Le Lac de l’Escourou, une « zone humide » à protéger

Photos: Bob Munoz, Marie Coutable et Isabelle.

CEN_Affiche_JMZH2015_bandeauOKDimanche 1er février, l’office de tourisme du Pays d’Eymet s’est impliqué pour la toute première fois dans la Journée mondiale des zones humides, en proposant une sortie nature matinale au lac de l’Escourou, à Saint-Sulpice-d’Eymet.
« Chaque année, aux alentours du 2 février, cette journée commémore la signature de la convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville de Ramsar, en Iran. D’où les appellations utilisées : convention Ramsar, site Ramsar…
Les zones humides sont des terres débordantes de vie, d’histoires et de cultures… Elles sont des terres productives et, donc, sources de développement économique pour de très nombreux peuples sur la planète. La baie du Mont-Saint-Michel, le Marais poitevin, la Camargue, les marais de Kaw en Guyane française, les Everglades aux États-Unis, le Pantanal au Brésil, la Mésopotamie, les grands lacs africains, etc., autant de lieux d’une richesse incomparable. Les intérêts à les protéger sont nombreux, évidents et urgents. »

C’est donc dans le but de découvrir la richesse ornithologique des rives du Lac de l’Escourou qu’une cinquantaine d’amoureux de la nature se sont présentés chaudement vêtus et chaussés pour affronter la température hivernale malgré un ciel bleu bien dégagé et un beau soleil.

Gérard Lallemant, président de l’Office du Tourisme du Pays d’Eymet expliquait en préambule l’intérêt des zones humides qui hébergent de nombreux oiseaux dont certains rares sur cette partie du lac. Il était accompagné de nombreux ornithologues du secteur dont Jacques Chèvre, Michel Hoare et Claude Soubiran de la LPO (Ligue Protectrice des Oiseaux) et Serge Fagette de la SEPANSO.

Le plan d’eau dispose en effet, à l’embouchure de l’Escourou (le ruisseau), d’une zone humide de qualité et d’une jolie roselière, lieu d’hébergement privilégié pour nombre d’oiseaux, reptiles et mammifères, sans oublier les arbres, arbustes et plantes spécifiques.

Durant la matinée, les promeneurs se scindaient en plusieurs groupes accompagnés chacun par un des ornithologues devenu guide. Malgré le remue-ménage, il fut possible de voir de nombreux hérons, des cormorans, des colverts, des canettes, des sarcelles aux multiples couleurs et des grèbes. Les ornithologues, qui viennent régulièrement sur ce lac faire des relevés, confirment la présence de nombreuses espèces, dont certaines assez rares, plutôt visibles lors des migrations du printemps et de l’automne (ci-dessous la photo dune grande aigrette prise l’automne dernier).

Cette balade, autour du lac, fut aussi l’occasion de découvrir l’état d’avancement des travaux d’aménagement d’un nouveau parcours d’interprétation. Trois pontons ont été construit sur les rives dont deux sous forme de bulles permettant de se positionner pour observer les oiseaux. Ils ne sont pas tout à fait finis puisqu’ils seront bientôt recouverts de brande pour que les observateurs soient le plus invisibles possible.

Concluons en disant que les milieux humides sont indispensables pour maintenir une biodiversité exceptionnelle puisqu’ils accueillent de nombreuses espèces animales et végétales. Ils jouent un rôle primordial dans la régulation de la ressource en eau, l’épuration et la prévention des crues. Le Lac de l’Escourou illustre bien ce rôle. Nous vous invitons à venir le découvrir.

zones humides Lescourou 2 DSC_0034
 DSC_0030  zones humides Lescourou 3
zones humides Lescourou 4 zones humides Lescourou 5
zones humides Lescourou 6 zones humides Lescourou 7
zones humides Lescourou 8 zones humides Lescourou 9
zones humides Lescourou 10 zones humides Lescourou 11
zones humides Lescourou 12 zones humides Lescourou 13
DSC_0054 DSC_0043
zones humides Lescourou 14 zones humides Lescourou 15
zones humides Lescourou 16 zones humides Lescourou 1
H-1 H-2
zones humides Lescourou 17 zones humides Lescourou 18

Précision des éditeurs: vous avez pu remarquer que l’orthographe du Lac de l’Escourou différait d’un panneau signalétique à l’autre, d’un journal ou d’un site web à un autre. En concertation avec le président de l’office du Tourisme du Pays d’Eymet, Gérard Lallemant, et après de nombreuses recherches, nous avons adopté ensemble l’orthographe des cartes IGN qui indiquent LAC DE L’ESCOUROU.

Etymologiquement, le mot ESCOUROU signifie courant, rigole, conduite d’eau, désignant la caractéristique de la propriété.

  •  
  •  
  •  
  •  

Il ne reste qu'un commentaire Aller aux commentaires

  1. Pingback: La Sauvetat du Dropt » Non loin du Lac de l’Escourou, le village aux oiseaux /

Laisser un commentaire