• Fleurissement au pied de l’Église St Germain

    Photos de la plantation de Aurélien Jollis employé municipal. Photo de l’ensemble, prise depuis le 1er étage de sa maison d’habitation de Alain Crossoir.

    Avec l’aire de camping-car et les informations touristiques transmises sur le territoire du Pays de Lauzun, les rues de notre petit village de La Sauvetat du Dropt accueillent de plus en plus de touristes. C’est pourquoi l’association des Amis de la Sauveté et la Municipalité ont décidé de fleurir la ruelle longeant l’Église St Germain entre la Place du Temple et l’Avenue de Grammont.

    Utilisée jadis par le prêtre qui logeait au presbytère et utilisait l’écurie pour son cheval et sa voiture hippomobile, cette ruelle était grise et triste. Depuis la semaine dernière, grâce aux plans précis de Maëlle Valdevit, conseillère municipale et créatrice de jardins, ainsi qu’au travail méticuleux de Jean-Marc et Aurélien, nos employés municipaux, la ruelle s’est parée de plantes colorées qui ne demandent qu’à se développer.

    On se rappelle de la grosse masse de lierre qui cachait les piliers de pierre du portail et les grilles en fer forgé de l’entrée de la ruelle. Le résultat est aujourd’hui une mise en valeur de ce passage qui devrait inciter les promeneurs à l’emprunter.


    Vous êtes donc invités à visiter les lieux. S’il vous faut une occasion précise, notez dans vos agendas la date du samedi 22 juin qui est celle d’une des visites dîtes croisées puisqu’elle suit la visite d’Eymet et précède celle de Soumensac…

    Les plans de Maëlle Valdevit qui ont permis de mettre en œuvre le fleurissement. Ses coordonnées sont à retrouver dans l’Annuaire.

  • Kidnapping culturel de passage à La Sauvetat du Dropt

    Article Sud-Ouest de Patricia Paties-Cassol, correspondante locale, paru le 3 mai 2019. Photos de Germain Sauron, 1er adjoint à la commune et membre des Amis de la Sauveté.

    « Jeudi, une quinzaine de jeunes collégiens a répondu à l’invitation de la Communauté des Communes du Pays de Lauzun pour la troisième édition du Kidnapping culturel.

    Le principe est simple : on monte dans un bus et on part à la découverte du territoire de la communauté. Bien souvent, on ne s’attarde pas sur son environnement proche, et cette journée est l’occasion de le faire. Encadrés par Pierre Prunet, Pascale Dalto et Patricia Zambudio, les jeunes sont tout d’abord allés aux abords des anciennes usines de chaussures – pour l’une d’entre elles détruite par un incendie en 1980 -, Housty et Prunet. Si les bâtiments sont vides, ils sont toujours le reflet de beaucoup de souvenirs et d’images, pour peu que l’on détaille les pierres. Sur la façade de l’usine Prunet, on remonte même le temps jusqu’à la conserverie Félix Potin, dont le nom est encore gravé sur le mur.

    Culture et patrimoine local

    C’est en direction de Montignac-de-Lauzun que le bus est reparti ensuite, avec, à l’arrivée, l’accueil du maire, Jean-Marie Lenzi, pour la visite de l’église Saint-Saturnin, et un rapide cours d’histoire sur la séparation de l’Église et de l’État, avant d’écouter dans la salle des fêtes Henri-Gava raconter l’arrivée de l’immigration italienne dans le village.

    À midi, c’est un repas partagé à Saint-Pardoux-Isaac qui a précédé la découverte d’un ancien four à pain caché au creux d’un fourré, peut-être l’ancienne maison d’un fabricant de chapelets et de l’ancienne gare de la commune.

    Les jeunes reçus par Les Amis de la Sauveté

    L’après-midi s’est poursuivie à La Sauvetat-du-Dropt avec la visite et la découverte du pont roman, et l’histoire des Sauvetés, avant le retour à Miramont sur la zone de la Brisse avec de nombreuses explications sur le centre de remonte ou l’installation du Zoo circus d’Alfred Court, qui marquera la commune.

