• Le Comité des Fêtes s’active pour les festivités de Noël

    Le Comité des Fêtes et son président Peter Cain, secondé par Jacques Foglia et son association des Amis de la Sauveté, ont enclenché le compte à rebours puisque les Marché de Noël, Vide-greniers, Brocante auront lieu le dimanche 4 décembre avec un large choix de produits du terroir et de nombreux stands de créateurs.

    Toute la journée, il sera possible de se restaurer. Au menu, une bonne soupe de citrouilles, des huîtres, des grillades, des frites et du vin chaud. Les desserts seront à choisir parmi les stands présents.

    Côté animations, la boutique Accordons-nous sera installée toute la journée dans la Maison des Loisirs pour faire découvrir des jeux de société. L’accès est gratuit pour le plaisir des petits et des grands. Et le studio d’enregistrement Home Studio ADM fera des démonstrations d’enregistrement des voix au sein du Marché de Noël. Sur ce même stand, les rappeurs des As du Mic vendront les tableaux d’Octobre Rose au profit de la recherche contre le cancer.

    Le Père Noël fera une première virée en fin de matinée avant l’apéritif et dans l’après-midi pour conduire les enfants sages vers un goûter offert par le Comité des Fêtes.

    Il reste des places pour ceux qui souhaiteraient exposer.

    Renseignements et inscriptions

    • Pour le Marché de Noël qui aura lieu dans la salle des sports, il faut être producteur du terroir ou artisan créateur ou faire partie d’une association en relation avec la création. Pour en savoir plus, appelez Carmen au 05 53 79 91 49.
    • Le Vide-greniers / Brocante se tiendra uniquement à l’extérieur. Devant et autour de la salle des sports. Pour vous renseigner, appelez Carole au 06 02 22 60 28.
  • La bonne soupe cucurbitacée des Amis de la Sauveté

    Photos de Jean-Paul Mothes, 4ème adjoint à la commune.

    « Au revoir et merci beaucoup pour ce délicieux repas ! ».

    C’est la phrase gaiement lancée par la quasi totalité des gens venus profiter du savoir-faire culinaire des diligentes dames de l’association des Amis de la Sauveté. Et c’est vrai ! De la soupe de citrouille aux nombreux desserts maison également à base de cucurbitacées, le repas fut un délice pour les gourmets et les gourmands.

    Les convives étaient accueillis par le président Jacques Foglia. Si ce Dauphinois adopté dans le village depuis une dizaine d’années n’a pas eu son mot à dire quant à la confection de la soupe, il était bien présent dans l’après-midi pour obéir aux ordres de ces dames en pelant, épépinant et coupant les nombreuses citrouilles amassées en vue du festin.

    Parmi les gens venus se régaler, des habitués dont le groupe des cyclistes sauvetatois, plusieurs Gavaches du village et d’ailleurs avec une petite communauté britannique et un grand groupe de Néerlandais enchantés dont certains maintenant installés sur les hauteurs du village. N’oublions pas la Russie avec la présence de Katia.

    Les desserts, confectionnés par plusieurs personnes du village et même par Christine du P’tit Panier du Dropt, ont été très appréciés. Quelques recettes sont disponibles sur les documents qui suivent … Peut-être participerez-vous à votre tour l’année prochaine à ce repas de saison ?…

    Le prochain est programmé pour le mois de mars avec le Jimboura. En attendant, vous pourrez déguster la soupe à la citrouille des Amis de la Sauveté lors du Marché de Noël du Comité des Fêtes qui aura lieu le dimanche 4 décembre dans la salle des sports.

     

  • Délicieuse Soubernade des Amis de la Sauveté

    Un peu boudée la Soubernade des Amis de la Sauveté et pourtant, de l’avis des gourmets et gourmands présents, elle était bien réussie ! C’est en effet un petit comité d’une quarantaine de personne qui s’est retrouvé à partager cette soupe de haricots-couennes que nos anciens cuisinaient si souvent. Un plat traditionnel apprécié des ruraux locaux comme des sauvetatois plus récents venant de l’étranger.
    En fin de repas, l’ami Rinus et sa compagne Sylvie prenaient leurs instruments de musique pour un show impromptu rejoints par les voix de certaines convives.

