• Info Mairie: grippe aviaire, zone de contrôle en Lot-et-Garonne

    Photo de David Le Deodic, journal Sud-Ouest du 2 mars 2017.

    Grippe aviaire H5N8

    Depuis jeudi 1er mars, suite à la découverte de nouveaux foyers en Lot-et-Garonne, la Préfecture vient de créer une zone de contrôle temporaire. Ci-dessous les mesures détaillées. L’arrêté complet et la liste des communes concernées, dont La Sauvetat du Dropt, est à consulter ICI.

    Mesures détaillées

    Dans ces communes s’appliquent notamment, les mesures suivantes :

    – aucun palmipède ne doit entrer dans les exploitations ou en sortir, sauf dérogation à demander à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP)
    – tous les détenteurs d’oiseaux mettent en oeuvre les mesures de biosécurité adaptées pour prévenir le risque de diffusion de la maladie, en particulier via le contact avec les oiseaux sauvages, en protégeant l’accès à l’alimentation, à l’abreuvement, aux silos et stockage d’aliments
    – les mouvements de personnes et de véhicules en provenance ou à destination d’exploitations détenant des volailles (gallus et palmipèdes) sont limités au strict minimum
    – le transport et l’épandage du fumier et du lisier non assainis provenant de palmipèdes est interdit. En cas de nécessité, des dérogations peuvent être accordées par le DDCSP. De même, toute apparition de signes cliniques évocateurs d’influenza aviaire ou augmentation de la mortalité ainsi que toute baisse importante dans les données de production seront immédiatement signalées à la DDCSPP par les responsables des exploitations qu’elles soient de nature commerciale ou non.
    Enfin, la DDCSPP rappelle que l’ensemble du territoire métropolitain demeure en zone à risque élevé vis-à-vis de l’influenza aviaire hautement pathogène et que les mesures suivantes continuent de s’appliquer :
    – l’obligation de confinement ou de pose de filets permettant d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages pour tous les élevages commerciaux de volailles (sauf dérogation précisée par arrêté) et toutes les basses-cours sans dérogation possible.
    – l’interdiction de tout rassemblement de volailles vivantes, et en particulier des marchés de volailles vivantes sauf dérogation à demander à la DDCSPP.
    – l’interdiction de lâchers de gibiers d’eau sur tout le territoire de la Dordogne. En revanche, les lâchers de faisans et de perdrix peuvent être autorisés par la DDCSPP, sous certaines conditions tout comme l’utilisation des appelants.
    – l’obligation de respecter des mesures de biosécurité strictes dans toutes les exploitations de volailles et par toutes les personnes susceptibles de rentrer dans les élevages de volailles du territoire national.

  • Info Mairie: mesures obligatoires grippe aviaire

    ACFrOgDzFGhVhL_1zBxwqV17Jky35423aQQrXqf..._iV6anTi6vCoTQdkTtlqZESnygeg08SgfrQNs=Influenza aviaire

    Le grand sud-ouest connaît depuis le 24 novembre 2015 un épisode d’influenza aviaire majeur (76 foyers) induisant la perte de confiance des partenaires commerciaux de la France. Dans ces conditions, le ministère en charge de l’agriculture a fixé une stratégie d’assainissement du territoire tenant en 3 temps:

    • dépeuplement progressif des élevages de palmipèdes (du 18 janvier au 18 avril)
    • nettoyage, désinfection et vide sanitaire des élevages (du 18 avril au 16 mai)
    • repeuplement progressifs des élevages à compter du 16 mai

    Le dispositif déployé est accompagné de soutiens économiques apportés aux professionnels de la filière amont (éleveurs, y compris les indépendants) et aval (transformateurs et conserveurs). L’enveloppe financière globale approche les 200 millions d’euros.

    Même si aucun foyer d’influenza aviaire n’a été identifié, la circulation virale ne peut pas être écartée dans le département du Lot-et-Garonne. Tous les lot-et-garonnais sont concernés qu’ils soient éleveurs professionnels ou détenteurs particuliers.

    Veuillez donc prendre note du support ci-dessus avant d’aller déclarer vos volailles: poules, poulets, canards, oies… à la mairie de votre domicile. Particuliers, veillez au confinement des volailles durant la période de vide sanitaire du 18 avril au 16 mai. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre mairie pour tout renseignement complémentaire.

    Merci de cliquer sur le document pour l’agrandir et de l’imprimer si vous êtes concernés pour pouvoir le lire en totalité.

  • Les éleveurs de canards sont soutenus par la CCPL

    Sur une initiative de Jean-Pierre Tenot, céréalier, adjoint au Maire de La Sauvetat du Dropt et membre de la Commission Économie et Aménagement du Territoire de la Communauté des Communes du Pays de Lauzun (CCPL), et de Sylvie Vergné, adjoint au Maire de Miramont de Guyenne sa présidente, s’est réunie leur commission ainsi que la Commission Agriculture, Environnement et Développement Durable afin de soutenir les agriculteurs éleveurs de canards touchés par les mesures prises pour combattre la grippe aviaire.

    Rappelons que 69 cas de grippe aviaire ont été détectés dans le Sud-Ouest mais aucun en Lot-et-Garonne. Que 18 départements, dont le Lot-et-Garonne, sont concernés par la mesure ne permettant plus l’installation de palmipèdes dans les élevages depuis mi-janvier afin de faire un vide sanitaire. Cette mesure touche 18 exploitations situées sur 9 des 20 communes que compte le Pays de Lauzun.

    C’est donc mercredi 27 janvier que se sont retrouvés autour de la table 21 membres de ces deux commissions dont 7 membres agriculteurs ou retraités du monde agricole. La question à l’ordre du jour étant de savoir quel soutien financier ou matériel peut apporter la CCPL à ces 18 éleveurs.

    Après un tour de table, il fut évident que le problème ne laisse pas indifférent et qu’il est important de trouver des solutions. Qu’il est primordial d’être solidaire et de soutenir ces agriculteurs en détresse car c’est une réalité rarement évoquée, le suicide est la troisième cause de décès chez les exploitants.

    Certains des élus présents parlent des difficultés rencontrées par d’autres filières de production et se demandent s’il est juste de ne s’intéresser qu’aux élevages de palmipèdes. Monsieur Tenot précise alors que la plupart de ces élevages de canards n’ont que cette production et sont dans l’obligation de cesser toute activité au mieux jusqu’au 15 mai. Ceux qui auront la chance de redémarrer à cette date ne percevront leur revenu que mi-août. Il faudra vivre dans l’intervalle et payer ses charges.

    Concrètement, une aide financière, même minime, venant de la CCPL pourrait venir en complément des aides prévues par l’État. Reste à fixer le montant et le moyen de règlement.

    Les membres de l’assemblée décident alors que Madame Vergné et Monsieur Tenot prendront rendez-vous avec le sous-préfet pour parler de leur démarche et voir où en sont les mesures gouvernementales avant de réunir les 18 éleveurs pour des propositions concrètes. En attendant, une motion de soutien sera votée au prochain conseil communautaire de la CCPL.

    Si pour la plupart cette action doit rester exceptionnelle, d’autres pensent que cette démarche volontaire de la Communauté des Communes du Pays de Lauzun qui se met en place sera peut-être le début d’une nouvelle orientation.

    DSCN0132 DSCN0133
    DSCN0134 DSCN0135