    Une journée dense et riche d’enseignements qui séduit chaque année, puisqu’une partie des globe-trotters de ce jour avaient déjà participé aux éditions précédentes. »

    Pour en apprendre autant que les jeunes sur ces visites, voici le Livret kidnapping culturel qui leur a été remis à l’issue de la journée. Le circuit de La Sauvetat du Dropt est bien détaillé et peut-être consulté sur la page de la Visite guidée de votre blog/site.

  • Des marcheurs à la découverte de nos paysages

    Photos de Germain Sauron, 1er adjoint au Maire de La Sauvetat du Dropt.

    Comme chaque année, Les Amis de la Sauveté organisent, la veille de la fête du travail, une randonnée de printemps pour découvrir les chemins de campagne autour de La Sauvetat du Dropt. Ce mardi 30 avril, participèrent des sauvetatois, des marcheurs des villages alentours souvent membres d’association de randonnée, des marmandais et, venus en voisins, Bernard Patissou, Maire de Soumensac, et son épouse,

    Réunis au départ de la marche, la quarantaine de participants se scindaient en deux groupes. Le premier suivait Dino Valent sur un parcours menant vers le Lac de l’Escourou puis le hameau de Serres avant de redescendre par St Germain et son puits gavache à une cadence soutenue et sur un parcours de 10 km. Le second prenait la suite de Joseph Framarin sur un parcours raccourci mais avec observation botanique et récits de souvenirs de jeunesse l’amenant à se désaltérer par exemple avec certaines plantes sauvages lors des durs travaux des champs. C’est ainsi qu’il fit découvrir l’ail sauvage, l’oseille, l’asperge ou la consoude …

    Après deux bonnes heures de marche, les groupes se retrouvaient dans la salle des animations où les attendaient quelques membres de l’association, dont la présidente Francine Pandolfo, ayant préparé la soupe à l’oignon. Breuvage réconfortant que certains terminèrent par un chabrot. Tradition ancestrale et campagnarde qui consiste à mettre du vin dans son assiette où reste un fond de soupe puis de la vider en la portant aux lèvres.
    Après la soupe, de nombreux desserts furent présentés. Des flans, des chouquettes ou des merveilles maison qui régalèrent les tablées.

    Avant de se séparer, la prochaine randonnée était annoncée pour le 14 juillet au matin. Et puisque la formule plaît, il y aura là encore la possibilité de choisir entre le groupe de marche rapide ou le groupe découverte botanique.

  • Livres à prendre, déposer ou échanger

    Création d’une boîte à lire

    Avec le printemps, la commune de La Sauvetat du Dropt s’affaire à mettre un petit coup de frais sur les espaces dédiés aux tourismes. Dans cette optique, l’Association des Amis de la Sauveté, et plus précisément sa présidente Francine Pandolfo, demandait à Aurélien Jollis, employé municipal, de construire une « boîte à lire » dans la cabane-info se trouvant à l’entrée de l’aire de camping-car. Il en résulte une sympathique étagère déjà remplie de livres venant du point lecture du village que locaux ou touristes pourront prendre ou échanger.

    Les étagères dédiées aux informations touristiques seront garnies après la Bourse Départementale aux Dépliants du 11 avril.

    Boîte à lire, l’accès à la culture associé au respect de l’environnement

    Une boîte à lire est une petite bibliothèque de rue où chacun peut déposer et emprunter des livres gratuitement, privilégiant ainsi l’accès à la culture. C’est aussi un projet solidaire qui favorise le lien social, encourage une économie du partage et du don et développe une démarche éco-citoyenne. En déposant ou en empruntant un livre dans une boîte à lire, vous lui donner une seconde vie, tout en respectant l’environnement.

    N’hésitez donc pas à aller visiter aussi souvent que vous le souhaitez la Boîte à lire pour déposer, choisir ou partager les livres que vous aimez.

  • Bilans moral et financier des Amis de la Sauveté

    Assemblée Générale

    Les Amis de la Sauveté se sont réunis ce vendredi 15 mars pour leur Assemblée Générale annuelle. Réunis autour de la table, les piliers de l’association, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau et un sauvetatois néerlandais, fidèle participant des dates proposées tout au long de l’année. Très peu de monde en somme mais l’essentiel n’est-il pas d’avoir les bénévoles lors des préparatifs? Une marque de confiance finalement.