    Si l’accueil de la soirée était fait par Francine, ancienne présidente, c’est que Jacques Foglia, son successeur, était indisposé. On lui souhaite un prompt rétablissement. Il sera de nouveau présent pour le prochain repas de saison : le repas citrouille fixé au samedi 19 novembre.

  • Une soirée enchanteresse grâce à la conteuse Chantal Constant

    S’il n’y a pas eu foule pour la soirée contée de ce vendredi 23 septembre, le public a ouvert grand ses oreilles pour se laisser embarquer par les contes sur la folie d’aimer de Chantal Constant.

    Une conteuse loin d’être étrangère à la commune de La Sauvetat du Dropt comme elle l’expliquait en préambule de la soirée. En effet, bien qu’elle soit née à Madagascar, ses grand-parents côté maternel habitaient le village où elle passait ses vacances et était parfois scolarisée pour quelques mois dans l’école qui se situait alors dans le bâtiment qui tient lieu de Mairie aujourd’hui.
    Elle était invitée par l’Association des Amis de la Sauveté et plus particulièrement par son amie Martine Brosse, responsable du Point Lecture et conseillère municipale.

    Les présentations étant faîtes, Chantal Constant, tenue colorée, cernée de la chaude lumière de bougies pour rajouter du mystère aux récits, déroulait des contes tous plus captivants les uns que les autres. Des contes sur la folie d’aimer qui emmenaient le public dans des paysages de savane, près de cases où l’on pile le mil … La parole est fluide et les gestes harmonieux. Chantal captive l’auditoire qui opine du chef pour approuver ou qui s’indigne et se rebelle de ces histoires merveilleuses qui, finalement, racontent la vie.

    Chaque conte était chaudement applaudi. La soirée se terminait par le verre de l’amitié servi avec de délicieuses pâtisseries faîtes maison par les membres des Amis de la Sauveté qui avait initié la soirée. Petit clin d’œil au couple de Baleyssagues venu en voisin se régaler du talent de la conteuse. De bon souvenirs pour le monsieur, lui-même conteur amateur.

     

  • Les Gavaches se présentent au cours de La Sauvetat sans Frontière !

    Samedi 17 septembre, l’Association des Amis de la Sauveté conviait les nouveaux résidents sauvetatois à se présenter à travers leur pays ou leur région de France d’où ils sont originaires. C’est avec ces mots que Jacques Foglia, président de l’association, prenait la parole avant de céder la place à Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau qui souhaitait la bienvenue aux nouveaux résidents en leur donnant le nom de Gavache.

    Il était bien sûr indispensable de donner la définition de cette appellation si souvent utilisée dans le village de La Sauvetat du Dropt. Il faut remonter au Moyen-Âge entre le XII° et le XV° siècle pour retrouver ce terme employé pour désigner les étrangers venus de la Saintonge, du Poitou et de la Vendée alors qu’ils étaient appelés par les Seigneurs pour repeupler les régions ruinées par les guerres, les épidémies ou les famines. Comme l’expliquait Jean-Luc Gardeau, si ce terme était péjoratif à cette époque, il est repris aujourd’hui pour les gens venus d’ailleurs de notre village avec respect et de façon tout à fait conviviale. C’est ainsi qu’il leur souhaitait la bienvenue !

    Et la soirée commençait par les exposés Gavaches avec Diane venue de Kettering en Angleterre. Ville du Northamptonshire d’environ 66 000 habitants, qui a vu l’installation des Romains en raison de la présence de minerai de fer dans son sous-sol. Puis l’industrie s’est développée. La ferronnerie, la laine puis l’implantation d’usines dans lesquelles se fabriquaient des bottes et des chaussures. Commerces prospères pendant les guerres puisqu’on y fabriquait les bottes des soldats mais qui déclinaient jusqu’à fermer durant les années 70 en raison d’une importation de bottes et chaussures moins chères de l’étranger. Diane associait alors l’histoire des usines de chaussures de Kettering avec celle des usines de chaussures de Miramont de Guyenne qui connut le même au cours de la même période.

    Ensuite, Houria prenait la parole. Née à Paris dans le 13°, comme son nom ne l’indique pas, Houria, de père algérien et de mère belge, maman de 4 beaux garçons a décidé de se rapprocher de ses petits enfants bordelais. Jeune retraitée de l’enseignement, Houria qui aimait transmettre a finalement fui un métier qui ne ressemblait plus à celui qu’elle aimait tant. Installée à La Sauvetat depuis 2 ans, elle se consacre à sa passion pour la création et ouvrira les portes de son atelier d’art le dimanche 2 octobre. Peinture, modelage et céramique seront exposés. Il vous sera possible de vous exercer à une technique ou d’assister à une démonstration artistique.

