• Rando et Feu de St Jean des Amis de la Sauveté

    Vidéo : Aurélien Alias Jarh; photos Isabelle, Martine et Aurélien.

    A La Sauvetat du Dropt, il est une tradition qui ne se perd pas, celle de l’allumage du Feu de St Jean.

    Organisée par l’association des Amis de la Sauveté et son président Jacques Foglia, la fin de journée de ce samedi 25 juin débutait par une randonnée pédestre à laquelle ne répondirent que quelques personnes suite à de nombreux désistements en raison d’une météo capricieuse.
    C’est donc moins d’une dizaine de personnes qui prenaient les chemins de traverse en suivant Martine, pèlerine avertie.

    Le groupe prenait le temps d’observer le paysage grandiose sur les hauteurs avec au loin, le bleu vert du Lac de l’Escourou, passait près de chaumes immenses rayonnant magnifiquement sous un ciel chargé de nuances de gris et de bleus, descendait de petits chemins serpentant entre de beaux arbres centenaires, admirait l’ancien lavoir du hameau de Serres et posait devant le Puits Gavache toujours impeccablement nettoyé par les employés municipaux de la commune bien qu’il en soit très éloigné.
    En chemin, Noëlle venue du Bouscat pour visiter son oncle et sa tante, cueillait quelques épis de blé qui apportent, à l’occasion de la St Jean et selon une ancienne coutume, abondance et prospérité dans les maisons.

    C’est sous une pluie fine que les marcheurs rentraient dans le village, prêts à partager un repas tiré du panier en compagnie d’autres convives venus spécialement pour admirer le Feu de St Jean. L’apéritif était offert par l’association des parents d’élèves du RPI Vallée du Dropt et sa présidente, elle-même dans le groupe de marche, Marie-Laure Nicodémo.
    Parmi les visiteurs, Rinus et Sylvie, de l’association, prenaient leurs instruments pour jouer et chanter quelques airs connus avant le repas. La communauté britannique était représentée par les Gavaches du village et plusieurs membres du Comité des Fêtes dont le président Peter Cain et ses deux vice-présidents discutaillaient autour d’un verre.

    A la nuit tombée, Joseph et Yolande Framarin allumaient le bûcher par eux-mêmes érigé. Fait de sarments, de ceps de vigne et de bois de châtaigniers, il s’en dégageait un beau feu se mettant à crépiter pour le plus grand plaisir des spectateurs qui faisaient une ronde au son de la musique des troubadours cités précédemment. Parmi les visiteurs, Aurélien, jeune employé municipal de la commune, rappeur dans le groupe Les As du Mic qu’il forme avec son frère, admirait ce feu de St Jean qu’il découvrait pour la première fois.

    La soirée se terminait au rythme de l’extinction du brasier alors que la pluie se mettait à tomber, fine et rafraichissante. Le prochain rendez-vous des Amis de la Sauveté est fixé au jeudi 14 juillet pour une autre randonnée programmée en matinée.

  • Randonnée suivie avant le traditionnel Feu de St Jean

    En l’absence de Jacques Foglia, président des Amis de la Sauveté, c’est Francine Pandolfo qui reprend les rênes de l’association pour les manifestations de nouveau d’actualité.

    En ce vendredi 25 juin, ce sont deux randonnées qui étaient proposées dans des directions différentes. Joseph partait avec un groupe important pour une balade de 6 km qualifiée de botanique qui permettait, en fait, la découverte des plantes qui bordent nos chemins avec quelques indications sur leur utilité dans la vie des fermiers d’autrefois. Des souvenirs de son enfance qu’il aime partager. C’est très inopinément que Joseph fut secondé par un des randonneurs-visiteurs venu de la commune voisine d’Eymet, Stéphane Lagrange. Tous deux passionnés de faune et de flore, ils se retrouvaient chacun avec un petit groupe attentif autour d’eux.

    Le second circuit était mené par Dino pour un parcours de 8 km qui en devinrent 10, les marcheurs étant tout à fait d’accord pour prolonger la balade. Outre le plaisir de profiter des paysages, Dino donnait des indications sur l’origine du Puits Gavaches et l’emplacement aujourd’hui caché par un bosquet de l’ancienne Église St Germain, lieu de culte le plus important du village avant les guerres de religion du XVIème siècle.

    Au retour, une équipe avait installé tables et chaises sur la Prairie des Croquants pour que chacun puisse déballer un pique-nique tiré du panier. Les randonneurs étaient rejoints par des gens du village venus profiter de la soirée. Vers 23h, l’ami Dino, toujours lui, allumait le feu qu’il avait minutieusement préparé pour le plus grand plaisir de l’assistance qui quittait les tables pour se rapprocher de la chaleur bienfaisante de ce rite traditionnel. Les enfants captivés par les flammes furent embarqués dans la ronde organisée par leurs aînés au son de l’accordéon de Rinus, sauvetatois néerlandais. Un seul regret, celui de ne pas avoir un répertoire de chansons populaires commun qui aurait permis aux chanteurs impromptus de pousser la chansonnette.

    La soirée se terminait par des applaudissements pour le beau feu de Dino auxquels se rajoutaient les remerciements du bureau de l’association pour le nettoyage des chemins effectué par Joseph, Dino et Alain et le nettoyage du Puits Gavache grâce à Jean-Marc, employé communal du village. Il va de soit que tous espèrent aussi le retour de Jacques.

     

  • Melting pot et danse Sioux autour du Feu de St Jean

    A La Sauvetat du Dropt, Les Amis de la Sauveté se réunissent chaque année pour fêter le solstice d’été comme cela s’est toujours fait dans la tradition de notre région. Cette année, ce vendredi 21 juin au temps incertain fut la cause d’un pique-nique pris dans un coin de la grande salle des sports. Rien de gênant pour le petit comité présent qui fit de ces agapes tirées du panier une auberge espagnole improvisée.

    L’ambiance fut riche de la culture de chacun. Parler de melting pot est très adapté quand on a autour de la table en plus des bons français aux origines italiennes pour une partie d’entre nous, des anglais, des irlandais, des néerlandais, des australiens et un norvégien ! Rinus du pays des moulins et Svein du pays des fjords, venus avec leur accordéon, ont fait chanter les tablées dont une diva à voix de soprano qui régalait l’assemblée.

    A la nuit tombée, Dino allumait le feu … au sens propre comme au figuré ! Une danse autour du brasier lorsque les flammes furent au plus haut, casque sur la tête et tomahawk brandi à bout de bras. Rien de traditionnel bien sûr mais le ton était donné. C’est dans une ambiance des plus gaies que l’ensemble des convives firent une ronde au son des accordéons.

    Francine, présidente des Amis de la Sauveté, et son bureau tiennent à remercier Joseph, le doyen, absent pour la soirée mais qui avait soigneusement choisi et chargé le bois du bûcher. Ainsi que Dino pour l’avoir préparé en observant les règles de sécurité requises par la municipalité.