    La présidente Francine Pandolfo prenait la parole pour faire le bilan moral de l’année écoulée.

    « Nos traditionnels repas de saison, les randonnées pédestres et le Feu de la St Jean se sont déroulés comme à l’accoutumée, dans la bonne humeur et la convivialité. Merci aux quelques habitués, notamment aux jeunes qui continuent de prêter mains fortes.

    Nous avons organisé pour la 1ère année un concours de peintres dans les rues du village grâce à l’association Couleurs d’Aquitaine. Malgré l’extrême chaleur de ce mois d’août, une vingtaine d’adultes et d’enfants ont participé. Ce fut une belle réussite et cette manifestation sera reconduite.

    Organisée également pour la 1ère année, les visites croisées en partenariat avec les communes de Soumensac et de Loubès-Bernac. Une réussite que nous devons à Benoît Boucard-Mussini de Soumensac, historien instigateur du projet.

    La soirée photo baptisée Atelier Mémoire a été un succès pour cette deuxième année. Il n’est pas envisagé d’en programmer une troisième pour le moment. Cette rencontre serait plutôt à renouveler dans 2 ans.

    Comme chaque année, nous avons contribué à l’embellissement de la commune par la mise en valeur du passage situé entre l’église et le presbytère. Le dégagement du lierre sur les imposantes grilles permet maintenant aux touristes qui visitent le village de comprendre que cette ruelle n’est pas privée. L’achat et la mise en place de vasques fleuries sur les piles du portail ont fait partie des investissements de l’année ainsi que l’achat d’un rhododendron et d’un lagerstroemia que les employés municipaux ont planté en fin d’année. »

    La bibliothèque ou point-lecture

    En l’absence de Françoise Ivars, secrétaire et responsable de la Bibliothèque/Point Lecture, section des Amis de la Sauveté, la présidente poursuivait en informant l’assistance que la bibliothèque avait demandé son retrait du biblio-résô. Cet espace convivial continuera de recevoir les lecteurs inscrits en leur proposant un choix de livres conséquent grâce aux nombreux dons et l’achat de nouveautés.

    Martine Brosse, trésorière de l’association, prenait la parole pour faire le bilan financier. Les comptes sont équilibrés malgré plusieurs dates aux entrées gratuites ou des manifestations sans compensations financières telles que le goûter de Noël offert aux enfants de l’école pour les remercier de leur visite mensuelle au point-lecture.

    Projets pour 2019

    Les repas de saison, Jimboura, Soubernade et Citrouille, seront reconduits ainsi que les randonnées du printemps et de l’été ou encore le Feu de la St Jean. Un concert est programmé pour le vendredi 31 mai. Il permettra de réunir la chorale Trait d’Union de Lauzun à la chorale Kanérien Kimperlé de Bretagne. Le concours des peintres dans la rue sera en partie pris en charge par le Comité des Fêtes cette année car il aura lieu le samedi 3 août dans le cadre de la Fête Votive organisée par cette association.

    Il est question que les visites croisées se déroulent cette année avec Soumensac et Eymet. Dates à confirmer mais ces échanges entre communes sont riches et très appréciés. Dans le même esprit, Francine Pandolfo et Martine Brosse proposeront une visite guidée aux enfants de la classe du village. Initiative approuvée par leur professeur Stéphanie Ledoux.

    Quant à l’embellissement du village, il portera sur le fleurissement de ce passage situé entre église et presbytère puisqu’il est emprunté par les touristes qui suivent le plan de la visite guidée numérique ou papier. Les employés municipaux ont commencé le travail du sol. Les plantations se feront en régie fin mars, début avril. Le financement sera partagé avec la municipalité.

    Même fonctionnement pour le point-lecture. Accueil le mercredi après-midi pour tous. Pour choisir un livre ou jouer au scrabble. Accueil des enfants de la classe de La Sauvetat un vendredi par mois.

