalement, le plancher était largement occupé par les danseurs. La soirée se poursuivait par une troupe de chanteuses reprenant des tubes actuels.

    Après le passage des groupes, Aurélien et ses amis voyant les visiteurs joyeux et motivés, décidaient de passer quelques musiques des années 80, rajoutant à l’enthousiasme ambiant.

    Une soirée que Les As du Mic ont eux aussi grandement appréciée puisque c’était la première depuis les longues semaines de confinement. Ils remercient le Comité des Fêtes et répondront présents aux prochaines invitations.

    Le projet URBEX des As du Mic, une histoire de famille

    Les rappeurs des As du Mic sont Jarh et Royal Rimeur, deux frangins, rejoints quelque fois par Jasm1, leur beau-frère. Ce projet URBEX, c’est une idée qu’ils ont eu en tombant par hasard sur une épave de bus stationnée en bord de route. Connaissant d’autres lieux de ce même genre, des lieux abandonnés désaffectés, des ruines de bâtiments, ils ont décidé d’en faire une série de sons intitulé URBEX.

    Aurélien alias Jarh explique :

    « Chaque morceau doit être court mais efficace avec un espacement de deux semaines maximum entre chaque numéro de la série. Les textes sont écrits en rapport avec le lieu sélectionné et son environnement.
    Pourquoi choisir des endroits parfois glauques ? Dans la musique on aime bien ça, vieux hangar ou vieille usine désaffectée. C’est complètement détruit, à l’abandon mais on peut dire que par la musique, on redonne un peu de vie à ces sites pourtant déserts et oubliés du grand public. »

    Une série que nous allons suivre à n’en pas douter. Existe-t-il un lieu dans le village de La Sauvetat du Dropt ? Aurélien qui y travaille en semaine a peut-être déjà une idée à ce sujet …

  • La Manoir du Bout du Pont et Le Domaine d’Eybro à l’honneur dans un magazine japonais

    Grâce à Kayoko Hioki, japonaise et sauvetatoise, le très beau magazine japonais « Salon Rustique » parle de notre territoire. En effet, pour cette édition de l’été 2021, le Manoir du Bout du Pont  situé sur la commune d’Agnac où Angela et Roddy Sharp accueillent des touristes dans leurs maisons de vacances ou de somptueuses réceptions de mariage est largement mis en valeur par de magnifiques photos. De même que le domaine viticole d’Eybro de la famille Esclavard sur la commune de Soumensac.

  • Deuxième semaine pour les pélerines sauvetatoises : Martine poursuit sa route, Anne vient de s’incliner devant la Vierge Noire de Rocamadour !

    Martine sur la Via Arverna – De Clermont-Ferrand à La Sauvetat du Dropt

    Nous suivons les étapes de Martine via Instagram sur sa page Eultreia. Quel plaisir de suivre l’évolution … physique et mentale du pèlerinage … Et puis, il y a toujours ces pierres posées sur les cairns qu’elle rencontre en chemin. Pour Tom et Élisa …

    5ème jour (26/06) : Jumeaux-Brioude. Étape sous le soleil. Je suis passée dans la Haute-Loire. Villages médiévaux avec des portes magnifiques, des vaches très curieuses et une maison avec dortoir comme je n’en avais jamais vu …

    6ème jour (27/06) : Brioude-Blesle. Longue journée avec chaleur humide (bonjour les pieds !) de plateaux en châteaux et du vert au rouge. Vivement demain que je me reposes. Il n’y a que 13 km.

    7ème jour (28/06) : Aujourd’hui, étape très courte. Mes pieds se sont reposés. Photo de Blesle au petit matin. Maintenant, je suis dans le Cantal dixit la belle borne, à Massiac.
    Il est difficile de retrouver les photos qui correspondent aux propos de Martine. Mais qu’importe. Il est intéressant de suivre son périple au jour le jour.

    8ème jour (29/06) : Massiac-Ferrières Saint Mary. Débutée sous la pluie puis le soleil et de nouveau un crachin très froid. Petite explication pour l’église Saint Mary et pour la photo où l’on voit le village dans le fond … c’est bien là que je dois aller. Misère !!! Au bout, quand même une récompense …

    9ème jour (30/06) : Aujourd’hui, étape à Neussargues. Départ avec la pluie … pour changer ! Mais les paysages prennent d’autres couleurs. Accueil dans une grange. Spartiate, original et loin de tout. La propriétaire produit des jus de pommes ou poires bio. Excellents !

    10ème jour (01/07) : De Neussargues à Murat. Le soleil brille. Cela change la nature. Les fleurs prennent des couleurs plus vives et j’ai vu mes premières violettes sauvages. De beles croix très anciennes jalonnent ce parcours. J’aperçois au loin une chapelle perchée sur son opidum.

    Anecdote : je dois vous raconter mes rencontres du jour … C’est une histoire de vaches 😉 Les premières, rencontrées au petit matin. 112 Montbéliardes changent de pré, avançant tranquillement pendant 300m avec moi (c’est plutôt l’inverse !) se demandant parfois ce que je faisais là, au milieu du troupeau !
    Les autres l’après-midi, des Salers. Ce fût une autre histoire. Elles étaient sur mon chemin mais ne faisaient pas mine de vouloir dégager ! Les petits étaient au milieu. Je n’étais pas fière ! Je me suis écartée légèrement et elles m’ont laissé passée en renâclant un peu ! Les mères, je pense ! De belles rencontres quand même !