    En suivant, départ pour les Pays-Bas avec Rinus, vêtu d’une chemise orange, couleur identitaire de son pays. Installé depuis quelques années sur une petite exploitation agricole sur laquelle il élève des moutons et produit du miel, Rinus raconte sa vie aux pays des digues et des tulipes, fait le tour des nombreux métiers qu’il a exercé pour en revenir toujours à sa passion qui est la musique. Il invitait d’ailleurs les spectateurs à reprendre les karaokés qu’il organise aux bar-tabac-restaurant des Fées Gourmandises dès le vendredi 30 septembre.

    Le voyage se poursuivait très loin puisque Lynda la britannique nous emmenait en Inde et plus précisément à Jaipur où elle exerçait pendant de nombreuses années le métier d’ergothérapeute. Métier difficile puisqu’elle côtoyait de nombreux meurtris de la vie, des handicapés souvent privés de plusieurs membres pour lesquels étaient fabriqués des tricycles adaptés.
    Venue il y a 16 ans en France pour visiter son frère qui vivait à Eymet, elle réalisait qu’il lui serait possible de vivre dans le secteur tout en poursuivant son rêve de travail en Inde. Après avoir restauré et vécu dans une maison à Lavergne, elle décidait de chercher un antre plus petit et cosy. C’est par hasard en emmenant son jeune teckel faire la connaissance d’une jeune chienne de même race chez ses boulangers vivant à La Sauvetat qu’elle entrait dans la maison où elle réside depuis maintenant 7 ans !

    Après les Pays-Bas, passage par la Belgique avec Léandre et Éléanore respectivement âgés de 13 et 11 ans. Un bel exposé où l’on apprenait la vie trépidante et festive de la ville de Liège où ils sont nés ainsi que leur frère et sœur avant de s’échapper vers la campagne française pour avoir une vie plus calme et équilibrée. Il y a 7 ans, c’est après avoir visité une trentaine de maisons en quelques jours que leurs parents Stéphanie et Hugues décidaient de poser leurs bagages à La Sauvetat. Depuis, ils ont créé la boutique de jeux Accordons-Nous et sillonnent marchés et fêtes locales pour des rencontres ludiques qui réunissent adultes et enfants.

    La soirée se poursuivait en accueillant Katia la Russe. Née à Moscou, fille et petite-fille de diplomate ayant décroché un diplôme d’architecte à Moscou puis ayant fait des études linguistiques à Genève où elle avait suivi ses parents, Katia, passionnée d’histoire d’art et d’architecture présentait les monuments de sa ville natale et les lieux qu’elle fréquentait en expliquant que malgré le rideau de fer, elle avait accès à un cinéma qui diffusait les films du monde entier où elle découvrait petite les Walt Disney puis plus tard, les œuvres de Fellini ou les westerns ! C’est à Genève qu’elle rencontrait son mari français et qu’après de nombreuses années de voyage à bord d’un voilier, le couple posait ses valises à La Sauvetat grâce à la découverte de la région par un ami lot-et-garonnais.

    Puis, une « vieille » Gavache se levait à la grande surprise de son époux pour raconter à l’assemblée le pourquoi de sa vie sauvetatoise. Régine, jeune fille de La Roquille en Gironde, racontait le jour de ses fiançailles avec Jean-Pierre, Jojo pour les intimes, et la question souvent posée des deux familles : « A quand le mariage ? » à laquelle était inlassablement répondu « Nous ne savons pas !« .
    Mais 15 jours après, Jojo le boucher revenait voir sa belle alors secrétaire chez un notaire pour lui dire : « Il faut que l’on se marie ! J’ai acheté une boucherie à La Sauvetat !« .
    C’est ainsi que Régine dévoilait aux spectateurs des photos de mariage et de leur jeunesse. Elle en profitait pour justifier une démarche parfois hésitante dans les rues du village, non pas due à un état d’ivresse mais à la maladie de Parkinson.