    Pas d’élection cette année. Chaque membre du bureau garde son poste et la réunion se terminait par le traditionnel pot de l’amitié.

  • La fête du cochon passe par le jimboura

    Photos de Germain Sauron, membre des Amis de la Sauveté et 1er adjoint au Maire de la commune.

    Dans le cadre des recettes du patrimoine culinaire lot-et-garonnais, voici terminé le dernier repas de saison des Amis de la Sauveté. Il s’agit du repas jimboura qui correspond, en principe, à l’approche du printemps !

    Quoiqu’il en soit, la présence de quelques 80 convives attestait du plaisir éprouvé à la dégustation de ces plats autrefois mitonnés par nos grands-mères. Parmi les gens présents, des sauvetatois de longue ou de plus récente date, ces derniers ayant adopté ces recettes nouvelles pour eux, notamment les anglophones, mais qu’ils apprécient énormément.
    Plus surprenant mais gratifiant, grâce à l’accent mis sur ces repas d’antan via les moyens modernes que sont le blog/site et les réseaux sociaux, nos cuisinières ont eu la fierté d’accueillir un groupe venu de la Gironde et même de l’Ain !

    Petit retour sur l’histoire de la région. Le jimboura marque l’époque des cuisines de cochons dans nos campagnes s’étalant généralement de la Toussaint au début du printemps. Cette soupe se fait avec l’eau de cuisson des boudins à laquelle on rajoute de nombreux légumes. La marmite étant toujours bien garnie, il était coutume de faire le tour des fermes pour distribuer le jimboura et du boudin frais à tout le voisinage. Ces grandes cuisines, qui duraient deux ou trois jours, étaient synonymes d’abondance et de convivialité puisque chaque ferme procédait ainsi permettant d’étaler les festivités sur tout l’hiver.

    Remercions chaleureusement les responsables féminines de l’Association des Amis de la Sauveté et leur présidente Francine Pandolfo qui passent tant de temps à la préparation de ces repas traditionnels. Il est heureux de voir que quelques « presque jeunes » du Comité des Fêtes viennent peu à peu prêter main-forte. Car nos mamies, quasiment toutes arrière-grands-mères, ont bien du courage à organiser de telles rencontres. Chapeau bas mesdames !

  • Jeux de société et crêpes partagés pour la chandeleur

    Compte rendu et photos de Martine Brosse, conseillère municipale et trésorière de l’Association des Amis de La Sauveté.

    Chaque année, à l’occasion de la Chandeleur, l’équipe de Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté, transforme la salle de la Maison des Loisirs de La Sauvetat du Dropt en salle de jeux.

    C’est ainsi que samedi 2 février, de nombreux participants venus de La Chapelle, St Avit, Caubon St Sauveur, Eymet et Puymiclan sont venus gonfler le petit effectif des Sauvetatois réunis pour cette soirée comptabilisant 23 joueurs, dont 10 de La Sauvetat.

    Ambiance chaleureuse, festive et ponctuée de grands rires entraînants. Pas de mauvais joueur et pas de triche mais beaucoup de concentration et des discussions passionnées dans des langues variées parmi les invités puisque passant du français, à l’anglais et au néerlandais. Parmi les jeux choisis, belote, rami, rumikub ou scrabble.

    Vers 22h, la soudaine effervescence dans le coin cuisine faisait apparaître de quoi redonner de l’énergie aux participants. Confectionnées maison par les dames de l’association, des crêpes bien sûr mais aussi des merveilles et, portées par un visiteur, de singulières croquettes. Mais ne vous y trompez pas, bien qu’elles en aient l’aspect, ces croquettes n’ont rien à voir avec celles que nous donnons à nos animaux de compagnie. Elles sont de petits gâteaux sans lactose au délicieux goût de cannelle confectionnés par Rinus, sauvetatois néerlandais, en raison de son allergie.

    Après s’être régalés et réhydratés avec des boissons chaudes ou du cidre, les joueurs revigorés prenaient à nouveau place devant leurs adversaires.

    Une belle soirée qui s’est achevée vers minuit. Certains de La Sauvetat ont promis de se déplacer à leur tour le 22 février à Caubon pour participer à leur concours de belote.