    11ème jour (02/07) : Je vais jusqu’à St Jacques des Blats. Journée physique avec montée vers le Bec de l’aigle pendant 6h ! D’abord dans une forêt qui n’en finit pas et ensuite sur sentiers d’estive. Il est à 1700 mètres. C’est le plus haut passage en France pour le chemin de Compostelle. Je ne vous parle pas de la descente ! Mais il y a tant de beauté. Cela en vaut la peine. Demain, repos avec une étape de 17 km vers Vic-sur-Cère et puis ensuite Aurillac. Cool !

    Je suis reçue très souvent par des amis de la Via Arverna, c’est très familial. La semaine prochaine, peut-être des photos de Rocamadour …

     

    Anne, depuis La Sauvetat du Dropt, est arrivée à Rocamadour

    Anne, elle aussi sur le chemin de Compostelle vient de rejoindre Rocamadour. En chemin, elle a rencontré Claudy qui a fini la route avec elle. Émotion forte. Anne raconte …

    Mon périple est terminé : quel beau Périgord ! Quelle belle et généreuse nature ! Pas un pèlerin sur le chemin : la présence de Claudy depuis le mercredi a été vraiment bienvenue … Temps idéal pour marcher et pour sortir de terre une belle poêlée de girolles après Grolégeac …! Parcours de rivières sauvages : Dordogne, Ouysse et Alzou. Et puis, au détour des gorges de l’Alzou, une maison, puis deux … accrochées à la falaise. Voici la belle Rocamadour ! Après 20 kms, les escaliers sont un brin rédhibitoires mais nous montons jusqu’au sanctuaire … inclinée devant cette mystérieuse Vierge Noire, l’émotion m’étreins : merci pour cette route, merci pour cette année si pleine, merci pour les gens rencontrés, merci à Claudy pour ce doux compagnonnage …

  • L’US Cyclo Club reprend ses virées sportives et touristiques

    Départ sous le soleil … retour sous l’orage !

    Enfin, la timide sortie de crise sanitaire sans précédent que nous venons de subir nous autorise à réorganiser le calendrier de nos activités sportives et touristiques.

    Sans aucune mesure avec la traditionnelle sortie de juin des années antérieures pendant un week-end de deux voire trois jours vers une destination plus lointaine, l’édition 2021 s’est limitée à une journée cyclosportive le mercredi 23 juin, pour une petite randonnée aller-retour à Fourques sur Garonne.

    8h15 précises, neuf cyclistes étaient présents devant la Maison des Loisirs à La Sauvetat du Dropt pour ce périple sympathique. Deux circuits aller étaient proposés : un de 80 kms pour ceux qui ont beaucoup d’appétit !!! Et un second de 70 kms pour les moins costauds. L’ensemble encadré par une voiture de sécurité avec Jean-Pierre et Max à bord, fidèles parmi les fidèles, toujours prêts à nous épauler.

    A 13h, épouses et amis se retrouvaient pour une « petite restauration qui ne restera pas dans les anales », avec, pour immortaliser la journée, la participation bénévole de Georgette et Michel, fidèles eux aussi, aux photos et vidéos !

    Point noir de la journée, Jacqueline, qui se faisait un plaisir d’être parmi nous, était absente, hospitalisée pour cause de santé. Nous pensons fort à elle et lui souhaitons un prompt rétablissement.

    Après ce bon repas, retour sous le soleil jusqu’à Montignac où l’orage s’est invité brutalement parmi nous ! Et c’est sous une pluie battante que s’est achevée la journée !

    Fin du Tour de France des seniors pour notre ami Simon Brugère

    Cette même journée correspondait avec le Tour de France des seniors en maison de retraite et devinez qui s’est illustré ?… Notre ami Simon Brugère, sauvetatois de 95 ans, résident de l’EHPAD de la Madeleine à Bergerac. Il était choisi pour faire les derniers tours de pédale finalisant les 3383 kms cumulés entre tous les résidents sous les encouragements de Pascal Chanteur ! Pour les non adeptes de bicyclette, sachez que Pascal Chanteur est un ancien coureur professionnel – 1993 / 2001 – Il a participé à 7 Tour de France et 4 Tour d’Espagne et il possède actuellement un magasin de cycles à Bergerac.

    Un grand bravo à notre ami Simon !

  • Passage remarqué du Comité Départemental de Tourisme Équestre du Lot-et-Garonne

    Explication du fonctionnement du CDTE par Jean-Louis Desmots de Lavergne. Photos de Jean-Luc Gardeau.

    C’est jeudi 24 juin que le Maire Jean-Luc Gardeau croisait inopinément une troupe de cavaliers sur la Place du Moulin à La Sauvetat du Dropt. Venus en ravitaillement au P’tit Panier du Dropt avant le pique-nique de la journée, ces 8 cavaliers œuvraient pour le Comité Départemental de Tourisme Équestre du Lot-et-Garonne. Ils avaient pour mission le re balisage en orange d’un circuit équestre, Chemin équestre du Dropt, pouvant bien sûr être adapté aux VTT comme aux marcheurs.

    Parmi eux, le président du CDTE Salvador Merida. Ce circuit qui sillonne le Lot-et-Garonne n’avait pas été resuivi depuis 20 ans ! Partis depuis Cancon sur leur destrier, la balade les a conduit à La Sauvetat en passant par Castillonnès, Lauzun où les a rejoint Jean-Louis Desmots de Lavergne, Bourgougnague, St Pardoux, La Sauvetat et enfin Soumensac où ils passaient la nuit au camping à la ferme des Écuries du Nebout. Le parcours s’est poursuivi le lendemain jusqu’au sud de Loubès-Bernac avant de revenir sur Monteton puis Seyches et Labretonie pour un arrêt au Ranch du Bel Air.

    Le département du Lot-et-Garonne peut être visité à cheval grâce aux nombreux parcours balisés. Informations et téléchargements sur le site du CDTE 47.