    La soirée se terminait par un retour au Royaume-Uni avec le couple formé de Jo-Ann et Doug. Né en Écosse où il résidait jusqu’à l’âge de 17 ans avant de s’engager dans la Marine Royale, Doug rencontrait Jo-Ann en Angleterre. Ils ont déménagé plusieurs fois de la Cornouaille plus au centre du pays et montrait de belles photos de campagne vallonée et verdoyante ainsi qu’une ruine de château magnifique. C’est avec le désir de vivre en France au sein d’une communauté sans être isolés à la campagne qu’ils posaient leurs valises dans le village de La Sauvetat, dans la belle maison renaissance de l’Avenue de Grammont où ils accueillent des touristes dans leurs magnifiques chambres d’hôtes de la Maison de la Tour.

    Après avoir écouté ces morceaux de vies, les spectateurs se dirigeaient vers une table garnie de douceurs faîtes par les Gavaches suivant les traditions du pays qu’ils représentaient. Une belle découverte de saveurs très appréciée tandis que d’autres allaient observer les objets installés sur les tables où le fin service à thé en porcelaine britannique côtoyait le samovar russe, où les tabliers de boucher se dressaient derrière les sabots de Hollande et où trônait bien sûr la photo de la Reine Elizabeth d’Angleterre …

    Jacques Foglia reprenait la parole pour remercier les participants, parler du plaisir de cette rencontre et annoncer que d’autres dates seraient programmées pour apprendre à connaître les Gavaches, ces gens venus d’ailleurs résider dans notre village.

  • Les Amis de la Sauveté nettoient l’Église St Germain avant le concert

    Photos de Aurélien, photos et texte de Martine.

    Jacques Foglia a réuni une équipe joyeuse et besogneuse pour préparer l’Église St Germain au concert du 10 septembre. Beaucoup de travail, elle n’a subi un tel sort depuis longtemps … depuis avant le confinement en fait ! Une boisson fraîche prise au Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises récompensait ce bel effort.

    Notons la présence d’une toute jeune bénévole, Victoire, fille de la conseillère municipale Maëlle Fleury et petite-fille d’Hélène Valdevit, employée municipale, est venue gaiement mettre la main à la pâte !

    Le travail n’est pas achevé. L’édifice est imposant et la hauteur vertigineuse. La municipalité a fait appel à l’entreprise Talian Propreté pour traquer les toiles d’araignées nichées au plus haut. Le choix de cet établissement n’est pas un hasard puisque Johan Framarin, à la tête de l’entreprise bien connue dans le secteur est un ancien sauvetatois, fils de Yolande et Joseph, eux-mêmes membres des Amis de la Sauveté !

  • La fête est finie, le Comité des Fêtes remercie les associations du village

    Photos de Marie Requier, membre active du Comité des Fêtes, Alain Bartolo marseillais, membre de diverses associations sauvetatoises, Ian Graham photography ou Guy Brunetaud correspondant du Journal Sud-Ouest.

    Voilà, beaucoup de préparatifs pour une fête qui aura duré deux jours en réunissant plusieurs associations du village.
    Organisée par le Comité des Fêtes mené par le président Peter Cain, la fête votive du premier week-end d’août s’articulait autour de diverses activités.

    Le samedi, la journée commençait par le Concours de Peinture de l’association Couleurs d’Aquitaine reçue par les Amis de la Sauveté et son président Jacques Foglia. Belle participation de 25 peintres amateurs ou semi professionnels dont 13 enfants. Dessins et peintures étaient exposées en milieu d’après-midi avant d’être examinés par un jury composé de Jean-Luc Gardeau, Maire du village, et de trois sauvetatois. Ian Graham photographe, Audrey Chabert peintre et Odette Foglia, épouse du président des Amis de la Sauveté.

    Les gagnants adultes repartaient avec un lot tandis que les plus jeunes, ravis, étaient tous récompensés par un cadeau en rapport avec le dessin ou la peinture. Feuille des résultats à consulter dans la galerie de photos ci-dessous.

    Dans le même temps, bravant la chaleur, se déroulait, sur la Prairie des Croquants, le concours de pétanque amateur du marseillais sauvetatois Alain Bartolo.

    Dimanche, la journée démarrait par le traditionnel vide-greniers/brocante du Comité des Fêtes. Dès 5h, Carole et son équipe accueillaient les nombreux exposants qui s’installaient à l’arrière du village. Bientôt rejoints par les chineurs que l’on vit repartir quelquefois très chargés.