  • La succulente cucurbitacée

    Second repas de saison organisé par Les Amis de La Sauveté avec cette fois-ci la citrouille. Seulement en soupe pour cette année mais si bonne avec ce petit hachis ail et persil sur la fin de cuisson et un assaisonnement impeccable. Les assiettes se sont regarnies plusieurs fois. Preuve que les invités se sont régalés.

    Parmi les convives, de nombreux sauvetatois de longue date ou d’adoption pour les britanniques et néerlandais, des convives des communes voisines, habitués ou nouveaux venus et, moins fréquent, mais les océans sont de nos jours très vite franchis, un couple de québécois en vacances que l’on retrouvait affairé dans la cuisine pour donner un coup de main. Pour situer le couple dont il s’agit, Pascale et Christophe Pandolfo-Alary sont respectivement la fille de la présidente des Amis de La Sauveté et son gendre originaire de Bergerac. Tous deux étaient enchantés de retrouver les gens du village qu’ils ne voient qu’occasionnellement.

    C’est ainsi que l’on retrouvait Christophe, chef et professeur de cuisine franco-québécois, au barbecue avec son beau-frère puis au côté de Régine, la bouchère du village en retraite pour la découpe des rôtis de bœufs. Un bel échange de procédés qui mit de la gaieté dans la cuisine.

    La soirée se terminait dans la bonne humeur et la promesse de revenir pour le Jimboura de février. En attendant, Les Amis de La Sauveté sont réquisitionnés pour aider le staff du Comité des Fêtes à l’organisation du Marché de Noël de début décembre. Une entente fructueuse qui ne se dément pas et qui permet d’animer le village sereinement.

  • Mémoire du village en images

    Du rire et de l’émotion pour cette soirée de projection

    Pour cette deuxième séance, l’Atelier Mémoire des Amis de La Sauveté est à classer parmi les manifestations très appréciée. C’est sur une idée du club photo Objectif Duras, alors présidé par Michel Michelot, et le travail de montage de Francis Secco, membre du club et sauvetatois, qu’un premier rendez-vous avait réuni du monde en octobre 2017. Ce 20 octobre 2018, le diaporama retraçant une partie de l’histoire contemporaine du village a fait se déplacer des sauvetatois résidents ou qui le furent du temps de leur jeunesse.

    La présidente des Amis de La Sauveté, Francine Pandolfo, est aussi l’animatrice de ces soirées puisqu’elle est née dans le village voilà plus de sept décennies. Et bien qu’elle ne cédât point son micro, enthousiasmée par l’intérêt ressenti dans la salle, elle fut largement secondée par tout ceux qui se retrouvèrent sur les photos et qui, tant bien que mal, réussirent à nommer tous les élèves qui fréquentaient alors l’école. Parmi eux, mais nous parlons là d’une époque récente, Jean-Luc Gardeau, actuel Maire de La Sauvetat du Dropt que l’on retrouvait quelques photos plus tard en guitariste de rock dans un groupe au look très british.

    Au cours de la soirée, on vit se dérouler les fêtes du village où se rassemblaient beaucoup de monde. Le comice agricole, les concours de pêche à la ligne, la course aux canards dans le Dropt qui engendra les rires de l’assistance à la vue des jeunes gars en maillot, la fête des chars fleuris avec un hommage particulier à Jean Guillerm en présence de ses 3 enfants venus pour l’occasion, les landies en costume blanc … Les équipes de foot des débuts, les travaux dans l’Avenue de Grammont à la fin des années 90, de nombreuses photos du village autrefois, avant 1917 puisque l’église possédait ses clochetons puis après cette date puisqu’ils furent emportés par un ouragan, l’ancienne halle en bois remplacée par une halle en fer puis par un espace vert et un parking, La photo de Pascal Jolibert, en tablier blanc devant la boucherie familiale, la tragédie du moulin racontée avec émotion par Jean-Pierre Ménini qui avait 9 ans en 1952 et qui fut témoin du dramatique accident qui coûtât la vie du meunier de l’époque alors très actif pour la commune. Les commerces plus nombreux qu’aujourd’hui, le bar-restaurant de la Paix qui, s’il a changé de nom, n’en reste pas moins au même endroit, la gare et son restaurant situés sur la commune d’Agnac pourtant, le poste électrique imposant déjà… Plus de deux heures de souvenirs qui se poursuivirent autour d’un verre et de pâtisseries.

