• Succès pour le Chasseur Sauvetatois

    Succès pour le Chasseur Sauvetatois

    C’est en ce beau dimanche printanier du 26 février qu’a eu lieu le repas de chasse annuel de l’association du Chasseur Sauvetatois.

    De nombreux convives ont répondu à l’appel puisque c’est plus de 160 repas qui ont été servis. Parmi eux, des Sauvetatois, dont le maire du village, Jean-Luc Gardeau et son épouse ainsi que des chasseurs des sociétés de chasse voisines.
    Le repas copieux et digne d’un grand restaurant a été élaboré par les chasseurs eux-mêmes aidés de leurs épouses. Après le civet de sanglier ont suivi les grillades de sanglier et chevreuil.
    Avant le dessert, le président du Chasseur Sauvetatois, Jean-Pierre Arnal, a comme il se doit procéder au tirage de la bourriche faisant de nombreux heureux. C’est ainsi que s’est achevée cette journée pleine d’entrain et de bonne humeur.

    Voici de nombreuses photos de la journée.

    A l’extérieur, on s’active devant les barbecues. Il faut de la braise pour faire cuire une grande quantité de grillades.

    Tandis qu’à l’intérieur, le président Jean-Pierre Arnal coupe la tortillas de l’apéritif, sa femme Josette remue la grande gamelle de haricots qui seront proposés en accompagnement des grillades.

    L’apéritif, servi dans la salle des sports. On remarque beaucoup de verres tendus autour de la fontaine … Et une vue des quelques 160 convives installés dans la salle d’animation.

    C’est parti pour les grillades. Ça ne rigole plus … enfin, si, puisque tout se fait dans la bonne humeur. C’est qu’il en faut du personnel pour remuer tous ces morceaux de viande!

    Et hop, changement de côté. C’est le travail de Jean-Marc et d’Alexandre, bientôt rejoints par Jean-Pierre qui vient les réconforter avec un petit verre donné au moment du trou Sauvetatois, un délicieux morceau de glace à la poire dans une eau de vie du même fruit.

    Ce même trou Sauvetatois servi aux convives par Mathieu, un des jeunes chasseurs de la société alors que dans la cuisine, les cuisinières-plongeuses s’affairent.

    Jean-Luc Gardeau, maire de la commune que l’on voit au premier plan est en grande discussion. Tandis que de charmants serveurs font un second passage de sanglier braisé.

    Entre grillades et dessert, le très attendu tirage de la bourriche dont les numéros gagnants sont tirés au sort par de petites mains innocentes et annoncés par le président.
    C’est donc au milieu des reliefs du repas que les familles, attentives, contrôlent leurs tickets. Attention, il faut le bon numéro associé à la bonne couleur.
    Les plus chanceux se sont vus distribuer des lots de viande de chevreuil, un jambon, des filets garnis ou même une télévision.

    D’autres photos prises à l’opposé de la salle. Elles sont offertes par Francis Secco que l’on remercie. On y voit une belle brochette des habitants du village.

    Une journée très conviviale des « Chasseurs Sauvetatois » qui aura comblée gourmands et gourmets.

  • Café-jeux aux Fées Gourmandises

    Café Jeux aux Fées Gourmandises

    Il existe l’appellation « bar littéraire » mais à La Sauvetat nous disons « CAFÉ JEUX« . Les commentaires sont de Régine et Martine.En effet, depuis l’ouverture du bar-tabac-restaurant Les Fées Gourmandises dans la rue principale, ces dames ont décidé de se réunir pour échanger et jouer chaque mardi après-midi de 14h30 à 17h00.Elles étaient nombreuses mardi 7 février, malgré le froid et la neige.
    Ce qu’en raconte Régine: « Martine a fait du co-voiturage. Elle est arrivée avec Arlette (sa maman), Claudine et Jeannine. Marcelle est venue de la campagne à pied avec une bonne paire de bottes, des gants et un bâton de marche et même une autre paire de chaussures légères dans son sac à dos. Elle a fait trois bons kilomètres!Laure et Paulette avaient aussi un bâton de marche. C’est qu’ils sont glissants les trottoirs enneigés en ce moment! Ainsi que Nicole, du village comme moi, venue en voisine.Nous jouons au Rummikub et au Triominos, au scrabble ou à la belote. Les plus proches sont restées jusqu’à 18h. »
    La semaine suivante, mardi 14 février. Le commentaire de Martine (la photographe): « Pour la Saint Valentin ces « dames des jeux » se sont retrouvées chez Céline. Certaines manquaient à l’appel (chaudière explosée après la fonte des glaces, rendez-vous à Bordeaux et autres empêchements …) mais 2 tables complètes ont été formées.Tout ce petit monde travaille des méninges pendant 02H30 avant de se réconforter avec un excellent chocolat et diverses tisanes.Pendant l’hiver il est très agréable de se rencontrer ainsi, de sortir de chez soi, de ne pas se sentir seule pour certaines et effectivement de faire travailler son cerveau d’une autre façon. L’essentiel n’est pas de gagner mais de participer et de rire. »

    Vous êtes cordialement invitées à vous joindre à ces après-midis jeux. Rappelez-vous, c’est le mardi. C’est sympathique et l’endroit est chaleureux.

  • Une Sauvetatoise à Genève

    Une Sauvetatoise à Genève

    Habitants de La Sauvetat du Dropt, vous savez que votre site est vu et lu partout dans le monde.C’est l’avantage des nouvelles technologies.Nous venons de recevoir un message de Lesley, Britannique Sauvetatoise qui vit dans la Rue de Grammont et travaille en Suisse.
    Lesley a lu les articles de La Sauvetat sous la neige.Pour vous réconforter, elle a voulu vous faire partager quelques photos – impressionnantes – prises à l’occasion d’une balade ces derniers jours dans la ville où elle travaille: Genève.Elle vous salue amicalement et vous dit à bientôt.
  • Photos de neige des Sauvetatois

    Photos de neige des Sauvetatois

    Et l’aventure continue.

