• Un véhicule militaire couché dans un fossé à La Sauvetat du Dropt

    Article paru sur le journal Sud-Ouest du mercredi 16 novembre. Photos du Maire Jean-Luc Gardeau qui s’est rendu sur place suite à un appel de la gendarmerie de Miramont de Guyenne.

    Le véhicule militaire couché dans un fossé, son conducteur rate son permis en Lot-et-Garonne
    Le camion a fait une sortie de route sur la D 19, à la Sauvetat-du-Dropt

    Image insolite à la Sauvetat-du-Dropt, ce mercredi 16 novembre. Un véhicule militaire s’est retrouvé dans un fossé vers 9 h 30, à la sortie d’un virage sur la Départementale 19, sans qu’il n’y ait eu de blessé. Le conducteur devait confirmer son permis, c’est raté…L’incident n’a pas eu d’incidence sur la circulation. L’armée a ensuite engagé ses propres moyens pour dépanner le camion qui servait de véhicule école. Il a été dégagé à la mi-journée.

  • Service de bus depuis l’aéroport de Bergerac

    Une info du site de l’aéroport de Bergerac communiquée par la communauté britannique du village. Le service de bus entre Bergerac et Marmande via Eymet et St Pardoux-Isaac démarre des gares de Bergerac ou de Marmande. Le coût de ces transports est minime.

    BONNE NOUVELLE !

    Nouveauté cette année la région Nouvelle Aquitaine met en place 3 lignes de bus au départ où l’arrivée de l’aéroport !

    Ci-dessous les lignes de bus :

    • Bergerac – Périgueux : Ligne 3 : Bergerac/Périgueux
    • Bergerac – Eymet – Marmande : Ligne 4 : Bergerac/Eymet/Marmande
    • Bergerac – Issigeac – Villeneuve-sur-Lot : Ligne 4A : Bergerac/Issigeac/Villeneuve-sur-Lot

    Chacune de ces lignes passe par la gare SNCF de Bergerac.
    Pour profiter de ces lignes, il faut impérativement réserver avant 17h la veille de votre déplacement.
    Le trajet coûte uniquement 2€30
    RÉSERVATIONS AU : 0970 870 870 (appel non surtaxé).
    Plus d’informations ici : https://transports.nouvelle-aquitaine.fr/cars-regionaux

    GOOD NEWS!

    New this year, the Nouvelle Aquitaine region is putting in place 3 bus lines from or to Bergerac airport !

    Below are the bus routes:

    • Bergerac – Périgueux : Line 3 : Bergerac/Périgueux
    • Bergerac – Eymet – Marmande : Line 4 : Bergerac/Eymet/Marmande
    • Bergerac – Issigeac – Villeneuve-sur-Lot : Line 4A : Bergerac/Issigeac/Villeneuve-sur-Lot

    Each of these lines passes through the SNCF station in Bergerac.
    To take advantage of these lines, you must book before 5pm the day before your trip.
    The journey costs only 2€30
    RESERVATIONS BY PHONE: 0970 870 870 (not surcharged)

    More info on https://transports.nouvelle-aquitaine.fr/cars-regionaux

  • Horaires et tarifs de bus Marmande-Bergerac / Bergerac-Marmande

  • Accordons-nous, une entreprise sauvetatoise dont on parle !

    Article et photo de Marie-Pierre Caris parus sur le journal Le Républicain du 21 avril. Située dans la campagne de La Sauvetat du Dropt, l’entreprise Accordons-nous propose des jeux de société à la vente ou à la location. Mise à mal en raison des mesures sanitaires imposées par le gouvernement, ce communiqué annonce qu’il est possible de contacter Hugues et Stéphanie pour vous faire livrer à domicile jeux et loisirs créatifs qui égaieront vos journées de confinés et celles de vos enfants …

    Lot et Garonne. Ils vendent et louent des jeux de société depuis leur belle campagne

    Stéphanie et Hugues Noël vivent à La Sauvetat-du-Dropt avec leurs 4 enfants. Fans de jeux de société, ils en ont fait leur métier.

    Stéphanie et Hugues Noël ont créé leur entreprise de vente et location de jeux de société, « Accordons-nous! » depuis leur village d’adoption, La Sauvetat-du-Dropt, avec service de livraison, une boutique et du click and collect.