    L’association des Amis de La Sauveté tient à remercier Francis Secco et le club Objectif Duras pour leur aide précieuse. Ainsi que tous les acteurs improvisés de la soirée qui ont spontanément pris la parole pour faire part de leurs souvenirs. Une soirée qui pourrait se reproduire l’année prochaine si des photos encore cachées ici et là étaient prêtées à l’association le temps de les scanner. Pensez-y …

  • La mémoire du patrimoine culinaire

    Sauvegarder et transmettre les recettes du patrimoine culinaire de notre terroir

    Les Amis de La Sauveté, sous la houlette de leur présidente Francine Pandolfo, ont commencé leurs repas de saison en offrant ce samedi 6 octobre la fameuse soubernade. Comprenez soupe épaisse de haricots coco cuits avec des couennes et servie avec des saucisses grillées.

    Certains diront que rien ne change mais ne faut-il pas sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettre l’ouvrage? La formule est bonne parce que la soupe l’est aussi. La salle bien remplie en est la preuve. Elles ont entièrement raison ces dames de l’association de vouloir sauvegarder et transmettre ces recettes de notre patrimoine culinaire. Elles font partie de notre terroir et de notre histoire.
    Odette, toujours fidèle au petit cahier de recettes de Mémé Marie, s’applique et s’inquiète. Mais, tandis que chacun s’installe et prend sa place, elle goûte et secoue la tête. « Hum, elle est bonne »! Soupir de soulagement des mamies qui l’entourent. Si Odette est satisfaite, les nombreux convives le seront aussi.

    Peu importe les années, nos mamies ont la pêche

    Il faut en parler de nos mamies qui œuvrent sans relâche pour animer le village. Actives dans leur association baptisée Les Amis de La Sauveté, elles proposent, outre ces repas de saison, des visites du village, des randonnées, des concerts ou des soirées photos. Mais elles s’impliquent en plus très activement lors des manifestations organisées par le Comité des Fêtes. Infatigables et toujours disponibles.

    C’est peut-être pour cette raison que depuis quelques temps des jeunes s’immiscent officieusement dans leur association et viennent mettre la main à la pâte. Reconnaissants et de toute façon, toujours enchantés de partager ces moments de convivialité. Parce que, dans nos petits villages ruraux, la convivialité a tout son sens. Elle est le ciment entre les générations et se ressent agréablement autant parmi les nombreux visiteurs des longues tablées qu’au sein de la poignée de bénévoles qui s’activent à l’arrière de la scène.

    Le prochain rendez-vous mettra la cucurbitacée à l’honneur. Retenez la date du samedi 3 novembre si comme les cordons-bleus des Amis de La Sauveté vous respectez le rythme de la nature en cuisinant des légumes de saison produits localement.

  • Nos bourgs ouvrent leurs portes pour des visites guidées

    La photo 1 a été prise cet hiver à Soumensac lors de la 1ère rencontre entre Francine Pandolfo, Benoît Boucard-Mussini et Michel Rivière (de gauche à droite). La seconde, prise lors de la seconde rencontre avec les 3 guides ainsi que Joël Kleiber, Maire de Loubès-Bernac et Isabelle Janssen, membre des Amis de La Sauveté, est de Guy Brunetaud, correspondant local du journal Le Sud-Ouest. 

    Visites croisées pour des bourgs voisins

    C’est à la demande de Benoît Boucard-Mussini, archéologue et historien de formation, vivant dans le village de Soumensac, président de l’Association Les Amis de Soumensac, que se sont réunis pour la seconde fois Francine Pandolfo de La Sauvetat du Dropt, présidente des Amis de La Sauveté ainsi que Joël Kleiber et Michel Rivière, respectivement Maire et conseiller municipal de la commune de Loubès-Bernac.