    Dès 8h et durant toute la journée, la boutique sauvetatoise Accordons-Nous, spécialiste du jeu en tout genre, s’installait dans la Maison des Loisirs pour faire découvrir gratuitement et en se divertissant de nombreux jeux de société au public de passage. Peu de fréquentation mais un public averti qui suivra dorénavant Stéphanie et Hugues au cours des nombreuses dates programmées sur le territoire tout au long de l’année.

    Les Amis de la Sauveté revenaient sur la scène avec une randonnée pédestre de 6 km guidée par Joseph Framarin. Il était félicité au retour par les marcheurs et Jacques Foglia, président de l’association, pour avoir choisi un parcours aux 3/4 dans les bois permettant de profiter de la marche sans subir la chaleur du soleil.
    Quant aux cyclistes de l’US Cyclo Club, ils prenaient la route pour un circuit de 75 km. Une belle performance par ces temps décidément très chauds !

    A 10h, ce sont les pêcheurs qui s’alignaient sur les bords du Dropt non loin des exposants du vide-greniers pour un concours amateur organisé par le président de l’Espoir Piscicole DEMS Jean-Louis Melotti. Parmi les férus de la canne à pêche, on remarquait un parisien ayant des accointances dans le village, et des pêcheurs locaux, jeunes ou moins jeunes.

    L’espace restauration-buvette était investi dès 10h du matin lorsque l’odeur des grillades et des frites se fit sentir. Il est vrai que les tables installées à l’ombre des arbres de la Prairie des Croquants sont toujours une invitation au farniente et à la dégustation !

    C’est dans l’après-midi que les férus de danse se retrouvaient dans la salle des sports pour un Thé Dansant organisé par Odette Sure et son Club du Pont Romain. Plus de 300 danseurs évoluaient jusque tard dans la soirée au son de l’orchestre Los Amigos.

    La fête est finie. Peter et son équipe, tout comme le Maire, bénévole en son village lui-aussi, peuvent souffler et se féliciter d’une bonne fréquentation et d’une sympathique cohésion entre les associations du village.

  • Concours des peintres dans la rue, préparez vos crayons et pinceaux

    Samedi 6 Août, le Concours de « Couleurs d’Aquitaine» revient à La Sauvetat du Dropt, organisé conjointement par les Amis de la Sauveté, la Municipalité avec l’appui technique et expérimenté de l’association Couleurs d’Aquitaine.

    Organisation de la journée

    Cette journée est l’occasion de découvrir le patrimoine local sous toutes ses formes et d’en souligner la richesse. Ce concours est ouvert à tous, débutants comme artistes expérimentés, enfants et adolescents gratuitement.
    Il suffit de se présenter à la Maison des Loisirs entre 8h et 12h pour s’inscrire et enregistrer son support d’expression. Du matériel pourra être prêté par l’association pour les plus jeunes artistes. Il faut impérativement rester sur la commune à la vue de tous pour peindre, dessiner le patrimoine environnant.

    Le retour des œuvres se fera entre 15h et 16h. Un jury, composé de personnalités de la commune, délibérera alors et désignera les lauréats des différentes catégories. La population est invitée à venir contempler l’exposition de ces œuvres à la mairie à partir de 17h.

    A 17h30, aura lieu la remise des prix, offerts par Canson, Sennelier, le Géant des Beaux Arts et des lots offerts par La Sauvetat du Dropt, suivie d’un verre de l’amitié proposé à tous, participants et public.

    Une année faste pour les ados de 13 à 18 ans

    Cette année marque les 13 ans de l’association Couleurs d’Aquitaine qui souhaite ainsi chouchouter les adolescents de 13 à 18 ans qui prendront part aux concours dans leur commune respective. Un bon d’achat de 150 euros primera une des œuvres au niveau régional en fin de saison.

  • Comme un air de Koh-Lanta pour la rando des Amis de la Sauveté

    Accueillis par le président Jacques Foglia, ce sont une vingtaine de marcheurs qui prenaient le départ de la traditionnelle randonnée du 14 juillet des Amis de la Sauveté. Parmi eux, des sauvetatois dont Martine Brosse, conseillère municipale, infatigable pélerine qui menait le groupe, plusieurs membres du club de marche d’Allemans du Dropt, une autre habituée du chemin de St Jacques venue d’Agen et, un des fils de Jacques, Maxence, Maire d’une petite commune de l’Isère du nom de Valjouffrey.