    Ils se sont installés dans la campagne de La Sauvetat-du-Dropt depuis 6 ans, pour une nouvelle vie, avec un nouveau métier à la clef. Ils, ce sont Stéphanie et Hugues Noël, un sympathique couple belge, qui a craqué pour notre beau pays à l’occasion de vacances, il y a une dizaine d’années.

    « On s’était dit qu’on viendrait vivre ici plus tard. C’est donc ce que nous avons fait : on a quitté nos boulots, notre maison, pour vivre ici avec nos 4 enfants et nous réinventer. »

    Et ils vont le faire jusqu’au bout, car leur nouvelle activité professionnelle est insolite par ici : ils vendent et louent des jeux de société.

    Envie de partager

    Dans leur espace boutique, à l’entrée de leur maison, plus de 1.000 références et des boîtes de jeux qui feraient rêver les plus réfractaires tant elles sont belles !

    Ils voulaient faire… société avec les jeux de société ! « Nous n’avions pas du tout envie de faire juste un site de vente en ligne, explique Hugues. Nous voulions faire des animations, travailler avec les associations et les mairies, être sur les marchés, rencontrer des gens… Sauf que nous avons lancé l’activité en février 2020… ».

    Alors, depuis, le couple est quasiment confiné dans sa petite boutique, hormis quelques marchés auxquels il a pu participer.

    Plus de 1.000 références

    Mais pas question d’abandonner, et même pendant les confinements, Stéphanie et Hugues peuvent livrer les jeux, à une bonne vingtaine de kilomètres aux alentours.

    D’ordinaire, la boutique est ouverte deux après-midi par semaine (les mardi et jeudi), et offre un choix exceptionnel : des jeux d’ambiance, de réflexion, de dessin, des jeux pour enfants, d’autres pour ados et adultes, des jeux de stratégie à partir de 2 ans… « Nous évitons les jeux grand public qu’on peut facilement trouver ailleurs. Nous sommes allés chercher quelques éditeurs français, par exemple. Il y a aussi beaucoup de jeux pour 2 joueurs, ou encore des jeux classiques, bien sûr ».

    A la vente, tous les jeux sont neufs, et le couple a développé son catalogue avec les loisirs créatifs et des puzzles. Les jeux en location restent 2 semaines en quarantaine avant d’être de nouveau proposés.

    Quasiment tous ont été testés par le couple.

    « Si on veut conseiller les gens, il faut que nous connaissions les jeux. Et puis, nous ne prenons que des jeux qui ont un sens pour nous, qu’on apprécie. Mais la gamme est assez large ! ».

    Chacun peut en effet y trouver son bonheur, avec les conseils pour le moins éclairés de Stéphanie et Hugues Noël.

    « Accordons-nous ! », site internet : www.accordons-nous.net, Page Facebook : @jeuxaccordonsnous, Tél. : 06.31.39.40.35.

  • Le sous-préfet Afif Lazrak en visite à La Sauvetat du Dropt

    Résumé de la rencontre de Germain Sauron et Jean-Luc Gardeau. Photos de Martine Brosse.

    Mercredi 7 avril après-midi, Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt, accompagné de Germain Sauron, 1er adjoint, Jean-Paul Mothes, 4ème adjoint et Martine Brosse, conseillère municipale, accueillaient le sous-préfet des arrondissements de Marmande et Nérac, Monsieur Afif Lazrak, en poste depuis septembre 2020.

    C’est dans la salle du conseil de la Mairie que Monsieur Gardeau lui présentait le village, un condensé de l’histoire passée et de la vie d’aujourd’hui avant de développer le projet d’acquisition du bien immobilier de Monsieur Simon Brugère en vue de la création d’un habitat partagé de type béguinage. Monsieur le sous-préfet approuvait ce projet qu’il dit être une belle opération de revitalisation du bourg. Pour assurer la faisabilité d’un tel investissement communal, Monsieur Afif Lazrak annonce une aide financière à auteur de 40 % et espère dès que possible une réunion de travail à ce sujet. Ce projet pourrait également s’accorder avec le programme appelé « Petite Ville de Demain » et un outil à disposition des collectivités locales dit Opération de Revitalisation du Territoire (ORT).
    La discussion se poursuivait au sujet du lien de la commune avec la CCPL. Monsieur le sous-préfet insiste sur la centralité de la commune de Miramont de Guyenne et la nécessité de création d’une Maison France Service actuellement en pourparlers au sein de la CCPL.

