• Info Mairie : AMBROISIE, attention allergies !

    L’ambroisie, un enjeu de santé publique : chacun peut agir !

    L’ambroisie est une plante envahissante dont le pollen est fortement allergisant. Agir contre l’expansion de cette plante est un enjeu majeur de santé publique qui requiert l’implication de tous.

    Que faire ?
    • Sur ma propriété : je l’arrache !
    • Hors de ma propriété, sur un terrain public, s’il y a seulement quelques plants : je l’arrache !
    • Hors de ma propriété, s’il y a en a beaucoup : je signale la zone infestée par un des moyens suivants : en utilisant l’application mobile « Signalement Ambroisie » ou par mel : contact@signalement-ambroisie.fr ou téléphone : 0 972 376 888

    Votre signalement sera communiqué à la mairie concernée qui engagera les actions nécessaires à l’élimination des plants.

    Pour en savoir plus, consultez le site signalement-ambroisie.fr

  • Info Mairie: Ambroisie, attention, allergies !!!

    Information de la Mairie de La Sauvetat du Dropt où ont été observés de nombreux pieds d’ambroisie dans des champs de tournesol. Pour regarder la plaquette du réseau FREDON-FDGDON d’Aquitaine, cliquez sur Dépliant « Ambroisie attention allergies !.

    Qu’est-ce que l’ambroisie?

    L’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) et l’Ambroisie trifide (Ambrosia trifida L.) sont des plantes invasives originaires d’Amérique du nord et capables de se développer rapidement dans de nombreux milieux (parcelles agricoles, bords de route, chantiers, friches, etc.).
    Leur pollen, émis en fin d’été, provoque de fortes réactions allergiques (rhinites, etc.) chez les personnes sensibles. C’est également une menace pour l’agriculture (pertes de rendement dans certaines cultures) et pour la biodiversité (concurrence avec certains végétaux en bords de cours d’eau).
    Une fois qu’un pied d’ambroisie est observé, il faut rapidement l’éliminer car il est difficile de l’éradiquer une fois qu’il est installé.

    Les risques pour la santé

    Le pollen émis par plusieurs ambroisies est hautement allergisant pour l’homme et entraîne diverses réactions allergiques ainsi que, chez de nombreuses personnes, l’apparition ou l’aggravation de l’asthme.

    Le pollen d’ambroisie à feuilles d’armoise, émis de fin juillet à début octobre selon les conditions météorologiques, est très allergisant (quelques grains de pollen par mètre cube d’air suffisent) et peut provoquer divers symptômes chez les personnes sensibles. Les réactions les plus couramment observées sont les suivantes :

    RHINITE (dans 90% des cas) : éternuements en salves avec démangeaisons du nez qui coule beaucoup et se bouche

    CONJONCTIVITE (75%) : les yeux sont rouges, gonflés, larmoyants et ils démangent

    TRACHÉITE (50%) : toux sèche

    ASTHME (50%) : difficulté à respirer, parfois très grave chez les personnes sensibles

    URTICAIRE (10%) : rougeur, œdème, démangeaisons.

    L’association de 2 ou 3 symptômes chez la même personne est le plus souvent notée.

    Ces réactions peuvent toucher n’importe quel individu, à tout âge et sans prédisposition familiale, a fortiori en cas d’exposition intense, répétée ou prolongée.

    Les symptômes sont saisonniers (globalement d’août à octobre, avec un pic en septembre) et d’autant plus prononcés que le taux de pollen dans l’air est élevé et persiste pendant plusieurs jours.

    En Auvergne Rhône Alpes, région française la plus envahie par l’Ambroisie à feuilles d’armoise,, il a été estimé que les allergies à l’ambroisie ont concerné, en 2017, plus de 660 000 personnes (soit environ 10% de la population régionale) et entraîné des coûts de santé (consultations, traitements, arrêté maladie, etc.) de l’ordre de 40,6 millions d’euros (Source :Analyse des données médico-économiques 2017 réalisée par l’ORS Auvergne-Rhône-Alpes, à la demande et avec le financement de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes).

    Pour connaître le risque d’allergie au pollen d’ambroisie dans votre région, consulter la carte du risque d’exposition au pollen.

    Comment lutter contre l’ambroisie?

    Que faire ou comment réagir lorsque l’on constate la présence d’ambroisie ?
    Tout propriétaire, locataire, exploitant, gestionnaire, ayant droit ou occupant à quelque titre que ce soit d’un terrain bâti ou non bâti, doit entretenir ce terrain en y pratiquant un entretien à la fois régulier et adapté, de nature à empêcher la prolifération des pieds d’ambroisie.