    Cependant cette année, la randonnée fut périlleuse et mouvementée car l’également traditionnelle rando moto-quad du club de Monteton organisée par le sauvetatois Christophe Corain croisait sur plusieurs chemins le parcours tracé par Martine.
    Un peu vexée d’exposer ainsi ses marcheurs dans les sentiers agréablement ombragés mais très étroits serpentant au milieu des bois, Martine prenait la décision de modifier le parcours en cours de route, embarquant son groupe sur de nouvelles pistes peu fréquentées. Finalement, le changement permettait d’admirer une palombière baignant dans la lumière car hautement perchée au dessus des pins, découverte immortalisée par une photo du groupe. Puis de poursuivre par un chemin communal via le hameau de Guillegorce pour arriver, comme prévu, au hameau de Serres où Marie-Jeanne et Robert Arzile, hôtes fidèles et enjoués, avaient dressé devant leur porte une table garnie du goûter des Amis de la Sauveté composé de melons, pastèques et des merveilles de Francine.

    C’est à ce point stratégique qu’il fallut de nouveau modifier le parcours, toujours en raison d’un croisement inévitable avec les engins à moteur. Car, bien que courtois et attentionnés, il n’en reste pas moins que la rencontre avec les motards semblait des plus dangereuses. Finalement, c’est sans encombre que se poursuivait le circuit redescendant par le « rampillou » de l’Avenue du Pied jusqu’à la salle des sports où était dressée la table de l’apéritif.

    Au final, grâce au matériel high-tech d’une marcheuse, les randonneurs apprenaient qu’ils avaient parcouru 11km200, soit 16392 pas ! Ils se rappelleront aussi avoir dû se serrer de nombreuses fois dans les sous-bois pour laisser le passage aux engins motorisés. De son côté, Martine, Jacques et les membres de l’association promirent de prévoir le circuit de 2023 en concertation avec le moto club … parce que Koh-Lanta, c’est quand même mieux à la télé !

     

  • Rando et Feu de St Jean des Amis de la Sauveté

    Vidéo : Aurélien Alias Jarh; photos Isabelle, Martine et Aurélien.

    A La Sauvetat du Dropt, il est une tradition qui ne se perd pas, celle de l’allumage du Feu de St Jean.

    Organisée par l’association des Amis de la Sauveté et son président Jacques Foglia, la fin de journée de ce samedi 25 juin débutait par une randonnée pédestre à laquelle ne répondirent que quelques personnes suite à de nombreux désistements en raison d’une météo capricieuse.
    C’est donc moins d’une dizaine de personnes qui prenaient les chemins de traverse en suivant Martine, pèlerine avertie.

    Le groupe prenait le temps d’observer le paysage grandiose sur les hauteurs avec au loin, le bleu vert du Lac de l’Escourou, passait près de chaumes immenses rayonnant magnifiquement sous un ciel chargé de nuances de gris et de bleus, descendait de petits chemins serpentant entre de beaux arbres centenaires, admirait l’ancien lavoir du hameau de Serres et posait devant le Puits Gavache toujours impeccablement nettoyé par les employés municipaux de la commune bien qu’il en soit très éloigné.
    En chemin, Noëlle venue du Bouscat pour visiter son oncle et sa tante, cueillait quelques épis de blé qui apportent, à l’occasion de la St Jean et selon une ancienne coutume, abondance et prospérité dans les maisons.

    C’est sous une pluie fine que les marcheurs rentraient dans le village, prêts à partager un repas tiré du panier en compagnie d’autres convives venus spécialement pour admirer le Feu de St Jean. L’apéritif était offert par l’association des parents d’élèves du RPI Vallée du Dropt et sa présidente, elle-même dans le groupe de marche, Marie-Laure Nicodémo.
    Parmi les visiteurs, Rinus et Sylvie, de l’association, prenaient leurs instruments pour jouer et chanter quelques airs connus avant le repas. La communauté britannique était représentée par les Gavaches du village et plusieurs membres du Comité des Fêtes dont le président Peter Cain et ses deux vice-présidents discutaillaient autour d’un verre.