    Le groupe partait ensuite faire le tour du village avec un arrêt au multiservice P’tit Panier du Dropt et devant l’Agence Postale puis un circuit allant du Pont Roman à la Place du Prieuré où furent expliqués les prochains travaux de création d’un parking, puis la Prairie des Croquants, les stades de foot, la base de canoës, l’aire de jeu, l’école, la salle des sports, la Maison des Loisirs avant d’arriver devant les maisons Brugère dont il était question précédemment pour le projet de béguinage et enfin l’Avenue de Grammont et ses commerces.

    Monsieur le sous-préfet évoquait alors la question de la sécurité et l’intérêt de la mutualisation d’une police communale, à ce jour, seulement présente à Miramont de Guyenne sur notre territoire du Pays de Lauzun. Et enfin, la discussion portait sur le projet d’un PLU groupé avec Agnac, Peyrière, Puysserampion et peut-être Lachapelle. Il rappelait là, l’importance d’avoir un document d’urbanisme. Ce dont la municipalité est tout à fait consciente, le but étant de récupérer des parcelles proches de l’école oubliées dans la carte communale actuelle.

    La visite se terminait dans la bonne humeur et le sentiment d’une rencontre riche et constructive.

     

  • Le silence des cloches intrigue le journal Sud-Ouest !

    Suite à un premier article sur le silence des cloches à La Sauvetat du Dropt paru sur votre blog/site et sur la page Facebook du village, la direction du journal Sud-Ouest d’Agen a demandé à une jeune journaliste de Marmande de venir sur place constater les faits. Nous avons donc eu la chance de recevoir Camille Groc lundi 6 juillet. Le rendez-vous était programmé au Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises comme il se doit, pour la convivialité du lieu et pour la position stratégique face à l’Église St Germain.

    Au comptoir pour cette rencontre, Monsieur le Maire Jean-Luc Gardeau entouré de sauvetatois résidents du bourg venus témoigner des conséquences du silence des cloches ! Parmi eux, Pascal, responsable de l’entretien des stades qui ne débauche plus à l’heure puisqu’il n’a plus de repère; Anne dont les insomnies ne sont plus rythmées par la sonnerie des heures; Martine qui n’entend plus l’Angélus de midi, Jean-Paul, perturbé a dû remettre sa montre ou encore Céline qui accueille dans son bar avec un peu d’avance ou de retard puisqu’elle n’a plus son repère auditif pour ouvrir ses portes entre les deux sonneries de 7h !

    Camille a posé beaucoup de questions et nous avons réalisé que cet incident, que l’on pensait banal, occasionnait une gène bien réelle. Les cloches qui sonnent les heures, de jour comme de nuit, rythment la vie des habitants. Sans cloche, plus de repère ! Le marteau de Marie-Joseph, la plus grosse des cloches pesant 817 kg, ne fonctionne plus entraînant le silence des deux autres cloches puisqu’elles sont liées par un système électrique. La réparation se fera au cours de l’été. La Mairie est en attente d’un second devis.

    Avant de laisser repartir Camille vers d’autres reportages, il lui a été proposé de voir de près les objets du silence. C’est avec enthousiasme qu’elle a grimpé les marches à la découverte du clocher et de ses trois cloches de bronze que Monsieur le Maire et son adjointe n’ont pu s’empêcher de faire sonner à toute volée !

    L’article du Sud-Ouest est paru le 8 juillet sous le titre :« Lot-et-Garonne : à La Sauvetat, la cloche de l’église ne sonne plus, les habitants perturbés ! » Cet article n’est pas visible dans son intégralité si vous n’êtes pas abonnés.

  • Une équipe sauvetatoise à la Farfelue de Marmande

    Photos avant le départ de Anne Lesimple. Photos au cours de la manifestation des organisateurs de La Farfelue.

    La Farfelue, course d’obstacles à Marmande

    C’est parcours pédestre alliant plaisir simple et agréable de la course à pied et l’envie de tester ses capacités physiques et morales dans un genre commando à la portée de tous. Une épreuve pensée pour le plus grand nombre où l’entraide, la solidarité et surtout l’envie de s’amuser et de passer une bonne journée sont les éléments fédérateurs.