    Benoît, Francine et Michel proposent des visites guidées régulièrement dans chacun de leur village. Autour de l’histoire telle qu’ils l’ont découverte dans les nombreux essais historiques ou dans les archives mises à leur disposition mais aussi celles des anecdotes souvent truculentes d’hier à aujourd’hui. C’est donc bien 3 visites gratuites d’1h30 environ qui seront proposées dans chacun de ces villages.

      • Le samedi 9 juin à Loubès-Bernac. Michel Rivière vous donne rendez-vous à 18h devant la mairie.
      • Le samedi 16 juin à Soumensac avec Benoît Boucard-Mussini. Rendez-vous à 18h devant l’église. La visite pourra se poursuivre jusque tard dans la nuit pour ceux qui le désirent puisque c’est aussi la date de la Fête de la Musique dans le village de Soumensac.
      • Le vendredi 22 juin à La Sauvetat du Dropt avec Francine qui vous donne rendez-vous à 18h Place du Moulin (près du Proxi). La visite pourra se terminer pour ceux qui le souhaitent par un pique-nique tiré du panier sur La Prairie des Croquants suivi du Feu de la St Jean.
        Free guided visit commented by Lesley for english speaking visitors. This visit can be followed by a picnic brought with you to enjoy then the St Jean Fire organised by Les Amis de La Sauveté on the Prairie des Croquants.

      Les représentants des villages de Loubès-Bernac et de La Sauvetat du Dropt se félicitent de cette initiative prise par Benoît Boucard-Mussini. Cet échange ne peut qu’être fructueux et rapprocher des associations qui œuvrent dans le même but, celui de sauvegarder l’histoire et le patrimoine de leur village.

       
  • Acte de vandalisme … autorisé !

    A La Sauvetat du Dropt, des vandales connus mais approuvés par la Mairie!

    Nous l’annoncions dans un précédent article, Les Amis de La Sauveté ont obtenu l’autorisation du Conseil Municipal de dégager les grilles du portail qui se trouvent entre l’église et les logements communaux de l’ancien presbytère. Par le fait, derrière cette entrée jusque là encombrée de lierre et autre arbustes spontanés, se trouve un passage public que les promeneurs pensent privé alors qu’il est le parcours préconisé du circuit numérique menant de la Place du Prieuré à l’Église St Germain.

    C’est donc armée d’une grosse cisaille et d’une scie à bûches que Francine Pandolfo, présidente des Amis de La Sauveté et sa secrétaire adjointe, attaquaient le chantier avec détermination ce dimanche 20 mai après-midi. La première surprise fut de constater que les pieds de lierre énormes et enchevêtrés dans les grilles depuis des décennies seraient très longs à couper avec la scie. C’est alors que vînt à passer l’ami Dédé avec sa tronçonneuse! Une idée lumineuse qui permit à ces dames de poursuivre le travail de dégagement mieux et plus vite. Inconvénient de l’outil adéquat, le bruit, qui fit sortir de la maison située de l’autre côté de la rue le vice-président du Comité des Fêtes, Alain Crossoir. Pas pour se plaindre, et non, mais pour mettre la main à la pâte!

    Finalement, c’est avec une équipe de 4 ouvriers que le chantier fut terminé en un temps record! Végétation dégagée, chargée sur la benne d’un camion et emplacement nettoyé. Ils eurent même la surprise de découvrir une vasque scellée au dessus d’une des piles du portail faisant cogiter ces dames qui proposeront au bureau de l’association d’y mettre des fleurs.

    Nul doute que les habitués du Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises situé face à cette entrée ne soient surpris dès demain matin à l’heure du café. A la place de l’îlot de verdure, on peut apprécier maintenant la belle facture des piles en pierre du portail et redécouvrir l’ancienne pompe à eau ainsi que la plaque commémorative de la naissance de Grammont. Une opération réussie, donc, qui marque le début des travaux d’embellissement de ce secteur du village puisque des ganivelles sont prévues devant les jardins des habitants de ce passage public pour préserver leur intimité et que des massifs de fleurs seront plantées contre l’église.