    Vous êtes un particulier ou une entreprise privée :

    – Si des pieds d’ambroisie se trouvent sur votre terrain :

    Assurez-vous ou faites-vous confirmer qu’il s’agit bien d’ambroisie.
    Consulter la carte de reconnaissance pratique de l’ambroisie

    Si vous avez un doute concernant l’identification, envoyez par mail une photo à l’Observatoire des ambroisies
    Signalez-la sur la plateforme de signalement ambroisie.

    Vous êtes responsable : agissez vous-même immédiatement et éliminez-la avant la floraison (généralement entre début août et début octobre).
    Voir le guide de gestion de l’Ambroisie à feuilles d’armoise.

    Si vous ne pouvez pas exécuter la lutte vous-même, faites appel à :

    une entreprise d’entretien d’espaces verts
    une association (souvent d’insertion) réalisant ce type de travaux
    le pilote ambroisie de votre département (FREDON, CPIE, CBN, etc.) qui pourra vous conseiller.
    – Si des pieds d’ambroisie se trouvent sur un terrain qui ne vous appartient pas :

    Assurez-vous ou faites-vous confirmer qu’il s’agit bien d’ambroisie.
    → Consulter la carte de reconnaissance pratique de l’ambroisie

    Signalez-la sur la plateforme de signalement ambroisie.

    Vous connaissez le propriétaire, l’exploitant, l’occupant ou le locataire :

    Informez-le sur ses responsabilités
    Aidez-le à choisir les méthodes de lutte
    S’il réagit et met en œuvre des actions de gestion, le but est atteint
    S’il ne réagit pas : informez votre mairie ou le référent « ambroisie » territorial si un tel référent a été nommé pour votre commune (information disponible auprès de la mairie).

    Vous ne connaissez pas le propriétaire, l’exploitant, l’occupant ou le locataire :

    Informez votre mairie ou le référent « ambroisie » territorial si un tel référent a été nommé pour votre commune (information disponible auprès de la mairie).

  • L’ambroisie, hautement allergisante pour l’homme

    Information de l’ARS Aquitaine (Agence Régionale de Santé) concernant la prolifération inquiétante d’une plante appelée ambroisie car elle est hautement allergisante pour l’homme.

    « La FREDON Aquitaine a été désignée par l’ARS Aquitaine comme opérateur dans le cadre du repérage, de la lutte et de la formation contre l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) en Aquitaine.

    L’ambroisie à feuille d’armoise est une plante opportuniste envahissante dont le pollen est hautement allergisant pour l’homme. Importée d’Amérique du Nord, elle est apparue en France en 1863, vraisemblablement introduite par un lot de semences fourragères.
    Le pollen de l’ambroisie provoque chez de nombreuses personnes des réactions allergiques : 6 à 12% de la population exposée est sensible à l’ambroisie. Il suffit de quelques grains de pollen par mètre cube d’air pour que des symptômes apparaissent : rhinite associant écoulement nasal, conjonctivite, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux, et parfois urticaire ou eczéma. Dans 50% des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation. Alors que les classiques rhumes des foins apparaissent en mai-juin, les allergies provoquées par le pollen d’ambroisie sont beaucoup plus tardives : elles commencent en général vers la mi-août et peuvent se prolonger jusqu’en octobre, avec un maximum d’intensité en septembre. A cette période, l’ambroisie est la principale cause d’allergies. Le diagnostic est donc assez facile à poser dans les régions où la plante est présente, ainsi que dans les zones où le vent est capable d’apporter du pollen.

    L’ambroisie à feuilles d’armoise, l’ambroisie à épis lisse et l’ambroisie trifide sont officiellement classées comme des espèces nuisibles pour la santé. Ce classement résulte d’un décret accompagné d’un arrêté interministériel, ci-joints, parus vendredi 28 avril au Journal officiel. La lutte contre l’ambroisie nécessite un repérage précoce et le plus exhaustif possible pour mettre en œuvre des actions qui visent un contrôle maximal de la plante. Ces actions sont d’autant plus efficaces lorsque les zones sont peu envahies, comme en Aquitaine.Vous trouverez également ci-jointe la fiche de signalement.

    Elle se développe et se multiplie très facilement sur différents types de terrains et préférentiellement dans :
    – les sols nus et remaniés : chantiers; terrains vagues, voies de communication (talus de routes, d’autoroutes et de voies ferrées, bords des rivières),
    – les jachères, les cultures de tournesols, de maïs et de soja,
    – les zones d’entrepôts de graines et fourrages,
    – les jardins des particuliers.

    De nombreux acteurs doivent être sensibilisés à cette nouvelle problématique : collectivités, entreprises, agriculteurs, particuliers… Il en va de la santé de tous.

    Télécharger les documents ci-après. La fiche explicative pour Reconnaître et Lutter contre l’Ambroisie et la Fiche de Signalement suivie de la Fiche d’Inventaire nominative.