    Une équipe sauvetatoise du Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises

    Comme l’année dernière, Céline Dehez et Fred Fesard du Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises, ont participé à la Farfelue sur le thème des métiers. Dans leur équipe de « farfelus barman, barmaid », Sylvie Chambolle, Isabelle René et Mathieu Grannereau de La Sauvetat du Dropt et Thierry Goudelin, conjoint de la coiffeuse du village, venu de St Pardoux-Isaac.

    Sur une distance de 10km, ils ont dû franchir 35 obstacles imaginés avec de la boue, des tuyaux, des filets, de la paille, des murs d’escalades, de l’eau, des structures de glissades, des passages de buses … Au final, des efforts physiques mais aussi une franche rigolade.

  • Portes Ouvertes de la Mission Locale Moyenne Garonne

    La Mairie de La Sauvetat du Dropt vous informe des Portes Ouvertes de la Mission Locale Moyenne Garonne (MLMG) le Mardi 19 Mars de 14h à 17h à Miramont de Guyenne mais aussi Marmande, Tonneins et Casteljaloux.

    But de la MLMG

    Depuis plus de 30 ans, la Mission Locale Moyenne Garonne s’inscrit dans l’histoire d’un territoire pour initialement répondre au manque de formation des jeunes.

    Depuis 1991, les  maires des communes de Marmande, Casteljaloux, Tonneins et Miramont de Guyenne, ont bâtit une structure associative capable de répondre aux problématiques rencontrées par les jeunes, en terme d’emploi, de formation, de santé, de logement, et de mobilité.

    Informations à trouver sur le site de la MLMG

    Sur le site de la Mission Locale Moyenne Garonne, vous trouverez un choix de formation mais aussi les dernières offres d’emploi sur votre territoire et même à l’étranger, les réponses sur les métiers, les entreprises, l’emploi et la formation ou encore la possibilité d’un bilan de santé gratuit. Un site à consulter par les 16 – 25 ans.

  • Concours photo sur le territoire du grand Marmande

    Règlement du concours photo – Ouvert aux 13 / 30 ans

    Dans le cadre de sa participation au projet TERRADOR (programme d’actions en faveur de la jeunesse), l’ADES via son Labo des initiatives (facebook) lance un concours destiné aux 13 / 30 ans. L’objectif est de proposer une photo sur le thème de « Je suis jeune et solidaire sur mon territoire » (voir règlement ci-dessous).

    Un vote – Facebook et lecteurs du Républicain – déterminera les 10 lauréats qui seront conviés à la Soirée des initiatives au mois d’avril 2019, où un vote final déterminera les 3 grands vainqueurs.

    Ouvert sur le territoire de la Moyenne-Garonne, les jeunes du Pays de Lauzun et du Pays de Duras dont fait partie La Sauvetat du Dropt sont admis à participer. Les inscriptions sont possibles jusqu’au 10 mars inclus. Les photos peuvent être prises de jour comme de nuit et faire apparaître le regard que vous portez sur la solidarité. Elles devront être accompagnées d’un slogan, d’une devise, d’un dicton ou d’un proverbe.

    Le règlement complet est à consulter en suivant ce lien Concours Photo « Jeune et Solidaire sur mon Territoire ».

  • Des sauvetatois sautent les obstacles de La Farfelue

    Photos de Anaëlle Meyer, fille de Céline Dehez.

    De gauche à droite: Céline, Sylvie, Fred, Ambre et Isabelle

    Céline, Sylvie, Fred, Ambre et Isabelle

    Qu’est-ce que La Farfelue ?

    Çà se passe à Marmande et c’est une course pédestre « déjantée » alliant le plaisir simple et agréable de la course à pied et l’envie de tester ses capacités physiques et morales, dans un genre de parcours commando à la portée de tous.
    Une épreuve pensée pour le plus grand nombre, où l’entraide, la solidarité mais surtout l’envie de s’amuser et de passer une bonne journée doivent être les éléments fédérateurs.

    35 obstacles à franchir sur une distance de 10km ! De la course bien sûr, de la boue, des tuyaux, des filets, de la paille, des escalades, de l’eau, des glissades, des buses, etc …..