    Ce matin, nous avons reçu de nouvelles photos prises hier. Les agriculteurs ne pouvant travailler leurs terres en profitent pour se balader et admirer le paysage.

    Ce qu’en disent les enfants:
    – « J’ai fait le tour du village en vélo. Les Sauvetatois étaient tous à pied dans les rues. »
    – « Moi, j’ai fait un bonhomme de neige avec maman dans mon jardin. Et on a pris les oiseaux en photos. »

    – « On a pris la voiture pour aller se balader dans les bois de Sansouille. Au retour, il y avait de belles couleurs sur le village. »

    Autre histoire d’enfants racontée et illustrée par une maman qui habite Rue des Fossés. Elle a profité de la neige pour les emmener faire de la luge et un bonhomme de neige. Malgré le bonnet et les grosses doudounes, on voit bien qu’ils ont le sourire jusqu’aux oreilles!

    Ils se sont promenés aussi, vers le Dropt. Voici les photos qu’elle veut vous faire partager.

     

    13h, nous venons de recevoir des nouvelles du Québec où une native de La Sauvetat a visionné le site du village. Elle nous a donnés la recette pour faire un vrai bonhomme de neige. Nous vous la transmettons:

    – « Un truc pour faire un beau bonhomme de neige: faire 3 boules, une grosse, une moyenne et une plus petite. Les empiler les unes sur les autres (la grosse en bas et la petite pour la tête) et le tour est joué. Il ne reste plus qu’à le décorer avec une belle carotte pour le nez, 2 cailloux pour les yeux, et d’autres plus petits pour lui faire un beau sourire, un chapeau ou une casquette et une écharpe pour ne pas qu’il attrape la grippe. »

    Enfin, une photo insolite qui nous vient du Canoë Kayak Club de la Vallée du Dropt.Un membre bien connu du CKC n’a pu résister à la tentation de dévaler les pentes fraîchement enneigées de la digue du lac de l’Escourou. L’histoire ne dit pas dans quelle position il est arrivé en bas …
  • Réveil sous la neige

    Réveil sous la neige

    Ce matin, le passant a déambulé dans les rues enneigées …

    Et s’est dirigé vers le Dropt et le Pont Romain …

    A découvert des stalactites sous une arche, avant de rencontrer Roger qui lui a servi de guide …

    … protégé par son grand parapluie bleu …

     

    Une heure plus tard, un second passant a bravé la tempête de neige, a fait le tour du village et a ramené ceci … Les photos sont dans l’ordre de son périple. C’est le bonhomme rouge qui s’apprête à partir. Qui est-il?…

    Lorsqu’il est rentré chez lui, il était tellement gelé le passant rouge, qu’il ne lui est resté que … les gants!

    Jour de neige n°2. Le passant du début de l’histoire a repris sa voiture pour aller sur le lieu de son travail. En se dirigeant vers La Sauvetat, il a constaté un beau coucher de soleil sur ce paysage enneigé. Puis a croisé un Sauvetatois heureux qui déblayait devant sa porte.

    Fin des histoires de neige à La Sauvetat. Sauf si vous voulez nous raconter la vôtre …

  • Une statue pour un natif de La Sauvetat du Dropt

    Une statue pour un natif de La Sauvetat du Dropt

    Lu dans le Sud-Ouest du 30 janvier 2012 – Article de Patricia Patiès-CassolEn juin, pour le 150e anniversaire de sa mort, la commune rendra hommage à l’un de ses plus célèbres enfants, même si son nom ne se résume pour certains Miramontais qu’au nom d’une avenue.Jacques Delmas de Grammont, né à La Sauvetat-du-Dropt en juillet 1796, a fait l’essentiel de sa carrière dans l’armée, et a participé à la vie politique du pays en étant élu député en 1849. Reconnu pour être attaché tant au bien-être de ses soldats qu’à celui de ses employés sur son domaine miramontais de Bouilhaguet, il fit souvent preuve d’humanisme. Et les hommes ne furent pas les seuls à en profiter. Sensibilisé très jeune à la condition animale, le député n’aura de cesse de faire voter une loi protégeant « nos frères inférieurs », ce qui sera fait le 2 juillet 1850. La première Société protectrice des animaux (SPA), créée à Paris en 1846, se renforça grâce à l’appui de cette loi. « La seule bonne loi que nous devons à la République », aimait à dire Napoléon III.Souscription pour un busteQuelques Miramontais, réunis en association et soucieux d’honorer la mémoire de l’ancien député, ont le projet de fondre un nouveau buste en bronze de Delmas de Grammont, car une telle sculpture existait auparavant, sur le parvis de l’église. Or, durant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands l’enlevèrent de son socle et l’emmenèrent pour récupérer le métal. Une souscription nationale est donc lancée. L’association se donne deux ans pour réunir les fonds nécessaires pour cette commande, passée au sculpteur Jean-Paul Gourdon. Contact devrait être pris avec les descendants.Le bureau de l’Association se compose comme suit : présidente, Maryse Bion ; trésorière, Marie-Claude Nicouleau ; secrétaire, Claudette Pradel-Santin ; secrétaire adjoint, Claude Roussille.

    – Pour effectuer un don ou obtenir tout renseignement, s’adresser à la mairie ou écrire à biobarg1@orange.fr –