    A la nuit tombée, Joseph et Yolande Framarin allumaient le bûcher par eux-mêmes érigé. Fait de sarments, de ceps de vigne et de bois de châtaigniers, il s’en dégageait un beau feu se mettant à crépiter pour le plus grand plaisir des spectateurs qui faisaient une ronde au son de la musique des troubadours cités précédemment. Parmi les visiteurs, Aurélien, jeune employé municipal de la commune, rappeur dans le groupe Les As du Mic qu’il forme avec son frère, admirait ce feu de St Jean qu’il découvrait pour la première fois.

    La soirée se terminait au rythme de l’extinction du brasier alors que la pluie se mettait à tomber, fine et rafraichissante. Le prochain rendez-vous des Amis de la Sauveté est fixé au jeudi 14 juillet pour une autre randonnée programmée en matinée.

  • Les « Vieux Boulons Marmandais » se font raconter le village

    Commentaire et photos de Martine Brosse, conseillère municipale et responsable du Point Lecture, une des guides pour la journée. Autres photos des adhérents aux Vieux Boulons Marmandais.

    Dimanche 15 mai, l’association « Les Vieux Boulons Marmandais » qui réunit des passionnés de vieille mécanique venait visiter le village de La Sauvetat du Dropt, accueillie par trois guides des Amis de la Sauveté dont le président Jacques Foglia.

    Arrivés à bord de voitures de collection et sous un franc soleil, Francine, Martine et Jacques les attendaient sur le parking de la Place du Moulin. Comme très souvent, la visite commençait derrière l’Église St Germain, près de la Place du Prieuré puisque c’est là que sont les origines du village avec l’implantation de religieux vers le VIème siècle.
    Puis, le groupe prenait la direction de la Rue de l’Hospice en passant par le Pont Roman, se dirigeait vers la Place du Temple, passait ensuite au pied de la Tour de Monviel, observait les vestiges de la Porte de Duras via l’Avenue de Grammont puis la Prairie des Croquants pour finir au frais dans l’église.

    Heureux d’avoir découvert la vie et le passé de notre charmant village, les visiteurs sont repartis dans leur belle auto vers Monteton où un bon repas les attendait.

    Les Amis de la Sauveté les remercient de s’être arrêté et de les avoir écoutés. Une remise en piste après ces deux années de restrictions sanitaires qui ne permettaient plus d’accueillir de groupes. Une remise en scène aussi avant l’accueil des nouveaux arrivants du village programmé au samedi 11 juin.

  • Du monde pour faire la randonnée de printemps des Amis de la Sauveté

    Photos des meneuses du grand parcours, Martine Brosse et Marie Requier.

    La randonnée de printemps traditionnelle qui est proposée chaque année la veille de la fête du travail par l’équipe des Amis de la Sauveté a connu cette année encore un franc succès. Ils étaient 44 à partir sur deux chemins qui se séparaient au niveau du lieu-dit Bellone avant de redescendre en direction du Lac de l’Escourou. Un circuit de 8 km en suivant Alain et Marcelle avec un retour par les bois du Purgatoire et de Peyronnette et un de plus de 10 km avec Martine, pélerine confirmée du village que l’on ne présente plus, et Marie qui prenaient le chemin habituel avec un petit arrêt au lavoir de Serres sur la commune de Soumensac avant de reprendre le rampillon caillouteux qui ramène sur les chemins de La Sauvetat. Les deux groupes se retrouvaient à l’intersection de la route venant de Pardaillan.

    Peu de sauvetatois, chacun vaquant certainement à ses occupations, mais des marcheurs des villages voisins Agnac, Soumensac, Miramont, Marmande et Bouniagues, des vacanciers venus passer les fêtes de Pâques dans la région et des nouveaux venus dans le secteur, heureux de découvrir les paysages.

    En guise de récompense, le groupe au complet était accueilli au retour dans la salle des animations où étaient disposés des tables avec soupe à l’oignon et un dessert avec chouquettes et merveilles. Précisons que la soupe à l’oignon, fameuse de l’avis des convives, avait été faîte par Didier Guérin, ancien propriétaire du restaurant Ma Maison qui était situé au cœur du village. Quant aux merveilles, elles avaient expressément été demandées à mamie Francine par les randonneurs habitués des marches sauvetatoises.

    En fin de repas, les Amis de la Sauveté annonçaient que le prochain rendez-vous était fixé au samedi 25 juin à l’occasion du Feu de la St Jean qui sera allumé au retour sur la Prairie des Croquants.