    L’épreuve peut être réalisée en individuel ou par équipe.
    La course se déroule par vagues de 250 participants, espacées d’environ 15 minutes afin de ne pas créer de bouchons aux obstacles.
    Chaque départ de vague sera précédé d’un échauffement de 7mn préparé par Martine et Pascal du Body Karaté de Fourques-sur-Garonne.
    Des consignes, des points ravitaillements et des douches sont mis à la disposition des coureurs .

    Une équipe sauvetatoise de chic et de choc

    Ce samedi 1er septembre, pour sa 6ème édition, une équipe de sauvetatois était inscrite. Vous reconnaîtrez Céline Dehez et Fred du Bar-Tabac-Restaurant Les Fées Gourmandises, Isabelle Marceau, Ambre Framarin de Bûche-Eco (et du stand réunionnais des Soirées Gourmandes) et Sylvie Chambolle de Seyches.

    Les photos d’Anaëlle sont explicites. Fred et ses filles sont fringants devant le bar-tabac au départ, puis fringants encore sur la pelouse de Marmande avant la course. Puis … crottés, boueux, trempés mais toujours tout sourire. Bravo pour cette participation et l’exploit sportif qu’elle représente!

  • Visite du sous-préfet Francis Bianchi

    Monsieur le sous-préfet Francis Bianchi, en poste sur l’arrondissement de Marmande-Nérac depuis juin 2016 était invité par Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt. Visite programmée mercredi 17 janvier où il était accueilli par le premier magistrat de la commune et quelques uns des adjoints et conseillers municipaux.

    Rôle du préfet et sous-préfet

    Après avoir exposé l’historique du village et fait l’état des lieux aujourd’hui, le Maire donnait la parole à Monsieur Bianchi qui rappelait le rôle du préfet et par extension, du sous-préfet.

    Le préfet reste le « dépositaire de l’autorité de l’État dans le département ». Il fait appliquer les lois. Il demeure responsable de l’ordre public : il détient des pouvoirs de police qui font de lui une « autorité de police administrative ». Il est le représentant direct du Premier ministre et de chaque ministre dans le département. Il met en œuvre les politiques gouvernementales de développement et d’aménagement du territoire à l’échelle du département. Le préfet est assisté dans chaque arrondissement par un sous-préfet.

    Parmi les réformes récentes, celle de novembre 2017 concernant la suppression des délivrances de titres que sont par exemple les cartes grises ou permis de conduire pour lesquels il est maintenant demandé d’utiliser la téléprocédure. Cette mesure visant à une diminution des fonctionnaires « papiers ».

    Parmi les missions importantes de la préfecture et des sous-préfectures, la distribution des subventions, les dotations des territoires ruraux. Les expulsions des logements suite à impayés et la coordination de l’ensemble des services du territoire.

    Interrogations des élus sauvetatois

    Les représentants de la commune posaient ensuite des questions concernant l’avenir de leur commune. La première inquiétude venant des baisses de dotations de l’État. Comment veiller à l’équilibre du budget et faire prospérer sa commune si l’octroi des dotations est moindre ou disparaît?

    Monsieur le sous-préfet Bianchi répondait que les communes devaient participer au rétablissement du déficit public. Que la France est un pays gravement endetté et que depuis 1976, le budget voté n’est pas équilibré. Cela implique le problème de l’indépendance financière de notre pays qui pourrait, s’il ne peut rembourser ses dettes un jour, devoir obéir aux mesures dictées par Bruxelles comme ce fut le cas pour la Grèce ou l’Espagne récemment. Cet état de fait a, depuis 3 ans, provoqué la baisse ou la suppression des dotations de l’état.

    Il est indispensable de réduire les dépenses de fonctionnement et une des voies préconisées mais non imposées est le regroupement de communes en communes nouvelles. Notre département n’a pas encore franchi le pas bien que des discussions dans ce sens soient en cours du côté de Nérac. Cette opération de regroupement en commune nouvelle ne doit pas se faire dans un intérêt financier mais plutôt pour la bonne marche d’un projet commun.

    Il en est de même pour le fusionnement des communautés de communes afin de dépasser le seuil des 15 000 habitants. On se rappelle des pourparlers entre Pays de Lauzun, Pays de Duras et Val de Garonne. Là non plus, le gouvernement actuel n’impose pas ce regroupement. La tendance est plutôt celle de la prise de compétences par les Communautés des Communes comme la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) visant à l’homogénéité des structures.

    Jean-Pierre Tenot, adjoint au Maire évoquait le fait de certaines communes se voyant dans l’obligation de vendre leur patrimoine ancien pour éviter la faillite et poursuivre les travaux sur les infrastructures existantes de leur commune. Il lui fut donné l’exemple d’une petite commune possèdant 7 églises. Dans ce cas, bien sûr, des décisions sont indispensables.

    Il est un fait que le Lot-et-Garonne est un département vieillissant avec un fort taux d’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) et beaucoup d’aides sociales impliquant de fortes charges sociales.

    Le Maire de La Sauvetat évoquait ensuite la fin des contrats aidés en appuyant sur le fait que les deux contrats aidés de sa commune avaient débouché sur deux embauches. Celles d’Aurélien à plein temps et de Sophie pour quelques heures maintenant par semaine. Ce à quoi Monsieur Bianchi répondait que les contrats aidés avaient été faits pour inverser la courbe du chômage. Qu’ils ne sont actuellement pas complètement supprimés mais réduits. Et que les contrats aidés se poursuivent suivant certains critères.

    Quid de l’Établissement Public Foncier. Monsieur le sous-préfet répondait que cet outil mis à disposition des collectivités avait fait la preuve de sa pertinence. Il permet l’accompagnement technique et financier dans la mise en œuvre de projets d’aménagement en particulier en matière de logement social, de revitalisation des centres bourgs, de prévention des risques et de lutte contre l’étalement urbain.

    Visites d’entreprises

    Après ces échanges sur la politique locale, le groupe décidait de faire un tour sur la commune. Monsieur le sous-préfet était invité à découvrir le Pont Roman dont les travaux se poursuivent depuis plus de 20 ans. Avant de rendre visite à Christine Pénicaud au PROXI P’tit Panier du Dropt pour constater que ce petit commerce de proximité, financé pour une grande partie par la commune mais aussi par l’exploitante, au départ décrié par certains, est maintenant un lieu de fréquentation régulière des gens du village ou des gens de passage. Puis, c’est l’usine de fabrication de Bruno Framarin que le groupe partait visiter. Usine de fabrication de bois de chauffage densifié qui distribue ses produits dans toute la France.
    L’opération des Seniors à la Cantine était également évoquée par Monsieur le Maire. Initiative trouvée judicieuse et riche sur le plan des échanges intergénérationnels par le sous-préfet Bianchi.

    L’après-midi se terminait dans la salle du conseil municipal par une coupe de champagne. Noble breuvage en l’honneur de l’anniversaire du Maire Jean-Luc Gardeau qui permettait aux langues de se délier de façon moins protocolaire et d’apprendre que notre sous-préfet aime arpenter les chemins de randonnée de son département d’adoption avec son épouse. Il est donc reparti avec la plaquette du circuit de randonnée de La Sauvetat intitulée « Balade du Pont Roman ».
    En conclusion, un échange fructueux et positif autant du côté de vos élus que du représentant de l’État.

  • Théo Di Palma, Capitaine de l’équipe de Speedway de Marmande

    Photos de Pauline Gardeau, compagne de Théo Di Palma et maman de Loukas.

    L’équipe Marmandaise de Speedway

    Le lancement de la Ligue Nationale de Speedway a eu lieu samedi 18 février à Marmande.

    Pour les non avertis, le speedway est une course de moto sur un circuit court, de forme ovale et sur une piste cendrée. La discipline a développé une machine unique, sans frein ni amortisseur, spécialement étudiée pour les virages à gauche. Le sens de la course sur speedway étant toujours anti-horaire, les virages se font uniquement à gauche et se passent en dérapage, impliquant une adaptation spécifique du matériel. Ces machines sont propulsées par des moteurs monocylindre quatre-temps fonctionnant au méthanol.

    L’équipe de Marmande est composée de 7 pilotes: Théo Di Palma (Capitaine), John Bernard, Xavier Muratet, Dimitri Bergé (cousin de Théo) et Boris Pizzinato, Jordan Dubernard, Jérémy Diraison (coach) et Léon Flint.

    De la graine de champion!

    Si petit et déjà très attentif à la course de son capitaine de père! C’est comme ça que l’on fait des champions! Mais attention au bruit. Le casque est obligatoire surtout pour les oreilles encore fragiles de Loukas, 16 mois, petit-fils de Patricia et Jean-Luc Gardeau, Maire de La Sauvetat du Dropt.